Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 28 « Shimmer (deuxième partie) » Tome 1, Chapitre 28
Une fois douché, Lukas avait jeté ses habits trempés de sueur dans le nettoyeur automatisé pour enfiler un T-shirt et un pantalon souple, avant de s'installer devant sa microstat. Il se dit que sa garde-robe devrait être bientôt étoffée s'il voulait pouvoir disposer tous les jours de vêtements propres. Mais avec quel argent pourrait-il s'en acheter ? Ce qui lui restait après remboursement de la dette ne lui aurait même pas permis de se nourrir tous les jours. Peut-être devrait-il en toucher un mot à monsieur Sig ou à Vodo. Il ne se serait jamais imaginé avoir de telles préoccupations, seulement un mois auparavant.
    
    Il alluma la microstat et tenta de se brancher sur les réseaux familiers, ceux sur lesquels il naviguait à Stellae... pour découvrir, à sa grande frustration, qu'ils étaient inaccessibles hors de la zone préservée. Seuls étaient encore visibles les secteurs dédiés au monde externe. Il n'avait jamais réalisé à quel point les deux univers étaient soigneusement séparés.
    
    En soupirant, il s'écarta de la station et décida d'aller voir si Shimmer se trouvait dans sa chambre. Il espérait que le jeune plongeur ne serait pas en train de dormir. C'était peu probable ; le blond semblait passer l'essentiel de son temps libre devant son écran.
    
    La réponse aux trois coups hâtivement frappés à sa porte ne tarda pas :
    
    « C'est pour quoi ?
    
    — C'est Lukas. Je voudrais te parler... »
    
    Un silence salua son explication.
    
    « C'est bon, tu peux entrer, répondit enfin Shimmer. Ce n'est pas verrouillé. »
    
    Il poussa la porte, pour trouver, sans surprise, le jeune garçon assis devant son bureau. Ses cheveux étaient encore humides ; il avait passé deux T-shirts informes, un vert et un blanc, l'un sur l'autre et une écharpe de toile autour de son cou. Lukas avait depuis longtemps décidé d'admettre sans sourciller les excentricités vestimentaires des employés d'Armatis. Celles de Shimmer étaient relativement légères, en comparaison de Sila et Ayrith.
    
    Il resta debout, un peu gêné, regardant discrètement autour de lui. Les quartiers du plongeur n'étaient pas très différents des siens, à part les murs d'une délicate couleur saumon et le couvre-lit aux motifs bigarrés. Il y avait un côté chambre d'enfant dans ces touches de douceur... d'autant plus étonnantes que Lukas les aurait violemment rejetées à quatorze ou quinze ans dans son désir de maturité. Cette impression était cependant tempérée par le matériel électronique à moitié démonté qui traînait un peu partout, sur chaque espace libre – y compris le lit.
    
    « Assieds-toi, proposa Shimmer en désignant du menton ce plan de travail improvisé. N'hésite pas à pousser ce qui gêne. »
    
    Il s'exécuta avec précaution, de peur de casser quelque chose, avant de se laisser tomber sur le matelas. Ce fut alors qu'il réalisa quelque chose de bizarre : Shimmer n'employait pas de clavier ; il portait un étrange serre-tête à moitié dissimulé dans sa tignasse blonde.
    
    « Tu... peux le commander directement ? demanda-t-il avec fascination. C'est à cause de l'argentium ?
    
    — Bien sûr. Mais cela nécessite quand même un entraînement. »
    
    Il ôta l'instrument de sa tête et la secoua pour remettre ses mèches en place :
    
    « Il paraît que je contrôle particulièrement bien ce genre d'interfaçage. À vrai dire, ajouta-t-il avec résignation, j'aurais dû me limiter à cela.
    
    — Ne dis pas ça, rétorqua Lukas, un peu agacé par la manie qu'avait le garçon de se déprécier. Tu as des compétences utiles, ce qui n'est pas mon cas ! »
    
    Il ne s'attendait pas à ce que Shimmer le détrompe, et il ne le fit pas.
    
    « Pourquoi est-ce que tu utilises le clavier ou les commandes vocales quand tu n'es pas ici ?
    
    — Parce que les consoles de la salle commune ne sont pas équipées. Et qu'il faut une station d'accueil pour l'interface, je n'ai pas encore trouvé comment l'installer sur une microstat standard. »
    
    Lukas hocha la tête en signe de compréhension, sincèrement impressionné.
    
    « Bon, qu'est-ce que tu voulais me dire ?
    
    — Eh bien... Je voudrais savoir... »
    
    Il hésita un instant avant de choisir le parti le plus neutre :
    
    « Je voudrais savoir si tu pouvais pénétrer dans le réseau interne de Stellae.
    
    — Bien sûr que oui. J'y vais régulièrement.
    
    — Vraiment ? Pourquoi ? » demanda Lukas avec curiosité.
    
    Le garçon blond haussa les épaules :
    
    « Parce que je peux le faire, je suppose. La vie de ces gens est si... artificielle. On se croirait dans un programme d'HoloTV. »
    
    Lukas se rembrunit, se demandant si Shimmer connaissait ses origines. D'une certaine manière, il ne pouvait s'empêcher de penser que le jeune plongeur n'avait pas tout à fait tort. La population de cadres, de fonctionnaires et de dilettantes en tout genre qui vivait à Stellae demeurait cloîtrée sur son socle, comme des poissons dans un aquarium, que l'on transvasait de temps à autre dans les villégiatures protégées. Rares étaient les extérieurs qui pénétraient dans leur monde, et jamais pour bien longtemps.
    
    « Pourquoi tu me demandes ça ? Tu veux contacter quelqu'un là-bas ? »
    
    Le garçon renfonça sa tête dans ses épaules, ne sachant que répondre.
    
    « Oh, ça va, lança Shimmer, j'ai vu ton dossier...
    
    — Tu as vu mon...
    
    — Bien sûr, je connais le dossier de tout le monde ici, sauf les parties cryptées. Mais juste parce que je préfère ne pas y toucher !
    
    — Et tu ne trouves pas cela indiscret ? protesta Lukas, choqué.
    
    — Non, pas vraiment, puisqu'avant ton arrivée, c'est moi qui aidais monsieur Sig à les gérer. »
    
    En soupirant, le garçon passa une main dans sa chevelure désordonnée :
    
    « Donc, si je comprends bien... je ne sers à rien ici ? »
    
    Shimmer se retourne sur son siège, s'accouda au dossier et posa son menton sur ses bras repliés.
    
    « Ce n'est pas ce que je dirais ! Juste que tu n'es pas indispensable. Sauf, peut-être, en cas de tempête... Trois fois par an environ.
    
    — Les tempêtes ? répéta Lukas, tâchant de détourner la conversation de la douloureuse question de son utilité réelle.
    
    — Les tempêtes psychophysiques. Quand la planète se fâche, si tu préfères... »
    
    Lukas se souvint avoir entendu Ayrith mentionner ces fameuses tempêtes comme l'un des inconvénients de la nature d'infusé.
    
    « Quelles sont les conséquences ? »
    
    Shimmer se rembrunit avant d'expliquer :
    
    « La technologie cyrgane devient folle lors des tempêtes. Il faut déconnecter tous les systèmes, ou les accidents sont possibles. Même... les prothèses de monsieur Sig. Mais ça ne change pas grand-chose : les infusées comme lui, Ayrith ou moi devons être placés sous hypnotiques afin de ne pas sentir leur esprit se briser en mille morceaux. Les naturels ont plus de chance. Ils peuvent se contenter d'un patch de neuroleptique. Ils ne sont bons à rien, mais au moins, ils sont conscients. En quelque sorte. »
    
    Lukas hocha la tête, frissonnant légèrement à cette évocation :
    
    « Je comprends... Je suppose que du coup, avoir quelqu'un qui n'est ni infusé, ni naturel, en plus de Vodo, est une bonne chose ?
    
    — Oui, tout à fait. »
    
    Shimmer se redressa légèrement :
    
    « Donc, tu as envie d'entrer quand tu veux sur le réseau de la ville, c'est ça ? »
    
    Lukas acquiesça.
    
    « Ce n'est pas bien difficile... Je peux te créer un accès dédié, une sorte de porte dérobée que tu pourras emprunter quand tu le veux, mais à condition de respecter certaines précautions. Ça te va ?
    
    — C'est parfait, merci ! »
    
    Le garçon blond ferma à demi les yeux, prenant un air pensif :
    
    « Mais comme tu t'en doutes, je te demanderai quelque chose en échange... »
    
    Il sentit son cœur plonger : non, il ne s'en était pas douté. Se maudissant de sa naïveté, il espéra que les exigences de son camarade resteraient légères.
    
    « Dit toujours...
    
    — Ça m'a bien plu de m'entraîner avec toi. J'aimerais continuer... »
    
    Lukas soupira de soulagement :
    
    « Pas de soucis ! répondit-il en souriant.
    
    — Ce n'est pas tout... »
    
    Un peu nerveux, Lukas attendit la suite :
    
    « Comme tu es un bon élève... Est-ce que tu pourrais m'aider pour mes devoirs ? »
    
    Lukas se rappela des paroles de monsieur Sig lors de son entretien : a priori, Sila et Shimmer poursuivaient leurs études par correspondances. Lui-même devrait prendre des dispositions pour en faire de même. Après tout, cela semblait raisonnable.
    
    « Personne ne t'aide d'habitude ? » demanda-t-il avec curiosité.
    
    Shimmer haussa les épaules :
    
    « Ayrith le fait régulièrement... Mais il n'est pas toujours là. C'est dommage, parce qu'il est vraiment très doué... et il explique très bien les choses. »
    
    Lukas esquissa une grimace discrète :
    
    « Si tu le dis... Et Sila ? Elle ne t'aide pas, elle ? »
    
    Shimmer haussa les épaules :
    
    « Pas vraiment. Elle a très peur qu'on découvre qu'il y a des choses qu'elle ne sait pas. Ça paraît bizarre à dire comme ça, mais elle manque parfois d'assurance... »
    
    Lukas songea que c'était l'hôpital qui se moquait de la charité, mais se garda de le dire.
    
    « Si tu le dis... répliqua-t-il dubitativement.
    
    — Alors, pour notre arrangement ! »
    
    « C'est d'accord ! » déclara-t-il en souriant.
    
    Après tout, il s'en sortait à bon compte !
    
    C'est à ce moment que sa montre relais se mit à biper. Agacé, il baissa les yeux, pour découvrir un message de monsieur Sig :
    
    « Lukas, peux-tu nous rejoindre en salle de réunion ? Merci ! »
    
    « Pas de souci, au moins ? demanda Shimmer
    
    — Non... assura-t-il, pas trop rassuré. Enfin je ne crois pas. Je dois y aller, monsieur Sig veut me voir. »
    
    Lukas se leva et donna une tape amicale sur l'épaule de Shimmer. Le blond se crispa sous son contact. Il ôta précipitamment sa main, espérant ne pas avoir commis d'erreur.
    
    « Merci, en tout cas ! » ajouta-t-il avec un sourire.
    
    Il fut soulagé de voir son camarade le lui rendre. Malgré tout, quelque chose l'intriguait chez le jeune garçon, même s'il ne savait pas vraiment quoi. Sans attendre davantage, il sortit de la chambre et fila vers la salle de réunion.
    
    

Texte publié par Beatrix, 12 janvier 2018 à 20h55
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 28 « Shimmer (deuxième partie) » Tome 1, Chapitre 28
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1058 histoires publiées
505 membres inscrits
Notre membre le plus récent est St Seb
LeConteur.fr 2013-2018 © Tous droits réservés