LC logo
Découvrir     Romans & nouvelles     Fanfictions     Poèmes     Blog     Forums
Connexion
Bienvenue visiteur !
Se connecter ou S'inscrire
Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 3 « L'auberge de la croisée » Tome 1, Chapitre 3
« C’est… c’est ça l’auberge de la croisée ? » demanda Azuria au marchand, surprise.
    
    Elle ne s’attendait pas à se retrouver face à un bâtiment pour le moins original. Les briques rouges avec lequel il était construit contrastaient avec les plaines vertes qui l’encerclaient. Pire encore était le toit en forme de cône bleu, visible à des kilomètres. Il était rare de voir un tel édifice perdu dans la nature. Il n’y avait que des étendues d’herbes à perte de vue, dans lesquelles gambadaient des animaux sauvages qui passaient sans faire attention aux voyageurs.
    
    Le marchand gara sa charrette devant le bâtiment où se trouvait une grande place pavée pour accueillir les aventuriers, jouxtée d’une petite écurie. Certains entretenaient leur moyen de transport ou leurs chevaux, pendant que d’autres profitaient juste du soleil dans une chaise longue.
    
    « Vous n’étiez jamais venue dans une auberge ? demanda Baldin.
    
    – Non, jamais. Pourquoi elles sont si excentriques ?
    
    – Eh bien pour tout vous dire, les auberges ont été construites sur les routes afin que les voyageurs puissent s’y reposer, à cause des villes qui sont assez éloignées les unes des autres. C’est vrai que ces couleurs et cette forme sont surprenantes, mais justement, c’est pour que ces mêmes voyageurs puissent les voir de loin. C’est comme un sanctuaire si vous voulez.
    
    – Je vois. »
    
    Azuria était impressionnée par la structure imposante. Il lui tardait d’aller voir si l’intérieur était tout aussi original que le reste du bâtiment. Une fois la carriole arrêtée, Azuria descendit. Baldin la rejoignit et lui tendit un petit sac de cuir.
    
    « Tenez, cette petite bourse vous permettra de continuer votre voyage. Ce n’est pas grand-chose, mais vous m’avez vraiment bien aidé.
    
    – Merci, » dit-elle en prenant son dû.
    
    Azuria adressa un signe de tête au marchand puis se dirigea vers l’entrée de la bâtisse insolite. La faim la gagnait et grâce à cet argent, elle allait pouvoir se faire un bon gueuleton. La jeune combattante aux cheveux bleus croisa plusieurs types de personnes avant d’arriver sur le pas de la porte. Des chasseurs pour la plupart, au vu de leur accoutrement : entre les habits légers bourrés de poches, leur sac à dos, et surtout leurs armes : Hache, hallebarde, arc, double épée, des éventails… Ils avaient tout ce qu’il fallait pour chasser du monstre. Certains avaient même des trophées sous les bras. L’un avait une tête, l’autre un croc… Elle détourna le regard puis entra enfin dans ce bâtiment encore inconnu pour elle.
    
    Un brouhaha s’élevait dans le hall d’entrée immense, où se trouvait un grand nombre de personnes. Le décor n’était pas du tout la même qu’à l’extérieur. Le sol était couvert d’un carrelage beige, se mariant à la perfection avec le mobilier en bois. Les murs en marbre brillaient à la lumière du jour qui traversait les grandes fenêtres arrondies. Azuria était ébahie devant une telle bâtisse, elle était loin de se douter qu’il existait des auberges aussi majestueuses. La jeune femme se dirigea vers le comptoir qui se trouvait dans le fond de la salle. Sur sa gauche, une chose étrange l’interpella : sur toute la longueur du mur était affiché un écran holographié, présentant un grand nombre de cases. En voyant le troupeau de personnes scruter cette sorte de tableau, elle décida d’y jeter un œil.
    
    Sur le haut était marqué : Liste des quêtes. Lorsqu’elle lut plusieurs cases, elle comprit qu’il s’agissait de demande d’aide des habitants des villes alentour. Il y avait toute sorte de demandes : tuer des bêtes sauvages, des enquêtes, des escortes… En plus de ça, il y avait marqué la récompense donnée en cas de réussite. En écoutant ce qui se disait autour d’elle, la jeune combattante entendit des chasseurs chercher des quêtes bien différentes. Certains en voulaient des facile, alors que d’autres cherchaient l’impossible.
    
    L’estomac d’Azuria gronda. Elle se dirigea de nouveau jusqu’au comptoir.
    
    « Bien le bonjour, dit une femme vêtue d’un tailleur, en quoi puis-je vous aider ? »
    
    Elle était très bien habillée, avec les cheveux attachés en chignon et un rouge à lèvre un peu trop voyant au goût d’Azuria.
    
    « Y a-t-il un restaurant ? demanda Azuria timidement.
    
    – Bien sûr. Vous voyez la porte là-bas, juste à droite de la porte principale ? C’est l’entrée du restaurant. Désirez-vous une chambre ?
    
    – Non merci. Je repars juste après.
    
    – Bien. Je vous souhaite un agréable déjeuner, » dit-elle en souriant.
    
    Azuria suivit les instructions données et se rendit dans le restaurant. A l’entrée, un homme attendait derrière un pupitre.
    
    « Bonjour madame, une table pour une personne ? »
    
    Azuria acquiesça d’un hochement de tête.
    
    « Bien, Table numéro 63, allez-y, » dit-il en lui tendant un petit ticket marqué « 63 ».
    
    Elle passa une nouvelle porte pour se retrouver dans une salle immense, doublée d’une mezzanine. Elle s’avança, ses pas s’enfonçant dans la douce moquette rouge recouvrant le sol. Quelques personnes mangeaient sur les belles tables en bois recouvertes de nappes rouges, pendant que d’autres buvaient juste un verre au comptoir du bar. Le regard de la jeune femme tomba sur une cheminée, dont le feu crépitait et laissait une douce chaleur envahir les lieux. Juste à côté, un groupe de musiciens jouait une musique jazzy qui laissait une ambiance sonore apaisante flotter dans la pièce.
    
    Azuria trouva sa petite table carrée, collée contre le mur où se trouvait une fenêtre. Elle pouvait admirer le paysage tout en mangeant, une place de choix !
    
    Lors de son repas que lui avait apporté un serveur, elle surprit une conversation à la table voisine. Il s’agissait de marchands en colère, car les routes pour Astria étaient bloquées par l’armée de l’Ordre de la lumière. Plus aucune marchandise ne pouvait entrer dans la ville, tout était stocké dans un entrepôt hautement surveillé. Azuria serra sa fourchette de toutes ses forces. Encore une entrave à son objectif ! Il fallait qu’elle trouve une solution. Elle songea à foncer dans le tas, tuant tout ce qui bouge, mais elle n’avait pas la moindre idée de leur nombre ni de leur armement. C’était trop risqué. En voyant Baldin quitter les lieux, elle sortit de table à la hâte pour le rattraper.
    
    « Baldin, appela-t-elle. Attendez ! »
    
    Celui-ci se retourna, arborant une mine surprise.
    
    « Oh, Azuria. Que voulez-vous ? demanda-t-il.
    
    – Disons que… j’aurais aimé avoir votre aide, répondit-elle en détournant le regard, gênée.
    
    – En quoi puis-je vous aider ?
    
    – J’ai besoin que vous me fassiez entrer dans Astria clandestinement. »
    
    Baldin lui attrapa le bras et la traina dans un coin de la salle principale. Il regardait tout autour de lui, l’air inquiet.
    
    « Pas si fort ! Et pourquoi voulez-vous aller là-bas ? Ça grouille de soldat de l’Ordre. Après ce que vous avez fait, je ne suis pas sûr que ce soit un endroit sûr pour vous.
    
    – Écoutez, ce sont mes affaires comme je vous l’ai dit. Mais je suis prête à vous payer, en plus de vous rendre votre argent. »
    
    Baldin fut pris d’un hoquet tellement il fut surpris.
    
    « Non, j’aurais autre chose à vous demander en échange. Voilà, un chasseur, Dex, est parti tuer un Temehorth dans les marécages d’Aark. Cependant, il n’est toujours pas revenu et j’ai vraiment besoin d’un organe de cette bête. Vous pourriez aller voir ce qui lui est arrivé ? Et au pire des cas, me ramener une glande de venin qui se trouve dans sa queue ?
    
    – Vous vous foutez de moi ? Un Temehorth ? » s’emballa Azuria.
    
    Ces monstres impressionnants qui trainaient dans les marécages ne devaient surtout pas être approchés. D’une nature agressive, ces bêtes attaquaient tout ce qui vivait pour en faire leur repas.
    
    « Je sais, je sais. Mais j’ai mis la demande sur le tableau de quête et c’est le seul qui soit venu me proposer d’effectuer le contrat. Allons le chercher et je vous fais entrer.
    
    – Non ! J’ai besoin d’y être demain ! Il faut y aller maintenant !
    
    – Écoutez, Azuria. Le marécage n’est vraiment pas loin. De plus, je vous promets de vous emmener cette nuit et de vous faire entrer dans Astria. Mais en échange, il me faut cette glande ! »
    
    Azuria souffla, exaspérée. Elle n’avait pas envie de l’aider et de perdre son temps, mais elle n’avait pas vraiment le choix.
    
    « D’accord… On y va maintenant alors !
    
    – Ok, on est partis. »
    
    Ils retournèrent jusqu’au chariot de Baldin. Sauf qu’au lieu de partir avec la carriole, le marchand détacha les chevaux et lui en donna un.
    
    « Nous irons plus vite à cheval. Comme vous êtes pressée, dit-il en lui tendant les rennes avec un sourire.
    
    – Merci Baldin, » dit-elle sincèrement.
    
    Après avoir monté les chevaux, ils partirent au galop pour les marécages d’Aark.
    
    Ils traversèrent de grandes plaines vertes magnifiques, mais Azuria n’en profitait pas, elle en avait assez d’aller dans le sens opposé de son but. Elle continua de galoper en direction de la forêt qui se trouvait à l’horizon. Azuria n’avait pas fait beaucoup de cheval dans sa vie. Kenji lui avait appris à monter, car cela pourrait lui être utile pour son futur voyage, mais ce ne fut que quelques heures. Elle n’avait jamais galopé aussi vite. Le vent lui fouettait le visage et faisait virevolter sa jolie chevelure bleue azur. Elle s’y habitua après une dizaine de minutes, mais le voyage n’était pas des plus confortables pour elle.
    
    Ils arrivèrent enfin dans la forêt, où une petite bourgade miteuse les attendait.
    
    « Pourquoi il y a un village ici ? demanda Azuria en faisant ralentir le pas.
    
    – En fait, Edin a été construit afin de permettre aux chasseurs de s’y arrêter avant d’aller chasser dans le marécage. Plus tard, les gens se mirent à cueillir les nombreux fruits et champignons qui poussaient dans la région, pour les revendre ensuite aux auberges. Mais depuis que l’Ordre ne s’en occupe plus, ils n’ont plus les moyens d’y aller.
    
    – Pourquoi ça ?
    
    – Toutes sortes de monstres y vivent désormais… Dont les Temehorths ! Ces sales bêtes ! »
    
    Ils s’arrêtèrent devant une auberge et attachèrent les chevaux à l’écurie. Azuria remit de l’ordre dans sa chevelure mi courte, puis s’adressa au marchand.
    
    « Baldin, interpella Azuria. Vous allez rester ici pendant que je vais dans le marais.
    
    – Quoi ? Mais…
    
    – Pas de « mais ». C’est bien trop dangereux. Je ne peux pas me concentrer sur le monstre et sur votre sécurité. Donc vous attendez sagement ici que je revienne.
    
    – D’accord, vous avez raison, » reconnut-il.
    
    Azuria laissa le marchand à l’auberge et s’engagea vers la sortie arrière du village, celle qui s’enfonçait dans la forêt pour mener aux marécages.
    
    Le village était encore plus pauvre que les précédents. Les villageois étaient sales, avec des habits en mauvais état et des corps faméliques. La famine les frappait. Azuria serra les poings de colère. Comment l’Ordre pouvait permettre ça ? Venait-il aussi les ponctionner d’impôt dans leur état ?
    
    Elle chassa ces pensées de son esprit lorsqu’elle vit un panneau accroché au-dessus de la route, entre les deux palissades fermant la bourgade. Il y était marqué : « Marécage d’Aark ».
    
    Elle souffla et se mit en route, en se demandant comment elle allait s’en sortir face à un Temehorth. Jusque-là, jamais elle n’avait affronté une telle bête.

Texte publié par Seiki, 23 septembre 2017 à 17h36
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 3 « L'auberge de la croisée » Tome 1, Chapitre 3
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
863 histoires publiées
415 membres inscrits
Notre membre le plus récent est YannLMP
LeConteur.fr 2013-2017 Tous droits réservés