Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 39 « XXXVIII - Lumen - Deuxième mouvement » Tome 1, Chapitre 39
Quand Angelus eut enfin achevé sa tournée, il était si épuisé qu'il pouvait à peine mettre un pied devant l'autre ; son aile l'élançait douloureusement. Il ne se sentait plus capable de voler... Nuée devrait attendre un peu. Elle avait reçu une ration suffisante pour une journée entière.
    
    Les Anges avaient rejoint leurs pontons pour la nuit, à part quelques veilleurs postés près des issues et au bord du gouffre entre la forteresse et la tour. Angelus leva les yeux vers les escaliers qui desservaient les étages, à la recherche d'un endroit disponible. Il ne voulait surtout pas créer le moindre incident en s'arrogeant une place qui n'était pas la sienne. Il se sentait déjà soulagé qu'on le tolère en ces lieux et qu'on lui laisse une certaine liberté d'agir... Alors il se contenterait bien volontiers de se pelotonner sur le bois brut, là où il ne gênerait personne.
    
    Repérant un endroit qui semblait désert, le jeune Ange s'engagea avec un soupir sur les marches étroites. Afin de ne pas compromettre son équilibre, il dénoua la bande d'étoffe qui retenait son aile ; le membre trop longtemps confiné demeurait raide et douloureux. Après une nuit de sommeil, il serait sans doute enfin remis, même si les efforts qu'il avait fournis depuis son retour avaient réduit à néant des soins de la guérisseuse. À pas lents et las, il s'engagea sur l'échelle pour atteindre un lieu de repos inconfortable, mais bienvenu.
    
    Alors qu'Angelus arrivait à mi-chemin, une voix l'appela doucement. Surpris, il scruta la pénombre, pour rencontrer un regard transparent, presque lumineux, qui l'observait gravement. À la lueur d'un rayon de lune qui se frayait un passage par les meurtrières de la tour, il reconnut Lumen.
    
    « Où vas-tu comme cela ?
    
    — J'ai aperçu une stalle vide, je pensais que je pouvais...
    
    — Il n'en est pas question. »
    
    La réponse abrupte le laissa troublé et sans voix.
    
    « Ce que je veux dire, se hâta de corriger Lumen, c'est que tu ne peux pas dormir dans cet espace vide, à même le plancher. Tu es encore blessé et tu n'as pas ménagé ta peine. Tu peux prendre ma couche pour cette nuit. Et ne proteste pas... »
    
    L'Ange aux ailes de plomb lui tendit la main, le tirant vers sa stalle. Comme celles de Cimes, elle occupait une simple portion d'étage, qu'aucune paroi ni barrière ne séparait du vide central ; après tout, les Anges avaient l'habitude de dormir sur des corniches bien plus étroites, au flanc des falaises où ils se posaient pour la nuit. Un coffre grossièrement taillé constituait tout le mobilier : sans doute y rangeait-il des tuniques de secours et quelques provisions, puisque c'était tout ce que recevaient leurs semblables.
    
    Un cadre de bois garni de paille et tendu de quelques couvertures servait de couche, mais c'était déjà bien plus confortable que le plancher nu et râpeux. Même si Angelus se sentait coupable d'en priver Lumen, la perspective de se reposer enfin l'appelait vigoureusement. Il n'eut pas la force de lutter quand son aîné l'attira sur la paillasse et l'aide à s'y allonger.
    
    « Tu as vraiment l'air épuisé, constata-t-il. Ton aile te fait souffrir ? »
    
    Surpris par la gentillesse de l'Ange qui lui avait semblé plus impitoyable encore que Zéphyr, il se contenta d'un hochement de tête pour toute forme de réponse. Il sentit les doigts longs et habiles palper son aile, s'attardant sur le site de la fracture :
    
    « L'os semble bien consolidé ; le cal se résorbe déjà, mais elle reste fragile ; trop d'activité a dû l'enflammer. Cela passera avec du repos. Tu devrais la bander de nouveau pour éviter de la heurter si tu bouges durant la nuit. Tu ne connais pas les lieux et tu pourrais aisément te cogner. »
    
    Il prit des mains la bande d'étoffe qu'Angelus tenait toujours :
    
    « Laisse-moi faire. »
    
    Avec des gestes assurés, il replaça le bandage, plus habilement que le jeune Ange n'avait pu le faire lui-même, avant de l'aider à s'allonger sur la couche.
    
    « Dors à présent. »
    
    Des dizaines de questions se bousculaient dans l'esprit d'Angelus, mais déjà le sommeil l'embrumait. Il n'avait pas l'énergie d'y résister et se laissa sombrer dans une nébuleuse de rêves imprécis, pendant que Lumen montait auprès de lui une garde silencieuse.
    
    

Texte publié par Beatrix, 25 décembre 2017 à 00h15
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 39 « XXXVIII - Lumen - Deuxième mouvement » Tome 1, Chapitre 39
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1026 histoires publiées
483 membres inscrits
Notre membre le plus récent est sallypauline
LeConteur.fr 2013-2018 © Tous droits réservés