Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 7 Tome 1, Chapitre 7
PDV Charlotte
    
    En arrivant à la Push, Jacob m’attendait. Il portait un simple jean avec une chemise style bucheron rouge et noire mais il est toujours aussi beau qu’hier. Il me fait visiter un peu le centre-ville, ainsi que les bâtiments principaux de sa réserve. Nous venons d’arriver sur la plage de la Push avec Jacob et je suis immédiatement attirée et émerveillée face à ce spectacle. Ce n’est pas une plage de sable fin et une eau turquoise bien entendu, vu que nous sommes en plein état de Washington. Mais, c’est tout aussi magnifique, voire plus. C’est comme si le temps n’avait eu aucune prise sur ce lieu. L’eau est d’un bleu presque gris et agitée, le sable laisse place à de minuscules galets noirs et gris. Ci et là, on peut voir quelques galets un peu plus gros, quelques rochers et un immense tronc d’arbre couché. Je pense qu’une tempête a dû le mener s’échouer ici pour rajouter encore plus de beauté à ce lieu. Mais, ce qui m’émerveille le plus et ne sachant pas pourquoi, c’est le fait qu’au lieu de bâtiments ou de parking, ce qui borde la plage, c’est la forêt. Une forêt luxuriante, verte foncée, des pins, des chênes, des bouleaux. Je sens plein de mystère dans cet endroit ancestral. Sans connaître encore leurs légendes, je sens sur le moment que ce peuple a tout à nous apprendre, nous, les « visages-pâles ». Ils ont tout compris. Ils ont leurs traditions et leurs coutumes. Et je suis persuadée, à travers ce que je peux voir de cet endroit magique qu’ils laissent la nature faire sa vie comme elle l’entend. Je suis sûre que si je rentre dans la forêt, je pourrais voir des cerfs, des lapins, des écureuils et peut-être même des loups. Je suis interrompue dans mes pensées par un Jacob souriant :
    - Ca a l’air de te plaire !
    
    Quelques minutes plus tard, nous avançons vers un groupe d’Indiens. Tous les garçons ont la même carrure que Jacob, Brooke en aurait sûrement les yeux qui sortiraient de leurs orbites, malgré son amour pour Brent. Ils sont tous aussi beaux les uns que les autres. Bon, pas autant que Jacob mais quand même. Trois jeunes femmes, ainsi qu’une petite fille les accompagnent. En nous approchant, je remarque que seule une des filles ne semble pas très proche d’un des garçons. A la différence de la petite fille qui est dans les bras de Quil, ainsi qu’une jeune indienne de mon âge sûrement, enfouie dans les bras d’un des géants et la quatrième indienne du groupe qui est collée à un géant qui semble le plus vieux de la bande semble plus vieille également. Je me sens vraiment gênée, je suis la seule petite blonde au milieu de ces indiens aux cheveux noirs. En nous approchant et en disant bonjour à toute la bande de Jacob, je peux apercevoir que l’une des filles, Emily a une immense cicatrice sur tout le côté droit. Mais, elle semble tellement douce et gentille que sa beauté naturelle est toujours présente, donc, je ne tique pas en voyant sa cicatrice.
    - Alors Charlotte, c’est la première fois que tu viens à la Push ? demande Emily.
    - Oui. Et je suis vraiment déçue…
    Je sens Jacob sursauter à ma phrase, mais je continue avec un sourire.
    - De ne pas être venue ici plus tôt. C’est tellement beau, calme, apaisant.
    - Tu as trouvé une poète, Jacob… dit le compagnon de Kim, Jared, il me semble, avec un sourire.
    - Jared… lui reprocha doucement Kim.
    - Désolée. Quand je découvre quelque chose qui me plait beaucoup, j’essaie de faire une description à la hauteur de ce que je vois. Mauvaise habitude, je réponds en baissant légèrement la tête.
    - Tu n’as pas à t’excuser Charlie. C’est très joli et mignon.
    C’est Jacob qui vient de m’appeler Charlie ? Je me tourne vers lui et souris timidement. C’est trop mignon. D’habitude, mes surnoms sont un peu ridicules, mais celui-là est trop mimi. Peut-être que c’est parce que c’est Jacob qui me le donne. Mais, j’aime beaucoup.
    - Charlie ? relève un des garçons.
    Je me sens rougir brusquement et vois que Jacob est gêné face au sourire de son ami. Il se racle la gorge.
    
    Emily me demande si je suis au lycée avec Bella et je lui réponds que Bella et Edward ont deux ans de plus que moi. Un silence brusque se fait et je vois tous les garçons et une des filles se tendre. Je ne comprends pas trop pourquoi les Quileutes et il semblerait que les Cullen également, vu la dispute d’hier, ne s’entendent pas du tout. Je me sens toute gênée d’avoir mis un sujet apparemment sensible sur le tapis, mais Jacob essaie de me rassurer gentiment. Nous recommençons à discuter de choses et d’autres. Je m’entends plutôt bien avec Emily et Embry avec qui je discute tranquillement de mes cours d’Histoire et de Littérature.
    
    It's me and you, now
    I've been waiting (Waiting)
    Think I wanna make that move, now
    Baby, tell me if you like it (Tell me if you like it)
    
    C’est mon téléphone, je réponds et me lève pour aller parler plus loin.
    - Allo ?
    - Charlotte, c’est Annie.
    - Bonjour Tante Annie, je réponds poliment.
    - Charlotte, je sais que tes parents travaillent tout le weekend alors demain midi, on fait un repas de famille à la maison. Toi et Amber vous êtes invitées, me dit-elle d’une voix sans appel.
    - …
    Je reste sans voix. Je n’ai vraiment pas envie de venir et je sais qu’Amber est pareille que moi à ce niveau-là. On n’aime pas venir chez Tante Annie, surtout à cause d’Ashley. Encore moins sans nos parents.
    - Charlotte ?
    - Oui, je suis là. Je te donnerais ma réponse plus tard, parce qu’on a peut-être quelque chose à faire demain midi. J’attends la confirmation d’amis pour demain.
    - Mais, Brooke est avec sa mère ce weekend, Brent est ici.
    - Je sais. Elle est malade.
    - Bon. Je veux une réponse dans l’après-midi.
    J’entends qu’elle n’est vraiment pas contente de ma réponse. Mais, j’en ai marre de me plier à tous ses caprices. Papa la laisse gérer beaucoup de choses sur notre éducation alors qu’elle n’a rien à dire normalement.
    - D’accord. A plus tard, Tante Annie.
    - Rapidement Charlotte, me dit-elle d’une voix sèche et elle raccroche.
    Je reste quelques secondes à regarder sans le voir mon téléphone. Comment je pourrais faire pour éviter ce repas ?
    
    Je retourne vers le groupe qui semble taquiner Jacob et j’entends :
    - Pendant notre patrouille avec Jared. Il nous a demandé comment ça s’était passé pour toi hier, dit Quil.
    - Alors on… continuait Embry.
    - Chut… coupe Jacob.
    Patrouille ? Qu’est-ce que ça veut dire ça ?
    Je me rassois à côté de Jacob, encore un peu énervée par ma tante. Celui-ci me demande si ça va et nous discutons à propos de ma tante, ma cousine et du repas de demain.
    - Pourquoi Jake a dit que c’était une pétasse ? demande Paul.
    - Hier soir, elle a insulté Charlotte pour rien, rétorque Jacob en grognant.
    C’est bizarre, ce n’est pas la première fois que j’entends Jacob grogner. Un léger silence se fait dans le groupe. Je sens Jacob trembler et je ne sais pas pourquoi mais je pose doucement ma main sur son avant-bras pour essayer de le calmer. Cela marche. Jacob se tourne vers moi, toujours énervé mais ne tremblant plus.
    - Ne t’inquiète pas Jake. Je me fous de ce qu’elle peut dire. Mais, merci pour ton aide d’hier.
    Il reste silencieux et nous nous regardons encore dans les yeux.
    
    - Bon, il est temps d’aller manger, dit Sam d’une voix légèrement souriante.
    Tous les géants se redressent en criant qu’ils avaient très faim. Cela me fait rire doucement. On dirait des enfants et s’ils mangent comme j’ai vu faire Embry, Jake et Quil hier, cela promet d’être un sacré spectacle. C’est le signal pour que tout le monde se lève et Jacob, après s’être levé, me tend sa main pour m’aider à les suivre. Je me sens rougir.
    - Viens Charlotte, me dit-il d’une voix rauque qui me lance des frissons.
    - Mais, je ne veux pas m’imposer… je réponds timidement.
    - Charlotte, tu es la bienvenue chez nous, ne t’inquiète pas, me dit Emily avec un sourire.
    Je suis le groupe à travers la forêt, un petit sentier s’étend sous nos pieds. C’est vraiment beau et calme. Enfin, si on occulte le fait que les indiens sont assez bruyants, ils plaisantent, se bousculent gentiment et semblent impatients de savoir ce qu’ils vont manger.
    
    Quelques minutes plus tard, nous arrivons devant une maison faite de bois, une véranda donne sur le devant de la maison. Une partie de la maison est cachée par quelques branches d’un arbre qui est collé contre le bois. Il y a une baie-vitrée qui est sûrement la porte d’entrée de la maison, mais elle est ouverte. Cela ne semble perturber personne et je vois alors Seth et Paul s’engouffrer à l’intérieur sans gêne. Cela me surprend. Sam et Emily ne sont même pas dans leur maison et eux, ils entrent normal. Je pénètre dans la maison quelques secondes après, tenant toujours la main de Jacob et souris doucement. C’est une maison chaleureuse et pleine de vie. Le salon semble minuscule avec tous ces géants à l’intérieur. Il y a un grand écran plat avec un lecteur DVD et une console de jeux face à deux canapés marrons et bordeaux, ainsi que deux fauteuils. Cela doit être pour les soirs où il y a des matchs. Derrière les canapés se trouve une longue table en bois entourée de plusieurs chaises un peu dépareillées. On dirait que le nombre de chaises augmente au fur-et-à-mesure que leur groupe semble grossir. D’ailleurs, Sam part dans les escaliers dans le fond de la grande pièce en disant qu’il allait chercher une autre chaise. Pendant ce temps, Emily part dans la cuisine ouverte qui est sur la gauche. La cuisine est simple, en bois avec un petit évier, une plaque électrique à quatre feux, un petit plan de travail un peu haut semble avoir été ajouté il y a peu avec des placards en-dessous. Jacob me fait faire un peu le tour du salon-salle à manger gentiment. Les gars, ainsi que Leah et Claire qui sautille sur les genoux de Quil qui semble la couver du regard se sont éparpillés dans les canapés. Seule Kim est partie rejoindre Emily pour l’aider à préparer le repas.
    - C’est très joli ici. J’aime beaucoup.
    - Ca doit te changer de chez toi, non ? me demande Jacob.
    - Oh… Un peu. Mais, tu sais on sent qu’il y a un immense esprit de famille ici. Nous, nos parents travaillent beaucoup et notre maison n’est pas beaucoup occupée. Le peu de fois où on est tous réunis, c’est pour quelques petits-déjeuners dans la semaine.
    - Ah… Est-ce que ça va Charlie ?
    
    Jacob avait mis son index sous mon menton et m’avait relevé doucement le visage. Je me retrouve perdue dans ses yeux noirs et je remarque qu’un minuscule filet doré s’est installé près de chacune de ses pupilles. Le silence s’était fait dans la pièce. Je regarde autour de nous et je vois que tous me regardent un peu surpris. Cela me fait sourire et m’éloigner de Jacob.
    - Je… Ca va Jacob. Emily, tu as besoin d’aide ?
    J’avais fait un léger sourire un peu forcé pour ne pas montrer ma tristesse.
    - Euh… Si tu veux ma belle. Je fais des pâtes et une salade. Viens.
    Je vais rejoindre Emily et Kim dans la cuisine. Je vois que Kim coupe une quantité importante de tomates et Emily a mis une dizaine d’œufs dans une casserole pleine d’eau. Je m’attache les cheveux en un chignon grossier, me lave les mains et demande à Emily quelle sauce elle fait pour les pâtes.
    - Je ne sais pas trop. Je n’ai plus de sauce toute prête. Tu aurais une idée ?
    - Qu’est-ce que tu as dans tes placards ?
    - De la crème fraîche, de la sauce tomate, des champignons et des oignons surgelés.
    - On peut faire chauffer les oignons dans une poêle déjà, ensuite on met la sauce tomate, les champignons, du sel, du paprika et en dernier un filet de crème fraîche.
    - Tu as l’air de t’y connaître ! me dit Seth en souriant depuis le canapé.
    Je rougis un peu et souris.
    - Plusieurs fois par semaine, je prépare le repas à la maison. J’ai inauguré de nouvelles sauces et de nouveaux plats.
    - Alors, je t’en prie ma belle. Amuse-toi alors. Par contre, je te préviens, fais une énorme plâtrée, ce sont de goinfres.
    Emily me sort tout ce que je lui ai proposé de faire. Je mets directement sur le feu la poêle et mets un bon fond d’oignons à chauffer.
    - Est-ce que tu aurais quelques tomates en plus s’il te plaît ?
    - Bien sûr. Attends.
    Emily m’amène trois tomates, ainsi qu’une assiette et un couteau. Je lui souris et commence à couper en minuscule carrés les tomates, pendant que je tourne de temps en temps les oignons qui cuisent tranquillement. Ma nouvelle amie des fourneaux met une énorme casserole pleine d’eau à bouillir. Mes tomates soigneusement coupées, je les mets avec les oignons, rajoute le sel, le poivre, des herbes et du paprika. Une bonne odeur commence à se faire sentir. Emily s’occupe des œufs qui ont terminé leur cuisson et les coupe pour les mettre dans un saladier avec les tomates que Kim a coupé. Cette dernière met alors la table, tout cela sous l’œil attentif des garçons. Je sens le regard presque brûlant de Jacob et me mets à rosir, dos à lui en touillant mes légumes qui cuisent. Les oignons et les tomates sont à présent corrects pour que je puisse ajouter les champignons ainsi que la sauce tomate. Je mélange de nouveau pour que tout se lie et ajoute quelques secondes plus tard le filet de crème. Pendant ce temps, les pâtes ont presque terminé leur cuisson. Je laisse mijoter encore quelques minutes la sauce.
    
    Quelques minutes, tout est prêt et nous nous installons tous autour de la table. Je me retrouve entre Embry et Jacob qui ne cesse de m’envoyer quelques coups d’œil. Nous prenons la salade et tous les garçons engloutissent leur assiette en quelques petites minutes. Je constate également que Leah mange la même quantité que ces derniers mais, semble plus, comment dire, discrète. Nous mangeons alors les pâtes et je me régale.
    - Mmm… C’est trop bon… dit Embry avec un sourire.
    - Excellent… continue Paul.
    - Tu cuisines vraiment bien, me dit Jacob et je rosie de plaisir.
    - Tu as trouvé une très bonne cuisinière Jacob, dit Quil sur un ton rieur mais également entendu, ce qui fit rire la bande.
    - Quil, occupe-toi de Claire et lâche-moi, s’il te plaît, lui lance Jacob dans un grognement.
    Pourquoi Jacob parle de Claire à Quil ? Pourquoi il grogne de nouveau ? Pourquoi Quil jette un regard noir à son ami et se tourne avec douceur vers la petite fille ? Il la regarde d’une façon assez bizarre, à la fois inquiet, admiratif et émerveillé. Mais, je me remets à manger et savoure. Je suis contente de moi. J’ai réussi à équilibrer les différentes saveurs dans la sauce.
    - Alors, Charlotte, tu aimes beaucoup cuisiner ? me demande Emily.
    - C’est vrai. Même si je préfèrerais toujours lire un bon livre avec de la musique.
    - Tu arrives à lire un livre en écoutant de la musique ? me demande Seth.
    - Oui. Enfin, ça dépend du livre mais en général, c’est ce que je fais.
    - J’ai déjà du mal à me concentrer sur mes lectures pour les cours en étant au calme alors… renchérit Embry.
    - C’est cool que tu saches faire plusieurs choses à la fois, intervient Paul semblant regarder Jacob avec un sourire.
    - C’est sûr que par rapport aux mecs, les filles savent être polyvalentes. Et heureusement qu’on est là, intervient Leah dans un mélange entre le grognement et le sourire.
    
    
    Nous avons terminé de manger et de débarrasser. Je suis très surprise de constater qu’il ne reste absolument plus rien du repas que l’on a fait. Et pourtant, nous avons fait une quantité conséquente. Seth, Leah et Paul sont partis vers la forêt en disant qu’ils avaient un truc à faire pour leurs parents respectifs. Quil est parti accompagner Claire dans une des chambres d’amis à l’étage pour qu’elle puisse faire la sieste. Jared a emmené Kim faire un petit tour en amoureux pour digérer. Je me retrouve alors avec Sam, Emily et Jacob dans le salon calme à présent.
    - Jacob ?
    - Oui Charlotte ? Tu ne te ne sens pas bien ? il me demande inquiet et prêt à se lever.
    - Non non. Pas du tout. Je me sens très bien. Je voulais juste savoir si tu pouvais me raconter un peu vos légendes. Cela m’intéresse beaucoup.
    - Je… Ah bon ? Euh… D’accord.
    - Tu m’as dit que votre animal totem est le loup.
    Sam et Emily sont assis l’un contre l’autre et nous regardent presque intensément. Jacob semble un peu gêné.
    - J’ai dit quelque chose qu’il ne fallait pas ?
    - Non. Ne t’inquiète pas. Je suis juste surpris que tu veuilles écouter nos légendes. Cela ne m’embête pas mais je m’interroge un peu.
    - C’est très simple. Je vis à Forks depuis presque dix ans, je n’étais jamais venue car je pensais que les « visages-pâles » n’étaient pas autorisés à venir vous importuner à moins de connaître l’un d’entre vous.
    Sam sourit, ainsi qu’Emily.
    - Tu as tords. Tout le monde est le bienvenu à la Rez’. Mais, nous demandons simplement de respecter nos coutumes et nos traditions, me répond Jacob.
    - Et pour les Cullen ? J’ai remarqué que vous ne vous entendez pas.
    - Les Cullen sont nos ennemis, nous les tolérons à Forks mais surtout pas dans notre réserve. Aucun d’entre nous ne souhaite les côtoyer. Nos ancêtres ont fait un pacte avec les leurs il y a des années, me dit Sam.
    
    - D’accord. Je ne voudrais pas paraître impolie, mais, d’après ce que j’ai compris, Bella ne semble pas tout respecter.
    Jacob se tend à mes côtés. Sam s’est légèrement redressé.
    - Comment tu peux dire ça de Bella alors que tu ne la connais même pas ? me dit Jacob sur un ton en colère mais qui semble essayer de se contrôler.
    - Jacob, ce que je veux dire, c’est qu’apparemment, les Cullen sont des ennemis de votre tribu et Bella sort avec l’un d’eux. Pourtant, elle continue à venir ici donc, je ne comprends pas vraiment pourquoi elle peut venir alors qu’elle ne respecte pas vos… traditions ni ce pacte.
    - Elle est ma meilleure amie donc…
    - Je suis désolée. Je ne voulais pas être méchante. Je suis juste curieuse et surprise.
    Je baisse la tête, honteuse. Ce n’est pas une très bonne entrée en la matière. Critiquer la meilleure amie de Jacob ne va pas m’aider à… A quoi d’ailleurs ? A apprendre à le connaître parce qu’il m’intéresse et m’attire ?
    Jacob se lève alors du canapé et va dans le jardin. Sam le suit et je me retrouve seule avec Emily qui me regarde avec un demi-sourire.
    - Ne t’inquiète pas Charlotte. Jacob est un peu… sensible quand on parle de Bella, même si j’avoue que ce n’est pas tout à fait faux ce que tu relèves, me dit Emily doucement.
    
    Fin PDV Charlotte
    

Texte publié par Soso-Wolves, 19 décembre 2017 à 19h08
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 7 Tome 1, Chapitre 7
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1026 histoires publiées
483 membres inscrits
Notre membre le plus récent est sallypauline
LeConteur.fr 2013-2018 © Tous droits réservés