LC logo
Découvrir     Romans & nouvelles     Fanfictions     Poèmes     Blog     Forums
Connexion
Bienvenue visiteur !
Se connecter ou S'inscrire
Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 4, Chapitre 6 « Vince » Tome 4, Chapitre 6
Covalt essayait d'accepter la nouvelle. Il était livide, les yeux brillants. Il hocha la tête.
    
    — Je… je comprends. Je… merci d'avoir…
    
    Il ne put finir sa phrase. Éloïse reprit la parole, compatissante :
    
    — Une connaissance doit encore passer quelques coups de fil de son côté, mais je ne voudrais pas vous donner de faux espoirs.
    
    Vince fixait Covalt, l'estomac noué. Tout cela le rendait malade. La décision de Dumont, le kidnapping de Prosper, sa propre incapacité à agir. Seule, Jaelyn ne pourrait rien, ce serait suicidaire de l'y envoyer. Il finit par détourner le regard et s'éloigna du groupe pour se servir un verre d'eau.
    
    Il avait rencontré son homologue européen lors d'un séjour en France durant lequel Ileana devait passer son Expertise aqueuse. Prosper avait son âge et même s'il était bien trop charmeur au goût d'Ileana, ils avaient tout de suite sympathisé. Plus tard, ils avaient également fait la connaissance d'Éliane, sa Dimidiam, une étrange grand-mère hors norme qui avait fait passer l'examen à Ileana. Elle s'était révélée intraitable, mais cela n'avait que renforcé la motivation de la jeune femme qui avait obtenu son Expertise haut la main.
    
    Ils les avaient revus quelques mois plus tard. Vince et Ileana étaient intervenus en soutien auprès d'un nouvel éveillé qui avait perdu le contrôle de sa magie. L'adolescent avait tué sa mère et sa cadette lorsque ses pouvoirs s'étaient déclenchés et sombrait dans la folie.
    
    Prosper n'avait pas eu une enfance facile. Issu d'une famille très pauvre, son Don s'était déclaré pour la première fois sur le lieu d'un cambriolage. Éliane l'avait sorti de prison. Il avait conscience de sa chance et était bien décidé à en profiter et à aider les autres en retour. Vince refusait de croire qu'il ne pouvait rien faire pour lui, aujourd'hui.
    
    Il ferma un court instant les yeux. Il observa ses ancêtres, toujours prostrés, sentit les courants d'énergie de son environnement, bridés par l'alchimie. Il ne le supportait plus.
    
    Une main sur son bras brisa sa concentration. Il revint à la réalité et se tourna vers Ileana qui le dévisageait avec nervosité.
    
    — Vince...
    
    Elle était terrifiée. Il avait entrevu son inquiétude dans son aura lorsqu'elle les avait rejoints près de l'étang, mais à présent ses sentiments étaient exacerbés. La prise de ses doigts sur son biceps se renforça.
    
    — Vince ?
    
    Elle l'implorait à voix basse.
    
    — Je sais que c'est de la folie... murmura-t-il, mais il faut que je rompe les liens.
    
    — Tu n'es pas fou, le rectifia-t-elle avec tristesse. Ça au moins, j'en suis persuadée. Mais ta magie est stable et c'était le but de l'intervention de l'Équilibreur ! Pourquoi prendre ce risque ?
    
    — Mais je sens que...
    
    Il toucha son estomac.
    
    — Je ne peux pas l'expliquer, mais ce qu'il a fait, ce n'est pas la solution. Ça m'épuise.
    
    — Tu pourrais ne pas y parvenir. Je serais...
    
    Elle avait les larmes aux yeux, mais les retenait avec vaillance. Il hésita. Il ne savait pas où ça allait le mener et s'en voulait déjà des répercussions que ça pourrait avoir sur Ileana.
    
    — Je ne supporte plus de les voir comme ça, se justifia-t-il.
    
    — Je comprends. Je ne te demande pas de renoncer : la question se reposera de toute façon dans quelques semaines, éventuellement mois et puis, tu finiras fatalement par le faire. Penser le contraire serait se voiler la face. Mais ça me fait peur.
    
    — Je ne peux rien promettre, mais je dois le faire.
    
    Elle hocha la tête. Il pressa à son tour sa main sur son bras. De la tête, elle lui fit signe d'y aller et il s'éclipsa en tentant de ne pas attirer l'attention. Le regard de Jaelyn braqué dans son dos, lui laissa peu d'espoir d'y être parvenu.
    
    Vince descendit dans le Subsidium et verrouilla derrière lui. Il y avait d'autres moyens d'entrer, mais cela demandait plus de temps.
    
    Il n'y avait aucun courant, ce qui se produirait dans la pièce n'impacterait que lui. Il sentait néanmoins la discrète magie d'Ileana à l'étage et y puisa du courage. Il devait revenir, survivre à l'expérience pour elle. Sa Dimidiam avait déjà tant subi, lui imposer sa perte serait cruel. Il n'avait de toute façon pas l'intention de mourir ici !
    
    À l'aide des plaids et des coussins éparpillés autour de la table basse, il s'installa un lit d'appoint. Il se couvrit et ferma les yeux.
    
    Une fois face à ses ancêtres, sa décision fut scellée : cela ne pouvait plus durer. L'Équilibreur ne l'avait pas soigné. L'alchimie absorbait sa magie et son énergie pour fonctionner. Certes, il n'était plus assez sensible aux courants pour entrer en crise, mais il ne voyait pas comment ça pourrait se maintenir sainement sur le long terme.
    
    Il s'approcha de Lucien. L'homme ne respirait pas. Il attrapa le lien d'énergie et le lâcha précipitamment. Ses paumes étaient brûlées et la peau avait noirci par endroits. Il se concentra sur sa blessure et elle se soigna en quelques secondes. Il empoigna de nouveau le cordon lumineux et, malgré la douleur, tira dessus de toutes ses forces. Il s'était éloigné du socle de plusieurs mètres lorsqu'il rompit enfin. Il tomba en arrière et n'eut pas le temps de se relever qu'un amas de glaise le frappa de plein fouet, le projeta contre le mur et durcit pour l'immobiliser.
    
    — Lucien, réveille-toi !
    
    Malgré sa voix impérieuse, cela n'eut aucun effet. Vince se sentit ridicule et acculé. Il se débattait pour se libérer pendant que le golem glissait dans sa direction. Il jura, ordonna à nouveau à Lucien de revenir à lui, mais rien n'y fit. Son ancêtre tendit sa main informe vers son front et posa des doigts de terreau sur sa peau sans appuyer.
    
    Vince hurla. Il avait l'impression que sa tête était prise dans un étau. L'esprit de Lucien, imposant, écrasait le sien. Dans un élan de lucidité, il changea d'approche. C'était un combat de volonté, compter sur la force brute était inutile. Il crispa ses doigts sur l'argile durcie, l'effritant sous sa poigne. Il démêla avec difficulté la magie de Lucien de celle circulant dans la terre et réussit à en prendre le contrôle. Avec hargne, il la projeta en direction de son ancêtre qui recula de plusieurs mètres avant de se briser sous la force de l'impact.
    
    En quelques secondes, Lucien se reconstitua pour retrouver une forme humanoïde et lui fit face. D'un même mouvement, ils s'élancèrent l'un vers l'autre. Le golem ouvrait la bouche en un cri muet, le bras de nouveau tendu devant lui. Vince avait la mâchoire crispée, l'esprit tourné vers la magie qui permettait à la terre de se mouvoir. L'aura de Lucien n'était qu'un point d'énergie renforcé par la masse argileuse. Ils n'étaient pas encore en contact que Vince prenait le contrôle de la matière.
    
    Le Golem bascula lorsqu'une de ses jambes refusa de bouger. Vince ralentit. Il avait les bras tendus devant lui pour l'aider à maintenir sa concentration et modeler la terre comme il le souhaitait. Cela faisait des années qu'il n'en avait pas eu besoin. Lucien ne se laissait pas faire, sa magie se connectait avec facilité aux morceaux les plus éloignés pour les attirer à lui, mais Vince les écartait avec énergie.
    
    Lorsqu'il arriva devant son ancêtre, il ne restait que le tronc sous le contrôle de Lucien. Il posa sa paume sur le front et plongea ses doigts dans la roche trop fragile. Le Golem poussa un cri qui rappelait le bruit de la craie sur un tableau noir. Vince grimaça, jura, puis se ressaisit.
    
    — Réveille-toi.
    
    Il imprima l'image de son ancêtre dans ce qu'il restait de la silhouette. Il imposa sa volonté à chaque particule pour qu'elle prenne forme. Soudain, la terre laissa place à la chair humaine. Lucien tomba à genoux, essoufflé. Vince en fit autant.
    
    Une vague d'énergie le traversa et il fut pris de convulsion. Lucien le bascula sur le côté et l'appela avec angoisse. Finalement, les spasmes se calmèrent et Vince retrouva une respiration plus lente. Il se sentait si las, si épuisé : il n'avait qu'une envie, se rouler en boule et dormir pour l'éternité.
    
    L'impulsion familière de la magie d'Ileana le ramena à ses devoirs. Il s'assit et se frotta le visage d'un geste brusque. Il remarqua ses mains et ses bras couverts d'égratignures et il se concentra pour les faire disparaître.
    
    — Qu'est-ce qui s'est passé ? demanda Lucien qui fixait les autres ancêtres encore prostrés sur leur socle.
    
    — J'ai fait une crise.
    
    — Il me semble m'en souvenir...
    
    — Un Équilibreur m'a aidé à retrouver le contrôle.
    
    — Ça n'explique pas ce qu'ils font dans cet état…
    
    — Il a utilisé de l'Alchimie. Les liens qui les immobilisent se nourrissent de mon énergie magique et vitale.
    
    Lucien inspecta son socle vide, puis Charles-Édouard sans oser le toucher, enfin son regard s'arrêta sur Magalie. Il s'approcha vivement d'elle.
    
    — Elle a un visage !
    
    — Il s'avère que c'est ma petite sœur, Magalie. Elle est décédée d'une Surcharge suite à une utilisation de magie aqueuse.
    
    Lucien observa ensuite Agathe avec angoisse.
    
    — Et donc ? Qu'est-ce que vous cherchez à faire ? Pourquoi nous libérer ? Vous allez mieux, non ? Vous pourriez mourir d'une nouvelle crise...
    
    — Le sceau m'affaiblit, j'en ai la certitude. Je me sens chaque jour un peu plus fatigué.
    
    — Mais aurez-vous la force de reprendre le contrôle sur nous tous ? Sans vouloir vous vexer, vous avez une mine épouvantable !
    
    — Je comptais sur ton aide pour en faire de même avec les autres.
    
    — Est-ce que je le peux ?
    
    — Il faut qu'on essaye. Je me vois mal faire marche arrière maintenant.
    
    — Et pourquoi pas ? Vous pourriez revenir dans le monde réel, récupérer, puis recommencer.
    
    — Regarde ton socle Lucien : le lien et le sceau sont toujours là. Si je pars, il y a trop de risques que tu te retrouves à nouveau prisonnier. Il me faudra alors me battre contre toi encore une fois et je doute de pouvoir renouveler l'exploit.
    
    Lucien resta un long moment silencieux à tourner et retourner les éléments dans son esprit comme Vince avait pu le faire auparavant. Finalement, il capitula.
    
    — Qui voulez-vous délivrer à présent ?
    
    — Ma sœur.
    
    Vince s'approcha du socle où était ligotée Magalie et comme pour Lucien tira sur le lien. Il grimaça lorsque ce dernier lui brûla la paume de la main. Il se soignerait plus tard. Quand elle fut libérée, elle devint un immense golem aqueux. Elle ouvrit la bouche. Une eau à l'odeur de vase s'en échappa. En quelques secondes, elle leur arrivait aux chevilles.
    
    — C'était aussi impressionnant lorsque je suis sorti de l'inconscience ?
    
    — Non.
    
    — Qu'est-ce qu'il faut faire ?
    
    — Je dois prendre le contrôle de l'élément, surpasser sa magie. Ce sera plus facile lorsque je serai au contact du golem.
    
    — Cela semble si simple.
    
    Lucien n'avait guère l'air confiant. Vince, non plus. Pendant que Lucien le protégeait de vagues toujours plus hautes et violentes à l'aide de murs de roche, il se concentrait sur le liquide qui lui montait aux genoux à présent. Il avait bien plus de mal à prendre le contrôle de cet élément qu'il n'en avait eu avec la terre.
    
    Il se dirigea vers sa sœur, adoucissant la pression de l'eau devant ses jambes à l'aide de sa magie pour avancer plus facilement. Il levait les genoux, Lucien dans son sillage.
    
    Magalie tourna la tête et d'un geste négligent de la main, envoya une vague qui prit rapidement des airs de tsunami.
    
    — Lucien ? s'affola Vince qui luttait pour garder le peu de contrôle qu'il avait sur l'eau.
    
    — J'y travaille, j'y travaille.
    
    Un pan rocheux s'éleva avant que le déluge ne s'abatte sur eux.
    
    — Tu penses que tu pourrais déplacer le mur vers elle pour qu'on évolue à l'abri ?
    
    — Je vais essayer, mais la pression de l'eau est forte.
    
    — Plus j'en aurai sous contrôle, plus ce sera facile… théoriquement.
    
    — Mais plus le temps passe, plus elle gagne en puissance.
    
    — Lucien, merci pour tes encouragements.
    
    — Désolé...
    
    Atteindre Magalie fut bien plus lent que ce à quoi s'attendait Vince. La migraine mise de côté, la concentration qu'il déployait le fatiguait et le rendait fiévreux. Il essayait de d'imaginer son don supérieur à celui de Magalie. Cela fonctionna quelques instants, mais elle reprit le dessus, son esprit s'abattant sur lui telle une vague. Entrer en contact devenait une urgence.
    
    Une pulsion douce apaisa la douleur de Vince. Ileana. Elle était là, elle veillait même si elle ne pouvait pas intervenir directement.
    
    — Courage, on approche ! hurla-t-il autant pour Lucien que pour se donner du courage.
    
    Et c'était vrai. Ils n'étaient plus qu'à quelques mètres. Il décida de changer de tactique puisque l'eau leur arrivait désormais à la taille.
    
    — Je vais nager. Reste en retrait et protège-toi de ses vagues. Si tu vois que le courant m'empêche d'avancer, essaye de m'aider, peut-être avec des pics rocheux pour me servir d'appui.
    
    L'eau était glacée. À grand renfort de battements vigoureux, il progressait, l'effet de chacun de ses mouvements était amplifié par sa magie. En sous-marin, Lucien faisait apparaître des murets pour couper les courants.
    
    Vince arriva au pied de Magalie plus vite qu'il ne l'aurait cru. Il la toucha pour prendre le contrôle, mais ça n'eut pas l'effet escompté.
    
    — Lucien ! J'ai besoin d'un escalier jusqu'à la tête.
    
    L'eau et la pierre s'affrontèrent. Lucien, tenace, bâtissait les marches une à une. Magalie, par vagues successives, les brisait, l'obligeant à les épaissir toujours plus. Sans attendre, Vince grimpait en essayant de ne pas se faire emporter par l'eau ou l'effondrement de la roche.
    
    Deux fois, il chuta dans la salle où il n'avait désormais plus pied, évitant de justesse les pierres qui tombaient avec lui. Il s'inquiéta fugacement pour Agathe et Charles-Édouard avant de se souvenir qu'ils n'avaient pas besoin de respirer.
    
    Du bout des doigts, il réussit à toucher le front et se retrouva aspiré dans le golem. Il retint son souffle et se mit en position fœtale. Il se concentra sur l'eau qui l'entourait, puis peu à peu, étendit son contrôle au reste du corps gigantesque de sa sœur. Cela lui parut interminable. Sa tête le lançait au point de lui donner la nausée. Des points blancs dansaient à travers ses paupières closes. Soudain, il sentit qu'il avait enfin l'avantage et la pression sur son esprit diminua. Il imprima l'image de Magalie dans l'élément.
    
    Il y eut un instant de flottement puis toute l'eau disparut. Dans un hurlement, il tomba de plusieurs mètres sur le sol dur. La fatigue, la douleur, la chute et la vague de magie lui firent perdre connaissance.
    
    Les pulsations douces d'Ileana l'aidèrent à remonter le fil de sa conscience. Une chanson enfantine l'accueillit. Son corps était guéri et il avait la tête sur des cuisses. On lui passait une main dans les cheveux, le berçant à voix basse.
    
    Il ouvrit les yeux et se contorsionna pour dévisager sa sœur. Elle était plus vieille que sur les photos, peut-être douze ou treize ans.
    
    — Maman faisait ça quand on était malade, murmura-t-il.
    
    — Elle me manque.
    
    — Tu lui manques aussi. Je suis content de pouvoir faire ta connaissance.
    
    — J'ai fait une bêtise, geignit la fillette-adolescente. Je voulais voir les canards. Mais j'avais beau mettre de plus en plus d'eau, il n'y en avait pas.
    
    — Il fallait du temps, il y en a à présent.
    
    Elle plaça ses longs cheveux clairs dans son dos, ses grands yeux, similaires à ceux de leur mère, brillaient.
    
    — Vraiment ?
    
    — Beaucoup. On ira les voir.
    
    Elle sourit.
    
    — Tu veux bien m'aider ? demanda Vince qui se redressait.
    
    — À faire quoi ?
    
    — Il faut qu'on réveille Charles-Édouard. Ton eau pourra tempérer ses flammes.
    
    — Je ne sais pas…
    
    Elle était inquiète et se mordait la lèvre inférieure, un tic qu'elle partageait aussi avec leur mère.
    
    — On sera deux, la rassura Lucien.
    
    Elle hocha timidement la tête.
    
    — Allez ! À nous quatre, Charles-Édouard !
    
    Il espérait que ce serait plus simple, sinon, il ne savait pas s'il aurait l'énergie nécessaire pour réussir.

Texte publié par Sizel, 11 février 2018 à 14h21
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 4, Chapitre 6 « Vince » Tome 4, Chapitre 6
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
957 histoires publiées
458 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Paulinska
LeConteur.fr 2013-2018 © Tous droits réservés