LC logo
Découvrir     Romans & nouvelles     Fanfictions     Poèmes     Blog     Forums
Connexion
Bienvenue visiteur !
Se connecter ou S'inscrire
Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 3, Chapitre 7 « Ileana » Tome 3, Chapitre 7
Ileana était terrifiée.
    
    À l'aller, elle s'était sentie mal à l'aise, oppressée dans un monde dont elle ignorait tout, au milieu d'inconnus. Les aéroports, la foule, la promiscuité, l'avion, les courants d'énergie présents à haute altitude ou ceux qui circulaient dans le sol japonais. Tant de choses qu'elle avait dû intégrer sans avoir le temps de les apprivoiser.
    
    Ce vol était complètement différent, mais pas moins angoissant. Son estomac était noué. Vince était au centre de toutes ses craintes et nul ne pouvait la rassurer.
    
    Son Dimidiam avait les yeux clos. Il s'était assoupi après plusieurs longues heures de lutte. De temps à autre, des murmures s'échappaient de ses lèvres et ses bras s'agitaient. Il semblait à Ileana reconnaître les noms de Charles-Edouard et Agathe. La magie du jeune homme pulsait avec tant d'intensité qu'il lui était désormais impossible de s'y connecter.
    
    Le visage fermé, Jaelyn dévisagea Vince qui n'en avait pas conscience. La froideur de son expression inquiéta Ileana. Elle remarqua que les doigts de la Colombienne glissèrent plusieurs fois en direction du stylo-seringue attaché au col de son pull. Ileana fut obligée de se faire violence pour ne pas le lui arracher et briser la cartouche d'anesthésiant qu'il contenait sous son pied.
    
    — Réveille-le, asséna Jaelyn avec sécheresse.
    
    À la gauche d'Ileana, Aymeric se pencha pour mieux observer son frère et Jaelyn à l'opposé de la rangée. Contrairement à l'aller, ils n'avaient pas cherché à se séparer. Ils espéraient ne pas avoir un comité d'accueil à l'aéroport et rester groupés leur paraissait encore la meilleure façon d'y faire face.
    
    — Il a besoin de se reposer, tenta de négocier Ileana.
    
    — Pas dans un avion.
    
    — Plus il est fatigué, plus ça lui est difficile de garder le contrôle.
    
    — Endormi, il y a trop de risques qu'il fasse une crise. Réveille-le.
    
    L'affrontant du regard, Ileana ne bougea pas. Lorsque Jaelyn secoua Vince du bout des doigts, elle réalisa que son amie craignait de le toucher. Soudain, elle prit conscience du danger que Jaelyn encourait. Ils lui avaient expliqué que cela pouvait devenir contagieux. Jaelyn était d'autant plus sensible à la folie de Vince qu'elle-même avait fait une Surcharge partielle lors de la mort de sa sœur, à peine quelques heures plus tôt.
    
    Ileana écarta la main de Jaelyn et entreprit à son tour de réveiller son Dimidiam. Elle le secoua, pinça gentiment ses biceps, enfonça son doigt dans sa joue avec insistance, mais rien n'y fit. Agacée, elle croisa les bras et envoya une onde magique au jeune homme. Il sursauta, l'air hagard. Ileana s'en voulut de l'avoir sorti du sommeil avec tant de brutalité : après tout, ce n'était pas de sa faute si une crise couvait et que les évènements de ces dernières heures l'avaient épuisé.
    
    Vince se passa la main sur son visage défait. Il n'était pas bien et ne prenait même plus la peine de le cacher.
    
    — Je me suis endormi ? murmura-t-il.
    
    Personne ne répondit tant c'était évident. Aymeric héla une hôtesse et, avec un sourire charmeur, lui demanda d'apporter un café. Vince en réclama un deuxième. Lorsque la jeune femme en uniforme s'éloigna, Aymeric se tourna vers son frère.
    
    — C'était pour toi !
    
    — Deux ne seront pas de trop, s'expliqua-t-il le regard fixé devant lui.
    
    Une main crispée sur l'accoudoir, il pianotait de l'autre sur l'écran incrusté dans le siège à la recherche d'un film. Il en lança un qui faisait la part belle aux combats. Il but son café à petites gorgées et jeta une œillade noire au breuvage. Aymeric soupira.
    
    — Qu'est-ce qu'il y a ?
    
    — Il n'est pas assez fort.
    
    — Tu vas devoir t'en contenter, on n'a rien de mieux.
    
    — De l'alcool ? proposa Jaelyn.
    
    Vince ne prit pas la peine de répondre. Ileana ressentit un pic dans la magie liée au feu. Il grimaça et secoua la tête. La jeune femme le dévisagea avec curiosité. Elle se demanda si Charles-Edouard se montrait à nouveau récalcitrant. Il n'y avait pas eu une réelle perte de contrôle, c'était plutôt comme si l'ancêtre de Vince avait juste cherché à se faire entendre.
    
    Ileana s'interrogea sur la part de vérité dans sa lecture de la magie de son ami. Elle mourrait d'envie de poser des questions à son voisin, mais la proximité des autres voyageurs et le risque de tomber sur une oreille indiscrète lui firent renoncer à son idée. De plus, Vince avait fixé l'écran devant lui pour mieux fuir le sommeil et Ileana craignait de troubler ses efforts.
    
    Ileana jeta un coup d'œil à Jaelyn et lorsqu'elle constata qu'elle caressait toujours la seringue, la foudroya du regard. La Colombienne l'ignora, perdue dans ses pensées. La Sensible sentait la magie de sa voisine gagner en instabilité sans que cela impacte les flux qui les entouraient. Les auras liées à l'eau et à l'air se disputaient la dominance avec hargne et si ce spectacle avait pris une forme physique, cela serait sûrement devenu un orage ou un ouragan quoique d'une dimension réduite.
    
    Jaelyn pleurait sa sœur à sa façon. Ses yeux étaient secs à présent, son visage inexpressif, mais son âme hurlait de désespoir. Et seule Ileana en était témoin. La sensation de faire du voyeurisme revint et la Sensible se força à taire son don, le limitant à la magie de Vince.
    
    Les heures lui parurent interminables. La magie de Vince était de plus en plus chaotique et si, pour le moment, il gardait le contrôle, cela devenait difficile pour lui. Ileana avait l'âme qui se tordait au même rythme de celle de son Dimdiam et commençait elle aussi à en ressentir les effets. Il lui semblait avoir de la fièvre et elle se sentait nauséeuse.
    
    Cela n'avait pas d'influence sur sa propre magie, mais la jeune femme devinait que ce n'était qu'une question de temps avant que la Surchargene la submerge à son tour. Ileana ne savait pas comment elle pourrait aider Vince à retrouver le plein contrôle de son don même une fois à terre. Elle aurait aimé tenter une résonance comme lorsqu'il avait fait sa crise dans la forêt amazonienne, mais cela faisait déjà plusieurs heures qu'elle n'arrivait plus à se synchroniser avec lui. Elle n'avait plus d'impact sur les pics magiques de son partenaire.
    
    Enfin, le pilote annonça qu'ils allaient atterrir. Ileana se retint à grand peine de soupirer son soulagement. Elle espérait que la stabilité des flux dans le sol aiderait Vince à retrouver son calme. Les minutes s'égrainaient avec une lenteur insoutenable. Lorsque l'avion roula sur le tarmac pour rejoindre la porte de débarquement, la Sensible tapait nerveusement du pied par terre. Elle avait hâte de quitter ce lieu qui lui semblait soudain trop confiné.
    
    Ileana fut la première debout et pressa Aymeric de descendre leurs affaires. Elle encouragea Vince à se lever et lui passa elle-même son sac à dos. En un instant, ils furent dans les couloirs de l'aéroport où, intercalées entre les publicités pour une banque, se succédaient de grandes affiches d'hommes et de femmes souriants qui leur souhaitaient la bienvenue,.
    
    — Ileana, l'appela Vince alors qu'elle se dirigeait d'un bon pas vers la douane.
    
    À contrecœur, elle s'arrêta et se retourna lorsqu'elle constata qu'ils ne la rattrapaient pas.
    
    — Quoi ? demanda-t-elle avec impatience.
    
    Une fois à ces côtés, il murmura :
    
    — Il faut qu'on se débarrasse des passeports qui nous ont permis d'entrer au Japon et qu'on valide les nouveaux avant de pouvoir les présenter à la douane. Aymeric vérifie ce qu'il en est auprès de notre contact.
    
    Ce dernier marchait lentement, son ordinateur sur l'avant-bras. Ileana observa Vince d'un œil critique.
    
    — Tu fais très malade.
    
    — J'expliquerai aux douanes que l'atterrissage ne m'a pas réussi. Ça ne devrait pas être la première fois qu'on leur dit un tel truc.
    
    Bien qu'ils soient encore à l'étage et dans une zone très travaillée par l'homme, les flux liés à la terre étaient présents. Malgré ça, il n'y avait aucun changement dans la magie de Vince et de nouveau, l'estomac d'Ileana se noua. Au contraire même, cela semblait avoir accentué les prémices de la crise, son aura était avide de se connecter à chaque courant à proximité. Pour le moment, cela se limitait à quelques secondes, mais l'effort qu'il devait fournir à chaque fois pour arrêter la synchronisation devait l'épuiser.
    
    — C'est bon ! annonça Aymeric, soulagé. On vient de Tunis. Il y a un tampon dans le passeport, il faut le repérer pour le montrer en cas de besoin.
    
    Un à un, Jaelyn récupéra les anciens passeports. La photo et les numéros d'identification contre sa paume, elle les brûlait aussi discrètement que possible, puis les laissait tomber d'un geste négligent dans les poubelles sur sa route. Chacun sortit le deuxième passeport donné par Garnet à peine huit jours auparavant, mais cela semblait une éternité à Ileana. Bien qu'elle ait vérifié qu'elle l'avait en attendant l'avion et avant de ranger ses affaires dans le porte bagage, elle ne put retenir un soupir en le sortant d'une poche intérieure de son sac. Elle le feuilleta jusqu'à trouver le tampon évoqué par Aymeric. Il y en avait deux autres : un Russe et un Chinois.
    
    Bien qu'on leur ait assuré que tout était en ordre, ce fut avec angoisse qu'ils tendirent les nouveaux papiers aux douaniers allemands. Néanmoins, ils passèrent sans difficulté et l'on ne demanda même pas à Vince de se découvrir.
    
    Une fois dans le hall de l'aéroport, Jealyn prit la direction des opérations et les conduisit au parking où une voiture devait les attendre. Heureusement, la colonie européenne était toujours sur pied et son réseau d'une efficacité redoutable. Leur arrivée, bien que précipitée, n'était qu'une formalité pour eux.
    
    — Elle est garée où ? demanda-t-elle à Aymeric.
    
    — 326, répondit-il sans avoir besoin d'ouvrir l'ordinateur.
    
    — Ileana, tu ressens des Briseurs ou des Mages ?
    
    — Non, énonça-t-elle. Rien d'anormal.
    
    — Alors, ne traînons pas.
    
    Vince trébucha, manquant d'entraîner Ileana dans sa chute. Sa Dimidiam l'aida à retrouver son équilibre. Malgré l'assurance de son ton, elle n'était pas sûre d'elle. La présence du jeune homme, omniprésente et chaotique, ainsi que la multitude de personnes dans l'aéroport, l'empêchait d'avoir une vision claire. Néanmoins, à proximité, il n'y avait rien à signaler.
    
    Ileana redoutait d'évoquer les difficultés de Vince à voix haute. Jaelyn n'avait pas de patience et elle craignait qu'elle ne prenne une décision hâtive et ne drogue leur ami. Il était probable qu'elle-même manquait d'objectivité, mais il lui semblait que la Colombienne était encore sous le choc du décès de sa sœur. Cela était, certes, très compréhensible, mais Vince ne méritait pas d'en pâtir.
    
    Enfin, ils débouchèrent sur le parking et appelèrent l'ascenseur. Il y avait moins de monde et la Sensibilité d'Ileana pouvait de nouveau révéler tout son potentiel : personne n'était après eux. Elle commença à se calmer et ses épaules se détendirent un peu. Une fois en voiture, ils seraient tirés d'affaire. Ils n'auraient plus qu'à faire route en direction des Chenus et ils seraient à l'abri. Vince pourra se faire soigner. Ils pleureront tout leur soûl la mort de Janaya. Elle prendra le temps de découvrir son potentiel magique.
    
    Au diapason, l'aura de Vince liée à la terre et le sol s'agitèrent. La Surcharge, qui couvait depuis si longtemps, se déclarait. Le jeune homme s'effondra face contre terre si soudainement qu'Ileana ne put ralentir sa chute. Aymeric pesta. Il fit un pas en direction de son frère avant de s'immobiliser à cause d'une violente secousse.
    
    Ileana le retourna et l'appela. Elle ferma les paupières à la recherche de la magie de son Dimidiam lorsque la présence de Vince s'éteignit. Il n'y avait pas d'autre façon de l'exprimer. L'instant d'avant, il était là, omniprésent, son aura toujours plus puissante et envahissante, puis plus rien. Elle hurla, mais on la bâillonna pour la faire taire.
    
    Ileana ouvrit les yeux et vit Jaelyn en face d'elle, la main sur sa bouche. Cette dernière remettait le stylo dans sa poche. Hagarde, Ileana chercha le pouls de Vince avec des gestes maladroits. Elle le sentit et gémit de soulagement.
    
    — On ne peut pas rester là ! Aymeric, porte ton frère : on est presque arrivés à la voiture.
    
    Ileana avait du mal à réagir. L'absence brutale de la magie de Vince la laissait sous le choc, incomplète. La solitude la frappa de plein fouet. Sa magie cherchait celle de son partenaire sans la trouver et cela provoquait de vifs pics de douleur dans sa poitrine. Elle frissonna. Les larmes lui montèrent aux yeux lorsqu'elle se souvint que durant son inconscience, sa Surcharge pouvait évoluer de façon imprévisible. Il était possible que Vince ne se réveille pas ou qu'il soit devenu fou.
    
    — Ileana, faut se bouger, la rabroua Jaelyn.
    
    Elle se mit finalement en marche, une main crispée sur son manteau. Elle avait le souffle court et la tête lui tournait.
    
    Aymeric avait hissé tant bien que mal son frère sur son dos et ce dernier penchait dangereusement sur le côté. Ileana vint l'aider à le replacer pour lui éviter une nouvelle chute. Ses yeux se posèrent sur le visage de Vince et son cœur rata un battement. En plus des cernes qui le défiguraient presque tant elles étaient profondes, il avait le nez et l'arcade sourcilière gauche en sang.
    
    — Dépêchez-vous ! les pressa de nouveau Jaelyn. Il y a des caméras et je ne tiens pas à rencontrer les gardiens.
    
    Enfin, ils arrivèrent devant un camping-car qui ne semblait plus tout jeune. Jaelyn fouilla au-dessus du pneu avant droit et ressortit la main, une clé entre les doigts.
    
    — Aymeric, tu conduis puisque tu sais où on va.
    
    Il y eut un instant de flottement avant qu'il ne réponde, honteux :
    
    — Je n'ai pas le permis.
    
    Jaelyn le dévisagea, l'expression glaciale. Sans un mot, elle ouvrit la porte arrière et contourna le véhicule pour prendre la place du chauffeur.
    
    — Bah, ça ne devrait pas la surprendre, marmonna Aymeric en déposant Vince avec peu de délicatesse sur le lit au fond du camping-car. Je n'en avais pas besoin à Roraima et encore moins la possibilité de le passer !
    
    — L'adresse ne se rentre pas dans le GPS, grogna Jaelyn à l'avant.
    
    — J'arrive ! s'agaça Aymeric aussi nerveux que la Colombienne. Ça va aller ?
    
    — Oui, murmura Ileana sans vraiment y croire.
    
    Pas dupe, Aymeric lui offrit un sourire d'encouragement et rejoignit Jaelyn qui avait allumé le moteur. Il était tout juste assis que Jaelyn manœuvrait déjà pour quitter l'aéroport. Ileana observa Vince un moment avant de se décider à l'allonger plus confortablement. Elle lui retira ses chaussures et sa veste, puis tira les draps sous lui pour le couvrir.
    
    La poitrine de son Dimidiam se soulevait calmement dans son sommeil artificiel. Elle sortit un de ses T-shirts et essuya le sang avec délicatesse avant de chercher une trousse à pharmacie dans les placards.
    
    Son absence totale d'aura terrifiait la jeune femme. Régulièrement, elle se sentait obligée de lui toucher la carotide ou le poignet à la recherche de son pouls. Malgré cela, elle n'arrivait pas à se rassurer : il ne semblait plus là.
    
    Elle pressa de nouveau sa main sur sa poitrine. La sourde douleur qui s'y logeait rendait la situation d'autant plus éprouvante. Quelques larmes coulèrent en silence et elle ne chercha pas à les retenir.
    
    
oOo

    
    — On y est, annonça Aymeric, soulagé.
    
    Ileana sortit de la léthargie dans laquelle les mouvements du camping-car l'avaient plongée pour regarder dehors. Jaelyn s'était engagée dans un petit chemin caillouteux et non goudronné.
    
    Sur les bords de la route, la végétation de conifères était si dense qu'Ileana ne distinguait pas grand-chose. Un trou entre les arbres lui permit de voir qu'un énorme ravin se situait sur leur droite. Aymeric invita Jaelyn à prendre le sentier sur la gauche et la jeune femme obéit, sans dire un mot.
    
    Ileana quitta le paysage du regard pour contrôler la respiration de Vince qui n'avait montré aucun signe d'éveil. Elle n'avait pas osé demander à Jaelyn combien de temps l'inconscience durerait, mais pour le moment.
    
    Quand elle reporta son attention à l'extérieur, elle vit une immense bâtisse en grande partie couverte de lierre. Ses yeux s'écarquillèrent lorsqu'elle constata que les vitres étaient pour la plupart brisées ou obstruées par la crasse. Une partie du mur de l'étage supérieur s'était écroulée et quelques gravats jonchaient le sol. Le toit était constellé de trous qui laissaient passer la lumière blafarde du petit matin.
    
    Une fontaine couverte de mousse et des dalles délogées par la mauvaise herbe dessinaient les vestiges d'une cour qui avait dû être grandiose. Ileana ne comprenait pas. La végétation avait bien trop repris ses droits pour que le domaine ait subi une récente attaque. Elle chercha un autre bâtiment, même plus modeste, mais hormis une série d'écuries dans un état encore plus délabré, elle ne vit rien.
    
    — On y est ? s'assura Jaelyn, aussi sceptique qu'elle.
    
    — Oui, répondit simplement Aymeric qui descendait de la voiture.
    
    Ceci est le dernier chapitre de l'épisode, la publication de l'épisode 4 se fera probablement courant décembre, mais je n'ai pas de date pour le moment ;)

Texte publié par Sizel, 19 octobre 2017 à 15h28
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 3, Chapitre 7 « Ileana » Tome 3, Chapitre 7
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
957 histoires publiées
458 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Paulinska
LeConteur.fr 2013-2018 © Tous droits réservés