Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 25 « XXIV - Les Derniers Anges - Deuxième mouvement » Tome 1, Chapitre 25
vara s'avança, posant une main sur l'épaule de son ami :
    
    « Quand nous sommes arrivés, expliqua-t-elle d'une voix douce et posée, nous avons cru ce monde désert. Cette ville si magnifique semblait avoir été abandonnée depuis une éternité... de mémoire d'homme ou de mémoire d'Ange. Et pourtant, il y a des nymphéas et des alevins dans le bassin et vous êtes ici, face à nous. Pourquoi l'avez-vous quittée ? Et pourquoi nous accueillez-vous si mal, nous qui sommes venus à vous débordant d'espoir ? »
    
    Au fil de ses paroles, sa voix s'était mise à trembler ; de ses yeux clairs, bientôt, des larmes commencèrent à rouler, traçant dans la lumière oblique s'invitant par la baie des ruisseaux de diamants sur ses joues rosies. Aïzie sentit sa colère s'intensifier en voyant la peine et le découragement de sa compagne ; son cœur s'était changé en plomb, pesant dans son âme et la retenant si lourdement au sol qu'il pouvait à peine bouger.
    
    Les doigts d'Ivara s'entremêlèrent aux siens ; il les serra, soudain pris d'une étrange nostalgie, si profonde qu'elle en noya son courroux. Les Cieux n'auraient jamais dû être aussi vides, et aussi hostiles... Il les avait espérés emplis de lumière et de vie, de sourires et de musique.
    
    Se frayant un passage entre ses camarades, la douce Celestia se dirigea vers les deux semeurs de tempête. Sa main fine se leva et les doigts délicats effleurèrent la joue de la jeune fille, légers comme une plume :
    
    « Je suis désolée, souffla-t-elle. Je comprends ta douleur et ta colère. Mais nous ne sommes plus ceux que tu t'attendais à trouver. Les choses ont bien changé dans les Cieux. Il ne reste qu'une poignée d'entre nous, ceux qui sont restés derrière. Et si vous nous avez croisés ici, c'est parce que je persiste à m'occuper du bassin. Même s'ils acceptent de m'accompagner, par ennui sans doute, les autres disent que je suis folle... et peut-être ont-ils raison. »
    
    Elle laissa retomber sa main et se tourna pour plonger son regard transparent dans celui d'Aïzie :
    
    « Nous pourrions vous expliquer tout cela, mais ce n'est ni le moment ni le lieu... »
    
    Aeria sursauta et serra les poings, ses ailes d'argent palpitant violemment sous l'effet de la surprise et de la désapprobation :
    
    « Celestia... Ne me dis pas que tu souhaites les conduire au Havre ? Ils sont...
    
    — Des enfants, murmura Celestia. Juste des enfants perdus qui sont venus chercher conseil et aide auprès de nous... Leur nature est plus proche de la nôtre que de celle des humains, ne le sentez-vous pas ? Peut-être sont-ils devenus des enfants du ciel, à force de voler sur les ailes des Nés du Ciel. »
    
    Elle se tourna vers ses amis et, se redressant fièrement, déclara :
    
    « Je prends la responsabilité de ramener ces enfants au Havre, ainsi que leurs Nés du Ciel. Là, ils pourront se reposer de leur long voyage et nous expliquer ce qui les a menés jusqu'ici. »
    
    D'un pas tranquille, dans la majesté de ses grandes ailes d'azur, elle marcha vers la sortie de la tour, indifférente au silence orageux de ses trois camarades. Le cœur d'Aïzie se remit lentement à battre, répandant dans sa poitrine une douce chaleur.
    
    

Texte publié par Beatrix, 11 mars 2017 à 01h22
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 25 « XXIV - Les Derniers Anges - Deuxième mouvement » Tome 1, Chapitre 25
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1026 histoires publiées
483 membres inscrits
Notre membre le plus récent est sallypauline
LeConteur.fr 2013-2018 © Tous droits réservés