LC logo
Découvrir     Romans & nouvelles     Fanfictions     Poèmes     Blog     Forums
Connexion
Bienvenue visiteur !
Se connecter ou S'inscrire
Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 11 « Sauvetage » Tome 1, Chapitre 11
Le groupe s’arrêta pour se reposer à l’ombre d’un arbre gigantesque. Azuria s’allongea à l’écart des autres. Dex l’énervait et elle avait besoin de calme pour se ressourcer. Le combat l’avait fatigué. Il lui fallait s’entrainer de nouveau pour pouvoir tenir un véritable affrontement, mais pour l’instant, Azuria ferma les yeux et se laissa bercer par la douce mélodie de la nature. Le gazouillis des oiseaux plongeant dans les branches de l’arbre balancé par le vent, les cris d’animaux sauvages loin dans la vallée… Le tout avec une brise agréable en cette belle journée ensoleillée.
    
     « Eh gamine ! »
    
     Rien de plus irritant que d’ouvrir les yeux et de voir Dex, penché au-dessus d’elle. Il lui tendit un morceau de viande séchée et une pomme.
    
     « Mange un peu, nous avons encore une demi-journée de marche à faire.
     – Merci, dit-elle en prenant la nourriture.
     – C’est Eis qui a pensé à prendre un casse-croute, remercie le lui. »
    
     Dex s’éloigna pour la laissée tranquille et il rejoignit le résistant. La viande n’était pas très bonne, cela ne valait pas un repas d’Hinako. Azuria se demandait ce qu’ils pouvaient bien faire en ce moment. Étaient-ils inquiets ? Avaient-ils eu vent de son combat par les infos ? Elle ne put s’empêcher de culpabiliser de les avoir abandonnés, sachant tout ce qu’ils avaient fait pour elle.
    
     Eis s’assit à ses côtés.
    
     « Tu vas bien ? demanda-t-il.
     – Ça va, » répondit-elle froidement.
    
     Elle voulait éviter de parler de ses problèmes. C’était les siens et elle allait les gérer seule.
    
     « Comment va ta jambe ? J’ai vu que tu avais du mal pendant le combat.
     – Oui, dit-elle en soufflant. Je ne tiendrais pas longtemps face à Nantis dans cet état-là…
     – D’ici à ce que tu l’affronte de nouveau, tu auras le temps de t’en remettre. Nous avons une demi-journée de marche, et ensuite nous avons pas mal de chemin avant d’arriver au forgeron.
     – Tu sais ce que nous allons traverser ? demanda-t-elle intriguée.
     – De ce que je sais, il y aurait un labyrinthe extrêmement dangereux à traverser. Je n’ai pas plus d’infos que ça… Tu sais, peu d’aventuriers en sont revenus vivants.
     – Je vois… »
    
     Que s’était-elle imaginé ? Elle se sentit bête d’avoir pensé que ce serait facile. Pourtant, elle ne fléchirait pas, sa détermination était sans faille. Lors de son précédent combat, elle avait réussi à prendre le dessus. Une fois bien armée, elle serait bien plus puissante que son adversaire. Eis posa la main sur son épaule. Il arborait un regard chaleureux, d’une personne digne de confiance. D’un ami.
    
     « Ne t’inquiète pas, je vais t’aider et nous irons voir ce forgeron ensemble.
     – Merci, » répondit-elle avec un sourire timide emplit de sincérité.
    
     Eis se leva et s’étira.
    
     « Allez les enfants ! En route pour Felys ! »
    
     Dex et Azuria se relevèrent et suivirent le résistant. Ils traversèrent la grande vallée en longeant la montagne par l’ouest. Le temps était toujours propice à une bonne promenade. Le vent caressait la chevelure azur de la jeune combattante. Sa jambe droite fatiguait, mais elle se força à continuer sans demander une pause. Il fallait qu’elle s’endurcisse et elle n’avait que peu de temps pour le faire. En pleine après-midi, la chaleur commençait à se faire ressentir. Azuria dut enlever sa veste beige pour laisser son débardeur à col montant à l’air libre, dans l’espoir que le vent puisse la rafraichir ne serait-ce qu’un peu.
    
     Alors qu’ils étaient toujours en marche vers la grande ville, une femme alla à leur rencontre. La trentaine et complètement affolée, elle accourait vers Eis.
    
     « S’il vous plait, aidez-moi ! Je vous en prie ! Mon mari est tombé dans une crevasse ! J’ai besoin d’aide ! »
    
     Surprise, Azuria se demandait ce que le résistant allait faire.
    
     « Ou est-il ?
     – Là-bas, dit-elle en pointant du doigt un endroit un peu plus en hauteur. Sauvez-le, je vous en prie !
     – Calmez-vous, on va tenter de vous aider. »
    
     Azuria interrompit le résistant.
    
     « Felys nous attend Eis, laissons là demander de l’aide à la ville et partons. Je suis pressée…
     – Azuria ! s’énerva Eis. Ce n’est pas une raison pour ne pas aider les gens dans le besoin ! C’est sur notre chemin, nous allons jeter un œil. »
    
     Sur ce, il se retourna et rejoignit la dame qui avait déjà pris de l’avance. Azuria se sentit un peu honteuse d’avoir demandé une telle chose, mais elle ne voulait pas perdre de temps.
    
     Ils suivirent alors la trentenaire jusqu’à la crevasse. Comme prévu, le mari était au fond en train d’attendre de l’aide.
    
     « Aidez-moi ! supplia-t-il.
     – tout va bien, monsieur ? demanda Eis
     – J’ai la jambe cassée… » dit-il avec déception.
    
     Azuria chercha un moyen de l’atteindre. Le trou était assez large pour qu’une personne descende, mais le plus dur était de faire remonter un infirme.
    
     « Dex, descends, ordonna Eis. Avec ta Novark, tu devrais pouvoir agrandir le passage ou en fabriquer un.
     – Ou nous ensevelir sous de la roche, dit-il en inquiet.
     – Tu as une meilleure idée ? demanda le résistant.
     – Ouai, aller à Felys et demander aux soldats de venir ici.
     – Vous êtes vraiment nul ! s’exclama Eis. On peut le secourir alors on va le faire ! »
    
     Après s’être énervé, il descendit dans le gouffre pour rejoindre le prisonnier. Azuria et Dex se regardèrent, puis après avoir soufflé, le jeune homme suivit.
    
     Au fond de la crevasse, Eis aidait l’homme à se relever pour l’éloigner de l’entrée.
    
     « Reste là-haut Azuria, lui dit le résistant. Tu vas nous aider à le remonter.
     – Ok, ça marche, dit-elle.
     – Allez cocotte, c’est parti ! » souria Dex en préparant un premier coup de poing.
    
     Il frappa la paroi rocheuse d’un uppercut violent. Azuria s’inquiéta lorsqu’elle vit une fissure se former sous ses pieds et ceux de la femme.
    
     « Dex… appela Azuria.
     – Ouai ?
     – Il y a toute une fissure qui vient d’apparaître là…
     – Tout va bien alors, par contre tu devrais reculer un peu…
     – Mais… Tu es sûr de toi ? demanda Azuria en reculant avec la trentenaire.
     – Bien sûr, tu sais bien que je suis le plus beau et le plus fort ! »
    
     Ce n’était pas vraiment ce qu’elle avait en tête, mais s’il savait ce qu’il faisait alors soit. Reculant au-delà de la fissure, elle attendait avec impatience de voir ce qu’il allait faire. Un nouveau coup retentit et un morceau de roche vola en éclat. Azuria, les yeux écarquillés devant un tel spectacle, regarda la pluie de pierres tomber à plusieurs dizaines de mètres de là où ils étaient.
    
     « Ramène-toi ma beauté ! cria Dex.
     – J’ai un prénom ! » s’énerva-t-elle en posant son manteau.
    
     Tout le monde allait bien et l’attendait. Dex avait élargi l’ouverture de tel sorte qu’ils n’avaient que quelques enjambés à faire pour remonter. Eis et Dex portaient l’homme et l’aidèrent à marcher. Arrivant vers le sommet, Azuria agrippa la personne et la sortit de la caverne.
    
     « Accrochez-vous bien, lui dit-elle.
     – Merci beaucoup, dit-il essoufflé. Désolé de vous avoir retardé…
     – Arrêtez, c’est moi qui suis désolé. Reposez-vous, » dit-elle en l’aidant à s’assoir sur un rocher.
    
     Sa femme accourut vers lui, pleurant de soulagement. Ils s’enlacèrent puis elle examina sa jambe. Pendant ce temps, Azuria vit ses deux compagnons sortirent de la crevasse. Mais Eis était interloqué et regardait de nouveau le trou béant.
    
     « Qu’y a-t-il ? demanda Azuria.
     – Il y a quelque chose là-dedans. On a vu une lueur rouge avec Dex. Ça ne te dérange pas si on va voir ? »
    
     Azuria souffla intérieurement. Cependant, par curiosité, elle suivit Eis alors qu’il retournait déjà dans la caverne. La jeune femme descendit avec précaution la crevasse créée par Dex. Il y avait un tunnel, très étroit, qui continuait dans les entrailles de la montagne. Les deux hommes avaient allumé leur lampe pour chasser les ténèbres sur leur chemin. Azuria la voyait, la petite lueur rougeâtre au fond de ce gouffre. Un vent froid circulait, donnant des frissons à la jeune femme. Le dernier passage était très étroit, elle était obligée de se mettre de côté pour passer entre deux parois, sentant la roche lui frotter le dos.
    
     Enfin arrivée près de la lumière, elle vit une chose incroyable : il y avait une porte en métal avec un néon rouge allumé juste au-dessus. Le plus bizarre, c’était le symbole gravé sur la porte : un prisme avec un soleil au-dessus : celui de l’Ordre de la lumière.
    
     « C’est quoi ce bordel ? demanda Dex en s’approchant de la porte. Pourquoi y a-t-il le symbole de ces enfoirés ici ?
     – Bonne question, dit Eis en s’approchant d’un petit panneau de commande.
     – Tu peux nous ouvrir ça, Eis ? » demanda Dex.
    
     Il appuya sur le bouton vert et la porte s’ouvrit. Une odeur de renfermé mélangée à une forte puanteur les submergea, obligeant la jeune femme à se boucher le nez. Eis et Dex pourfendaient les ténèbres de leur lampe torche, révélant une structure à la technologie avancée, mais abandonnée depuis quelque temps déjà.
    
     « Bon sang, mais c’est quoi ça ? demanda Dex.
     – Une base de l’Ordre, j’imagine… dit Eis en balayant les parois de son faisceau lumineux.
     – Il faut trouver l’alimentation, » suggéra Azuria.
    
     La jeune combattante restait sur ses gardes. Dans un endroit comme celui-ci, n’importe quoi pouvait leur tomber dessus. Que pouvait bien faire l’Ordre de la lumière dans une base aussi secrète ?
    
     Eis se faufila dans une salle jouxté au couloir, et y trouvé une grande armoire électrique. Il trouva un gros levier qu’il actionna. Brutalement, une lumière vive inonda la base sous terraine. Ils retournèrent sur leur pas pour continuer à traverser le couloir. Les sas s’ouvraient d’eux même à leur approche, jusqu’à ce qu’ils soient confrontés à un sol jonché de cadavres. Azuria se boucha le nez au vu de la puanteur nauséabonde que dégageaient les corps. Des soldats de l’Ordre, des civiles, tous étaient dans des états de décomposition avancés. Cela devait faire un moment que l’Ordre avait abandonné la base.
    
     Eis s’agenouilla pour examiner les morts.
    
     « Alors, tu trouves quelque chose d’intéressante ? demanda Dex, curieux.
     – Hormis que ce sont des soldats de l’Ordre et des civiles, je ne vois rien de plus. Mais vu les armes au sol et la position des personnes vers le sas, je dirais que les civiles tentaient de fuir. Mais ce n’est qu’une suggestion. »
    
     Azuria, toujours le nez bouché pour amoindrir la puanteur, suivit les cadavres jusqu’à une salle. Un autre spectacle horrible lui fit face. À l’intérieur, d’autres morts étaient empilés dans un coin, avec en son centre toute une machine avec une table d’opération. Ce bâtiment abritait-il un centre de recherche secret ? Et les expériences devaient être faites sur des humains… 

Texte publié par Seiki, 12 juin 2017 à 18h20
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 11 « Sauvetage » Tome 1, Chapitre 11
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
784 histoires publiées
395 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Idril Elenna Tinúviel
LeConteur.fr 2013-2017 Tous droits réservés