LC logo
Découvrir     Romans & nouvelles     Fanfictions     Poèmes     Blog     Forums
Connexion
Bienvenue visiteur !
Se connecter ou S'inscrire
Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 6 Tome 1, Chapitre 6
Novembre vint et s’en alla. Les feuilles des arbres tombèrent. Les écharpes et les pulls firent leur apparition. Noël approchait. La neige tombait presque tous les jours et traverser le parc pour se rendre jusqu’à la serre de botanique était un véritable calvaire. Les étudiants restaient collés les uns contre les autres quand ils traversaient le parc. Certains étudiants plus âgés avaient mis en bocal des flammes éternelles et les distribuaient aux plus jeunes dans le dortoir des Serdaigles. Lyria apprit à faire le sort avec une quatrième année, et elle put ainsi avoir sa propre flamme éternelle pour éviter de se transformer en glaçon ambulant.
    
    Le moment de se rendre à nouveau à Pré-au-Lard et de prendre le Poudlard Express arriva lui aussi. Lyria et Melia avaient décidé de rentrer à Godric’s Hollow, tout comme Harry, pour passer les vacances en famille. C’est donc chargées de leurs malles pleines de souvenirs de ces trois premiers mois à l’école qu’elles s’installèrent dans un wagon avec Harry, Ronald Weasley et Bella. Malheureusement pour elles, Remus n’avait pas pu se joindre à elles pour le trajet : leur professeur préféré allait passer la nuit dans la cabane hurlante à crier à la lune, comme tous les mois.
    
    Le trajet s’étira en longueur : il n’avait plus cet aspect de la nouveauté, cette envie de découvrir les choses qui les attendaient, de commencer les cours et de vivre une nouvelle vie. Le soir était déjà là lorsque Londres se profila enfin à l’horizon. Lyria Harry et Melia rejoignirent rapidement James et Framboise qui les attendaient. Un coup de poudre de cheminette plus tard, chacun était chez soi. Lyria et Melia réintégrèrent rapidement leurs chambres respectives, l’une en face de l’autre avant de redescendre dîner. Framboise les emmena dans la maison voisine, pour fêter les vacances avec les Potter.
    
    Installés autour de la table, James, Lily et Framboise écoutèrent les trois étudiants raconter en détail leur premier trimestre à l’école de magie. La petite sœur d’Harry, Lizzard, posait mille et une questions. Les étudiants y répondaient avec le plus de détails possible. Sauf à une seule question.
    
    « Mais, comment vous avez fait pour aller dans vos maisons ? »
    « Oh, c’est très simple actuellement il a suffi de, » commença Harry.
    « Se battre en duel, » coupa Melia.
    « En duel, » répéta Liz avec de grands yeux ronds.
    « Oui, » renchérit Lyria. « On nous a mis dans le terrain de Quidditch, transformé en arène, face à un… »
    « Troll, » coupa Harry avec un grand sourire. Il s’était rappelé ce qu’avait dit l’un des frères de son ami Ron le jour de la rentrée. « Il était gigantesque. Près de trois mètres. »
    « Sa massue était plus grande que toi, Liz. » Melia avait un sourire au coin des lèvres.
    « Mais comment vous avez fait pour réussir ? »
    « On a agité nos baguettes. Et des sorts en sont sortis. Tous seuls. »
    « Oui, et selon la couleur du sort, tu avais ta maison. »
    
    Lizzard ouvrait de grands yeux totalement crédules, et pendant ce temps-là, les trois adultes essayaient de ne pas rire. Mais, la gamine fixait le regard de son frère, attendant la suite de l’histoire.
    
    « Et si aucun sort ne sortait de ta baguette, » finit par demander la petite sœur, inquiète.
    « Alors, c’est qu’ils se sont trompés. Tu n’es pas un sorcier. Ils doivent envoyer un hibou à tes parents et te renvoyer chez toi ».
    
    L’air effrayé de la gamine lança le moment de sortir le dessert. Lily avait fait un énorme gâteau au chocolat. Elle servit un verre de lait à chacun des quatre enfants pour accompagner le fondant. La discussion repartit sur quelque chose de plus neutre que ce gros mensonge : ce que les enfants espéraient avoir pour Noël, par exemple.
    
    Framboise conduisit ensuite ses filles chez elle et les envoya au lit. Lyria se glissa sous sa couette et elle fut rejointe après quelques minutes par sa sœur qui s’installa de l’autre côté du lit.
    
    « Tu ne dors pas dans ta chambre ? »
    « Je ne dors pas bien quand je suis toute seule depuis… »
    
    Lyria pinça les lèvres et elle tourna la tête vers sa sœur. Visiblement, elle vivait les choses un peu mieux que celle-ci. Comme elles n’en avaient pas reparlé, Lyria était partie du principe que Melia avait guéri, elle aussi. Elle tendit une main par-dessus la couette et attrapa celle de sa sœur.
    
    « Et à Poudlard, tu fais comment ? »
    « Madame Pomfresh me donne une potion pour m’aider à dormir. »
    
    Lyria fronça les sourcils et elle serra un peu plus la main de sa sœur. Elle ne l’avait pas vu. Elle ne l’avait pas compris. Elle n’avait pas réalisé que, si Melia la suivait partout, c’était parce qu’elle avait besoin d’elle. Elle s’était tellement plongée dans ses études pour oublier ce qui n’allait pas que… Qu’elle n’avait pas réalisé ce qu’il se passait dans la tête de sa sœur. Et, elle s’en voulait. Beaucoup.
    
    « Je suis là maintenant. Tu n’auras plus jamais à vivre ça seule », murmura-t-elle avec un sourire.
    « Tu promets ? »
    « Oui. Je suis toujours là pour toi, Melia. T’as juste à le demander. »
    
    Un long silence lui répondit. Et puis, finalement sa sœur reprit la parole :
    
    « Mais, ça va t’ennuyer non ? »
    « Quoi ? »
    « Que je te parle toujours de moi ? »
    « Pourquoi ça m’ennuierait ? T’es ma sœur… »
    « Oui, mais… T’es tellement prise dans tes études… Je ne t’avais jamais vue autant passionnée par quelque chose avant. De toute notre vie. »
    « Je veux devenir une super sorcière qui prouvera que Papa n’a rien fait. Qu’il est innocent ! Je veux le sortir d’Azkhaban. »
    « Oh. »
    « Mais j’aurais toujours de la place pour t’écouter. Du temps. T’es ma sœur. Y’a personne de plus important que toi dans ma vie, tu sais. »
    
    Malgré la pénombre de la pièce, Lyria était sûre et certaine que Melia venait de sourire. La tête de sa sœur se glissa jusqu’à son cou. Lyria ferma les yeux. Les deux demoiselles s’endormirent comme ça, blotties l’une contre l’autre. Elles dormirent d’une traite jusqu’au matin.
    

Texte publié par louha, 13 octobre 2017 à 23h45
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 6 Tome 1, Chapitre 6
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
878 histoires publiées
426 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Elia
LeConteur.fr 2013-2017 © Tous droits réservés