LC logo
Découvrir     Romans & nouvelles     Fanfictions     Poèmes     Blog     Forums
Connexion
Bienvenue visiteur !
Se connecter ou S'inscrire
Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 2 « Lettre de remerciement » Tome 1, Chapitre 2
Marcinelle,
    le 28 février 19..
    
    
Monsieur,

    
     Au vu des récents évènements qui ont porté atteinte à l'intégrité physique de notre nouveau président directeur général, monsieur Aimé de Mesmaeker, je me vois dans l'obligation de mettre un terme à votre contrat de travail en accord avec le conseil d'administration. En effet, depuis votre arrivée au Journal de Spirou, votre productivité n'est pas à la hauteur de nos espérances et vous semblez mettre en œuvre tout votre talent pour éviter de travailler. De plus, conformément à votre contrat de travail, votre fonction d'employé de bureau consiste à effectuer des tâches administratives. Ces tâches comprennent notamment le classement du courrier en retard qui n'a jamais été plus en retard que depuis votre arrivée.
    
     En outre, des témoignages anonymes multiples nous informent que vous passez de nombreuses heures à dormir sur votre bureau ouvertement ou avec de vaines tentatives afin de le masquer. Si vous ne somnolez pas, vous utilisez votre temps de travail pour créer des inventions farfelues ou accumuler les gaffes au sein de la rédaction en utilisant les locaux et le matériel fournis par l'entreprise. Je vous rappelle que ces ressources vous sont confiées en vue d'effectuer les tâches inscrites à votre contrat de travail.
    
     Il est avéré que vous avez à maintes reprises désobéi au règlement intérieur qui interdit de manger dans les bureaux (et d'autant plus durant les heures de travail). Vos diverses préparations de crêpes, saucisses en boîte et sardines à l'huile ont créé des dommages dans les locaux (notamment des explosions et des incendies ainsi que des taches sur les murs, moquettes et plafonds). Sans oublier que vos expérimentations culinaires effectuées durant vos horaires de travail, alors même que votre contrat de travail ne mentionne aucune activité en lien avec la préparation de nourriture, ont à maintes reprises rendues vos collègues malades, créé des explosions ou pire. La morue aux fraises et l'omelette au chocolat granulé pour ne citer qu'elles, n'ont aucun lien même lointain avec vos attributions. Je vous rappelle qu'une caféteria est à la disposition des employés pour leur pause déjeuner.
    
     Les destructions massives nées de vos inventions (explosions, inondations, dégâts importants sur des murs notamment) se chiffrent en millions de francs et la situation économique actuelle nous oblige à réduire toutes nos dépenses. L'alcool à flamber les crêpes, dont vous avez fait un explosif utilisé par vos collègues durant la dernière soirée crêpe, organisée pour l'anniversaire d'un personnage phare des éditions Dupuis, a manqué souffler le bâtiment. Par chance, ils s'étaient installés dans le jardin de la rédaction pour profiter du beau temps. Néanmoins, les voisins ont déposé une plainte contre l'entreprise qu'ils jugent responsable de vos agissements.
    
     A la lecture attentive de votre dossier, je note des refus répétés de ramener chez vous vos animaux (un chat "un peu trop vif et joueur", une souris, une mouette qui a agressé vos collègues à maintes reprises, un hérisson qui a blessé de nombreux collaborateurs et votre poisson rouge qui nous le reconnaissons est inoffensif et pourrait trouver sa place dans votre bureau); sans oublier votre plante (pour rappel, un énorme cactus qui a blessé de nombreuses personnes à maintes reprises). Je vous rappelle que ces animaux n'ont rien à faire sur votre lieu de travail et que le règlement intérieur autorise une petite plante sur chaque bureau et ne mentionne aucun animal. Une tolérance concerne les poissons rouges. Ces dommages répétés ne jouent pas en votre faveur, d'autant plus qu'il est avéré que vous n'avez pas conscience des blessures physiques et morales infligées par vos animaux sur vos collègues ces dernières années.
    
     Parmi vos nombreuses inventions, créées durant vos heures de travail sans autorisation de vos supérieurs, je me dois de mentionner le gafophone qui a détruit les tympans de nombreux collaborateurs et entraîné des arrêts maladie à répétition ces dernières décennies. Cet instrument de musique a causé de multiples dommages sur le bâtiment, ébranlé par les puissantes vibrations de votre invention. Et bien évidemment, nous n'oublions pas le gastonlatex dont vous vous êtes servi à maintes reprises pour faire semblant de travailler et qui a été à l'origine de nombreux dégâts dont de nombreuses frayeurs parmi vos collègues.
    
     De plus, nous attirons votre attention sur divers points du règlement intérieur que vous ne respectez pas au quotidien. Votre tenue n'est pas réglementaire, le règlement intérieur mentionne une tenue correcte exigée. Je vous rappelle qu'il est strictement interdit de fumer dans les bureaux et durant les heures de travail, il vous est possible de fumer à l'extérieur des locaux durant les pauses réglementaires. Il n'est pas permis aux employés de manger dans les bureaux et hors des pauses réglementaires. Nous avons noté que les horaires mentionnés sur votre contrat de travail ne sont pas respectées et je vous rappelle qu'il est interdit de pénétrer dans les locaux hors de vos horaires de travail, notamment de nuit.
    
     Monsieur de Maesmaker a ce jour signé les contrats, ce qu'il tente de faire depuis plus de dix ans et par conséquent, au vu de la plainte qu'il a déposé contre vous devant les tribunaux pour coups et blessures à répétition, harcélement moral et non respect de votre contrat de travail, nous ne pouvons vous garder au sein de nos équipes. En effet, vous portez atteinte à la réputation de notre entreprise ainsi qu'à l'intégrité physique et morale de notre équipe. Je me dois de mentionner en outre que votre activité nuit à la productivité de nos collaborateurs qui vont devoir faire face à un surcroît d'activité né de la fusion de nos entreprises.
    
     Enfin, votre mouette a endommagé mon Alfa Romeo alors que je rédigeais cette lettre. Elle a fait tomber une boite de pâté pour chat d'une hauteur importante sur mon pare-brise. Je vous informe par la présente, que je vais porter plainte en mon nom propre pour cet incident.
    
     Vous êtes par conséquent convoqué à un entretien préalable au licenciement en date du 15 mars à 08 h 30 dans nos locaux, vous pouvez vous faire assister par un délégué du personnel. Si vous avez besoin d'un renseignement concernant cette procédure, je vous invite à contacter notre secrétaire, mademoiselle Kiglouss.
    
     Veuillez agréer, Monsieur, l'expression de nos sentiments distingués.
    
    Mademoiselle Yvonne de Mesmaeker,
    Directrice adjointe
    Pour les éditions Dupuis

Texte publié par Bleuenn ar moana, 24 août 2017 à 09h37
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 2 « Lettre de remerciement » Tome 1, Chapitre 2
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
895 histoires publiées
438 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Farrel Grimwood
LeConteur.fr 2013-2017 © Tous droits réservés