LC logo
Découvrir     Romans & nouvelles     Fanfictions     Poèmes     Blog     Forums
Connexion
Bienvenue visiteur !
Se connecter ou S'inscrire
Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 2, Chapitre 10 Tome 2, Chapitre 10
Dès le lendemain, Lyria attendit les retombées de leur petit plan. Padma avait écrit et remit à Xavier une lettre soi-disant écrite par Lisa. Lyria attendait beaucoup de cette lettre, principalement qu’elle permette à cette rumeur qui l’entourait depuis sa gaffe du mois précédent de se taire.
    
    Néanmoins, elle n’eut pas le temps de voir ce qui allait se passer. La Serdaigle se fit embarquer par Harry pour une petite course de balais autour du château. Toujours encline à monter sur son balai, la demoiselle n’hésita pas une seule seconde, persuadée que les choses se passeraient mieux si elle n’était pas dans les parages. Elle quitta donc la grande salle sitôt son petit déjeuner avalé, avec un clin d’œil pour Padma.
    
    Dès la seconde où elle quitta le sol, elle se sentit plus légère, comme si le simple fait de monter sur un balai lui permettait de vider totalement sa tête. Les trois étudiants se poursuivirent pendant des heures, tournant autour des tours de l’école, descendant en piqué le long des murs, remontant aussi sec pour éviter de s’écraser au sol. Lyria enchaina les loopings et les coups bas pour être la première au lac.
    
    Elle vola si près du saule cogneur qu’il convenait de se demander comment elle fit pour ne pas prendre de coup. Ronald Weasley ne fut pas aussi chanceux. L’une des branches du saule le faucha au moment où il passait. Il poussa un hurlement de terreur et s’envola en arrière. Le balai qu’il avait emprunté à l’école termina sa course sur le sol et se brisa en deux.
    
    Lyria avait jeté un coup d’œil par-dessus son épaule et elle fit immédiatement pivoter son nimbus pour tenter de porter secours au rouquin, mais elle dut éviter une branche du Saule cogneur, ce qui lui fit perdre de précieuses secondes. Pendant ce temps, Ron était arrivé au point culminant de son vol plané et commençait à redescendre à toute vitesse vers le sol.
    
    Lyria accéléra, talonnée par Harry. Ses doigts frôlèrent ceux de Ron, mais il lui échappa. Harry n’eut pas plus de chance et Ron s’écrasa sur le sol. Son cri de terreur s’éteignit d’un seul coup et la demoiselle sentit son cœur s’arrêter. Elle descendit de son balai et se précipita vers son ami, imitée par Harry.
    
    Ron ne bougeait pas. Lyria se figea à un mètre du rouquin, paniquée. Cette fois… cette fois elle ne pouvait pas s’avancer vers lui. Cette fois, elle ne pouvait pas vérifier s’il était mort. Ce n’était pas comme avec Mandy. Elle ne connaissait pas Mandy. Elle lui avait dit bonjour une fois. Ron… Ron c’était différent. Elle avait appris à connaitre le meilleur ami de son cousin durant ce mois à jouer au Quidditch avec lui. Elle avait appris à l’apprécier.
    
    Elle ne voulait pas qu’il soit mort.
    
    Et ça, ça changeait absolument tout. Parce qu’elle avait peur. Peur pour lui. Peur pour Harry qui serait triste. Peur pour sa famille. Elle était comme paralysée. Elle vit Harry sauter de son balai, quelques secondes après elle et se jeter aux côtés de son ami. Elle le vit tendre les mains comme pour le secouer avant de s’arrêter à quelques centimètres de son visage.
    
    « Ron ! »
    
    Les mains d’Harry tremblaient. Lyria les voyait bouger au-dessus du visage du rouquin, mais elle n’arrivait pas à dire quoi que ce soit.
    
    « Il respire. »
    
    La voix d’Harry passa les limbes dans lesquelles elle s’était enfermée toute seule. La peur reflua et elle ferma les yeux. Ses jambes acceptèrent de bouger à nouveau. Elle posa une main sur l’épaule de son ami.
    
    « Il faut aller chercher Madame Pomfresh. Ou l’emmener à l’infirmerie. »
    « Et si on le bouge et qu’il ne faut pas ? Et si on aggrave tout ? »
    
    Le monstre empli de terreur roula à nouveau dans les entrailles de Lyria. Celle-ci inspira un grand coup et se retourna vers son balai. Elle le souleva et remonta dessus.
    
    « Dans ce cas, tu restes avec lui et moi je vais chercher quelqu’un. »
    
    Sans attendre la réponse d’Harry, elle traversa le parc en volant à toute vitesse. Elle passa par les hautes portes de l’école sans même ralentir et ne s’arrêta que devant l’infirmerie. Son cœur battait dans sa poitrine comme si elle avait fait tout le chemin en courant, mais il n’en était rien. Elle avait simplement volé.
    
    Elle débarqua dans l’infirmerie, tremblante, et elle attrapa le bras de madame Pomfresh.
    
    « Ron… Il y a eu un accident. On faisait la course et le saule. Il est tombé. »
    « Le saule cogneur est tombé ? »
    « Non. Ron. Il ne bouge plus et on l’a cru mort et… »
    
    Immédiatement au tour de Lyria se fut le bran le bas de combat. Lyria fut assise sur un lit où on lui donna une tasse de thé chaud, pendant que Madame Pomfresh et deux infirmières se hâtaient d’aller voir ce qu’il se passait avec Ron. Lyria resta prostrée sur son lit jusqu’à ce que finalement Madame Pomfresh ne ramène Ron, sur un brancard magique, suivi par un Harry tout aussi tremblant qu’elle.
    
    On donna un thé à Harry et l’équipe de l’infirmerie disparut derrière un paravent pour s’occuper de Ronald, laissant Lyria et Harry dans l’inquiétude la plus totale. Blottis l’un contre l’autre sur le lit d’infirmerie, Lyria n’osait pas prononcer un seul mot de peur que ça ne dérange l’équipe qui s’occupait de Ron. Sa main gauche tremblait plus que jamais, aussi finit-elle par déposer sur la table de chevet sa tasse encore pleine.
    
    Elle inspira un grand coup et posa sa tête sur l’épaule d’Harry, le regard fixé sur le paravent. Après un temps qui lui parut infini, madame Pomfresh en ressortit et elle s’approcha des deux étudiants.
    
    « Vous avez cinq minutes pour prendre de ses nouvelles, ensuite je vous mets dehors. »
    
    Le soulagement envahit Lyria et elle se leva à la suite d’Harry pour aller voir Ron. Celui-ci avait la tête couverte de bandage et le bras en écharpe. Il était conscient et avait un grand sourire sur les lèvres.
    
    « Vous avez vu cette chute, » fit-il avec les yeux qui pétillaient.
    « Ne me dis pas que tu veux recommencer, » s’exclama Lyria, les yeux ronds.
    « Non. La chute a fait trop mal. Mais purée, c’était génial. »
    « Inconscient. Tu mériterais un coup d’oreiller. »
    
    Lyria fit demi-tour et passa devant madame Pomfresh, sa main tremblante pressée contre son torse. Une petite voix dans sa tête lui criait qu’elle aurait dû s’arrêter. En parler à l’infirmière. Essayer de comprendre ce qu’il se passait avec cette main. Mais elle était trop furieuse contre Ron. Il lui avait fait peur. Peur à en mourir. Et, elle n’avait pas envie que ça recommence. Elle n’avait pas envie d’avoir à nouveau peur pour ceux qu’elle avait laissé entrer dans son cœur.
    

Texte publié par louha, 9 novembre 2017 à 19h54
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 2, Chapitre 10 Tome 2, Chapitre 10
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
878 histoires publiées
426 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Elia
LeConteur.fr 2013-2017 © Tous droits réservés