Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 2, Chapitre 7 « Vince » Tome 2, Chapitre 7
Évitant autant que possible de faire grincer le lit de camp installé dans la chambre suite à sa demande, Vince émergea avec mauvaise humeur. Un bref regard à Ileana lui apprit que, aussi agité que fût son sommeil, il ne l'avait pas réveillée. Fatigué, il sortit et longea le couloir en chancelant. Il retenait à grand-peine des bâillements à s'en décrocher la mâchoire.
    
    Il ne rêvait plus, il se retrouvait nuit après nuit dans la pièce créée par sa Surcharge où Charles-Edouard se montrait particulièrement usant. Cela mettait la patience du jeune homme à rude épreuve en plus de lui donner l'impression de ne jamais dormir. Heureusement, Lucien jouait les diplomates avec talent, apaisant régulièrement les esprits.
    
    Néanmoins, à cet instant cela ne suffisait plus à Vince qui était bien décidé à prendre plusieurs cafés pour fuir le sommeil. Même si aucune conséquence n'avait été à déplorer suite à ses plongées dans la folie, il craignait que les tensions grandissantes provoquent une perte de contrôle sur sa Surcharge. Il aurait eu l'esprit plus tranquille si Ileana avait dormi dans une autre chambre, mais il avait conscience que la présence de sa Dimidiam avait certainement évité que sa magie ne fasse déjà des siennes. Pour le moment la séparation des lits était tout ce qu'ils pouvaient se permettre.
    
    Un léger courant d'air agita son T-shirt et les lèvres de Vince se tordirent pour former une grimace. Agathe ! Même si elle ne disait pas grand-chose, elle ne le laissait guère plus serein que Charles-Edouard. Le regard empli de méfiance qu'elle lui lançait lorsque par hasard leurs yeux se croisaient ne lui plaisait pas. De plus, la perte de contrôle concernant son élément n'était pas rare quoique toujours très discrète. Cela ne se produisait pas avec la terre ou le feu.
    
    Pour l'eau par contre, c'était une autre histoire. Lorsque Vince avait pris sa douche la veille, il avait eu toutes les peines du monde à empêcher le jet de n'en faire qu'à la tête de la fillette. Cette dernière avait toujours une apparence aussi aqueuse et Vince sentait qu'elle avait un impact plus important que les autres sur sa magie. Heureusement, pour le moment, cela ne s'était produit qu'une seule fois.
    
    Lucien avait émis une hypothèse à son sujet : il s'était demandé si elle n'était pas la plus ancienne, ce qui aurait expliqué son aspect indéfini. Vince pour sa part supposait que c'était lié au fait qu'elle soit une enfant avec une conscience de soi forcément plus incomplète. Charles-Edouard s'était empressé de lui rappeler que leur apparence ne correspondait pas à celle qu'ils arboraient en fin de vie : rien ne leur prouvait que le golem d'eau n'avait été qu'une fillette. Vince n'avait rien trouvé à répliquer, laissant le mystère entier.
    
    En entrant dans le salon, il tomba sur Elaine qui fumait. En s'approchant un peu plus, il comprit que ce n'était pas du tabac :
    
    — C'est nouveau ? demanda-t-il sans réellement se soucier de la réponse.
    
    — Plus ou moins. Ça fait quelques années, mais je ne me le permets pas en public. J'ai essayé pas mal de choses pour me rendre « aveugle » aux auras des mages. L'alcool les amplifie, la méditation nécessite un état d'esprit, du temps et une concentration que je n'ai pas toujours. Ça au moins, ça me soulage tant que je fume, ce n'est pas si mal.
    
    Vince ne réagit pas, contournant la table pour rejoindre la cuisine ouverte afin de mettre la cafetière en marche. Un sourcil désapprobateur levé, Elaine l'interrogea :
    
    — Qu'est-ce que tu fais là ? Il est trois heures du matin !
    
    — Je peux vous retourner la remarque !
    
    — Vincent, ce n'est pas raisonnable dans ton état de ne pas dormir !
    
    — Vous n'avez qu'à dire ça aux quatre hurluberlus dans ma tête. Je ne demande que ça de dormir !
    
    — Ta magie était plus stable quand tu partageais le lit d'Ileana.
    
    Vince leva les yeux au ciel. La veille, Elaine s'était montrée très réticente à son idée, jugeant que c'était encore trop tôt.
    
    — Elle se reconstruit ! Je ne pense pas que partager le même lit l'aidera à avoir des repères sains.
    
    — Tu joues les pères inquiets à présent ?
    
    — Comme il lui fait défaut, il faut bien que quelqu'un se dévoue.
    
    Un silence pesant s'installa. Vince avait fait mouche et ne s'en étonnait pas. L'identité du géniteur d'Ileana était un mystère, Elaine ne s'étant jamais prononcée sur le sujet.
    
    — Elle en a un.
    
    Vince la regarda avec amusement avant de retourner au café qui coulait bien trop lentement à son goût :
    
    — Première nouvelle, je suis sûr qu'elle sera ravie de l'apprendre.
    
    — Ileana telle que nous la connaissions il y a quelques mois probablement, la jeune femme qui dort à côté, j'en doute. Elle ne se montre pas très réceptive à ce qui a pu constituer sa vie d'avant.
    
    — Si vous arrêtiez de la bassiner avec sa sensibilité, ça irait peut-être mieux !
    
    Expirant une longue bouffée à l'odeur doucereuse, Elaine répliqua :
    
    — C'est un atout dont vous ne pourrez vous passer, quoi que vous décidiez de faire. Et si tu y mettais du tien, on avancerait plus !
    
    — On ne va pas la forcer, ça ne servirait à rien. Et puis, ce n'est pas quelque chose qu'on apprend en quelques jours ! Je doute que lui bourrer le crâne durant trois jours avec des choses qui la dépassent l'aide réellement à maîtriser son don !
    
    — C'est également valable pour la magie et ça ne l'a pas empêché de réaliser en un mois ce qui prend des années à un mage nouvellement éveillé. Elle n'a pas oublié. Ça reste dans son inconscience, il faut juste le bon déclic…
    
    — Et c'est moi qui suis censé accomplir ce miracle ?
    
    — Si tu commençais par t'ouvrir un peu à la discussion, ce serait un bon début !
    
    — Que je discute de quoi ? Elle ne me demande rien !
    
    — À peu près tout : la magie, le lien, ta Surcharge, votre passé…
    
    — Vous n'avez qu'à montrer l'exemple ! Hormis la sensibilité, il ne me semble pas qu'il y ait eu beaucoup de sujets de conversation. Ce serait quand même bien que vous voyiez votre fille comme autre chose qu'un agent ou un simple outil de repérage. Encore plus aujourd'hui, après tout ce qu'elle a vécu.
    
    Malgré ses mots durs, Elaine ne broncha pas, se contentant d'expulser une nouvelle bouffée. Elle finit par parler à voix basse, sur un ton plaintif :
    
    — J'ai essayé, mais elle ne m'écoute pas.
    
    — Le fait qu'elle ne vous ait pas vue depuis son retour à Roraima n'a sûrement aucune influence là-dessus, souligna-t-il sur le même ton caustique.
    
    De nouveau, son agressivité ne trouvait aucun répondant chez Elaine, juste de l'abattement :
    
    — J'avais peur de faire face à ce qu'elle était devenue, à sa magie...
    
    — Vous ne pourriez pas la dissocier un peu de son don ? Elle a une existence en dehors de ça !
    
    — Difficilement, dit-elle avec une expression tristement amusée. Pour moi la magie a une réalité physique au même titre qu'une cicatrice, une couleur d'yeux ou que sais-je encore. Je ne peux pas vraiment en faire abstraction. Malgré les années, je n'arrive pas à contrôler ma sensibilité, c'est d'ailleurs une des raisons pour laquelle je m'isole.
    
    Vince se versa une tasse de café pour ne pas laisser une nouvelle remarque acide lui échapper. Il ne voyait pas en quoi cela avait bien pu l'empêcher de rendre visite à sa fille plus souvent ! Elle aurait même pu leur demander de venir : ils étaient régulièrement hors de Roraima, quelques jours en plus ou en moins loin de la colonie n'auraient pas changé grand-chose.
    
    — Sais-tu pourquoi j'ai décidé de m'éloigner de Roraima ?
    
    — Une mission sur le long terme, répondit Vince.
    
    Elle lui lança une œillade surprise :
    
    — Qui t'a dit ça ?
    
    — Je ne sais plus. Ileana sûrement, à moins que je ne l'aie déduit. C'est pas ça ?
    
    — Pas tout à fait. C'est bien moins glorieux en fait…
    
    Vince l'observa avec curiosité. Cet échange était un des plus longs qu'ils aient jamais eus et entendre ce qu'elle avait à dire pour se justifier l'intriguait.
    
    — Tu sais qu'Ileana a eu un éveil magique précoce ?
    
    — Oui, vers 2 ans, je crois.
    
    — La magie lorsqu'elle se développe à cet âge est directement connectée aux émotions. Chaque colère, peur, joie se matérialise physiquement. Le don ne possède aucun garde-fou et l'enfant n'a pas la maturité nécessaire pour tempérer ses émotions et ses pulsions, c'est normal.
    
    Vince était au courant, elle n'avait pas besoin de lui faire un cours sur les éveils précoces. Il avait eu l'occasion de croiser quelques cas de très jeunes mages développant leur don lors de ses missions en tant qu'agent et l'une d'entre elles l'avait particulièrement marqué. Un garçonnet âgé de trois ou quatre ans si sa mémoire était bonne, avait brûlé sa maison en piquant une colère. Sa mère et sa grande sœur étaient restées coincées à l'intérieur. Son père l'avait complètement rejeté suite à cet accident. En général, la magie ne s'éveillait qu'à l'adolescence et ce n'était pas plus mal ainsi.
    
    — Ileana était assez vive, poursuivit Elaine, mais pas à fleur de peau, ce qui a limité les dégâts qu'elle aurait pu causer. Hormis quelques flammèches, flaques et objets cassés à cause d'un coup de vent incontrôlé, il n'y a pas eu grand-chose à déplorer. Mais sa magie…
    
    Elaine soupira, comme si ce souvenir lui était particulièrement pénible :
    
    — Elle était si colorée qu'elle m'éblouissait souvent au point de m'obliger à fermer les yeux. J'avais en permanence des migraines, des nausées. Les médicaments que me donnait Lawrence ne faisaient aucun effet.
    
    Il fallut quelques secondes à Vince pour se rappeler que c'était le prénom du Docteur Thomas. Du moins, il supposait que c'était à lui qu'elle faisait référence.
    
    — Un jour, elle avait cinq ans, j'étais très fatiguée et elle était très agitée. Elle pleurait beaucoup. Une flaque se formait sous la table basse. Cela faisait plus d'une heure que j'essayais de taper un rapport sans avancer. J'ai tourné la tête deux minutes pour éponger. Ileana a fait tomber l'ordinateur. Entre l'eau et le choc, il n'a pas survécu
    
    Elle avala difficilement sa salive, refusant toujours d'ouvrir les yeux. Vince l'observait revivre son douloureux souvenir les sourcils plissés par l'appréhension de ce qu'il allait découvrir.
    
    — J'ai tenté de l'étrangler, finit-elle par dire dans un sanglot tout juste retenu.
    
    Il lui fallut quelques secondes pour se ressaisir :
    
    — C'était disproportionné. Aberrant omme réaction. J'étais à bout nerveusement. Heureusement, je me suis arrêtée avant qu'il ne soit trop tard. Ileana me regardait, elle était tétanisée. J'ai couru chez Lawrence. J'avais si peur de recommencer. Il a décidé de m'en retirer la garde temporairement. Certainement la meilleure décision qu'il ait jamais prise.
    
    Vince était sous le choc. Le pire étant qu'il ne savait pas si Ileana se souvenait de cet évènement ou non. Du moins, avant que les briseurs ne fassent leur office aujourd'hui, il était évident que non. Elaine poursuivit, un sourire acerbe aux lèvres :
    
    — Ma fierté ne l'a pas supporté. Je ne me sentais pas de rester à Roraima alors que je n'avais pas le droit de voir ma fille seule à seule. J'ai décidé de quitter la colonie de façon temporaire. Je n'ai jamais pu y revenir. Entre autres, par peur de ce que j'aurais pu de nouveau lui faire. Également parce qu'une fois dans une zone moins fréquentée, ma sensibilité s'y est vite habituée. La colonie où les mages pullulaient me rendait trop malade. Ce qui devait être l'affaire de quelques jours, quelques semaines tout au plus, juste le temps de me ressourcer, a pris des années. Et est toujours d'actualité d'ailleurs.
    
    Vince ne trouvait rien à dire. Il n'avait pas particulièrement envie de la réconforter et en même temps, il comprenait mieux sa distance avec Roraima ou sa fille.
    
    — Pas très glorieux, hein. Ce n'est pas avec cette histoire que je remonterai dans ton estime. Ce n'est pas non plus celle concernant son père qui m'y aiderait plus, conclut-elle avec un gloussement défaitiste.
    
    — Son père ? ne put retenir Vince qui allait de révélation en révélation.
    
    — Un mystère également pour moi d'une certaine façon. Même si avec le temps, je crois que je l'ai accepté. Je voulais lui en parler. J'attendais le bon moment.
    
    Elle éteignit la cigarette dans un geste rageur :
    
    — En fait non, j'attendais de faire mon deuil. Ça m'a pris plus de temps que prévu et aujourd'hui, c'est trop tard.
    
    — Ileana a toujours le droit de savoir la vérité, amnésique ou non.
    
    — Oui, mais elle n'a pas l'air de vouloir l'entendre et c'était à l'Ileana d'avant les briseurs que je le devais avant tout.
    
    — Et c'est qui ? ne put s'empêcher de demander Vince, piqué à vif dans sa curiosité.
    
    — Tu le connais d'une certaine façon… Enfin, si c'est bien lui, dit-elle dans un soupir. Sean Dorgan.
    
    Vince ne prit pas la peine de cacher sa surprise. Bien sûr qu'il le connaissait, cet homme était presque une légende pour les agents. Le Dimidiam décédé du Docteur Thomas.
    
    — Sean Dorgan ?
    
    — Oui. Enfin probablement. On était ensemble et on avait une relation plutôt houleuse. En partie due à notre différence d'âge et également à cause du duo qu'il formait avec Lawrence. Malgré toute notre bonne volonté, le lien de Dimidiam influe obligatoirement dans les relations amoureuses.
    
    C'était tout à fait exact. Bien qu'il ait fait tout son possible pour rester en dehors de l'histoire entre Aymeric et Ileana, il l'avait lui-même vécu. Ses relations avec son frère n'avaient jamais été très bonnes, elles s'étaient détériorées lorsqu'il était devenu évident qu'Ileana et lui étaient Dimidiam et clairement tendues à partir du moment où Aymeric et elle avaient commencé à sortir ensemble.
    
    — En fait, je n'ai su que j'étais enceinte qu'après sa mort, j'en étais à six mois. Lawrence n'a jamais posé de questions à ce sujet. À la date présumée où je suis tombée enceinte, j'étais dans une mauvaise phase avec Sean. J'ai eu quelques aventures d'un soir : j'étais très jeune, un peu tête brûlée et je savais que ce genre d'agissement le rendait dingue. Ileana me ressemble trop pour que je sache si Sean est bel et bien son père, mais j'ai envie de le croire.
    
    Vince reposa son café, savourant la sensation d'éveil qu'il lui procurait. Il tapait du bout des doigts sur le comptoir de la cuisine ouverte, réfléchissant à ce que venait de lui dire Elaine :
    
    — Pourquoi me raconter tout ça tout d'un coup ?
    
    — Je suppose qu'il n'y a jamais eu d'autre moment qui s'y prêtait. Et le joint n'est certainement pas innocent dans l'histoire : ça a tendance à me rendre bavarde. Au passage, la teinture noire que t'a faite Jaelyn pour la photo d'identité est déjà en train de griser.
    
    — Elle verra ça demain. Avec la Surcharge, il fallait s'y attendre !
    
    Quelque soit le produit que les mages mettent sur leurs cheveux décolorés par leur don, cela ne tenait pas longtemps. Cela rendait bon nombre d'entre eux reconnaissables par les mèches blanches qu'ils arboraient suite à un évènement où ils avaient surestimé leurs capacités. Vince revint sur les révélations d'Elaine :
    
    — C'est votre fille qui devrait avoir cette conversation avec vous.
    
    — Je te l'ai déjà dit : elle ne le souhaite pas pour le moment. Etant donné la situation compliquée vers laquelle on se dirige, je ne pourrai peut-être pas lui donner ces réponses quand elle sera prête à les entendre.
    
    — Et donc ce sera à moi de le faire ?
    
    — Qui serait mieux placé ?
    
    — Quelqu'un qui n'est pas en Surcharge !
    
    — Arrête de la prendre comme excuse et sois un peu honnête avec toi-même : tu tiens le choc. Tu es solide Vincent, malgré ta magie qui a toujours été capricieuse. Peut-être même que c'est grâce à ça en fait : tu es accoutumé à l'instabilité. N'avale pas cette nouvelle tasse de café ! Ne sois pas déraisonnable.
    
    Vince reposa la tasse et lui jeta un coup d'œil curieux :
    
    — Vous en auriez un deuxième ? Peut-être que ça pourrait les faire taire ?
    
    Elaine regarda un paquet posé sur la table l'air pensif :
    
    — Tu es sûr que ça ne provoquera pas de catastrophes ? Si oui, je te laisse volontiers te servir.
    
    Ramenant la tasse à ses lèvres, il secoua finalement la tête :
    
    — Le café est moins risqué. Ça dérange, si j'allume la télé ?
    
    — Je vais me coucher, tu devrais en faire autant.
    
    — J'avais compris la première fois… Mais non ! Charles-Edouard me donne de plus en plus envie de le frapper.
    
    — Charles-Edouard ?
    
    — Le type lié au feu.
    
    — La colère le rend plus puissant ?
    
    — Pas plus que ça, mais il a le don de me taper sur les nerfs !
    
    — Je suis sûre que si tu dormais avec Ileana, ça se calmerait.
    
    L'ignorant, il attrapa la télécommande et commença à zapper en pestant contre l'espagnol qu'il ne comprenait que par bribes. Elaine jeta son mégot et se leva. Avant d'aller dans le couloir, elle marqua un arrêt :
    
    — Prends soin d'elle.
    
    Il se rembrunit :
    
    — On a vu ce que ça donnait.
    
    — Tu as fait tout ce que tu pouvais. J'ai lu les rapports de missions. Ceux de Lawrence aussi. Tu n'es pas passé loin de la mort. Je sais que tu feras ton maximum.
    
    — J'essayerais autant que possible de la protéger.
    
    — Ça me suffit amplement. Bonne nuit Vincent.
    
    — Ouais, bonne nuit.
    
    — Va dormir.
    
    Il ignora sa dernière injonction, s'affalant dans le canapé pour regarder une novella sous-titrée en anglais.

Texte publié par Sizel, 13 mai 2017 à 07h42
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 2, Chapitre 7 « Vince » Tome 2, Chapitre 7
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1019 histoires publiées
478 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Nathanael
LeConteur.fr 2013-2018 © Tous droits réservés