LC logo
Découvrir     Romans & nouvelles     Fanfictions     Poèmes     Blog     Forums
Connexion
Bienvenue visiteur !
Se connecter ou S'inscrire
Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 5 Tome 1, Chapitre 5
Septembre se termina. Octobre arriva. Lyria repensait sans arrêt à ce que lui avait expliqué le professeur Dumbledore : la mère de Mandy, qui avait la santé fragile, avait fait une rechute dans la nuit du premier septembre. Sa fille avait donc été renvoyée chez elle pour pouvoir passer du temps avec sa mère si jamais celle-ci venait à mourir. Une semaine plus tard, les symptômes s’étaient apaisés, grâce aux potions des médico-mages. Sa mère restait très fatiguée. L’oncle de Mandy l’avait accompagnée jusqu’aux grilles de l’école et était reparti aussi sec à Sainte Mangouste.
    
    Une heure plus tard, le corps sans vie de la jeune fille était retrouvé par Lyria, Harry et Melia.
    
    Le professeur n’avait aucune explication à lui donner. À leur donner. Lyria se décida donc à ranger cette histoire dans un coin de sa tête et elle se remit au travail. Elle plongeait dans les livres et les tours de magie, toujours plus. Elle ne s’arrêtait que lorsqu’elle était trop épuisée et que les lettres dansaient devant ses yeux.
    
    Melia restait proche d’elle, la plupart du temps. Toujours à tourner autour de sa sœur, délaissant les Serpentards de son année pour quérir la présence rassurante de son ainée. Les deux demoiselles avaient de bonnes notes. Au fond, rien n’avait changé : c’était comme à la maison. Comme avant. Les cauchemars du corps sans vie de Mandy en plus.
    
    Les arbres se couvrirent de rouge et d’or. Hagrid, le garde-chasse, installa des citrouilles gigantesques dans la grande salle. Le professeur Flitwick enchanta des petites chauves souris pour qu’elles volent partout dans la pièce. Halloween approchait, puis arriva. Lyria essayait de ne pas y penser.
    
    Le trente et un octobre, Lyria reçut de nombreux cadeaux, comme tous les ans. C’était son anniversaire. Une part d’elle-même n’arrêtait pas de penser qu’elle ne connaissait même pas la date de naissance de Mandy. Elle ne lui avait parlé que deux fois, mais elle n’arrivait pas à oublier son sourire. Ses yeux qui pétillaient. Ensuite, le sang qui lui coulait lentement le long de la bouche. Le regard vide de toute vie.
    
    Melia débarqua à la table des Serdaigles au petit déjeuner avec une boite en carton, qu’elle posa devant sa sœur avec un sourire. La verte et argent attacha ensuite ses mains dans son dos, attendant avec impatience que Lyria n’ouvre ce tout premier cadeau de la journée, sous les exclamations de ses camarades de Serdaigle qui n’avaient aucune idée de la date du jour. Le douzième anniversaire de Lyria.
    
    Dans la boite, un petit chat noir tout duveteux, ses petits crocs dépassant de sa bouche comme un vampire. Lyria eut un sourire ravi et sauta sur ses pieds pour serrer sa sœur dans ses bras. C’était exactement ce dont elle avait eu besoin.
    
    « Merci », murmura-t-elle dans l’oreille de sa sœur, avant de rattraper le chaton qui essayait de sortir de sa boite.
    
    Un hibou lui apporta un colis de sucreries et de farces et attrapes provenant de James et Lily Potter, avec un petit mot « J’ai essayé de faire passer un balai en douce, mais Dumbledore l’a intercepté. » Lyria éclata de rire et secoua la tête. Décidément.
    
    Elle se sentait revivre, lentement mais sûrement.
    
    La journée de cours fut longue. Elle attendait avec impatience le banquet. À la pause de midi, Remus se glissa jusqu’à elle avec une boite de chocogrenouilles et des fondants au chocolat. Le seul cadeau qui lui manquait était, étonnamment, celui de sa mère. Avait-elle oublié ?
    
    Et puis, l’heure d’aller dîner arriva. Lyria passa avec Bella et Lisa les portes de la grande salle, entièrement décorée pour l’occasion. Le professeur Dumbledore s’approcha d’elle avec un sourire et lui demanda de venir avec lui. Surprise, elle obéit et le suivit dans les couloirs.
    
    Il s’immobilisa devant un tableau et contempla la demoiselle.
    
    « Pour te récompenser d’avoir si bien tenu le coup après ce qu’il s’est passé le mois dernier, j’ai pensé qu’une petite fête privée pour ton anniversaire serait le meilleur moyen de te permettre de guérir totalement. »
    
    Il prononça un mot de passe et le tableau s’ouvrit, révélant la plus belle surprise aux yeux de Lyria : de l’autre côté de la porte, sa mère, Melia, Harry, James, Lily, Remus l’attendaient avec un gros gâteau. Sa famille. Ses amis. Le sourire qui s’élargit sur les lèvres de Lyria ne resta pas là bien longtemps.
    
    « Maman », s’exclama-t-elle en se précipitant dans les bras de Framboise Rosier pour la serrer contre elle.
    
    Le professeur Dumbledore ne resta que le temps d’indiquer à la jeune Serdaigle et à ses amis que le secret de cette soirée devait rester complet : il n’était pas question que les autres étudiants s’attendent à ce genre de faveur unique.
    
    Lyria reçut d’autres cadeaux — pas de balais, cependant, James n’avait réussi à le faire passer en douce — de la part de sa mère. Des choses utiles comme des nouvelles plumes, une robe de sorcière un peu plus adaptée à sa taille, vu comment elle avait grandi en deux mois ou des livres pour approfondir ses cours par exemple. Melia fit la grimace à la vision de ces livres, d’ailleurs.
    
    Mais, elle eut d’autres choses plus intéressantes pour une demoiselle de douze ans : un énorme coussin en forme de niffleur, un tapis pour mettre au pied de son lit, des rubans pour ses cheveux, un carnet pour lui servir de journal intime… Toutes ces petites choses qui lui donnèrent l’impression de passer le plus beau jour de sa vie.
    
    Il fallait aussi avouer que le dîner et le gâteau au chocolat étaient particulièrement délicieux. Lyria ne regretta pas un instant d’avoir loupé le banquet d’Halloween. Elle était bien mieux ici. Lorsqu’elle remonta les escaliers avec Harry, les bras remplis de cadeaux, elle avait l’impression qu’on avait mis du baume sur la blessure de son cœur, elle avait l’impression qu’elle pourrait continuer à avancer sans que plus rien ne l’atteigne. Le sentiment la grisait légèrement.
    
    Elle dit bonne nuit à Harry et se dirigea vers la salle commune des Serdaigles. Elle fit un sourire à Terry, installé sur un des fauteuils et monta dans sa chambre pour déposer ses cadeaux. Elle les avait à peine déposés sur son lit qu’une tornade blonde lui sautait dessus pour l’entrainer dans la salle commune, puis dans le dortoir des garçons.
    
    « Bon anniversaire », s’exclamèrent les premières années tous ensembles en lui jetant des confettis.
    
    Lisa sautillait dans tous les sens, Bella tenait un paquet… Lyria n’en croyait pas les yeux. C’était la plus belle soirée de toute sa vie. Personne n’avait vraiment faim, mais Lyria partagea ses dragées surprises de Bertie Crochue avec tout le monde et Bella avait trouvé le moyen de monter des bouteilles de jus de citrouille. Filles et garçons s’installèrent donc dans la chambre et passèrent la soirée à discuter et à refaire le monde entre rires et innocence.
    
    À leurs yeux à tous, la mort de Mandy était définitivement un évènement du passé, enterré et terminé. Ils ne pouvaient pas se tromper plus.
    

Texte publié par louha, 12 octobre 2017 à 21h21
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 5 Tome 1, Chapitre 5
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
863 histoires publiées
415 membres inscrits
Notre membre le plus récent est YannLMP
LeConteur.fr 2013-2017 Tous droits réservés