LC logo
Découvrir     Romans & nouvelles     Fanfictions     Poèmes     Blog     Forums
Connexion
Bienvenue visiteur !
Se connecter ou S'inscrire
Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Epilogue Tome 1, Epilogue
— Et tes parents ?
    
    Ambre répondit à Réolys par un geste évasif, mais son regard fuyant ne trompait pas. Deux semaines terriennes s’étaient écoulées depuis la mort de Dianteph. L’herbe chatouillait ses jambes nues, qu’elle ramena contre elle en frissonnant. Elle observa la jeune Taéthianne, qui lissait sa robe violine en velours avec ses paumes, et laissa échapper :
    
    — Ils me manquent, évidemment.
    — Tes amis aussi.
    — Oui. Tout ce que je souhaite, c’est que la personne que Jyrhan a envoyée pour « jouer mon rôle » y parviendra.
    
    Réolys hocha la tête.
    
    — Il s’agit d’un Taéthian métamorphe très doué, ne t’en fais pas.
    — Crois-moi bien que j’ai été étonnée lorsque Jyrhan me l’a dit. Il sera « moi » jusqu’à ce que j’aie le courage d’avouer la vérité à mes parents.
    
    Un long soupir franchit la barrière de ses lèvres. Réolys la fixa avec un air empli de compassion, puis riva son regard sur l’horizon mordoré à l’aspect soyeux. Ambre l’imita. D’ici peu, elle rejoindrait le Tisseur ; ensemble, ils accueilleraient l’aube de Taéthi. Un infime pincement naquit dans son cœur. Avec sa petite sœur Léa, elle adorait se lever tôt pour surprendre l’aurore, même si elles se recouchaient après pour une bonne grasse matinée.
    
    Quand elle sera grande, je lui raconterai tout et je l’emmènerai ici.
    
    La fillette lui manquait. Ses amis également. Même Fabrice. Elle aurait aimé les revoir une dernière fois. Lorsqu’elle avait appris de la bouche de Réolys ce qu’il s’était produit avec lui et Juliette, son être s’était déchiré de peine. Hélas, leurs chemins divergeaient, et elle aurait dû s’y attendre. La vie ne préservait pas toujours les liens. Peut-être qu’elle aurait pu confier son secret à Juliette… Non. De toute manière, elle ne changerait pas le passé.
    
    — Et avec la petite que tu as prise sous ton aile, euh…
    — Lula, la renseigna la sœur de Jyrhan.
    — Oui. Comment ça se passe avec elle ?
    — Bien. Depuis sa première expérience de percepscience, ses facultés sont en dormance. Son corps et son esprit se préparent pour les prochaines visions, qui seront plus développées et lui demanderont plus d’énergie.
    — Ce n’est pas trop dur pour elle ?
    — Jylen et Toë la soutiennent beaucoup. Avéran et Shanoa se portent bien sinon.
    
    Rassurée, Ambre hocha la tête. Après un silence, Réolys murmura :
    
    — Bientôt, il te faudra travailler ton don, ainsi que le lien qui nous permet de communiquer par les rêves.
    — Je sais.
    
    La jeune Taéthianne se redressa.
    
    — Voilà. Il est temps.
    
    Un simple friselis dans l’atmosphère témoigna de sa disparition. Elle était retournée sur Erret. Ambre entendit des pas, se releva, et vit son compagnon. Il la gratifia d’un regard tendre. Ses yeux émeraude riaient. Elle sourit, le cœur gagné par une allégresse sans pareille. Il pointa son doigt derrière elle.
    
    — Contemple.
    
    Elle obéit et, sous ses prunelles ébahies, l’aube prit feu. Du moins, elle paraissait rougeoyer d’impatience, tandis que de longs filaments pâles se projetaient sur la voûte céleste. Les étoiles filantes s’accordèrent en cascades sur le ciel, qu’elles finirent par écorcher jusqu’à laisser des lambeaux de lumière.
    
    Le panorama avala le couple, reflet de leur destinée.
    
    Ce phénomène ne survenait que tous les deux mille cycles de Taéthi – Ambre n’avait pas retenu le terme équivalent à « année ». Un spectacle qu’aucune planète ne pouvait donner avec autant d’intensité. Jyrhan murmura :
    
    — Ambre, j’aurais aimé avoir de meilleures nouvelles, mais…
    
    Il marqua une pause, avant d’ajouter à mi-voix :
    
    — Aurore et Violine sont toujours portées disparues.
    
    La jeune fille, devenue femme après tous ces événements, tressaillit. Depuis leur exploit pour sauver les mondes, ils ne les avaient plus revues. Mais son cœur connaissait la vérité : les jumelles n’étaient pas mortes. Elles avaient juste décidé de s’éclipser pour une quête qu’elles seules appréhendaient.
    
    En guise de cadeau d’adieu, elles leur avaient offert deux capes tissées de ses mains, qu’elle avait posées sur un plateau et mises sous cloche au château d’Erret, dans la chambre de Jyrhan. D’un turquoise chatoyant pour l’une et d’un gris miroitant pour l’autre, elles avaient la particularité de rendre leur propriétaire insensible à toute attaque mentale.
    
    Elles avaient donc pu planifier leur départ sans laisser de traces. Jyrhan partageait le sentiment de vide d’Ambre et sentait qu’ils devaient s’appuyer sur les épaules du Temps et du Destin.
    
    Elle murmura :
    
    — Ce n’est pas grave. Grâce à elles, nous avons créé la plus belle des choses.
    
    Un peu surpris, le Tisseur la considéra. Ambre ajouta alors, vibrante de détermination :
    
    — Un monde, à travers les mondes. C’est notre prochaine énigme à résoudre.
    
    Pour les retrouver.
    
    Il sembla capter cette pensée chez elle, parce qu’un sourire naquit sur ses lèvres, aussi mystérieux qu’amusé.
    
    — Tu es une tête de mule, tu le sais ?
    — Oui, répliqua-t-elle avec un petit rire.
    
    Toutefois, son front se plissa. Elle lui demanda :
    
    — Et Erloh ?
    — Il ne fait plus partie de mes préoccupations. Quand il se manifestera de nouveau, nous aviserons.
    
    L’homme n’était ni sur Erret ni sur Terre, encore moins sur la planète où la plupart des Hemonos rebelles avaient été transférés, baptisée par leurs soins Hemonia. La mort était une hypothèse improbable le concernant, alors il se cachait sans doute sur un monde quelconque.
    
    — Il reviendra, Jyrhan.
    — J’en ai conscience.
    
    Il resserra son étreinte autour du corps amaigri de sa compagne. Elle ne s’était pas ménagée ces derniers jours. Pourtant, repartir à l’aventure pour courir après Aurore et Violine la taraudait. Il refusait qu’elle prenne des risques inconsidérés. Elle avait besoin de se reposer.
    
    Ambre se doutait que l’acte des deux sœurs n’était pas irréfléchi. Peut-être que son désir de les rechercher était motivé par une brûlante envie de découvrir d’autres planètes ? Quant au fait que jadis, dans une vie antérieure, Jyrhan avait incarné l’esprit d’un monde, elle s’en accommodait petit à petit. Elle l’aimait malgré cela.
    
    La jeune Terrienne admira le ciel. Pendant que les lèvres du Tisseur laissaient échapper une mélodie rauque, elle se perdit dans cette immensité qu’elle espérait frôler et dépasser un jour prochain.

Texte publié par Aislune Séidirey, 13 février 2018 à 09h25
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Epilogue Tome 1, Epilogue
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
957 histoires publiées
458 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Paulinska
LeConteur.fr 2013-2018 © Tous droits réservés