LC logo
Découvrir     Romans & nouvelles     Fanfictions     Poèmes     Blog     Forums
Connexion
Bienvenue visiteur !
Se connecter ou S'inscrire
Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 4 « Premier cours » Tome 1, Chapitre 4
Kalya se pressait pour se rendre à son cours. Elle n’avait jamais été aussi nerveuse. La tablette chargée sous le bras, tout en se répétant les prénoms des élèves dans la tête, la jeune pilote marchait d’un pas vif pour éviter d’être en retard. Son regard se porta à peine sur le couloir bondé d’académiciens. Même le brouhaha des discussions très diverses ne l’influençait pas dans sa course. Des enseignants lui firent un salut amical, mais elle ne répondit pas, trop concentrée sur sa prochaine mission, qui allait être un vrai challenge.
    
    Le stress monta d’un cran lorsqu’elle vit le numéro de sa salle. Ils étaient inscrits sur des petits panneaux lumineux en haut des portes. Ses élèves étaient presque de son âge, et attendaient patiemment leur professeur. Comme il était question de faire les présentations au premier cours, Kyle lui avait offert un petit gymnase amplement suffisant pour ses affaires. Kalya n’avait pas eu le temps de réfléchir au programme de l’année, et elle n’avait pas non plus demandé à un autre prof de lui en fournir un. Tant pis, elle allait improviser dans la semaine.
    
    Ils étaient quinze à attendre dans le couloir. Difficile de distinguer Kalya des autres élèves, eux qui avaient le même âge. Du coup, aucun ne broncha lorsqu’elle se pointa devant la petite troupe. Une scène l’interpella. Un peu plus en retrait, une jeune femme se faisait embêter par un homme. Grand, avec un corps élancé, mais musclé, il s’amusait à se moquer de son physique. L’élève était rousse, petite au corps mince, elle n’avait pas du tout l’air de quelqu’un de sportif. Kalya se demandait comment elle avait réussi à passer les tests de pilote, très éprouvant pour la plupart. Mais c’était possible, car elle-même y était parvenue.
    
    « Tu crois que tu vas réussir les cours de combat Cassie ? Franchement, fais attention, on ne peut pas tricher là, tu vas surement finir cassé en deux… N’est-ce pas Casser ? »
    
    Deux hommes derrière lui se mirent à ricaner comme des abrutis. Kalya sourit. Elle avait trois crétins pour assouvir son autorité.
    
    « Garde à vous ! » cria Kalya, en prenant air sombre.
    
    Les élèves, pris de panique, obéirent sans comprendre que Kalya était leur professeur. Certains avaient les yeux grands ouverts, surpris par la jeunesse de l’enseignant qu’ils avaient en face d’eux. Kalya ouvrit la porte et leur fit signe d’entrer sans dire un mot. Elle vit l’homme faire un croche-patte à Cassie pour s’amuser, tout en lui disant de faire attention pour ne pas se briser en tombant. C’était vraiment un comportement exécrable que Kalya ne supportait pas.
    
    Plus jeune, Kalya subit la même torture de la part de certains élèves. L’académie militaire était un endroit sans pitié, et les jeunes apprenaient le respect de diverse manière. Lorsqu’elle se faisait chahuter, Kalya n’hésitait pas à se battre, jusqu’à en casser les dents de ses adversaires. Les punitions et renvoie ne l’avait jamais arrêté, c’était de cette façon qu’elle s’était fait respecter de tout le monde.
    
    Pour sa part, Cassie n’avait pas l’air d’oser se rebeller contre cet individu. C’était à elle de changer ça ! Déterminée, Kalya emboita le pas du dernier élève et ferma la porte.
    
    La classe était assez grande, avec un grand carré de tatamis posés sur un sol de métal. Les élèves avaient enlevé leur chaussure pour s’aligner dessus. Kalya en fit de même puis les dévisagea un à un. L’homme avait fait exprès de se mettre derrière Cassie, qui était bien plus petite que lui. Elle le vit alors lui mettre discrètement la main aux fesses et pouffer de rire comme un imbécile. Cassie était devenue rouge de gêne, trop intimidée pour réagir.
    
    C’était maintenant ou jamais.
    
    Kalya prit sa tablette, puis passa sa liste jusqu’à voir la fiche de cet homme. Victor Ardor.
    
    « Victor, l’apostropha-t-elle. Venez donc vous mesurer à moi. »
    
    Un silence de mort régna dans la salle. Les élèves avaient les yeux fixés sur leur professeure, la surprise se lisant sur leur visage. Certains avaient l’air outrés par ce qu’elle venait de dire. Le jeune se mit à rire en regardant à droite à gauche, puis se tourna vers Kalya.
    
    « Désolé, mais, je n’ai pas envie de me mesurer à une manchote doublée d’une unijambiste. Vous allez me faire mal avec vos membres cybernétiques. Ça fait bizarre d’avoir comme prof un soldat raté, non ? » dit-il en regardant ses camarades.
    
    Plusieurs d’entre eux n’osaient pas le regarder. Seule une grande femme blonde hochait la tête de dégout et l’injuria à voix basse.
    
    Kalya ne s’énerva même pas. Elle avait même envie de rire. C’était magnifique d’avoir un crétin pareil pour son premier jour. Elle se tourna pour poser sa tablette sur l’unique table, puis retira sa veste de lieutenant pour laisser place à son débardeur. Elle se remit au centre du tatami et le fixa de ses yeux bleu saphir.
    
    « Amène-toi, » dit-elle d’un ton impérieux.
    
    Son sourire d’abruti s’élargit, cherchant du regard de l’aide de ses camarades. Pendant ce temps, Kalya mit son bras cybernétique dans le dos et recula sa jambe.
    
    « Je n’ai pas besoin de mes membres cybernétiques pour te coller une tête au carré. À moins que tu ne sois qu’un lâche doublé d’un crétin ? »
    
    Le jeune homme sortit de la rangée énervée. Évidemment, il bouscula Cassie au passage.
    
    « Oh désolé, je t’ai pas cassé le bras ? »
    
    Tellement drôle que ses deux acolytes pouffèrent de rire.
    
    C’était vraiment un comportement puéril, indigne d’un soldat de l’armée. Comment avait-il pu continuer ainsi ? Kalya allait y mettre un terme.
    
    Il se plaça devant elle en position de combat.
    
    « J’ai peur de vous faire mal…
    
    – Ou tu parles pour gagner du temps. Tu sais que tu es une merde, c’est ça ? »
    
    Comme les autres élèves gloussèrent, Victor s’énerva. Il s’élança sur Kalya puis tenta un crochet du droit d’une grande puissance. Kalya l’évita et guida son bras avec sa main gauche pour utiliser sa propre force contre lui. Entrainé par son coup, Kalya en profita pour le frapper au genou pour le mettre à terre. Victor n’eut pas le temps de se relever, que Kalya fit une vrille pour lui mettre un coup de pied en pleine tête, ce qui le propulsa à terre dans un cri de douleur. Il roula sur le côté pour se relever, bien plus énervé encore.
    
    Victor fondit sur son professeur avec une colère évidente. Le coup qu’il portait était loin d’être mauvais. Beaucoup de force, une grande précision, assez pour mettre KO une personne instantanément. Cependant, même si Kalya ne possédait pas cette puissance, elle était très habile et connaissait les points faibles du corps humain par cœur. Lors de ces entrainements, ses professeurs lui avaient appris à frapper ces divers endroits, jusqu’à ce que ça en devienne mécanique.
    
    Elle esquiva la première attaque de Victor, qui enchaina avec un coup de pied. Il se fatiguait à essayer de la toucher, mais il ne réussit même pas à lui frôler un cheveu. Kalya fit exprès de faire une erreur lors d’une esquive, et Victor saisit l’occasion avec un sourire. Il tenta un crochet du gauche sans réfléchir. La jeune femme para son bras, puis le frappa au ventre de sa jambe valide. Déstabilisé, il chancela pour mettre de la distance avec son adversaire. Cependant, Kalya ne laissa pas faire. Lorsqu’il se redressa, elle frappa en plein estomac, sous le bras, et finit par un coup à la gorge. Victor tomba à genoux dans un râle, la respiration coupée. Kalya le fit tomber d’une simple pression du pied. Elle se tourna enfin vers ses élèves.
    
    « Comme vous voyez, quelle que soit la carrure ou la force de votre adversaire, il suffit de certains coups bien placés pour gagner. »
    
    Un silence régnait dans la salle. Les élèves avaient les yeux rivés sur leur professeure, assurément impressionnés par sa prestation. Kalya dévisagea les deux abrutis de laquais de Victor.
    
    « Vous ne voulez pas aider votre pote ? À deux contre un, vous auriez peut-être une chance ? À moins que votre seul talent soit de ricaner comme deux bouffons ? »
    
    Les deux hommes ne bronchèrent pas. Au contraire, ils baissèrent la tête, complètement ridiculisée. Kalya attrapa le col de l’uniforme de Victor de sa main robotique, puis le lança avec force sur ces deux compères. Pris au dépourvu, ils n’eurent pas le temps de l’éviter. En essayant de le rattraper, ils furent emportés au sol sous le regard amusé de leur camarade.
    
    « On est dans l’armée ici, les gamineries c’est terminé. Le respect est primordial et je n’accepterai aucun écart de ce côté-là. De plus, l’entraide est une chose essentielle que vous allez apprendre. Nous n’abandonnons jamais un coéquipier. Jamais ! »
    
    Le reste du cours se passa bien plus en douceur. Kalya se présenta, ainsi que son parcours, puis demanda à chacun d’en faire autant. Elle n’avait eu aucun mal à se lier avec ses élèves. C’était plus facile qu’elle n’aurait cru, sûrement grâce à son tour de force. Ils étaient tous motivés pour devenir pilotes, mais certains manquaient encore d’assurance, comme Cassie. Son dossier révélait sa capacité intellectuelle hors norme, mais la théorie n’était pas tout dans la vie, et elle allait devoir franchir de grandes épreuves pour être recrutée.
    
    La sonnerie annonça la fin du cours. Les élèves sortirent de la classe, pour la plupart avec le sourire, et Kalya eut le droit à un « au revoir » de chacun d’eux. Même Victor et ses acolytes l’avaient salué. Quelle victoire ! Elle était fière d’elle ! Cassie s’arrêta devant elle avec un petit sourire au coin de la lèvre.
    
    « Merci pour tout à l’heure…
    
    – Cassie, lui dit Kalya d’un ton grave. Si tu ne t’endurcis pas, tu ne pourras pas te défaire de ce genre de situation. Je ne serais pas toujours là pour lui casser la gueule. Il va falloir te démerder ! »
    
    Son sourire s’effaça. Cassie acquiesça d’un pauvre hochement de tête, puis parti.
    
    C’était dur, elle le savait, mais elle devait la motiver pour s’endurcir. Kalya remit sa veste, reprit sa tablette, et s’empressa de rentrer chez elle, fatiguée de sa première journée. Et pourtant, elle n’avait travaillé que l’après-midi.
    
    Lorsqu’elle traversa l’allée centrale, son téléphone sonna. Elle mit son petit communicateur à l’oreille, puis en passant le doigt devant, elle répondit :
    
    « Oui allô ? demanda-t-elle.
    
    – Yo Kalya ! C’est Larth !
    
    – Ah Larth ! Comment tu vas ?
    
    – Beh écoute, l’aprèm était assez chiante en fait. Aucune mission aujourd’hui… Tu es toujours partante pour aller voir l’objet découvert ? »
    
    Kalya s’arrêta de marcher pour y réfléchir. Il n’était pas encore trop tard. Le soleil était bas dans le ciel, mais pas encore assez pour asperger le monde de ses rayons orangés. Les Ténèbres de la nuit n’allaient pas encore s’abattre sur la ville.
    
    « Oui ! J’arrive ! »
    
    Elle raccrocha et fit marche arrière. Elle devait contourner le dôme principal par l’est, pour se retrouver dans le département scientifique. C’était un grand immeuble métallique, muni de multiples tours s’élevant dans les airs. Sur le toit, il y avait un grand nombre d’antennes. Certaines permettaient de joindre les différentes colonies dans la galaxie, mais pour d’autres, Kalya n’avait pas la moindre idée de leur fonctionnement. Après avoir dépassé les Exelions en patrouille, elle retrouva Mikael et Larth à l’entrée.
    
    « Ah te voilà ! Bon, Mickael sait où est l’objet, nous n’avons qu’à le suivre.
    
    – Et c’est parti ! » lui dit-il avec énergie.
    
    Ils traversèrent le bâtiment à la hâte. Il y avait beaucoup de bureaux dans les premières salles. Mais plus ils s’enfonçaient dans l’édifice, plus il y avait des couloirs quadrillant les différents labos. Kalya remarqua toutes les études faites en ce moment même : sur la faune, la flore… Ils arrivèrent enfin devant la petite salle de l’objet inconnu. Il était posé sur une table avec diverses machines autour. Les données affichées n’étaient pas toujours compréhensibles. Mickael activa un petit écran sur le bas de la vitre, installé de façon à pouvoir communiquer avec l’intérieur du laboratoire en question.
    
    « Alors les gars ? Vous avez trouvé ce que c’est ?
    
    – Non toujours pas. Nous avons demandé à l’équipe EX de retourner dans le canyon, afin de nous trouver de nouvelles informations. J’espère qu’ils pourront nous aiguiller… »
    
    Kalya scrutait la boule avec intérêt. Elle était parfaitement sphérique, avec une barrette noire qui en faisait le tour. Le métal d’un gris brillant reflétait les néons du plafond. Il était incroyable de voir un objet aussi bien fait. Mais la jeune femme était surtout curieuse de savoir à quoi il pouvait bien servir. Et qui avait pu le construire ? Malheureusement, ce n’était pas aujourd’hui qu’elle aurait les réponses à ses questions. Si l’équipe EX retournait faire des fouilles, peut-être en apprendraient-ils d’avantage demain.
    
    « Merde dommage, soupira Larth.
    
    – Oui… Bon tant pis les gars. Je vous laisse, je vais rentrer, » leur dit Kalya avant de partir.
    
    Qu’il était bon de rentrer chez soi après une dure journée. Et encore, ce n’était rien comparé à ce qu’il l’attendait. Demain, elle allait devoir faire cour avec sa classe, fini les présentations sommaires. En plus, elle devait trouver un programme assez rapidement, sans ça elle allait devoir continuer à leur faire classe sans avoir un but précis.
    
    Le soleil s’était rapidement couché, comme tous les jours sur cette planète. Les humains étaient habitués à travailler neuf heures dans des journées de douze heures. Cependant, Oleva tournait autour du soleil légèrement plus vite qu’Avena. Pour certains, la transition était difficile. Il fallait changer tout un rythme pour se caler aux nouveaux horaires, d’autres tâchaient de garder celui d’Avena, décalant leur activité de façon aléatoire. Ce n’était pas plus mal, cela permettait d’avoir une animation nocturne dans la ville.
    
    Pour Kalya, de toute manière, cela ne changeait pas grand-chose. Dans l’armée, il n’y avait pas d’horaire. Quand elle n’avait pas de mission, elle faisait des heures de bureau, lorsqu’elle en avait une, elle ne comptait plus ses heures. Ce soir, elle rentra chez elle le cœur léger. D’une part, elle avait brillamment mené à bien son entrée en scène à l’académie, et de l’autre, elle avait réussi à obtenir un petit boulot sympathique avec une bonne classe.
    
    Lorsque la jeune femme mit les pieds dans son appartement, elle fut frappée de surprise. Un léger parfum d’orchidée flottait dans l’air. La fleur préférée de Kalya poussant sur les terres d’Avena. Elle retira ses bottes malgré la lumière tamisée pour s’aventurer ensuite dans le salon d’où une faible musique orchestrale s’échappait. Des notes de violon associées à un piano faisaient vibrer l’air d’une musique douce et chaleureuse. Sur la table basse du salon se trouvaient deux belles bougies dont l’ombre des flammes dansait sur le mur.
    
    Mais encore plus extraordinaire : Elianne préparait le dîner tout en étant sur son 31. Une longue jupe noire laissant à l’air ses belles jambes. Kalya se pinça les lèvres d’excitation, avant de faire signe qu’elle était rentrée.
    
    « C’est pour quoi tout ça ? » demanda-t-elle, toujours aussi surprise.
    
    Elianne se retourna, puis lui fit un sourire enjôleur.
    
    « J’ai pensé qu’une bonne soirée nous ferait du bien. En plus, tu as eu ton petit boulot comme tu le souhaitais. Ça se fête non ?
    
    – Tu sais déjà ? Les nouvelles vont vite… soupira Kalya.
    
    – Allez, à table ! lui dit sa copine en rigolant.
    
    – Attends, je vais me changer ! Je ne vais pas rester dans mon uniforme plein de sueur ! »
    
    Avant même qu’Elianne ne puisse protester, Kalya avait déjà filé en vitesse sous la douche. Cependant, elle n’avait pas de tenue aussi courte et sexy, ce n’était pas vraiment son truc… Le mieux était un pantalon, associé à une chemise blanche et une veste noire. Elle se parfuma, se maquilla, puis retourna dans le salon.
    
    Kalya était aux anges. Le repas était charmant. L’attention d’Elianne était incroyable : elle avait scrupuleusement préparé chacun de ses plats préférés, jusqu’au dessert. Les deux jeunes femmes discutèrent de l’état de Kalya, de son nouveau boulot, puis Elianne parla de sa journée… Elle n’arrivait pas à défaire son regard, fixé sur ses yeux émeraude brillant d’un éclat magnifique. Cette attention toucha Kalya en plein cœur, elle se sentait tellement heureuse et soulagée d’avoir une copine comme elle.
    
    La suite de la soirée se passa dans le canapé, devant un bon film. Kalya avait posé sa tête sur les cuisses d’Elianne et se laissa caresser les cheveux. Une fois le film fini, Elianne demanda :
    
    « Tu veux aller dormir ? Tu dois être crevée après une journée pareille… »
    
    Kalya se redressa, et sans dire un mot, s’assit sur les jambes d’Elianne, puis rapprocha son torse du sien.
    
    « Sûrement pas. Pas après une telle soirée… »
    
    Elianne lui sourit. Kalya passa la main dans sa chevelure dorée avant de l’embrasser tendrement. Lorsque son amie le lui rendit, elle passa la main sur sa poitrine et l’autre sous sa jupe. Elianne en profita pour lui retirer sa veste et sa chemise, tout en gémissant de bonheur. La nuit fut longue pour les deux jeunes femmes. Après avoir profité du canapé pour leurs ébats amoureux, elles passèrent dans leur chambre pour continuer. Kalya fut littéralement emporté par une nuit torride comment elle n’en avait jamais connus.
    
    Elle était loin de se douter de ce qui allait arriver ensuite…
    
    Endormi depuis à peine deux heures, suite à un enchainement d’orgasmes, son téléphone sonna. Énervée d’être réveillée de cette façon, elle l’attrapa violemment. Elianne se réveilla aussi et se tourna dans le lit. Kalya voulut raccrocher immédiatement, mais fit le contraire lorsqu’elle vit le nom de Kyle.
    
    « Oui commandant ? demanda-t-elle une fois décroché.
    
    – Lieutenant Kalya, venez immédiatement dans mon bureau. Ne parlez à personne que vous venez me voir. Bon, je sais qu’Elianne sera au courant… Mais aucune personne de l’académie !
    
    – Mais qu’est-ce qui se passe ? s’inquiéta-t-elle.
    
    – une chose terrible est arrivée… »

Texte publié par Seiki, 9 septembre 2017 à 18h54
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 4 « Premier cours » Tome 1, Chapitre 4
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
828 histoires publiées
412 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Théo Seguin
LeConteur.fr 2013-2017 Tous droits réservés