LC logo
Découvrir     Romans & nouvelles     Fanfictions     Poèmes     Blog     Forums
Connexion
Bienvenue visiteur !
Se connecter ou S'inscrire
Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 22 « Une rencontre improbable (deuxième partie) » Tome 1, Chapitre 22
Blue… ?
    
    Lukas resta bouche bée de stupéfaction. Cet homme était Blue, celui que Svanne avait décrit comme le plus puissant projeteur de la planète ? Pas étonnant qu’il soit traqué par les autorités ! »
    
    L’homme réagit dans la seconde : il sauta sur le Xtrace et se tourna vers Lukas :
    
    « Dépêche-toi, monte ! »
    
    Le garçon n’eut pas le temps d’hésiter : il comprit instinctivement que s’il restait sur place, la police de Terra ne s’embarrasserait pas de savoir s’il était une victime ou un complice. Il obtempéra, non sans bafouiller :
    
    « Je n’ai pas mon casque…
    
    — Pas le temps ! Accroche-toi, ça va dégager ! »
    
    Même en course, il n’avait jamais soupçonné que son Xtrace était capable d'une telle accélération. Il se cramponna à la taille mince, mais indéniablement masculine de Blue, en espérant rester vivant dans les quelques minutes à venir. L’air lui fouettait le visage, irritant ses yeux sans protection ; il ferma les paupières, essayant de prétendre que tout cela n’était qu’un mauvais rêve…
    
    Un sifflement inquiétant fusa derrière eux. Lukas sursauta violemment :
    
    « Ils nous tirent dessus ? »
    
    Le rire du voleur résonna, désinvolte :
    
    « Un simple rayon tranquiliseur. Ils me veulent vivant… Ils ne prendraient même pas le risque de m’envoyer dans un mur ! »
    
    Il lança le motoglisseur dans une course en zigzag, évitant aisément les tirs de la police. Lukas se dit qu’il s’était vraiment trouvé au mauvais endroit au mauvais moment… Mais tandis que le Xtrace slalomait dans le dédale des rues de Terra, il réalisa qu’il prenait un certain plaisir, en dépit de sa peur ou peut-être à cause d’elle, à cette étrange aventure. En tant qu’ancien pilote de course, il ne pouvait s’empêcher d’admirer le talent pur de Blue. Sa maîtrise était remarquable, et pas uniquement due à ses dons de Naturel : sa virtuosité aurait pu faire de lui la coqueluche des circuits de Stellae. Des compétitions équivalentes existaient-elles à Terra ? Il s’étonna d’avoir cette sorte de considération dans de telles circonstances.
    
    Blue inclina légèrement le Xtrace pour éviter une voiture qui arrivait en sens inverse, et qui protesta d’un long coup d’avertisseur. Lukas se permit de jeter un regard derrière son épaule, pour apercevoir trois véhicules de police lancés à leurs trousses. Luka se demanda s’il y a avait des naturels et des infusés parmi eux, ou même des pilotes chevronnées. Ils se débrouillaient assez bien pour suivre le Xtrace, qui était pourtant une machine de haut vol.
    
    La rue devenait de plus en plus encombrée ; un bruit strident s'éleva soudain de l’engin, faisant sursauter Lukas : il avait oublié que si le Xtrace pouvait être agréé comme véhicule individuel, c'était en partie parce qu’il était équipé d’un avertisseur sonore. À Stellae, il n’avait jamais eu l’occasion de l’utiliser ; ici à Terra, avec des forces de police aux trousses, il représentait un élément capital pour préserver leur vie autant que celles des innocents passants.
    
    L’angoisse reprit un peu le pas tandis que Blue accélérait l’allure ; le garçon avait envie de lui dire d’arrêter, qu’au-delà d’un certain seuil, l’engin devenait difficile à manier, qu’il fallait bien le connaître pour anticiper ses réactions… Mais à sa grande surprise, le voleur semblait intuitivement comprendre tout cela. La machine obéissait à la moindre de ses sollicitations, et Lukas ne pouvait s’empêcher de ressentir une pointe de jalousie.
    
    Ils avaient quitté les quartiers d’habitations pour pénétrer dans une zone plus industrielle, avec de larges allées entre des hangars et des locaux commerciaux en préfabriqués. Même si l’activité n’était pas aussi intense qu’en pleine ville, des fourgonnettes et des camions sortaient et rentraient des parcs de déchargements sans prêter trop attention à ce qui se passait autour d’eux. Le Xtrace faillit percuter un long véhicule qui manœuvrait péniblement pour prendre la route. Quand Blue se faufila de justesse entre l’arrière de la remorque et le mur d’en face, Lukas préféra fermer les yeux. Il les rouvrit une fois qu'il eut l’assurance d’être toujours vivant…
    
    Il se retourna alors, pour découvrir que les trois voitures de police ne les poursuivaient plus. Un son inquiétant lui fit lever la tête : il aperçut une aéronavette des forces de sécurité juste au-dessus d’eux. Le garçon sentit son estomac se nouer : il n’avait pas envie que Blue soit arrêté. Pas seulement à cause des ennuis que cette escapade pourrait lui causer, mais aussi parce qu’il ne pouvait s’empêcher d’admirer le talent et l’audace du hors-la-loi.
    
    Blue se retourna et lui lança par-dessus son épaule :
    
    « Dès que nous serons dans l’Untercity, ils ne pourront plus rien ! »
    
    Il aurait voulu partager l’optimisme du voleur. Le paysage autour d’eux commençait à changer : les hangars devenaient un peu plus décatis et les parcs moins bien tenus, encombrés par des matériaux recyclés. Comme une ombre inquiétante, l’aéronavette les survolait toujours. Blue devait vraiment être considéré comme une menace majeure pour que de tels moyens soient déployés pour mettre la main sur lui. À moins que moins que les grandes firmes, voire le gouvernement de Terra, ne veuillent vraiment exploiter ses talents particuliers.
    
    Le Xtrace obliqua dans une petite ruelle entre deux hangars ; l’un des buttoirs frotta contre la paroi de tôle, entraînant une pluie d’étincelles et une protestation sonore de la part de Lukas.
    
    « Désolé, s’excusa Blue. J’ai parfois tendance à froisser de la tôle. »
    
    Lukas poussa un soupir :
    
    « Vous vous entendriez bien avec l’un de mes collègues », répondit-il avec acidité.
    
    Ils débouchèrent sur une avenue au revêtement mal entretenu, craquelé et constellé d’ornières.
    
    Droit devant eux se trouvait un barrage de voitures de police ; le garçon sentit son cœur sombrer. Même l’habileté de Blue ne parviendrait pas à les mener au-delà de cet obstacle. Le hors-la-loi freina et esquissa un demi-tour brutal qui faillit éjecter Lukas. Mais alors qu’il était prêt à reprendre de la vitesse, le motoglisseur patina sur place… Il pivota plusieurs fois sur lui-même, avant de s’immobiliser.
    
    « Mais qu’est-ce que… »
    
    La ton de Blue était empreint de perplexité. Il secoua légèrement la tête, manifestement troublé.
    
    « Qu’est-ce qui se passe ? » demanda Lukas.
    
    L’appréhension faisait trembler sa voix. Il se voyait déjà enfermé en prison… Sans personne pour se soucier de son sort, si ce n’était la société qui l’employait depuis moins d’une semaine. Il sentit le voleur se raidir, tandis que son attention se tournait vers les policiers armés de tranquilliseurs. Mais surtout vers celui qui se trouvait juste devant eux : un bel homme d’une trentaine d’années peut-être, grand et élégant, aux traits nets et réguliers. Un civil, à son costume distingué à pan croisé et col haut, qui rappela à Lukas la dernière mode chez les notables de Stellae. Il mettait en valeur un physique particulièrement avantageux.
    
    Malgré tout, l’inconnu n’aurait jamais eu sa place dans la zone préservée, à double titre : il n’avait fait aucun effort pour cacher la couleur saphir de ses cheveux courts, impeccablement coiffés, ni le fin circuit de lignes argentées qui courait sur sa peau.
    
    Mais ce qui glaça Lukas d’effroi, ce fut ses yeux. Ils luisaient d’une lueur spectrale… Une lumière bleutée, étrangement semblable à celle qu’il avait cru apercevoir dans ceux de Blue, ou ceux des monstres sous l'emprise du glitz. Il sentit un frisson monter le long de son échine.
    
    « Vous n’êtes pas le seul à posséder ce style de capacité », déclara l’individu calmement.
    
    Blue demeura silencieux, mais sa respiration était devenue plus rapide, plus rauque.
    
    « Cela ne vous intrigue pas… ?
    
    — Pourquoi ? répondit enfin le voleur avec impertinence, ça le devrait ?
    
    — Je souhaiterais juste vous parler.
    
    — Je ne parle pas aux inconnus, rétorqua le voleur. Surtout pas aux sbires d’Aurora. »
    
    Lukas inspira brusquement sous l’effet de la surprise.
    
    « Je ne suis pas tout à fait un inconnu, puisque vous savez pour qui je travaille, répondit l’inconnu, toujours aussi calmement. Vous pourriez au moins m’écouter…
    
    — Avec des tranquiliseurs pointés sur moi ? Essayez donc de me persuader. »
    
    Le ton provocant de Blue n’eut aucun effet sur l’homme aux cheveux saphir. Il esquissa un sourire froid :
    
    « Je pense que vous ne faites pas ce que vous faites pour le profit… du moins, pas seulement. Vous le faites pour l’Untercity… Est-ce que je me trompe ? »
    
    Il tendit les mains, en signe de conciliation :
    
    « Je suis certain que vous aimez cette planète… profondément. Que vous souhaitez que tous puissent y vivre dans des conditions décentes. Je peux vous aider à réaliser ce rêve. »
    
    Seul le silence répondit à son plaidoyer, mais Lukas sentait le voleur trembler de fureur et d’hostilité. Ou peut-être… d’autre chose.
    
    Son souffle était devenu plus profond, plus égal. Le garçon n’osait même plus respirer, de peur de le troubler. Le temps semblait s’être arrêté…
    
    Le Xtrace bondit en avant, droit vers les rangs de policier et l’inconnu dont les yeux s’élargirent de stupéfaction. Les hommes tentèrent de tirer, mais ils s’exclamèrent en réalisant qu’ils n’y parvenaient pas.
    
    Au tout dernier moment, Blue fit pivoter l’engin.
    
    « Nous n’avons pas les mêmes capacités, lança-t-il. Je suis bien plus puissant que vous ! »
    
    Lukas eut juste le temps d’apercevoir sur le visage de l’homme aux cheveux bleus une expression de surprise absolue, mais aussi un choc profond, comme s’il venait d’être giflé. Puis le Xtrace prit de la vitesse et obliqua dans une rue secondaire. Les deux policiers en faction, qui n’avaient été placés là que par mesure de sécurité, ne s’attendaient pas à voir le motoglisseur leur foncer dessus. Ils s’écartèrent par pur réflexe, tandis que la machine filait comme une bombe à travers leur rang.
    
    Ce ne fut qu’une fois sous les piliers de l’Untercity que Blue arrêta le Xtrace, et se tourna avec décontraction vers son passager involontaire.
    
    « Bien, je te dépose où ? »
    
    

Texte publié par Beatrix, 14 novembre 2017 à 14h01
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 22 « Une rencontre improbable (deuxième partie) » Tome 1, Chapitre 22
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
878 histoires publiées
426 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Elia
LeConteur.fr 2013-2017 © Tous droits réservés