LC logo
Découvrir     Romans & nouvelles     Fanfictions     Poèmes     Blog     Forums
Connexion
Bienvenue visiteur !
Se connecter ou S'inscrire
Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 2, Chapitre 3 « Vince » Tome 2, Chapitre 3
La main sur la portière ouverte, Vince sentit sa magie lui échapper. Elle cherchait avidement des courants d'énergie toujours plus puissants, provoquant des douleurs de moins en moins supportables. Il glissa lentement contre la carrosserie. Ce n'était pas le moment ! Ils devaient partir avant qu'on ne les repère. Il essayait de retrouver son souffle en fermant les yeux pour reprendre le contrôle de son don, mais rien n'y fit. Il voulut hurler à ses camarades de fuir, mais aucun mot ne sortit de ses lèvres.
    
    Soudain, la douleur disparut et il souleva craintivement les paupières. Le jeune homme regarda autour de lui en fronçant les sourcils. Il était dans ce qui ressemblait à une tour avec un immense escalier qui montait en spirale le long des parois et dont les marches seraient plus adaptées aux enjambées d'un géant. Au sommet, plusieurs centaines de mètres au-dessus de lui, se dessinait une porte sous laquelle une lueur tremblotante s'agitait au rythme d'un vent qu'il ne sentait pas. Tout le reste était noir. De façon inexplicable, seules les marches étaient visibles, bien que rien ne semblait les éclairer.
    
    Vince inspecta les lieux du regard avec agacement : il n'avait pas le temps de de se perdre dans son esprit en crise ! Il savait que tant qu'il ne serait pas monté dans cette voiture, les autres ne partiraient pas. Il serait plus serein s'il pouvait se persuader qu'ils pourraient le laisser derrière, mais ce n'était pas vraiment leur style. Il afficha un sourire désabusé en repensant à Elaine. Sa venue l'avait complètement pris au dépourvu et pourtant, il était loin d'être surpris : ce genre de « miracle » lui ressemblait. Malgré son arrivée providentielle, cela ne changeait rien aux griefs qu'il avait contre elle. A commencer par sa défaillance sidérante dans la vie de sa fille et son absence lors de l'enterrement d'Ileana puis de sa résurrection. Il lui semblait que c'était ce que toutes mères normalement constituées auraient fait. En tout cas, c'est ce que sa mère avait fait.
    
    De nouveau, il regarda autour de lui à la recherche d'une échappatoire lui permettant de revenir à la réalité. Maigre consolation : la douleur avait disparu, même si une immense fatigue alourdissait ses membres, le faisant devenir plus maladroit que de coutume, il se hissa sur la première marche qui lui arrivait au niveau des épaules. La pierre était usée, lui laissant peu de moyen de s'accrocher, rendant l'exercice d'autant plus délicat. Bien qu'il n'ait pas de difficulté particulière à grimper, la vue de la centaine de marches qui l'attendaient l'épuisait par avance.
    
    Après avoir poussé un profond soupir, il escalada la suivante à grand renfort de jurons énervés. Il ne savait même pas pourquoi il faisait cela. Simplement, avancer, lui laissait une meilleure sensation que de rester sur place ou descendre. Il se figea en réalisant qu'il n'était plus seul. Une forme vaguement humaine composée de terre était là et le dévisageait. Du moins, il le supposait étant donné que le golem n'avait ni yeux ni bouche ni quoi que ce soit indiquant à Vince qu'il était capable de le percevoir. Ce dernier étant immobile, il décida de l'ignorer pour passer à la marche suivante en vérifiant qu'une autre statue ne l'y attendait pas également.
    
    Il n'y avait rien, il aurait pu mettre sa main à couper. Et pourtant une fois debout, il fit face à un humanoïde de feu cette fois-ci. À l'agitation des flammèches qui le composaient, Vince jurerait qu'il était énervé. Un espace s'ouvrit à l'endroit où devrait se trouver sa bouche laissant apparaître un brasier rougeoyant. Des flammes plus intenses en sortirent sur un rythme saccadé, accompagnés de craquements semblables à des bûches brûlant dans un vif feu de cheminée. Vince avait la désagréable sensation de se faire "engueuler" par une torche humaine. Il leva les yeux au ciel avec un air désabusé. De mieux en mieux. Et avec tout cela, il n'avançait plus alors que le temps lui était compté.
    
    Péniblement, il se hissa sur la marche suivante en subissant la colère crépitante du golem. Il fut accueilli par une flaque d'eau qui prit la forme d'un humain de petite taille. Nain ou enfant, la silhouette n'était pas suffisamment précise pour qu'il réussisse à le déterminer.
    
    Alors qu'il était à genoux pour recouvrer son souffle et masser ses épaules douloureuses, l'être aqueux le serra dans ses bras. Peut-être que c'était une tentative de câlin, mais il était véritablement en train de se noyer dans le corps du golem. Il essaya de le chasser, de se libérer de son étreinte, mais il n'y avait rien à quoi se raccrocher. Il sentit qu'on lui attrapait la cheville pour le tirer en arrière. La puissante prise lui broya la malléole le forçant à ouvrir la bouche pour pousser un cri silencieux. L'eau s'engouffra à l'intérieur, l'étouffant.
    
    Brusquement, il échappa à l'emprise de la petite silhouette, la personne tirant sur sa jambe gagnant le combat. Il tomba brutalement sur la marche du dessous, l'épaule dans le vide. Désespérément, il cracha l'eau de ses poumons en jetant un coup d'œil aux golems de pierres et de feu qui se toisaient.
    
    D'un coup, le foyer incandescent perdit tout contrôle, explosant. L'humanoïde terreux fut projeté en arrière, emportant Vince avec lui. Le jeune homme se rattrapa au bord de la marche, la statue s'agrippant à la taille. Il était lourd. Trop pour le mage déjà trop malmené. Heureusement, le golem agit vite, se hissant pour se pendre à son tour au-dessus du vide sans fond. Ayant plus d'énergie que Vince, il remonta en un clin d'œil.
    
    Difficilement, il l'imita, un coude en appui sur la pierre. En découvrant le spectacle qui l'attendait, il décida de ne pas aller plus loin. Une bourrasque venant de nulle part souffla et il s'agrippa tant bien que mal à la matière trop lisse de la marche pour ne pas repartir en arrière. De toute évidence, il y avait également un humain ou du moins de l'air agissant à sa propre guise en compagnie des hommes de feu et de terre, même s'il ne le voyait pas. Au-dessus, la petite silhouette aqueuse projetait des jets d'eau plus ou moins puissants sur les deux autres qui essayaient de s'en protéger.
    
    Les trois golems grossissaient de façon décalée comme s'ils perdaient le contrôle à tour de rôle. Vince se sentit de plus en plus mal et doutait de tenir encore longtemps dans cette position inconfortable. Brusquement plusieurs pointes de douleur lui vrillèrent la tête et il lâcha plusieurs gémissements. Le front contre la pierre fraîche, il tentait de retrouver un peu son souffle. Bien qu'il glissait lentement, il ne put rien faire pour y échapper. Ses doigts perdirent leur prise sur la roche et il tomba en arrière. Une large main apparut pour lui saisir prestement le poignet. Vince leva un regard fatigué en direction de son sauveur. Il découvrit un homme dans le milieu de la trentaine aux yeux sombres. Rasé de près et les cheveux clairs coupés court, il dégageait de lui une certaine sérénité malgré la situation critique.
    
    — Vous m'aidez à le remonter ?
    
    Vince ne sut pas à qui il s'adressait, mais il trouva la tonalité de sa voix grave rassurante : ce dernier ne le lâcherait pas.
    
    — Ouais, ouais, grommela un inconnu dont son propriétaire était hors de vue.
    
    On le hissa sans que Vince ne fasse quoi que ce soit pour leur venir en aide tant il était épuisé. L'homme l'ayant remonté l'assit dos contre lui, lui offrant un soutien bienvenu. Le regard de Vince s'attarda sur un inconnu bedonnant d'une cinquantaine d'années portant des favoris d'une taille démesurée et d'une jeune femme blonde plus ou moins de son âge qui le dévisageait avec méfiance. Sur la marche du dessus, le golem aqueux avait des formes plus précises et Vince devina celles d'une fillette.
    
    — C'est quoi ce bordel ? murmura Vince dans un souffle.
    
    — Je ne vous le fais pas dire, s'exclame l'homme à la moustache. Je comptais sur vous pour nous l'expliquer.
    
    Les paupières de Vince se firent soudain très lourdes et sa tête se mit à dodeliner. Il se sentit partir. Il distingua sans les comprendre des grognements agacés de la part du cinquantenaire. La jeune femme derrière lui ouvrit grand la bouche comme si elle l'appelait pour qu'il revienne à lui, mais ce fut sans effet. Il s'effondra contre la poitrine de son sauveur, épuisé.
    
    Il ne savait pas depuis combien de temps il avait perdu connaissance lorsqu'il émergea. Il se découvrit dans un lit dans la pénombre. Le changement brutal d'environnement le désarçonna. Vince supposait qu'il était de retour dans la réalité, mais un doute subsistait.
    
    Une bouteille posée sur la table de chevet lui fit prendre conscience de l'inconfort de sa gorge sèche et il s'assit pour l'attraper. Il avala une rasade apaisante. En replaçant l'eau, il prit le temps d'inspecter les lieux et dévisagea Elaine, installée dans un grand fauteuil et le fixant en retour.
    
    — Ne fais pas trop de bruit, tu vas la réveiller, murmura-t-elle. Comment tu te sens ?
    
    Vince peinait à donner un sens à ses mots. Du moins, jusqu'à ce que son regard se posa sur la silhouette allongée à ses côtés dans le lit. Ileana soupira dans son sommeil, serrant contre elle son oreiller. Ce geste était familier au jeune homme. Il se souvenait l'avoir vu le faire les rares fois où ils avaient partagé une chambre et les encore plus rares fois où il avait dû la réveiller.
    
    — Vince ? l'interpela Elaine avec inquiétude.
    
    — Ça va.
    
    Il se frotta le visage avant de lui lancer un regard noir.
    
    — Vous l'avez laissé se synchroniser alors que j'étais en surcharge ?
    
    Il était outré et la colère montait doucement. Ils l'ont mise en danger, cela aurait pu être dramatique.
    
    — Elle le souhaitait.
    
    — Et vous ne pouviez pas l'en empêcher ? Il ne me semble pas qu'elle soit d'une assurance sans bornes au point de vous tenir tête !
    
    — Tout s'est plutôt bien passé donc nous avons eu raison de lui faire confiance. À présent, calme-toi, tu vas faire une nouvelle surcharge !
    
    — Je ne comprends pas comment vous avez pu la laisser faire une telle chose !
    
    — En fait, ça a été assez simple : tu étais sur le point d'y passer étouffer par ta propre magie. Elle semblait sûre d'elle et je pense qu'on avait tous espoir que le lien renaisse d'une façon ou d'une autre. On n'a pas été déçu : tu aurais dû la voir sourire lorsque vos deux magies se sont enfin stabilisées.
    
    Vince ne releva pas. Après un instant à dévisager la jeune femme endormie, il reprit la parole sur un ton abattu :
    
    — La voilà donc Dimidiam d'un mage en surcharge non maîtrisée. D'un homme avec une épée de Damocles au-dessus de la tête qui menace d'imploser à tout moment. Vous ne croyez pas qu'elle avait déjà suffisamment à faire avec ce que lui ont fait subir les briseurs ? Je dois vous rappeler ce qui se passe dans la grande majorité des cas lorsqu'un Dimidiam meurt : le deuxième meurt aussi. À défaut d'une mort physique, il souffre d'une sensation de manque toute sa vie qui le ronge jour après jour.
    
    — Il n'empêche que nous l'avons mise en garde, elle a pris sa décision. Je sais que tu te bases sur ta propre expérience pour parler de ce vide, mais peut-être que tes sensations ont été mal interprétées lors de ta sortie du coma…
    
    — Comment ça ?
    
    — Il n'est pas impossible que viscéralement tu aies su qu'elle n'était pas morte. D'après ce que je sais, tu l'as longtemps affirmé…
    
    — Donc la sensation de manque serait encore pire ? lâcha-t-il avec sarcasme. Chouette perspective pour Ileana.
    
    Il se laissa retomber en arrière, soudain très fatigué. Il tourna la tête en direction de la jeune femme toujours profondément assoupie près de lui. Ses cheveux blonds dont les pointes viraient au vert pâle étaient particulièrement abîmés, il se demanda pourquoi Emi et Janaya n'avaient pas réussi à les lui faire couper, ils en auraient vraiment besoin. Penser à son amie fraîchement décédée agita sa culpabilité. Il s'en voulait de ne pas avoir fait un dôme suffisamment grand pour la protéger. Elaine le tira de ses sombres réflexions :
    
    — Tu as le contrôle, Vince. Je peux le voir et le ressentir. J'ai confiance en ton rétablissement.
    
    Il la fixa durement :
    
    — Je sombre d'ores et déjà dans la folie. Je ne suis pas mort sur le coup certes, mais je n'échapperais pas au reste.
    
    — Tu m'as l'air très loin de toutes maladies mentales.
    
    — Je viens de faire la connaissance de quatre golems qui prennent forme humaine et qui me semblent aussi réels que vous.
    
    Elaine en demeura sans voix et il secoua la tête avec dépit. La colère montait de nouveau : leur insouciance lui tapait sérieusement sur les nerfs. Ileana se tourna et passa un bras autour de sa poitrine. Vince fronça les sourcils en tentant de se dépêtrer de la jeune femme endormie. Elle était tenace. Soudain, il sentit sa magie rechercher la sienne. Il eut un haut de cœur plein d'effroi en comprenant que dans son sommeil, elle essayait de se synchroniser.
    
    Il appela Elaine à l'aide du regard. Cette dernière s'enfonça dans le fauteuil, les dévisageant avec lassitude.
    
    — Tu en as besoin, Vince. Respire.
    
    Il ouvrit la bouche, il voulait hurler, mais il était trop tard. Elle les avait synchronisés et la magie du jeune homme, avide de son contact, avait été plus que disposée à la laisser faire. Un calme immense l'envahit et il bascula dans un sommeil profond.

Texte publié par Sizel, 15 octobre 2016 à 22h11
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 2, Chapitre 3 « Vince » Tome 2, Chapitre 3
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
957 histoires publiées
458 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Paulinska
LeConteur.fr 2013-2018 © Tous droits réservés