Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 2, Chapitre 2 « Ileana » Tome 2, Chapitre 2
Heureusement, la végétation n'était plus très loin d'eux. Ileana se retourna pour faire face aux arbres touffus et eut tout juste le temps de se protéger le visage. Sans réfléchir, elle agrippa le feuillage de plus en plus dense pour ralentir sa chute, jusqu'à la stopper. Avec une facilité qui l'aurait déconcertée dans des circonstances différentes, elle descendit d'une branche à l'autre, avant de se laisser glisser le long d'un tronc afin d'atteindre le sol. Une fois les pieds sur la terre ferme, elle s'écroula, en pleurs, les membres fébriles. Même si sa vie en dépendait, elle n'aurait pas réussi à tenir sur ses jambes.
    
    Soudain, Aymeric fut à genoux devant elle. Il avait un air sévère, reflet de sa colère mal contenue :
    
    — Ça va ?
    
    Ileana ne pouvait répondre, son corps encore trop tremblant de peur. Le regard du jeune homme s'arrêta sur sa main droite. Cette dernière était couverte d'égratignures et d'échardes. Aymeric grogna et essaya de retirer quelques copeaux sans arriver à grand-chose.
    
    Janaya et Jaelyn s'extirpèrent d'un buisson pour les rejoindre :
    
    — Ça va ? demanda la première en se massant le coccyx.
    
    — Ça pourrait aller mieux ! s'agaça Aymeric. Ileana a la main en sang.
    
    Les jumelles s'approchèrent pour inspecter la blessure de plus près. Janaya semblait ennuyée, mais pas désolée pour autant :
    
    — On n'avait pas le choix. Jaelyn, tu es sûrement celle avec le plus d'ongles, tu veux bien essayer de retirer les échardes.
    
    Cette dernière s'exécuta, commençant par nettoyer la paume en faisant apparaître un filet d'eau au bout de ses doigts.
    
    — Et toi ? demanda la Colombienne à Aymeric.
    
    — Juste quelques bleus au niveau des côtes, je pense. J'ai été vite stoppé par les branches et j'ai pu descendre sans mal grâce à la terre.
    
    Ileana tourna la tête, attirée par une magie chaotique qui devenait familière. Il était difficile de définir pourquoi exactement, mais elle avait la sensation que l'aura appelait à l'aide. Elle fouilla la végétation des yeux sans réussir à repérer le jeune homme.
    
    Janaya et Aymeric réagirent simultanément à son mouvement brusque :
    
    — Vince !
    
    Suivant le regard d'Ileana, ils partirent à sa recherche, disparaissant rapidement dans la pénombre.
    
    Ils revinrent quelques minutes plus tard, encadrant le mage sans pour autant le toucher. Ce dernier peinait à avancer, s'appuyant contre les troncs sur son passage pour garder l'équilibre. Sa capuche était tombée, laissant apparaître des cheveux complètement blancs. Une fois à quelques mètres d'eux, il s'affala dans l'herbe rendue humide par la pluie qui s'était arrêtée.
    
    Dans un silence haletant, chacun tentait de reprendre ses esprits. Doucement, le rythme cardiaque d'Ileana retrouva son calme et les larmes finirent par se tarir. Jaelyn continuait à la soigner sans un mot sous l'attention tendue d'Aymeric et Janaya. Les secondes passant, la jeune femme prit pleinement conscience qu'elle n'était plus à Roraima et qu'elle ne pourrait pas y revenir avant plusieurs jours, probablement plusieurs mois. Elle qui n'avait qu'une envie, celle de partir, se sentait complètement prise au dépourvu ainsi mise devant le fait accompli.
    
    — Jaelyn, c'est bon ?
    
    — Je fais au mieux. Il lui faudra quelques soins mais ce n'est pas grave.
    
    — Vince aussi aura besoin de quelques soins, il a pas mal d'écorchures, mais rien de dramatique à première vue. Enfin, si l'on met la surcharge de côté, bien entendu, finit-elle dans un murmure.
    
    — C'était trop risqué… commença Aymeric.
    
    La Colombienne le coupa avec autorité :
    
    — J'ai compris ! Mais ce qui est fait, est fait ! Et de toute façon, nous n'avions pas de meilleure option ! Pour le moment, on doit se concentrer sur notre fuite, pas sur ce qui vient de se passer ! Vince comment tu te sens ?
    
    — Je peux marcher.
    
    La Colombienne lui jeta un regard plein de suspicion mais ne releva pas. Ileana observait la magie du jeune homme avec fascination : la pulsation tellurique ainsi que celle liée au feu étaient comme en train de s'en disputer la dominance. Il ne semblait rien maîtriser, seulement essayer d'étouffer les effets que pourrait provoquer son pouvoir. Une grimace lui échappa et d'un geste vif, il rabattit de nouveau sa capuche sur son visage. Contrairement à elle, ni son frère ni les jumelles ne captèrent le signe fugace de douleur.
    
    Alors que Vince et Jaelyn se remettaient sur leurs pieds, Aymeric scruta les alentours avec anxiété :
    
    — On ne risque pas de se faire attaquer ?
    
    — Si ce sont des briseurs qui ont organisé l'attaque, il y a des chances qu'ils soient en embuscade quelque part, mais j'en doute. Quoi qu'il se soit passé, notre existence va être dévoilée et si on ne peut pas savoir comment réagiront les Autres en l'apprenant, je crois pas qu'ils se montreront très enthousiastes concernant les méthodes de ces enfoirés.
    
    — Je pensais plus à des bêtes sauvages… précisa Aymeric.
    
    — Vu le raffut qu'a provoqué l'explosion, je ne crois pas qu'il reste des prédateurs dans les parages, souligna Jaelyn, un léger sourire aux lèvres.
    
    Le visage du jeune homme se crispa et Ileana devina qu'il était vexé que la Colombienne puisse trouver sa crainte amusante. Néanmoins, Janaya ne lui laissa pas le temps de s'appesantir sur la question :
    
    — On va rattraper l'ancien chemin de terre au milieu des arbres, on y verra plus clair qu'ici et ce sera plus simple pour avancer.
    
    — Et on se dirige donc vers où ? demanda Aymeric qui n'était pas à son aise.
    
    Janaya répondit sans une once d'hésitation :
    
    — T'en fais pas pour ça ! Veille sur Ileana et on s'occupe du reste.
    
    Cela le frustrait, elle le voyait à son expression. Néanmoins, il hocha la tête, scellant l'accord.
    
    — Parfait, alors on y va ! conclut Janaya.
    
    Lorsqu'ils se mirent en route, seulement éclairés par la lueur vacillante d'une flamme créée par Jaelyn tant que les rayons du clair de Lune ne traversaient pas plus le feuillage, Vince suivit le mouvement d'un pas lent. Ileana sentait que Janaya trépignait, souhaitant de toute évidence aller plus vite, elle se contrôlait pour s'adapter au rythme laborieux du jeune homme.
    
    Le manque de luminosité rendait leur avancée délicate dans le sous-bois et la moindre inattention risquait de les faire chuter. Une ou deux fois, cela faillit se produire et Ileana dut se rattraper à Aymeric qui n'était pas plus à l'aise qu'elle.
    
    Doucement, les oiseaux nocturnes retrouvèrent leur voix et le silence pesant était à présent troublé par les chants et les piaillements des animaux en chasse. Épuisée, Ileana avait à peine conscience de mettre un pied devant l'autre.
    
    Sans fléchir ou marquer la moindre hésitation, Janaya les guidait au travers de la forêt jusqu'à la piste qui se dessinait tout juste entre les arbres. La végétation étant plus clairsemée, voire absente par endroit, ils n'avaient plus besoin de la flamme de Jaelyn pour y voir quelque chose.
    
    Brusquement, Aymeric s'arrêta, fixant le chemin qui se perdait dans la pénombre devant eux :
    
    — Il y a quelque chose.
    
    Janaya resta un instant silencieuse. Ileana la sentit chercher une anomalie dans les courants d'énergie aérien et dans les vestiges de ceux laissés par la pluie. Après quelques secondes, elle se tourna vers sa sœur qui se contenta de secouer la tête.
    
    — Tu peux être plus précis ? demanda-t-elle à voix basse.
    
    — La terre est comme… malmenée. Je n'ai jamais ressenti ça à Roraima alors je n'arrive pas à traduire ce que cela pourrait signifier.
    
    Bien qu'elle ne fasse aucun commentaire, l'expression de Janaya était lourde de sens : la réponse d'Aymeric ne la satisfaisait absolument pas.
    
    — Une voiture, plutôt grosse, murmura Vince.
    
    — N'utilise pas ta magie ! le rabroua gentiment Jaelyn.
    
    — Maintenant il sait comment l'interpréter : il pourra vous aider.
    
    Le jeune homme semblait épuisé, à bout de souffle et ces quelques mots lui demandaient un effort particulier. Les yeux de Janaya se posèrent sur Ileana. La Colombienne se mordait la lèvre comme si elle hésitait à dire quelque chose. Ileana ne put réprimer un mouvement de recul face à l'intensité de son regard.
    
    — N'y songe pas, intima Vince dans un grondement menaçant.
    
    À regret, Janaya détourna la tête pour s'intéresser à Aymeric.
    
    — C'est plus clair pour toi ?
    
    — Vaguement.
    
    — On va devoir faire avec, conclut-elle dans un soupire. C'est loin ?
    
    Il eut besoin d'un instant pour répondre :
    
    — Plusieurs centaines de mètres. Il va lui falloir quelques minutes pour nous atteindre.
    
    — Ça avance à vitesse humaine ou ce serait plutôt un véhicule ?
    
    Aymeric ouvrit de grands yeux comme si la question lui semblait hors propos. Janaya l'encouragea d'un mouvement de tête et il ferma les paupières, sa concentration striant son front :
    
    — Plus vite qu'un homme qui court… Je crois.
    
    — Tu serais capable de sentir si un homme marchait près du véhicule ?
    
    — Peut-être, mais pas à cette distance.
    
    La Colombienne réfléchit un moment, le regard dans le vide avant de prendre sa décision :
    
    — On continue d'avancer, je compte sur toi pour te connecter aux anomalies et nous prévenir Aymeric. J'en ai vraiment besoin…
    
    — Je ferai de mon mieux, répondit-il, la panique rendant sa voix hésitante.
    
    — Alors on fera avec ! En route.
    
    Et ils repartirent, toujours au rythme lent de Vince qui bien qu'il n'en dise rien, souffrait. Sa magie emplissait tout l'espace au point d'effacer celle des flux d'énergie ou des pulsations de leurs compagnons. Cela atteignait une telle puissance que de temps à autre, cela affectait même les sens de la jeune femme, lui donnant par moment la nausée. Elle hésitait à en informer Janaya, mais elle renonçait systématiquement. L'idée d'ouvrir la bouche pour formuler sa phrase la fatiguait d'avance et elle n'était pas sûre d'en avoir la force et encore moins la volonté.
    
    — Ça s'approche vite ! s'exclama soudain Aymeric.
    
    — Le véhicule te semble toujours seul ?
    
    — Oui.
    
    — Il doit être à plus de cent mètres sinon je sentirais une distorsion dans les flux aériens.
    
    Elle se tut, penchant la tête sur le côté :
    
    — Il vient d'entrer dans les cent mètres ! Par sécurité, on va se planquer sous les arbres. Une pause nous fera de toute façon le plus grand bien.
    
    Sans se faire prier, ils la suivirent dans les fourrés. Vince s'écroula contre un tronc, se laissant tomber sur le sol, les bras ballants. Ileana et Aymeric s'accroupirent à quelques mètres de lui en le dévisageant avec inquiétude : il ressemblait à une marionnette désarticulée. Janaya et Jaelyn discutaient à voix basse à quelques pas d'eux. Finalement, Jaelyn s'approcha de Vince pour lui parler pendant que sa sœur fermait les yeux pour mieux sentir les flux magiques.
    
    Ainsi immobilisée, la fatigue prenait sournoisement le dessus. Il n'aurait pas fallu grand-chose à Ileana pour se mettre en position fœtale afin de trouver le sommeil. Sa tête dodelinait dangereusement et seul le bruit sourd de moteur devenant de plus en plus net ravivait son adrénaline, forçant Ileana à se concentrer sur ce qui se passait. Malgré les petits regards furtifs, ils ne disaient plus le moindre mot, les visages tendus. Inconsciemment, ils se tassèrent tous sur eux-mêmes lorsque le véhicule arriva à leur niveau.
    
    La gorge d'Ileana se serra lorsque la voiture s'arrêta et ses yeux s'écarquillèrent de terreur au son de la portière qui s'ouvrait. Aymeric passa devant elle, la forçant à reculer d'un bras protecteur. Jaelyn s'était éloignée de Vince pour se rapprocher de sa sœur. Elle fixait d'un air menaçant le danger qui n'était pas encore visible. Elles étaient concentrées, Ileana les sentait prêtes à se battre. Vince ne bougeait pas, la tête dissimulée par sa capuche, en appui sur le tronc derrière lui. Peut-être n'était-il plus conscient.
    
    — Ileana ? Vincent ?
    
    Une voix féminine les appela plusieurs fois avant de jurer. Les feuilles s'agitèrent à quelques pas d'eux. Ileana était incapable de réagir, le souffle coupé. Comment pouvait-elle savoir qu'ils étaient là et surtout qui ils étaient ?
    
    Vince se mit à rire de façon sinistre :
    
    — Putain, on la voit pas depuis plus d'un an et elle débarque aujourd'hui ! Maintenant !
    
    — Qui est-ce ? demanda Janaya.
    
    L'inconnue les rejoignit et Ileana n'en crut pas ses yeux. Elle lui ressemblait énormément sauf qu'elle était un peu plus âgée.
    
    — J'ai une grande sœur ?
    
    L'idée ne lui avait jamais effleuré l'esprit et elle avait du mal à concevoir que le sujet n'ait jamais été abordé. À bien y réfléchir, personne n'avait parlé de sa famille et elle-même n'avait jamais pris la peine de demander des précisions.
    
    — Non ! Voici Elaine Vassilis, ta mère, les présenta Vince.
    
    — Par les quatre Éléments ! s'exclama la nouvelle venue.
    
    Elle se précipita vers le jeune homme et retira sa capuche en faisant tout son possible pour ne pas le toucher. Leurs regards se croisèrent et elle recula vivement ses doigts. Vince avait l'air furieux. Son expression prenait un air lugubre tant son teint était pâle, son front légèrement fiévreux et le blanc de ses yeux injectés de sang.
    
    — Tu me feras tes reproches plus tard, murmura Elaine.
    
    Les lèvres de Vince s'étirèrent pour former un sourire sarcastique.
    
    — Qu'est-ce qu'il s'est passé ? insista la femme, le dévisageant avec peine.
    
    — Ça se voit non ? Je fais une surcharge.
    
    Le souffle lui manqua sur les derniers mots et il ferma les yeux, haletant. Elaine se mordillait nerveusement la lèvre. Ileana la regarda faire avec fascination : elle avait exactement la même habitude.
    
    — Qu'est-ce que vous faites là ? l'interrogea Janaya avec méfiance.
    
    — J'ai eu un pressentiment, expliqua-t-elle. Les quatre Éléments m'ont poussé à prendre la route pour Roraima…
    
    — Dommage qu'ils ne vous aient pas sommé de le faire avant. À l'enterrement de votre fille par exemple…
    
    — Vincent, je suis ravie de voir qu'il te reste assez d'énergie pour te mettre en colère, mais je ne pense pas que ce soit le moment. J'écouterai tout ce que tu as à me dire lorsque tu seras stabilisé.
    
    Cela le fit rire. Macabrement. Il n'y croyait visiblement pas. Elaine ne s'appesantit pas sur sa réaction.
    
    — Montez en voiture, je vous emmène dans un endroit sûr et calme.
    
    — Où ?
    
    Janaya était sur ses gardes. L'accueil peu enthousiaste de Vince le lui soufflait peut-être. Ileana était trop fatiguée pour avoir son propre avis sur cette femme censée être sa mère.
    
    — Santa Elena de Uairén, lui précisa Elaine. Nous y avons une planque. De là-bas, nous trouverons des passeports pour passer du côté brésilien par la route ou alors nous partirons depuis l'aéroport de la ville vers un lieu plus sécurisé. Il y en a pour trois ou quatre heures de voiture, je ne pense pas qu'il soit sage d'aller trop vite vu l'état de Vincent. L'un de vous essayera de contacter les équipes de soutien pour avoir un protocole de stabilisation dans le cas d'une surcharge. Vincent n'est pas mort de la crise originelle, on doit pouvoir lui permettre de tenir le coup jusqu'à ce qu'on trouve un équilibreur capable de lui venir en aide.
    
    Les termes techniques qu'Elaine employait se noyaient dans la brume de fatigue qui engourdissait l'esprit d'Ileana. Elle sentait que son corps et ses nerfs étaient mis à rude épreuve. La réponse sembla convenir à Janaya, car elle hocha la tête. Personne ne souleva d'autres objections et la femme prit cela pour accord tacite.
    
    — Très bien alors en route. Plus vite nous partirons de là, plus nous aurons de chances de passer entre les mailles du filet. Les autorités locales et les journalistes ne vont pas tarder à envahir les lieux.
    
    Doucement, chacun se mit debout et se dirigea vers le véhicule d'une démarche lourde. Ileana les imita péniblement, néanmoins sa lenteur n'était rien par rapport à celle du jeune homme aux cheveux désormais blancs. Il avançait en traînant les pieds par terre. Sa magie s'affolait et la nausée d'Ileana fit son retour.
    
    En quittant la végétation, elle découvrit un 4x4 poussiéreux au milieu de la route. Même si l'objet lui semblait familier, elle n'avait pas eu l'occasion de monter à bord d'un tel véhicule depuis son arrivée à Roraima. Les jumelles prirent place à l'avant avec la conductrice. Aymeric grimpa à l'arrière, laissant la porte ouverte à son attention. Lorsqu'elle s'assit à son tour, il était en train de chercher la ceinture pour s'attacher au milieu. Le petit habitacle à l'odeur d'essence provoqua chez elle un sentiment d'oppression. Lorsqu'Elaine mit le contact, elle trouva les vibrations du véhicule désagréables,ce qui ajouta à son malaise.
    
    Vince fut le dernier à prendre place. Alors qu'il allait mettre un pied dans la voiture, il suspendit son geste. Ileana le vit tanguer et se pencha un peu plus pour mieux l'observer. Aymeric s'en inquiéta également.
    
    — Hey, ça va ?
    
    Clignant des yeux, la respiration soudain plus difficile, Vince fit un pas en arrière. Tout le monde se figea pour se tourner vers lui. Le jeune homme referma la portière. Il perdit l'équilibre contre elle, se laissant tomber vers le sol.
    
    La panique perça dans la voix d'Elaine :
    
    — Il fait une deuxième crise !
    
    Elle redescendit précipitamment, rapidement suivie par Jaelyn et Janaya. Cette dernière avait un petit ordinateur sur lequel elle avait branché un boitier de la taille de la paume d'une main et elle appuyait furieusement sur le bouton pour le mettre en marche. Encouragée par Aymeric qui souhaitait sortir, Ileana se détacha à son tour et ouvrit la portière. Elle contourna le véhicule et tomba sur un spectacle qui la fit frissonner.
    
    Vince était assis dans une position inconfortable, le cou tordu contre la voiture. Il respirait péniblement en haletant. Son visage pâle était crispé par la douleur. Au niveau de ses pieds, la terre noire commençait à le recouvrir. Elle durcissait par endroit pour former un cocon. Le jeune homme gémit.
    
    — Il faut le stabiliser, murmura Elaine. Tu arrives à joindre quelqu'un ?
    
    Janaya pianotait furieusement à ses côtés en grimaçant :
    
    — Pour le moment non, mais j'y travaille.
    
    — De toute façon, le mieux serait de provoquer une synchronisation, intervint Jaelyn.
    
    Ileana sentit qu'Elaine, Janaya et Aymeric se crispèrent en entendant ses mots. Le jeune homme prit la parole :
    
    — Je ne pense pas que…
    
    — Je suis une mille-Dimidiams, l'interrompit Jaelyn, sûre d'elle.
    
    Si Ileana ne comprenait pas ce que cela signifiait, Elaine et Aymeric la dévisagèrent avec stupeur. La conductrice la fixa un instant avant de hocher la tête, les sourcils toujours levés par la surprise :
    
    — Effectivement… Mais, malgré ça, Vince est particulièrement puissant, surtout maintenant. Il faudrait que vous ayez déjà fait un test et…
    
    — Elle l'a déjà fait, l'interrompit Janaya sans quitter l'ordinateur des yeux. La synchronisation était très correcte, bien mieux que celles qu'il a pratiquées ces derniers mois.
    
    — Très bien, alors je suppose que ça pourrait marcher.
    
    Elaine recula pour lui laisser la place. Elle s'approcha de Janaya et lui glissa quelques mots à voix basse :
    
    — Rasma était au courant ?
    
    — Non. On sait ce qu'elle aurait fait. Jaelyn ne souhaite pas avoir d'autres partenaires que moi. Qu'elle soit compatible avec la grande majorité des mages n'y change rien.
    
    Hochant à nouveau la tête, la femme croisa les bras en regardant la Colombienne s'agenouiller près de Vince. Jaelyn lui prit la main, juste avant que le cocon ne la recouvre. Ileana retint un cri lorsqu'elle vit que la terre montait à présent sur les doigts de Jaelyn pourtant venue en soutien. Cette dernière, ne montrant aucun signe d'inquiétude, ferma les yeux. Extérieurement, il ne se passait rien.
    
    Durant un instant, la sensibilité d'Ileana fut happée par l'aura de sa mère qui se tenait près d'elle. Ses pulsations liées aux éléments étaient équilibrées et imposantes, mais ce n'était rien par rapport à celle aux allures de radar qui lui permettait de lire la magie des autres. Cette dernière s'éloignait d'Elaine sous sa forme d'onde, disparaissant au-delà des capacités de perceptions d'Ileana. Elle était également particulièrement puissante, bien plus que celle qu'elle avait pu constater chez Bohner, le seul sensible qu'Ileana ait croisé jusque-là.
    
    La jeune femme se força à se détacher de son observation fascinée pour s'intéresser à Vince et Jaelyn. Ce fut moins difficile qu'elle l'avait d'abord imaginé, les pulsations du mage l'attiraient presque malgré elle. Elle avait la sensation qu'elles l'appelaient à l'aide. Le feu se disputait la dominance avec la terre. S'il y avait eu une flamme à proximité, Ileana se doutait qu'elle aurait pris des proportions titanesques, les mettant en danger. Elle observa sa mère qui restait de marbre et en conclut que c'était normal dans le cas d'une surcharge.
    
    Un crissement plus strident que les autres la fit frissonner. La terre se changeait en pierre sur Vince, transformant le cocon en sarcophage.
    
    Les pulsations de Jaelyn essayaient de se connecter avec celles du jeune homme. Ileana l'avait déjà vu faire avec Janaya. Sa sœur l'accueillait toujours avec entrain et cela ne prenait qu'une seconde. Vince par contre restait insaisissable pour la Colombienne. Les pulsations entraient en collision et s'évanouissaient en un instant. Inlassablement, Jaelyn tentait de les lier. La réaction de la magie de Vince se durcit, provoquant quelque chose ressemblant à une explosion. La jeune femme gémit de douleur.
    
    D'un bond, Janaya fut sur elle et la força à reculer. Sa sœur pleurait en secouant la tête. Elle essaya de la réconforter, mais Jaelyn eut du mal à retrouver son calme. Elaine et Aymeric restaient silencieux, immobiles. Les yeux d'Ileana passaient de l'un à l'autre en attendant que quelqu'un agisse. Elle finit par comprendre qu'il n'en serait rien, qu'ils se contenteraient de regarder Vince se débattre avec sa crise sans intervenir.
    
    — Il n'y a rien à faire ? demanda-t-elle d'une petite voix.
    
    — Non, murmura dans un souffle Elaine.
    
    Ileana réfléchissait, la magie du jeune homme pulsant douloureusement devant elle.
    
    — On a été lié… C'est que j'ai été compatible. Plus que Jaelyn ?
    
    Janaya, Elaine et Aymeric se tournèrent vers elle. Les quelques traces de surprise étaient noyées dans leur expression apeurée. Ileana poursuivit, pas très sûre d'où elle souhaitait aller :
    
    — Je peux l'aider ?
    
    Après plusieurs secondes de silence, seulement troublé par le crissement de la pierre qui comprimait de plus en plus Vince. Elaine finit par répondre, son regard en direction du jeune homme se faisant lointain :
    
    — Théoriquement, peut-être… Mais le lien n'est plus actif et tu n'as pas la maîtrise nécessaire pour faire un tel essai.
    
    — Et donc, il n'y a rien à faire ?
    
    — De toute façon, Vince ne voudrait pas que tu le fasses, justifia Aymeric. C'est trop dangereux, tu pourrais basculer toi aussi.
    
    — Et donc quoi ? On le laisse mourir sous nos yeux.
    
    Au-dessus d'eux, les hélicoptères se firent de nouveau entendre faisant des cercles de plus en plus larges. Janaya la dévisagea avec agressivité :
    
    — Pourquoi tu ferais ça ? Pourquoi tu prendrais ce risque ? Elaine et Aymeric ont raison : tu mettras ta vie en danger et ce n'est pas une sous-évaluation du risque. Tu ne lui dois rien !
    
    La réaction de la Colombienne l'interpella. Elle aurait pensé que Janaya aurait été la première à avoir envie de sauver Vince. Cela la fit réfléchir. Pourquoi souhaitait-elle l'aider ? La première réponse lui vint naturellement : parce qu'elle le pouvait, même si les chances étaient infimes. La deuxième était moins précise : elle voulait le faire sans qu'elle réussisse à expliquer pourquoi. Elle se devait d'essayer, c'était… plus fort qu'elle.
    
    Ileana s'approcha de lui et personne ne l'en empêcha. Elle sentait leurs regards inquiets la suivre mais nul ne s'interposa. Elle s'agenouilla près de Vince et ne s'attarda pas sur son visage en souffrance, la seule partie de son corps que la terre ne recouvrait pas encore. Elle ferma les yeux. Sa magie, chaotique et puissante, occupait sans mal tout son esprit. Un peu hésitante, elle posa la main sur sa joue. Il s'arcbouta et gémit, le cocon se contractant autour de lui.
    
    Les deux premières tentatives ne furent guère plus convaincantes que celles de Jaelyn, bien qu'elle ne ressentît aucune douleur. La prenant presque au dépourvu, leurs auras se mêlèrent soudain et elle laissa échapper une exclamation de surprise. La pulsation tellurique du jeune homme, la plus imposante, s'associa à la sienne au point de ne former qu'un ensemble. Ce n'était plus sa magie, cela devenait leur magie. C'était rassurant, apaisant. Ses épaules se délassèrent.
    
    Elle se mit à rire, sans comprendre pourquoi.
    
    La crise de Vince se calma et sa puissance se stabilisa. Son souffle semblait moins douloureux. Le sarcophage s'effrita, redevenant la terre meuble qu'elle était au départ et s'écoulant tel du sable. Soudain, Ileana se sentit très lasse. Sa tête devint lourde. Elle bascula en arrière, l'inconscience l'englobant. De très loin, elle entendit son prénom résonner.

Texte publié par Sizel, 15 octobre 2016 à 22h11
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 2, Chapitre 2 « Ileana » Tome 2, Chapitre 2
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1019 histoires publiées
478 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Nathanael
LeConteur.fr 2013-2018 © Tous droits réservés