LC logo
Découvrir     Romans & nouvelles     Fanfictions     Poèmes     Blog     Forums
Connexion
Bienvenue visiteur !
Se connecter ou S'inscrire
Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 1 « Démon… vous avez dit Démon ? » Tome 1, Chapitre 1
Aujourd’hui, c'est ma dixième patrouille sur la Frange.
    
    Si je garde le compte, c'est que je suis encore très récente dans la fonction. Un jour arrivera où ça ne me viendra plus à l'esprit, j'en suis certaine. Mais pour le moment, je me sens trop inexpérimentée, et ce dix brille devant mes yeux comme une rune de dissuasion. J'ai envie de fermer les paupières pour l'oublier, mais je sais que ça ne me mènera nulle part. Cela m'empêchera surtout d'être efficace…
    
    … à supposer que je puisse l'être un jour.
    
    Vous ne suivez pas grand-chose de mes propos, et c'est normal. Je ne vous ai pas donné beaucoup d'éléments. Je m'appelle Prismè et je suis une citoyenne de Strata. Pour faire simple, il s'agit de la principale cité d'Ether, la nation céleste. Une ville immense qui flotte loin au-dessus de notre planète, Almaia, qui est devenue inhabitable quand l'affrontement de puissants mages abscuria a créé des brèches vers les Limbes. Mais tout le monde connaît ça… Brièvement – pour ceux qui n'auraient pas suivi en classe, les anciens habitants d'Almaia se sont répartis dans les profondeurs de la planète, dans les cieux ou dans les macules de limbes, ces nuées grisâtres dans lesquelles nous avons interdiction formelle de pénétrer. Bien sûr, ceux des macules n'ont plus grand-chose d'humain.
    
    Depuis que notre peuple vit sur Strata, l'énergie magique qui la maintient dans les airs, aussi nommée Iridescence, provoque des changements chez la population. Certains d'entre nous naissent avec des capacités particulières : la possibilité de produire des alaées.
    
    Pourquoi ne les appelle-t-on pas simplement des ailes ? Juste parce que nous ne les portons pas en permanence. Elles apparaissent comme deux tâches brillantes dans notre dos. Et quand nous les activons, elles se matérialisent comme de grandes lames de lumière ; leur nombre, leur taille, leur couleur et leur disposition varient selon les personnes. Les miennes comprennent quatre lames de chaque côté, deux longues et deux plus courtes. Elles sont blanches, sans doute en raison de ma peau très pâle, de mes yeux irisés et de mes cheveux argentés. On dit de moi que je suis l'image même d'une Alate.
    
    Naître Alate implique certaines responsabilités. Comme celle de servir pendant deux ans parmi les sentinelles de Strata. Ensuite, j'aurai la possibilité de m'engager définitivement ou trouver une autre voie. Quand j'étais enfant, je m’imaginais assez facilement passer ma vie à voler entre les nuages, mon foudre en main. Mais à ma grande honte, après quelques patrouilles, j'ai commencé à changer d'avis. La plupart du temps, cela consiste juste à faire le tour de Strata pour repérer un quelconque danger – des déchirures vers les Limbes, des démons, des sembres ou des rukus, la plupart du temps – et de filer donner l'alerte si besoin. Nous autres, les simples patrouilleurs, nous ne sommes pas appelés à nous battre même si nous avons un foudre – il est censé n'être employé qu'en protection.
    
    J’étends légèrement mes alaées, plongeant pour augmenter ma vitesse. L'exercice semble un peu inutile : les incursions sont rares, mais je ne suis pas sans connaître les conséquences de laisser entrer un sembre – ces créatures à l'apparence toujours différente, droit issues des Limbes et capables de dissocier la matière – dans le périmètre de Strata. Le principe de précaution est clairement valide. Mais si je pouvais m’endormir en vol, je crois que je le ferais… Je n'aurais pas dû sortir avec Altera et Kiriss hier soir… Ça ne me réussit pas de « faire le mur » !
    
    Je me redresse pour marquer une pause, pendant laquelle je pêche dans une poche de ma combinaison gris pâle une carte sensitive ; elle m'indique à quel niveau de ce périple je me trouve exactement. Écartant mes lunettes de protection, j’examine la surface lisse et brillante. Je sais que je risque plus de me démoraliser que de me rassurer ; en effet, je ne suis même pas parvenue à la moitié. Si je termine trop vite, cela sera suspicieux. Si je vais plus lentement, on m'accusera de lambiner. Je dois prendre mon mal en patience et poursuivre ma tournée autour du vaste plateau de la ville. Je remets mes lunettes en place avant de repartir.
    
    J’en profite pour améliorer mes techniques de vol. Cela ne fait que deux ans, après tout, que mes alaées sont assez fortes pour me porter et je n’en emploie pas encore toutes les possibilités. A défaut d'autre chose, l’entraînement des patrouilleurs me permet d’apprendre beaucoup sur la façon de les positionner ou de faire varier leur énergie, ou de me placer dans les courants pour voler plus efficacement. Je m’efforce de m’appliquer ce qu’on m’a inculqué ces derniers mois : j’aurais moins l’impression de perdre mon temps.
    
    Alors que je sors d’une série de loopings, une tache noire attire mon attention. Se pourrait-il que…
    
    Mon cœur se met à battre violemment. Ce n’est sans doute rien du tout… Un aéroquartz qui a dévié de la route habituelle à la suite d’un problème technique ou d’une erreur humaine. Je n’aurai qu’à l’intercepter et le prier de se replacer sur la trajectoire adéquate. Mais plus je m’approche, moins j’en suis persuadée. Un rukus alors ? Ces oiseaux géants provoquent toute sorte de dégâts quand ils s’enhardissent à voler au-dessus de Strata. Peut-être que je pourrai m'avancer suffisamment pour déterminer de quoi il retourne avant de donner l’alerte.
    
    Je sais que je devrais le faire tout de suite, sans me poser toutes ces questions. Mais je suis curieuse… et imprudente. Mes yeux commencent à mieux distinguer ce à quoi j’ai affaire. La créature n’est pas noire, comme je l’avais cru, mais rouge sombre. Son corps ressemble à celui d’un humain, mais avec des membres plus courts et une tête chauve. Son visage n’a pas de bouche, de nez, ni d’oreilles, mais il est couvert d’une myriade d’yeux noirs et brillants. Deux paires d’ailes membraneuses, une naissant de ses épaules et l’autre au niveau des reins, le maintiennent dans les airs.
    
    Mon sang se fige dans mes veines. Un démon.
    
    Et dire que je pensais m’ennuyer…
    
    
***********************************************

    
    [ Prismè Kirrista – cadette patrouilleuse de Strata, nation d’Ether
    Age : 18 ans
    Taille : 1,65 m
    Cheveux : blancs
    Yeux : irisés
    Groupe sanguin : B+
    Type : Radiant ]
    

    
    Et voilà, le premier chapitre de mon nouveau délire personnel est en ligne ! À la fin de chaque chapitre, j'ajouterai la fiche de présentation des personnages principaux (je ne peux hélas pas fournir d’images, mais j’ai envie d’y travailler...).
    
    Pour ce qui est du groupe sanguin, je me suis amusée à reproduire l'usage des mangas, où souvent il correspond à un type précis de personnalité (ça n’a aucun fondement, mais c’est un outil descriptif comme un autre à ce stade).
    Il y a un article intéressant sur le sujet dans la Wikipedia [Groupes sanguins dans la culture japonaise].
    
    Pour les anglophones, vous pouvez poursuivre avec l'article de TVTropes qui est très bien fait (Personality Blood Types).
    

Texte publié par Beatrix, 8 mars 2017 à 00h44
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 1 « Démon… vous avez dit Démon ? » Tome 1, Chapitre 1
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
895 histoires publiées
438 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Farrel Grimwood
LeConteur.fr 2013-2017 © Tous droits réservés