Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 2 « I - La Mission - Premier mouvement » Tome 1, Chapitre 2
« An… ge… lus… ! »
    
    Sa voix déchira l’espace, le temps et l’air bleuté qui enveloppait Cimes.
    
    Et là-bas, au loin, très loin, elle le vit…
    
    Juste un point mouvant dans le bleu du ciel, mais elle n’avait aucun doute. L’angelier recula légèrement, tandis que l’air se piégeait dans sa gorge. Avant même qu’il ait eu le temps de proférer une parole, deux larges ailes d’or blanc emplirent leur champ de vision, semant un duvet pâle. Deux bras minces mais vigoureux entourèrent son corps tremblant ; elle se sentit projetée sur le dur sol de pierre, mais il brisa sa chute, la gardant serrée contre lui. Derrière eux, l’angelier, qui avait prudemment reculé, pestait comme un beau diable.
    
    Elle sentait la roche lui mordre le dos, mais cela lui était égal. Au-dessus d’elle, au travers des mèches éparses couleur de bronze doré, deux yeux d’un bleu plus intense encore que celui du ciel la contemplaient avec un chaos d’émotions : crainte, soulagement, culpabilité, tendresse. Avec un léger sourire, elle leva les bras et les referma sur le corps mince et pâle du jeune Ange, effleurant la base de ses ailes, sentant les plumes taquiner sa peau.
    
    « Catena… » souffla-t-il à son oreille.
    
    Il la lâcha et se redressa, lui tendant la main pour l’aider à se relever. La fillette réalisa que ses yeux étaient à présent presque à la hauteur de ceux d’Angelus. Elle changeait, grandissant un peu plus chaque jour en dépit de la vie dure et austère qu’elle menait à l’angèlerie.
    
    « J’ai eu si peur », souffla-t-elle alors qu’il l’attirait vers elle ; elle nicha son visage au creux de son épaule, respirant l’odeur fraîche de l’altitude.
    
    « Il s’en est fallu de peu », fit une voix rêche derrière eux.
    
    Catena s’obligea à demeurer immobile, à l’abri dans les bras d’Angelus, sans se retourner pour rencontrer la face rude et cruelle d’un de ceux qui les utilisaient sans le moindre état d’âme.
    
    « J’ai eu si peur pour toi, murmura-t-elle.
    
    — J’ai été retardé, répondit-il doucement. Il y avait des turbulences en altitude, qui m’ont dévié de ma course, et j’ai perdu du temps à retrouver mes repères et mes trajectoires. Je suis désolé… »
    
    La main cruelle s’abattit sur l’épaule de Catena et la tira brutalement en arrière.
    
    « Ce n’est pas à elle que tu dois faire ton rapport, l’Ange. Le seigneur t’attend. »
    
    La main d’Angelus s’attarda sur sa joue ; elle aurait voulu la saisir et la tenir entre les siennes, mais le Seigneur de Cîmes ne patienterait pas. Il se retourna et s’éloigna, une figure d’or et d’argent dans la lumière bleuté.
    
    Catena demeura sur place, tentant de ses deux mains de discipliner sa chevelure enragée.
    
    « Rentre. »
    
    Elle se tourna vers l’angelier, qui la regardait ses petits yeux durs et froids :
    
    « Regagne tout de suite ta cellule. Tu n’en sortiras que lorsqu’on t’en donnera le droit. »
    
    Elle baissa les yeux sur les entraves à ses chevilles. Avec mauvaise grâce, l’homme se pencha et déverrouilla les fers, qui tombèrent au sol ; il les ramassa en grommelant. Catena frissonna : elle ne put s’empêcher d’envier l’épaisse tunique de laine et le bonnet de feutre de l’angelier. Les Chaînes ne recevaient qu’une mince tunique, à peine suffisante pour contrer les courants d’air de leur cellule.
    
    Elle aurait dû courir aussitôt vers le rez-de-chaussée de la tour de pierre, mais elle ne put s’empêcher de se retourner, les poings serrés pour se retenir de trembler :
    
    « Est-ce qu’il sera puni ?
    
    — Qu’est-ce que tu veux que ça me fasse ? répliqua l’homme rudement. J’espère bien que cette saleté d’emplumé sera puni, oui. Et toi, file, avant qu’il me prenne l’envie de te balancer quand même. »
    
    Catena comprit qu’il ne servait à rien de s’entêter. Elle baissa la tête et fila vers l’angèlerie, ne s’arrêtant que pour ramasser une plume dorée qui avait atterri, frissonnante, dans l’anfractuosité d’un rocher.
    

Texte publié par Beatrix, 26 août 2015 à 09h34
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 2 « I - La Mission - Premier mouvement » Tome 1, Chapitre 2
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1052 histoires publiées
501 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Akodostef
LeConteur.fr 2013-2018 © Tous droits réservés