LC logo
Découvrir     Romans & nouvelles     Fanfictions     Poèmes     Blog     Forums
Connexion
Bienvenue visiteur !
Se connecter ou S'inscrire
Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 2, Chapitre 4 « Le maillot de bain parfait (Summer) » Tome 2, Chapitre 4
Un après-midi tranquille se profilait. Le violet, le rouge écarlate et le bleu outremer se partageaient le ciel. La spirale de la Voie lactée s’y étendait, du moins pour tout observateur. Un spectacle extraordinaire sur une planète qui l’était tout autant. Taéthi.
    
    Réolys fixa avec amusement Ambre, qui contemplait l’océan avec un émerveillement et une stupéfaction mêlés. D’une couleur ambrée due aux micro-organismes marins, elle invitait à la baignade. Un croissant girond de sable argenté bordait l’eau.
    
    — Eh bien, je n’ai pas fini de découvrir Taéthi…
    — Il existe des lieux bien plus étonnants encore, mais chaque chose en son temps.
    
    Pour Réolys, ce paysage ne dégageait rien de spécial, mais elle comprenait l’effet qu’il pouvait produire sur des êtres non natifs de la planète. Elle réajusta son paréo doré, qui accentuait la blondeur de ses cheveux. Même sous sa véritable apparence, ils gardaient cette couleur. Sa peau d’un bleu à peine plus foncée que celle de son frère paraissait miroiter.
    
    Ambre avait retiré la petite robe qu’elle avait enfilée et dévoilait son maillot de bain. Elle avait hésité avant de le porter. Blanc et en deux parties, il se composait d’un shorty et d’un haut aux bretelles larges. Elle se frotta la nuque tout en maugréant :
    
    — Que fait Jyrhan ? Il prend un temps fou juste pour se changer...
    
    Sa sœur esquissa une moue tout en formant des dessins avec le sable du bout de ses orteils.
    
    — Cela ne m’étonnerait pas qu’il cherche encore. Il déteste les shorts flottants.
    
    Ambre écarquilla les yeux.
    
    — Il est coquet à ce sujet ?
    — Un peu, je l’avoue. Tu t’en rendras compte bientôt.
    
    Un sourire orna les lèvres de la jeune Terrienne.
    
    — Je ne l’aurais pas cru. Bon, il adore les mises en scène, mais…
    
    Elles furent interrompues par des crissements du sable. Elles se retournèrent. Un soupir s’échappa de la bouche de Réolys, qui croisa les bras en arborant une expression sévère.
    
    — Jyrhan, vraiment tu exagères.
    — Je m’excuse, gentes dames, mais je n’ai aucune tenue de plage qui me siérait.
    
    Habillé d’un pantalon et d’une tunique couleur crème, il haussa les épaules d’un air penaud.
    
    — Tu es juste très difficile ou complexé.
    — Je ne suis pas complexé.
    — Mais bien sûr. Et le shopu, il est sans poils.
    
    Un sourire fleurit sur les lèvres de Jyrhan.
    
    — Tu sais, c’est mon problème, pas le tien.
    — Euh…, tenta d’intervenir Ambre, assez gênée par la situation.
    
    Il se tourna vers elle sans se départir de sa bonne humeur habituelle.
    
    — Jyrhan, j’ai beaucoup de mal à croire… ça.
    — Je trouve que les shorts ne sont pas très pratiques pour la baignade.
    — Il existe d’autres types de maillots.
    
    Il lui jeta un coup d’œil torve. Ambre ne se démonta pas.
    
    — Je pense à des boxers de bain.
    — Je n’en ai jamais vu…
    — Eh bien tu n’as qu’à te rendre sur Terre pour te renseigner. Nous t’attendrons ici bien sagement. Nous ne sommes pas pressées.
    
    Réolys étouffa un rire tandis que le Tisseur se préparait à disparaître.
    
    — Certes.
    
    Lorsqu’elles se retrouvèrent seules, les deux femmes s’assirent sur la plage. Ambre finit par déclarer avec malice :
    
    — Je vais pouvoir le taquiner avec ça.
    — Ne te gêne pas surtout. Il en a bien besoin parfois.
    
    La jeune fille fixa l’océan d’un air songeur.
    
    — Combien de temps mettra-t-il pour revenir ?
    — Hmmm, deux heures erretiennes au moins.
    — Oh quand même ! pouffa-t-elle.
    — Bon, très bien, j’exagère. Deux heures terriennes, répondit Réolys en souriant. Au pire, je vous laisserai pour un petit bain de minuit.
    
    Le visage d’Ambre s’empourpra.
    
    — Réolys !
    — Eh, je plaisantais, tu sais.
    
    La jeune Terrienne allait répliquer quelque chose, mais elle se retint. Jyrhan ne se comportait pas du tout comme un homme Terrien, et rien que cela la rassurait. Il était taquin, certes, mais jamais il ne cherchait à la presser ou à la culpabiliser.
    
    Elle s’allongea sur le sable tandis que Réolys l’imitait. L’avantage sur Taéthi, c’était qu’elles ne risquaient pas d’attraper des coups de soleil.
    
    
    
***

    
    
    Ambre bâilla à s’en décrocher la mâchoire. Eh bien voilà, elle n’avait pas coupé à une sieste. D’ailleurs, elle s’aperçut qu’assis à ses côtés, Jyrhan la contemplait avec tendresse.
    
    — Le Marchand de sable Terrien s’est invité sur mon monde, on dirait bien.
    — Oh, ça va hein, grommela-t-elle.
    
    Elle chercha Réolys du regard. Le Tisseur l’informa :
    
    — Elle est partie piquer une petite tête.
    
    Ambre remarqua seulement sa tenue. Elle dut avouer que ce boxer noir lui allait divinement bien, tout en n’étant pas vulgaire.
    
    — J’en déduis que je te plais.
    — Laisse-moi réfléchir…, répondit-elle d’un ton mutin.
    
    Non. Cette fois, c’est elle qui s’amuserait un peu aux dépens de son compagnon. Jyrhan la fixa avec une moue, mais elle feignit encore d’être dans ses pensées.
    
    Il se glissa derrière et tenta de l’amadouer en la chatouillant. La jeune Terrienne couina et gigota pour se dégager de son étreinte. Les joues rouges, elle ne se départit pas de sa détermination à lui retourner la monnaie de sa pièce et lui servit un sourire narquois. Non, il ne l’aurait pas ! La voix de Réolys les interrompit dans leurs chamailleries :
    
    — Je vous avais demandé d’attendre minuit, enfin…
    — Et c’est reparti…, soupira Ambre en levant les yeux au ciel.
    
    Elle en profita pour se séparer avec douceur du Tisseur. Il posa un bras autour de sa taille, sans la forcer à rester vers lui toutefois.
    
    — L’eau est bonne ?
    — Froide, mais on s’y habitue.
    
    Ambre grimaça.
    
    — Il n’y a pas de méduses, ou d’animaux qui pourraient me blesser ?
    — Non, juste des ourachnides. Cependant, ils vivent généralement dans le fond marin, à plus de trois mètres de profondeur, répondit la sœur de Jyrhan.
    — Des ourachnides ?
    
    Jyrhan haussa les épaules.
    
    — Si tu devais les comparer à une espèce terrienne, il s’agit d’araignées au corps recouvert de piquants. Seule leur morsure est dangereuse.
    — Tu veux dire que leurs piquants sécrètent aussi du venin ?
    — En effet.
    
    Ambre eut une moue de dégoût et secoua la tête.
    
    — Je n’ai pas spécialement peur des araignées, mais je n’ai pas envie de rencontrer ces bestioles.
    
    Jyrhan prit Ambre par la main et la conduisit vers l’eau. Elle frissonna lorsqu’elle y posa un pied. Trop fraîche… Elle recula, penaude.
    
    — Il y a un coin où elle sera plus chaude. Nous pourrions nous y rendre, suggéra Jyrhan.
    — Oui, surtout qu’il serait vraiment dommage que tu sois en tenue de bain pour rien.
    
    Après ces mots, Réolys le gratifia d’un rire. Il arqua un sourcil, toujours avec le sourire. Ambre les fixa tous les deux. Elle ne put s’empêcher de les interroger :
    
    — C’est un jeu ou un défi ?
    — Oh, en quelque sorte, avoua la sœur de Jyrhan.
    — Vous êtes insupportables lorsque vous vous y mettez !
    
    La jeune Terrienne se détourna d’eux pour retourner sur la plage, l’air faussement fâché. Bien entendu, leurs facéties la divertissaient. Du moins, elle y avait pris goût à force. Le Tisseur et Réolys la rejoignirent.
    
    
    
***

    
    
    — Alors ? Verdict ?
    
    Ambre jeta un coup d’œil torve à Jyrhan. Assise contre une roche de couleur émeraude, elle laissait l’eau ambrée monter jusqu’à ses épaules.
    
    — Effectivement, c’est le pied… Je n’avais jamais testé de source thermale.
    — Tu ne pourras plus le dire, rétorqua Réolys.
    
    Le Tisseur s’éloigna d’elles pour nager. Le ciel au-dessus d’eux avait viré à l’indigo, que quelques touches céladon pigmentaient. La pluie ne tarderait pas à tomber, mais elle ne les gênerait pas outre mesure. La jeune Terrienne lâcha d’une voix emplie d’amusement, tandis qu’elle observait son compagnon :
    
    — Ce boxer te va vraiment bien, mais je peux te poser une question ?
    
    Étonné, il se tourna vers elle.
    
    — Pourquoi tu n’aimes pas les bermudas ou les shorts de bain ?
    — Tout simplement parce que le vêtement flotte dans l’eau. Il gonfle autour de mon corps, et j’ai horreur de ça.
    — Donc il ne s’agit pas d’un pur souci d’esthétisme.
    — Oh, quand même un peu, si, intervint Réolys.
    — Je me défends de cette accusation ! rétorqua Jyrhan.
    
    Ambre étouffa un rire.
    
    — Je ne sais pas qui de vous deux est le plus têtu.
    — Je te rassure : nous l’ignorons aussi. Mon frère verse dans les facéties. Moi, il s’agit de constats innocents.
    — Innocents ? Nous n’avons pas la même définition de ce mot…, répliqua le Tisseur tout en se dirigeant vers elles.
    
    Ambre se redressa légèrement.
    
    — Nos conversations sont passionnantes.
    — Je trouve aussi, avoua Réolys, toujours avec ce petit ton mutin.
    — N’invoquez pas la solidarité féminine pour justifier votre acharnement sur moi, geignit Jyrhan.
    
    Ambre garda le silence et reporta son attention sur la voûte céleste. Elle voulait s’isoler un peu. La nostalgie s’emparait d’elle. Si seulement elle avait pu emmener Léa dans cet endroit enchanteur ! Les échanges affectueux et fraternels entre Réolys et Jyrhan lui rappelaient l’absence de sa propre sœur.
    
    Elle s’éloigna d’eux tandis qu’ils poursuivaient leur joute verbale, puis se laissa flotter. Le dos droit, les jambes et les bras à peine écartés de son corps, elle s’abandonna à la contemplation de la Voie lactée. Elle ferma les yeux et s’efforça de faire le vide dans son esprit. Ses parents lui manquaient aussi, mais elle avait choisi. Bien sûr, jamais Jyrhan ne l’empêcherait de retourner leur rendre visite, mais ce serait assez compliqué. Comment réagiraient-ils ?
    
    — Ambre ?
    
    Elle tressaillit lorsque Jyhran l’appela avec douceur. Il se tenait à ses côtés. En avisant son expression soucieuse, elle tenta de le rassurer :
    
    — Tout va bien.
    — À quoi pensais-tu ?
    — À ma petite sœur.
    
    Ambre lui servit une grimace contrite. Le Tisseur n’insista pas et regarda avec elle le ciel. Il n’était pas collant et ne la prenait pas dans ses bras à tout bout de champ, pour n’importe quel prétexte.
    
    — Où est Réolys ?
    — Elle est repartie au manoir. Demain, elle revient sur Erret.
    
    La jeune fille acquiesça. Elle se redressa, puis rejoignit le rivage tout en frissonnant. L’air frais provoquait la chair de poule sur sa peau. Tandis qu’elle s’asseyait sur le sable et contemplait Jyrhan qui se dirigeait vers elle, elle ne put s’empêcher d’esquisser un sourire amusé. Il arqua un sourcil perplexe.
    
    — Tu l’as définitivement adopté.
    — De ?
    — Ton maillot de bain. Tu ne déplaces plus avec l’impression que tu es gêné.
    — Je dois dire que je le porte bien aussi, répliqua-t-il avec un regard pétillant.
    — Attention aux chevilles Jyrhan.
    
    Il rit et s’installa à ses côtés. Ambre posa sa tête contre l’épaule du Tisseur et ne fit rien de plus. Elle ne lui avouerait pour rien au monde qu’elle avait adoré le taquiner et être maîtresse du jeu pour une fois. De plus, grâce à elle, il avait enfin vaincu ses complexes à propos d’un simple vêtement de bain. Comme quoi... La forme et la matière peuvent faire toute la différence.

Texte publié par Aislune Séidirey, 24 septembre 2017 à 21h22
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 2, Chapitre 4 « Le maillot de bain parfait (Summer) » Tome 2, Chapitre 4
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
957 histoires publiées
458 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Paulinska
LeConteur.fr 2013-2018 © Tous droits réservés