LC logo
Découvrir     Romans & nouvelles     Fanfictions     Poèmes     Blog     Forums
Connexion
Bienvenue visiteur !
Se connecter ou S'inscrire
Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 6 « Les Origines. » Tome 1, Chapitre 6
Pratiquement une semaine c’était écoulée depuis sa fugue. Elle était restée avec Adam même si parfois l’idée de s’enfuir lui traversait l’esprit. Ils avaient fait plus ample connaissance et Maria remarquait qu’ils étaient vraiment différents. Il avait un tempérament froid et mature, ce qui faisait son charme. Alors que Maria, était encore une enfant. Mieux instruite que la plupart, mais une enfant tout de même qui ne connaissait pas le monde qui l’entourait. Elle restait à la maison pendant qu’Adam sortait se « nourrir » et rapporter des provisions. Ils n’avaient pas bougé et restaient au chalet. Maria suggérait à chaque fois de partir craignant que Jane et Marc ou même que la Centrale ne la retrouve mais Adam ne s’en souciait guère en répondant : « c’est justement ce qu’ils pensent que l’on va faire. Tout va bien alors arrête de demander ! » Le garçon ne mangeait jamais avec Maria, il faisait chambre appart pour éviter que les instincts de Maria ne se réveille. Mais voilà la curiosité de Maria était piquée à vif. Elle voulait en savoir plus sur ses origines, sa famille, quelles sortes de pouvoirs possédait-elle, comment résistait-elle à la lumière ? comment se faisait-il qu’elle n’avait pas besoins de sang ? Trop de questions et si peu de réponse. Elle se lança alors qu’Adam était occupé à produire une étincelle pour allumer la cheminée :
    
    « Raconte-moi.
    
     Te raconter quoi ? Il ne la regardait pas et continuait de gratter les allumettes.
    

    Nos origines. Tu les connais non ? Tu m’as dit que ta tante te racontait des histoires…
    
    Pourquoi ça t’intéresse ? Tu n’en n’as pas vraiment besoin… tu n’es pas encore complète, tu es humaine tu n’as pas à t’en préoccuper.
    
    Et si je ne voulais plus être humaine ?! Feignait-elle. Si je voulais devenir comme toi ?
    
    Adam se retourna décontenancer.
    
    Pourquoi tu voudrais une chose pareille ? C’est… Les yeux de Maria se posaient sur lui, profonds et une couleur lavande avait remplacé la couleur ardente de ses pupilles. Elle le fixait avec une telle intensité qu’il dû détourner la tête. OK ! Maria se détendit.
    
    Merci.
    
    Bon très bien. Adam pris une grande inspiration avant de la recracher. C’est assez compliqué donc essaie d’écouter sans m’interrompre.
    
    Oui ! Oui ! S’empressa de répondre cette dernière.
    
    Alors… notre communauté se divise en plusieurs grandes familles divisées en 3 catégories, Les Idris dont je fais partie et qui est la première lignée. Nous sommes spécialisés dans le psychisme et l’attaque. Ensuite nous avons les Glomas, détenteurs des sceaux et de la mémoire. Je ne les aime pas vraiment. Ils s’amusent souvent à te trifouiller la tête et à sonder tes rêves ! Puis nous avons les Kaltas, doués pour l’hypnose et la guerre. Ils sont spéciaux, très spéciaux et vivent un peu reclus par rapport à la société vampirique puis ce qu’ils sont en quelque sorte Cannibale. Ils savent se retenir bien sûr mais le moindre conflit entraînerait une guerre donc le Comité les a laissés sur des terres isolées. Maintenant on imagine que de temps en temps il s’entretue .
    
    Mais c’est horrible !
    
    Oui, enfin pour eux, animaux, hommes, vampires, il n’y a pas de différence. Quand il faut manger, ils mangent. Pour reprendre, chaque catégorie comporte plusieurs familles dont le nom importe peu pour le moment. Moi-même je ne m’en souviens plus. Appart, un clan se détachait de nous. Il était plus fort, plus puissant et possédait des facultés que nul originel ne pouvait égaler. On l’appelle le clan Rosonoe. On ne connait pas vraiment leur origine précisément mais certaines rumeurs parleraient d’une descendance divine…
    
    Les Lamies peuvent avoir un rapport avec Dieu ?
    
    Vue comme ça c’est vrai que c’est bizarre mais ce n’est pas « Dieu » tel que la religion humaine l’entend. C’est plus comme…Adam cherchait ces mots, des créateurs. Maria restait confuse. Je sais c’est compliqué mais ce ne sont que des dires. Je ne suis même pas sûr que ce soit la vérité. Alors bien sûr, de tels individus, aussi uniques, presque invincibles pour ne pas dire indestructibles inspiraient la crainte du Comité, l’assemblée dirigeante de notre espèce. La Haute a donc pris des mesures plus ou moins « draconiennes » pour éliminer la menace qui leur ferait perdre le trône. C’est pour cela qu’il y a un peu moins de 20 ans, le Comité s’est allié avec la Centrale pour je ne sais quelles raisons. Le seul compromis était que John pourrait se servir des rescapés comme sujet d’expérience tant qu’ils ne sortaient pas du Labo. Le massacre qui s’est passé à cet époque a été inimaginable et même nous, n’avons pas digéré une telle cruauté. Peut-être s’en prendraient-ils à nous après ?
    
    Maria écoutait en silence, les mains crispées sur son tee-shirt. Que ce soit hommes ou autres créatures, il n’y a que le pouvoir et il ne ressente rien d’autre à part l’avidité !
    
    Avec ce qui viens de se passer avec le soleil je me pose des questions sur ton origine. Peut-être es-tu une Rosonoe car je ne connais aucune autre famille capable d’y résister sans pierre.
    
    Il pourrait y en avoir d’autre… des membres du clan Rosonoe à la Centrale alors… ?
    
    Peut-être mais pas des adultes car ils étaient beaucoup trop puissants pour se laisser capturer. Des enfants c’est possible. Les pouvoirs se manifestent lors de la lune bleue de la dix-septième année du Lamie et il atteint son apogée vers l’âge de dix-neuf ans selon sa progression. C’est sans doute ce qui t’a poussé à t’enfuir, tu as dû ressentir un changement… Maria hochât la tête. Il ne suffit pas seulement de la lune mais il faut aussi accomplir un rituel plus ou moins rude selon le type de personne qui le pratique, pour que tu deviennes véritablement un Lamie.
    
    Quel genre ? Déglutie Maria.
    
    A l’aube de la nouvelle lune, on prépare un bain d’eau glacée dans laquelle tu es immergé jusqu’à ce que ton corps soit suffisamment froid. Ensuite, on incorpore quelques litres de sang dans le bain afin que tes sens s’en imprègne. Tu restes alors en apnée pendant quelques minutes jusqu’à ce que le processus de transformation s’enclenche. Généralement on le remarque grâce à la petite marque que tu as sur le cou qui émet une petite lueur argentée. Maria caressa la petite iris sur sa peau. Le plus dure reste les jours suivants. On t’attache et on t’affame jusqu’à ce que ton corps commence à mourir. Et enfin, tu dois mordre un humain pour te nourrir. C’est à ce moment qu’on test ton self contrôle. Seul quelques gorgées suffisent et l’humain ne meurt pas. Encore faut-il s’arrêter alors que la faim nous ronge. Ça c’est la manière douce.
    
    Tu rigole !
    
    Si seulement… Il soupira. Celle que je vais essayer de t’expliquer et la méthode que l’on pratique à la Centrale. Je pense être le mieux placé pour t’en parler. Dit-il avec un sourire amer. Là-bas, pas de bain. On t’enchaine debout et on te verse directement de l’eau ensanglantée dessus à des cycles réguliers qui te rendent complètement fou. Entre chaque cycle, on envoie des charges électriques à travers les chaines pour stimuler au mieux tes sens. Ils répètent la séquence autant de fois que nécessaire ou pour le plaisir pour certains. Viens l’étape du boucher. Elle ne fait pas vraiment partie du processus mais c’est le divertissement de la bête de John donc passage oblige. Il s’amuse à te vider de ton sang pour que tu frôle les portes de la mort. Je peux te dire qu’il prend toutes les précautions du monde et prend son temps pour faire les choses à son image… Puis la procédure reprend normalement te laissant enfermé pendant une journée sans nourriture et sans eau, la pièce vaporisée de sang pour exciter les créatures et les rendre complètement incontrôlables. Lorsque l’humain était jeté dans la pièce, il ne vivait pas longtemps crois-moi. L’humain était vidé intégralement de son sang et éviscéré. Adam prit une longue pose pour observer les réactions de Maria. L’adolescente était en état de choc, les larmes aux yeux et la peau encore plus pâle qu’à son origine. Ça va ?
    
    Je…. Hum… Maria se précipita dans les toilettes pour vomir. Adam la suivit pour lui tenir les cheveux.
    
    Je suis désolé de t’avoir parlé de ça comme ça…
    
    Maria s’essuya les lèvres. Non, non je voulais savoir, je te l’ai demandée… c’est juste que j’ai l’estomac fragile on dirait… Maria afficha un sourire qui ressemblait plus à une grimace qu’autre chose. Adam la regardait bizarrement. Ça va je te dis. Adam se dégagea et Maria alla dans la salle de bain se rincer la bouche. Alors je devrais subir tout ça avant de devenir une Lamie ?
    
    Et bien… Oui c’est la seule procédure qui existe.
    
    Maria fixait son reflet dans la glace, ses yeux passant du violet au rouge vif, elle le ressentait, c’était là au fond d’elle et n’attendait qu’à sortir. Quand est-ce la nouvelle lune ?
    
    La semaine prochaine. Répondit Adam spontanément avant de comprendre. Attend ! Quoi ?! Tu n’es pas sérieuse ! Tu te rends compte ?! Qu’es ce qui cloche chez toi bon sang !
    
    Je suis sérieuse. Maria sortie de la pièce, positionnant ses yeux au même niveau que ceux d’Adam. Je suis très sérieuse.
    
    Adam la sentait, elle était si près de lui et son regard si flamboyant… C’est toi que ça regarde… Il se redressa et s’éloigna de la jeune fille.
    
    Alors tu vas m’aider ?
    
    Pourquoi ? Non ! Bien sûr que non ! je ne vais pas t’aider à faire un truc pareil ! S’égosillait-il.
    
    Alors je devrais me trouver quelqu’un d’autre. Maria était décidée à devenir une Lamie, elle voulait enfin faire partie d’une famille même si celle-ci n’existait plus. Elle ne voulait pas voguer entre deux monde, mi-humaine, mi-lamie. Ça ne pouvait pas continuer ainsi. Je ne peux pas le faire seule !
    
    Adam ne comprenait pas ce soudain changement de la part de Maria et cela l’effrayait. Comment pouvait-on vouloir s’infliger une telle torture ? C’est bon ça va je vais t’aider… Céda-t-il frustré. Il ne voulait pas qu’elle tombe sur de mauvaises personnes mal attentionnées capables de la conduire à la centrale. Il s’en chargerait donc.
    
     ***************
    
    « Je ne sais plus quoi faire M. j’ai cherché de partout et elle n’est nulle part ! Pleurait Jane. Elle est morte c’est sûr et à cause de ça Marc est perdu.
    
    Mandy posa une main sur l’épaule de son amie pour la réconforter. Celle-ci était recroquevillée sur elle-même la tête entre les mains pleurant depuis maintenant deux longues heures. Jane c’était réfugiée chez la scientifique afin de retrouver un peu de réconfort auprès d’une personne de confiance. Cela faisait une semaine que Jane cherchait Maria sans résultat et John commençait à perdre patience.
    
    Ne t’en fait pas je suis sûr qu’elle est quelque part ici mais qu’elle ne peut pas sortir en plein jour.
    
    J’aimerais que ce soit le cas… je veux vraiment sauver Marc ! il est mal au point tu sais… John ne plaisantait pas. Sanglotait-elle.
    
    Je… je ne sais pas comment t’aider si je pouvais je le ferais mais le Tyran est…
    
    Je comprends. Je réagirais de la même façon. Comment suis-je censée retrouver cette gamine ! Jane était frustrée de n’avoir aucune piste. Elle avait tout fait, parcouru des centaines de kilomètres, affiché des milliers d’affiches de recherche et toqué à des centaines de maison espérant qu’ils aient hébergés la jeune fille. 0 ! 0 résultat si elle n’est pas morte elle n’a pas pu aller bien loin. Et ton patient M. vous l’avez retrouvé ?
    
    Lui… ? Bien sûr que non ! il n’est pas facile à trouver ! Il n’est pas comme Maria, quand il est arrivé au Centre il en connaissait déjà bien assez. C’était une vraie calamité ! Et puis il semblerait qu’il soit le jouet de John donc il faut le ramener vivant mais comment ramener un Lamie de 19 ans vivant alors qu’il est dans la fleur de la démence !
    
    C’est encore plus compliqué pour toi. Heureusement que Maria ne sait rien.
    
    Une chance pour vous oui sinon cela risque d’être plus compliqué après tous elle à fuguée pour pouvoir voire l’extérieur. Et d’ailleurs pourquoi ne l’avez-vous jamais fait sortir la nuit quand le soleil se couchait ?
    
    Pourquoi ? Tu ne te rappelles pas qui elle est ? Si son corps rentrait en contact avec une nouvelle lune ou avec l’une des étoiles d’Orion c’était foutu ! Elle réagit aux astres et elle change complètement de caractère et peut déceler le vrai du faux, c’était trop risqué…
    
    AH c’est elle la Rosonoe rescapée de l’affrontement des Clans… S’émerveilla Mandy. Dans ce cas je ne comprends pas comment John a pu vous la laisser ?
    
    On a négocié certaines… choses et si je ne la retrouve pas c’en est fini de nous. Jane replongea la tête dans ses mains maudissant le monde de l’avoir permis d’étudier Maria. Parfois il ne vaut mieux pas réaliser nos rêves quand tu vois la tournure que tout cela prend.
    
    Si tu veux demain je peux venir avec toi je suis en vacances pendant deux semaines et je dois aussi retrouver la trace de l’autre gamin.
    
    Merci M. Soufflait-elle.

    

Texte publié par Hikarie-Cho-san, 10 février 2017 à 16h30
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 6 « Les Origines. » Tome 1, Chapitre 6
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
894 histoires publiées
436 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Dysa
LeConteur.fr 2013-2017 © Tous droits réservés