LC logo
Découvrir     Romans & nouvelles     Fanfictions     Poèmes     Blog     Forums
Connexion
Bienvenue visiteur !
Se connecter ou S'inscrire
Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 4 Tome 1, Chapitre 4
La semaine se termina sans que Lyria ne réussisse à mettre en place son plan pour retrouver Mandy. Elle prit son petit déjeuner tous les matins avec sa sœur avant de partir en cours pour découvrir de nouvelles merveilles. La jeune fille essayait de comprendre tout ce qu’il se passait autour d’elle, d’enregistrer chaque détail. Sa première soirée à la bibliothèque lui avait donné l’impression de rêver. Elle avait passé un long moment à regarder les livres qui se rangeaient tous seuls avant d’oser finalement en saisir un pour travailler.
    
    La jeune Serdaigle avait adoré cette soirée. Elle avait décidé d’y retourner le plus souvent possible. Malheureusement, entre le temps qu’elle passait avec sa sœur, ses amis et les devoirs, elle se trouvait libre de lire bien trop peu souvent à son gout. Surtout qu’elle s’était promis qu’elle allait enquêter sur ce qu’il s’était passé avec Mandy. Où était donc la jolie rousse qu’elle n’avait vue qu’une seule fois, le matin suivant la répartition ?
    
    Le premier samedi de la semaine arriva. Lyria laissa les autres se lever et aller prendre leur petit déjeuner. Elle resta dans son lit, les rideaux fermés et elle attendit que la porte se referme. Qu’il n’y ait plus personne dans sa chambre. Alors elle ouvrit les rideaux et alla s’installer devant la fenêtre, en pyjama. Elle posa la carte devant elle et elle poussa un soupir. C’était la première fois qu’elle allait tenter d’ouvrir la carte. D’activer sa magie. Et si ça ne fonctionnait pas ?
    
    Elle fit tourner sa baguette dans sa main, caressant les runes qui étaient gravées dessus. Et puis elle posa le bout de sa magie sur le papier.
    
    « Je jure solennellement que mes intentions sont mauvaises », dit-elle d’une voix claire.
    
    L’encre entreprit de remplir toute la carte, s’étalant sur chaque centimètre, dessinant les lieux, montrant les étudiants qui marchaient. Le professeur Dumbledore faisait les cent pas dans son bureau. La plupart des étudiants étaient attablés dans la grande salle. Le doigt de la demoiselle sauta sur chaque petite trace de pas, alors qu’elle lisait le nom à côté.
    
    Mais, pas de Mandy Brocklehurst. Nulle part.
    
    Déçue, Lyria poussa un soupir et elle referma la carte, effaçant l’encre d’un nouveau coup de baguette magique. Elle se mordit la lèvre inférieure durant quelques secondes avant de la ranger dans son sac et d’enfiler son uniforme. Où pouvait-être Mandy ?
    
    Après le petit déjeuner, pendant que ses amies montaient travailler à la bibliothèque, Lyria rejoignit Mélia et Harry sur le terrain de Quidditch. Tous trois avaient eu leur première leçon de vol quelques jours plus tôt, et ils avaient envie de voir ce qu’ils pouvaient faire. Sous la supervision d’un des Préfets de Serpentard — qui pour être totalement sincère passa plus de temps à draguer les filles qui l’entouraient qu’à réellement surveiller les premières années — les quatre s’envolèrent de quelques mètres et entreprirent de se poursuivre en riant aux éclats.
    
    Finalement, lorsqu’ils laissèrent redescendre les balais jusqu’au sol pour boire une bouteille de jus de citrouille empruntée sur la grande table le matin même par le Gryffondor, la discussion se mit à tourner autour des matchs de Quidditch, de la meilleure équipe de l’école, sur le fait qu’il était inadmissible que les premières années soient interdits d’entrer dans l’équipe… Ce genre de choses absolument normales pour de jeunes sorciers. Au bout d’un moment, après avoir vérifié que personne ne les observait, Harry sortit sa propre carte du Maraudeur de sa poche, pensant surprendre les deux filles. Sa mine déconfite quand elles lui apprirent qu’elles en avaient une chacune valait tous les détours.
    
    Finalement, les trois amis rentrèrent à l’école pour le déjeuner, faisant un petit détour par la volière pour aller câliner Bulle et Hedwige. En en ressortant… En ressortant, tout changea pour eux. Ils n’étaient restés que quelques minutes dans la volière à cajoler leurs chouettes respectives. Mais la première chose qu’ils virent en émergeant à la lumière ce fut le corps.
    
    Le corps de Mandy Brocklehurst.
    
    Allongée dans l’herbe, juste en bas de l’escalier, le bras et la jambe dans des angles étranges. Son uniforme était couvert de sang et de taches indéfinissables.
    
    Melia poussa un cri et se rattacha à Harry, les yeux exorbités. Harry n’arrivait pas à dire un seul mot. Ses lèvres bougeaient, mais il n’arrivait pas à parler. Lyria tourna la tête pour chercher… quelqu’un. Quelque chose. Il devait y avoir un adulte. Quelqu’un pour gérer ça. Pour s’approcher. Pour vérifier si… Mandy était vivante. Mais non, il n’y avait personne.
    
    Comme dans un rêve, Lyria s’approcha du corps. Elle le savait. Elle savait que c’était un cadavre. Elle savait qu’il n’y avait plus la moindre vie dans les yeux de Mandy. Sa main s’approcha lentement de l’épaule de son ancienne camarade de classe et la secoua doucement. La tête roula sur les épaules, comme si elle n’était plus tenue par rien du tout. Lyria recula d’un seul coup et elle accrocha ses bras autour de sa poitrine en tremblant.
    
    « Elle est morte », dit-elle.
    
    Melia fondit en larmes dans les bras d’Harry, cachant sa tête dans sa robe de sorciers. Harry restait immobile, ses yeux verts fixés sur le cadavre. Lyria se redressa et prit une grande inspiration. Elle devait protéger sa sœur.
    
    « Allez chercher le professeur Dumbledore. Je reste là… Avec elle ».
    
    Comme si le cadavre allait bouger. Lyria s’assit sur la première marche, son regard rivé sur le cadavre. Qui ? Comment ? Comment était-ce possible ? Elle pinça les lèvres. Ils n’avaient pas été en haut plus de quelques minutes. Comment le corps avait pu être déposé là, d’un seul coup ? Sans personne autour ? Sans qu’il n’y ait personne autour d’eux. Personne pour laisser le corps. Ce n’était pas… Pas logique. Pas normal.
    
    Un crack sonore. Le professeur Dumbledore apparut de nulle part et se pencha sur la jeune fille. Il se pencha sur le corps de Mindy avant de se tourner vers Lyria.
    
    « Va m’attendre dans mon bureau avec les autres. Ne parle à personne de ce que tu as vu ».
    
    Lyria se releva et elle se dirigea vers le château. Elle n’avait aucune idée de l’endroit où se trouvait le bureau de Dumbledore. Ses lèvres se pincèrent et elle sortit la carte du Maraudeur. Elle jeta un coup d’œil à droite, puis à gauche. Elle tapota la carte et elle rechercha l’endroit où elle avait vu le nom du professeur ce matin-là. Second étage. Elle désactiva la carte et elle passa les portes. Les escaliers l’emmenèrent jusqu’à l’endroit où elle devait aller et elle s’immobilisa devant la gargouille.
    
    « Le professeur Dumbledore m’a demandé d’aller dans son bureau », dit-elle avec une grimace.
    
    La gargouille resta immobile. Lyria ressortit la carte et elle lui donna un coup de baguette. Elle toucha l’endroit où se trouvait la gargouille sur la carte et elle tapota l’endroit. Il fallait un mot de passe. Quelque chose. Elle poussa un soupir et laissa retomber son bras. Comment entrer ?
    
    « Que faites-vous là, mademoiselle Black », demanda une voix.
    
    Lyria se tourna vers le professeur McGonagall et elle cacha la carte dans son dos.
    
    « Le professeur Dumbledore m’a demandé de l’attendre dans son bureau »
    « Et pourquoi le professeur Dumbledore voudrait-il vous laisser entrer dans son bureau ? “
    ‘Il m’a dit de ne pas le dire.’
    ‘Oh vraiment ?’
    
    Le regard bienveillant du professeur de métamorphose montrait cependant parfaitement qu’elle n’avait pas cru une seule seconde à ce que lui disait Lyria. Elle ferma les yeux. ‘Ne parle à personne de ce que tu as vu’, avait dit le directeur. Tant pis.
    
    ‘On a trouvé Mindy. Melia, Harry et moi. Morte. Ils sont venus prévenir le professeur Dumbledore et moi… J’ai attendu là-bas. Avec elle. Ensuite le professeur Dumbledore m’a dit de venir ici’.
    
    Les larmes montèrent aux yeux de la jeune fille qui resserra ses bras autour de sa poitrine une nouvelle fois. Elle releva des yeux mouillés de chat potté vers le Professeur McGonagall qui poussa un soupir et ouvrit le bureau. La gargouille pivota et laissa passer la directrice adjointe et l’étudiante dans l’escalier avant de se refermer dans leur dos.
    
    En haut, Melia pleurait toujours dans les bras d’Harry qui était immobile, assis sur une chaise. Lyria s’avança et s’assit sur une chaise. Elle n’avait même pas jeté un coup d’œil à l’endroit qui l’entourait. Elle ferma les yeux durant une seconde et elle releva ses jambes contre sa poitrine. Le professeur McGonagall observa les étudiants un instant et s’assit avec eux, passant une main réconfortante sur le dos de Melia, inconsolable.
    

Texte publié par louha, 12 octobre 2017 à 02h00
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 4 Tome 1, Chapitre 4
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
863 histoires publiées
415 membres inscrits
Notre membre le plus récent est YannLMP
LeConteur.fr 2013-2017 Tous droits réservés