LC logo
Découvrir     Romans & nouvelles     Fanfictions     Poèmes     Blog     Forums
Connexion
Bienvenue visiteur !
Se connecter ou S'inscrire
Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 8 « Le trésors de Dumbledore » Tome 1, Chapitre 8
Hermione tentait de sortir de son état mélancolique voir dépressif. Elle essayait de se remettre à fond dans ses recherches médicales mais son métier ne la satisfaisait plus. Lors de sa scolarité, Hermione voulait entrée dans une carrière juridique, devenir la protectrice du plus faible, sauver les elfes de maison, défendre les née-moldu et combattre la suprématie des sang pur dans la société mais avec la guerre, son accouchement secret, sa deuxième grossesse, son mariage et surtout sa honte et sa culpabilité, la jeune fille décida de ne pas s'exposer sur le devant de la scène pour éviter que toute la société sache qu'elle avait abandonné son enfant conçu une nuit avec l'héritier des Malfoy. Bien sûr, elle fit tout de même de brillante étude et devint un ponte dans sa branche mais même si elle avait continué à sauver plusieurs vie en soignant et en découvrant certain remède, sa soif de justice semblait de plus en plus difficile à contrôler et à enfouir au fond d'elle même.
    Debout dans son bureau tenant une tasse de café bien chaude, Hermione réfléchissait à tout cela. En faisant le point, elle se sentit ridicule. Comment la grande Hermione Granger, cerveau pensant du trio infernale avait put pendant toute ses années se laisser aller de cette manière. Elle comprenait pourquoi son ex-mari était parti voir ailleurs. Depuis des années, elle ne prenais plus du tout soin d'elle sauf en cas de sorti extérieur importante. Elle devait reprendre sa vie en main et surtout se pardonner ses choix, reconstruire un lien avec Rose et aussi en construire un neuf avec Harmonie. Regonfler à blocs, Hermione avala sa tasse de café d'une traite, posa sa blouse sur la chaise de son bureau et fit appeler son apprentis.
    
    - Mme Weasley ? Vous m'avez demander ? Questionna une jeune fille, avec un fort accent français, qui semblait très impressionnée par sa patronne.
    
    - Appelez moi Granger, s'il vous plaît Mélanie. Et puis depuis le temps que vous travaillez avec moi, vous pourriez peut être commencé à m'appeler par mon prénom. Répondit elle en souriant.
    
    - Oui Madame … heu … oui Hermione.
    
    - Bien, je vous ai fait venir car j'ai un nouveau projet en tête et je vais avoir besoin de vous. Je pense que je suis arrivée au bout de ma carrière médicale et je compte me lancer dans un nouveau projet qui est pour le moment encore un secret. Je vais donc petit à petit quitter le service et vous formez pour que vous preniez la tête du département de recherche. Si vous fournissez le travail nécessaire, et je n'en doute pas une seconde, vous pourrez alors sans aucun problème devenir la nouvelle directrice. Je vais continuez à vous formez et petit à petit vous prendrez plus de responsabilité au sein de l'équipe de recherche. Vous êtes la meilleure dans se labo et surtout la plus motivée. Alors qu'en pensez vous ?
    
    - Je … je ne sais pas quoi dire. C'est tellement … exceptionnelle ! Une chance pareil à mon âge ça ne se refuse pas ! Répondit la jeune apprentis un immense sourire aux lèvres.
    
    - Bien alors pour le moment, je vous demanderais de ne pas en parlez avec l'équipe je vais faire le nécessaire auprès du ministère et de sainte Mangouste. J'en parlerais à l'équipe dans la journée, ne vous inquiétez pas, je suis persuadé, que tout le monde comprendras mon choix. Je vous souhaite donc une très bonne journée. Mélanie remercia sa patronne et commença à sortir du bureau. Attendez Mélanie, une dernière chose, aujourd'hui je vous demanderais de prendre la semaine pour vous reposez et profitez de votre famille ou de vos amis car durant votre formation accélérez vous n'aurez pas beaucoup de temps pour eux ! Je vous revois donc Lundi Matin en pleine forme. Au revoir.
    
    Hermione, fière de l'effet de l'annonce sur son élève, prit ses affaires et partis directement négociez avec le ministre et l'hôpital afin de faire validez son choix. Heureusement, Kingsley, qui avait combattu auprès de la jeune femme, lui faisait une confiance aveugle et accéda à ses demandes.
    
    - Hermione, vous savez que vous devrez recommencer en bas, enfin disons au milieu de l'échelle aux ministère de la justice ? Mais par chance, le directeur cherchait justement du personnel, vous serez donc formée par le meilleurs des avocats de Londres.
    
    - Merci M. le ministre. S'exclama t elle un grand sourire aux lèvres.
    
    - Par contre Hermione il faut que nous discutions d'une chose un peu compliqué. Installez vous. Le ministre proposa le fauteuil en face de son bureau. Voilas comme vous le savez sûrement, Rose à subi un …
    
    - Ma fille ? Mais qu'est ce qu'il se passe ? Paniqua Hermione que personne n'avait prévenu pour ne pas empirer la situation.
    
    - Ne vous inquiétez pas, elle va très bien. Mais lors de la seconde tâche, Mlle Malfoy a … comment dire … montré une certaine crainte à devenir une sorte de reine du mal qui prendrais la suite de Lord Voldemort, poussez par les fantômes de son grand-père et de son père plus jeune. Hors dans cette réalité parallèle, elle a tenté de tuer sa mère et sa sœur. Il prit le temps à l'ancienne Gryffondor de réaliser, tous les membres du jury savent que vous êtes sa mère. Hermione, bien que j'ai scrupuleusement demandé la plus grande discrétion aux membres du jury, il risque d'y avoir des fuites qui entraîneront des rumeurs. Je voulais simplement que tu t'y prépare. Kingsley Shakelbot, tellement compatissant pour cette jeune femme qu'il estimait beaucoup finit même par la tutoyer et laissa tomber la distance obligatoire entre le ministre et ses employés.
    
    - Comment vont elle ? Fut la seule question qui intéressait la maman.
    
    - Elle vont bien toute les deux. Harry les surveille de loin, tu n'as pas à t'en faire. Par contre peut être que tu devrais discuter avec M. Malfoy afin de discuter d'un risque de fuite. Savoir si vous êtes prêt tous les deux à assumer la vérité aux grand jour.
    
    Hermione remercia le ministre de la magie et parti chez elle. Sur le chemin qu'elle fit à pieds pour se changer les idées, la peur, la crainte, l'angoisse se changea vite en colère contre ses amis qui ne lui avait rien dit. Ron ne l'avais même pas prévenue que leurs fille avait subi des sortilèges de tortures. Sans réfléchir, elle partis directement chez elle et prit de la poudre de cheminette afin de rendre une petite visite à son meilleure ami qui risquait d'en prendre pour son grade.
    
    Dans son bureau Harry remplissait des parchemins administratifs tranquillement en discutant tranquillement avec son ancien mentor qui pour une fois ne dormait pas dans son tableau. Soudain les flamme de la cheminé devinrent verte et une furie brune sorti de la cheminée furieuse.
    
    - HARRY TU N'ES QU'UN IMBÉCILE ! POURQUOI PERSONNE NE M'A PRÉVENU QUE MES FILLES AVAIT EUT DES ENNUIES ? DE QUEL DROIT NE M'AS TU PAS PRÉVENUE ! NON MAIS FRANCHEMENT J'AVAIS LE DROIT DE SAVOIR ! Hurla la gryffondor sur le directeur de l'école.
    
    - Calme toi Hermione ! Je pensais que Ron l'avait fait. Pour Harmonie, je n'étais pas dans l'obligation de te prévenir comme …
    
    - TU SAIS BIEN QUE RON EST UN ABRUTIS RANCUNIER ! C'EST KINGSLEY QUI VIENT DE ME LE DIRE ! MON SECRET RISQUE D'ÊTRE DÉVOILÉ AU GRAND JOUR ET TU N'AS PAS EUT LA PRÉSENCE D'ESPRIT DE ME LE DIRE ? S'époumona t elle.
    
    - Hermione, tu te calme, tu t'assoie et tu m'écoute ! Renchérit Harry avec autorité, son amie voulu reprendre mais pour une fois Harry eut le dessus. Chut ! Tu te tais ! Assied toi maintenant.
    
    Étonné par l'autorité de Harry, Hermione s'assit sur le fauteuil, et se retourna lorsqu'elle entendit un tableau l'interpeller.
    
    - Bonjour Mademoiselle Granger ! Lança une voix derrière elle.
    
    - Professeur Dumbledore comment allez vous ? Demanda t elle tout de suite calmer de revoir et de pouvoir parler avec son ancien directeur, au sourire bienveillant et réconfortant.
    
    - Je vais bien, merci. Alors comme ça vous avez deux enfants ? Dit il avec un sourire qui en disait long. Harry et moi discutons assez régulièrement. J'ai toujours su que M. Malfoy avait un bon fonds, apparemment je n'étais pas le seul.
    
    - Oui, enfin c'est un peu plus compliqué que cela mais oui. Répondit elle gêné.
    
    - Bien maintenant Hermione, je vais t'expliquer en détail pourquoi je ne t'ai rien dit sur Harmonie.
    
    Harry lui parla de la seconde tâche, du fait que les champions se retrouvaient confronter à leur peur inconsciente et enfouis. Comment sa fille aînée c'était retrouvé reine des ténèbres, l'exécution de Drago, la torture de sa cadette … Il parla également du lien entre ses deux enfants qui c'était créé mais pour lequel il n'avait pas encore de réponse. Sur comment James sauva Harmonie en risquant sa vie et sur le choix que la jeune Malfoy devra sûrement faire. Hermione en restait bouche bée. Dumbledore écouta attentivement toutes les explications.
    
    - Je ne pensais pas qu'elle me détestait à ce point. Finit elle par dire dépitée.
    
    - Ce n'est pas une fatalité Hermione, tous le monde à une partie de ténèbres en lui. Harmonie se retrouve devant un choix. Il va falloir que vous pussiez l'entouré et lui prouver que vous l'aimez toi et Drago. Avec Ginny, même si cela m'est compliqué de faire abstraction, on est persuadé que la nuit que vous avez passé ensemble avec Malfoy nous a sauvé la vie lorsque nous étions dans le manoir de son père. Il a certes fait des erreurs mais il ne nous a pas dénoncé ni au manoir ni lorsque vous vous êtes vu se soir là. Il n'a pas participer à la bataille finale. Son héritage familial à été distribuer a différentes associations et surtout regarde la complicité qu'il entretiens avec votre fille. Il a changé, et nous somme des adultes aujourd'hui. Je ne te dis pas de lui sauter dessus et de vous mariez ce n'est absolument pas mes affaires mais je pense que pour Harmonie et pour Rose, il serait temps de régler vos problèmes. Par ailleurs, je sens que quelque chose se prépare. Plusieurs amis aurors m'ont dit de faire attention avec les élèves et de limiter les sortis extérieurs en début d'années.
    
    
    - Je ne voudrais pas vous couper mes enfants mais je me dois de vous donnez une autre information. Durant ma jeunesse, j'ai presque fait le tour du monde en récoltant des informations, des trésors, des écrits et j'en passe. Je pense qu'il serait intéressant pour vous d'y jeter un coup d’œil. Ayant passer une bonne partis de ma vie dans ce château, je les ai entreposé ici. Il me semble aujourd'hui important de vous les léguer afin de partager la totalité de mon savoir. Harry si tu va vers la bibliothèque qui se trouve juste derrière toi, je pourrais te donner la marche à suivre. Harry se leva accompagner de près par Hermione et tout deux se mirent en face de l'imposante bibliothèque. Maintenant regarde à tes pieds, il y a une pierre sur laquelle le chiffre 42 était gravé. Harry acquiesça. Tu va sortir ta baguette et prononcer ses mots « Studium scientia est infinita ».
    
    Harry peut doué dans les langue étrangère regarda sa meilleure amie le regard interrogateur. Hermione leva les yeux aux ciel et lui traduit la phrase latine. « La quête du savoir est infinie ». Une fois le sortilège prononcé, la bibliothèque s'enfonça dans le mur laissant un passage. Une fois à l'intérieur, le passage se referma. La pièce qui se trouvait devant les deux amis semblait infiniment grande. Des rangées entièrement recouverte d'écrit, de parchemins, de livre. Des armoires vitrées pleines d'objets plus ou moins reconnaissable remplissaient l'espace. Un tableau du professeur Dumbledore trônait en haut d'un mur. Harry comprit que le vieille homme avait installé lui même son portrait afin de pouvoir venir dans cette pièce à sa guise. Hermione, les sens en éveil, ne savait plus où donner de la tête.
    Dumbledore les dirigea vers une grande étagère qui se trouvait au fond de la pièce. Les document stockée ici semblait tous être rattaché à des légendes, des prophéties plus ou moins réaliste. En fouillant un peu, la gryffondor trouva un tas de papiers qui parlait d'un enfant interdit. Harry l'aida à prendre tous les documents et ils s'installèrent sur une table de travail qui se trouvait là. Chacun lisait des témoignages qui se transmettait de génération en génération. C'est alors qu'Harry tomba sur un parchemin qui semblait très vieux. Il souffla doucement dessus pour enlever la poussière. Une inscription avait été noté dans une langue que ne connaissait pas le gryffondor. En dessous du texte une sorte de divinité entouré de lumière portait un petit coffre. Le personnage portait une grande tunique blanche et longue ressemblant à celle des druides.
    
    - Hermione regarde ça. L'interpella le directeur en lui tendant le parchemin. Je crois que j'ai trouvé une piste.
    
    - '' A nathair agus Lioness aonachadh ann an uaigneas. An uair sin thèid am pàisde a rugadh air a thoirmeasg. A thogadh leis an nathair agus dhiùltadh leis an Lioness. Blood ceangal a nì an gnothach air a 'Darkness èirich a' leigeil an solas ann an cridhe a 'phàiste. Còmhla, bidh iad a sgrios an deamhan. Sin mar a tha an dàn. '' Il me semble que c'est du gaélique mais je ne saurais pas le traduire comme ça. Il me faut des livres. Je pense que je vais le prendre avec moi et l'étudier chez moi. Professeur Dumbledore? Pourrais je emprunter ce parchemin?
    
    - Faite jeune fille. Mon trésor est désormais le votre. Bien je vois que vous pourrez vous débrouiller sans moi! Alors je vais retourner à ma vie de tableau bien tranquillement. N'oubliez pas, vivre sans amour n'est pas une vie. Bonne journée mes enfants.
    
    Hermione pris le document et l'emmena. Elle remercia Harry et s'excusa de s'en être pris à lui. Une fois de retour chez elle, la gryffondor prit ses affaires et retourna au labo afin de mettre au courant son équipe des changements qui allait s'opérer.
    En fin de journée, Hermione alla frapper chez Alexia Keaton. Elle devait avoir une discution avec elle. Une fois devant la maison, elle passa le petit portail qui délimitait un magnifique jardin typiquement anglais. Le blanc des encadrements des fenres, de la portes et des alcôves faisait ressortir les pierres rouges qui formaient la façade. Hermione frappa quelques coups à la porte et patienta. Une jeune femme avec un petit ventre naissant ouvrit la porte et sembla paniquée en voyant Hermione.
    
    - Bonjour Alexia, je ne vous dérange pas?
    
    - Bonjour, non mais Ron n'est pas là. Repondit elle rapidement.
    
    - Ça tombe bien c'est vous que je venais voir. Je peux entrer? Demanda t elle poliment.
    
    Hésitante, la futur maman la laissa entrer dans son foyer et proposa une tasse de thé à la gryffondor. Pendant qu'elle partit préparer le thé dans la cuisine, Hermione fit le tour du salon et trouva des photos de Ron et Alexia dans les bras l'un de l'autre. Il semblait tellement heureux. Jamais il ne l'avait autant été avec elle. Quel gâchis pensa t elle. Il y avait également une photo de Ron et Rose quand elle était petite. Hermione prit la photo dans ses mains et caressa machinalement un des rares moments de bonheur totale qu'ils avaient partagé tous les trois. Alexia arriva à ce moment et sentit sa culpabilité augmenter.
    
    - Je suis désolé. Dit elle en posant le plateau sur la table.
    
    - Alexia, c'est moi qui suis désolé. Vous vous retrouvé dans une situation complexe. Nous aurions dut avoir le courage de regarder la vérité en face avec Ron beaucoup plus tôt. Je me rends compte en voyant vos photos que vous vous aimez vraiment. Et je tiens a vous dire que votre bébé aura la chance de vivre avec des parents qui s'aiment.
    
    - Merci. Fut la seule chose qu'Alexia put dire.
    
    - Je suis simplement venu vous dire, que je ne vous en voulais pas du tout. Et pour être très honnête j'aimerais également vous demander un service, de futur maman à maman. Dit elle en souriant. Voilas, je pense que vous avez compris que Ron avait un peu tendance à exagérer et à être rancunier. Alexia acquiesça avec un sourire qui en disait long. Alors voilas, vous connaissez ma situation, et je voudrais que ... en fait si vous pouviez ... Hermione ne savait pas vraiment comment formuler sa requête.
    
    - Vous voudriez que je lui fasse accepter la situation. Je sais qu'il est borné mais il s'en veux beaucoup de la manière dont il a balancé l'information le soir de noël. Je vous promet de tous faire pour le convaincre que vous aussi vous avez le droit au bonheur quelque soit la personne que vous aimez. Moi aussi je voudrais vous demandez une petite faveur. J'aimerais que Rose puisse de temps en temps partager notre quotidien pendant les vacances. Elle va devenir la grande soeur de notre bébé et je voudrais la connaître. Mais je vous promet de ne jamais prendre votre place.
    
    Les deux femmes continuèrent à parler pendant un petit moment et Hermione partit avant le retour de Ron. Finalement cette Alexia convenait parfaitement à Ron. Une femme de caractère mais beaucoup plus diplomate qu'elle et surtout qui l'aimait vraiment.
    
    Une fois chez elle, Hermione réfléchit à la manière de reprendre contact avec ses filles sans pour autant ajouter de l'huile sur le feu. Rose lui en voulait encore et Harmonie voulait la tuer enfin pas vraiment mais quand même. Elle jeta un oeil sur ses documents en Gaélique et décida de les traduires en attendant de trouver une solutions pour ses filles. Elle mit un temps fou a entièrement traduire le document. Le gaélique n'était parlé que dans une région à l'Ouest de l'irlande. Heureusement Hermione avait une certaine facilité avec les langues étrangère et finit par traduire le document après seulement quelques heures de travail. Elle se mit alors à lire la traduction qu'elle avait faite à voix haute.
    - “Un serpent et une lionne s'unissent dans le secret. Naîtra alors l'enfant interdit. Élevé par le serpent et rejeté par la lionne. Les liens du sang pourrons vaincre les Ténèbres laissant surgir la lumière dans le coeur de l'enfant. Ensemble elles détruiront le démon. Tel est leur destin.” Mais c'est pas vrai.
    
    Hermione prit un parchemin vierge et envoya deux missives. Elle fit un tas avec toutes ses affaires et attendit une réponse malgré l'heure avancé de la soirée.
    
    Dans son appartement, Drago regardait une photo assis dans son fauteuil. Il se rémémorait les images terrifiante du tournois. Et si? Et si l'influence diabolique de son père refaisait surface pour hanter la vie de sa fille? Drago avait confiance en sa fille mais il savait aussi se que pouvais faire une emprise telle que celle que son père avait eu sur lui. Il la protègerait quitte à mourir. Une autre image le torturait. Voir Hermione se ruer sur lui pour le sauver, voir cette flamme dans leur yeux, se baiser qui le faisait encore frissonner rien qu'en y repensant. Soudain un tapotement à la fenêtre le fit sortir de ses reflexions.
    
    “ Drago,
    
    Il faut absolument que je te parle au plus vite. C'est une question extrêmement importante qui concerne Harmonie et Rose. Réponds moi vite et je viendrais par la cheminée.
    
     Merci d'avance
     Hermione”
    
    Étonné, le serpentard lui envoya un simple “je t'attends”. La gryffondor semblait perturber. Il se réinstalla dans son fauteuil droit comme un I et afficha son masque impassible afin de ne pas se laisser surprendre en pleine rêvasserie. Quelques minutes plus tard, les flamme de la cheminée devinrent verte et une silhouette apparut dans le foyer. Hermione entra dans le bureau de Drago. Bien entendu, la pièce avait été décoré aux couleurs de son ancien maison. Ils se retrouvèrent face à face, silencieux. Hermione eut l'impression que tout le courage des gryffondors s'envola et elle ne savait plus comment parler ni même pourquoi elle était là.
    
    - Il me semble que tu voulait me parler de ma fille? Demanda le serpentard d'un ton sec et froid.
    
    - heu ... oui. Enfin de nos filles. Reprit t elle soudain plus courageuse que jamais. Voilas j'ai découvert un parchemin avec Harry ce matin. Il était écrit en Gaélique assez ancien. J'ai réussi à le déchiffrer et voilas pourquoi il fallait que je te vois. Hermione lut alors la prophétie à voix haute. “Un serpent et une lionne s'unissent dans le secret. Naîtra alors l'enfant interdit. Élevé par le serpent et rejeté par la lionne. Les liens du sang pourrons vaincre les Ténèbres laissant surgir la lumière dans le coeur de l'enfant. Ensemble elles détruiront le démon. Tel est leur destin.”.
    Drago lui prit la feuille des mains et sembla très perplexe sur son contenu. Hermione lui expliqua donc la discussion qu'elle avait eut avec Harry sur la connection entre Harmonie et Rose. L'entretiens avec le portrait de Dumbledore. Les recherches et la traduction. Drago dépassé par les événements ne savait pas vraiment comment réagir.
    
    - C'est n'importe quoi. Je ne vois pas en quoi ma fille est lié à la tienne. Dit il très froidement en jetant les documents sur son bureau.
    
    - Écoute Drago, je sais que tu m'en veux et tu as raison mais ne fait pas semblant de ne pas comprendre. Nous devons protéger Harmonie et Rose. S'il te plait.
    
    - Écoute moi bien Granger, je me suis occupé de ma fille seul pendant dix sept ans. Tu ne nous a pas donné une seule fois un signe de vie ou d'un quelconque intérêt. Aujourd'hui tu débarque au milieu de la nuit dans mon appartement avec une histoire a dormir debout et tu voudrais que je te suive les yeux fermer? Perdant quelque peu son sang froid légendaire.
    
    Ne sachant quoi répondre, Hermione resta là sans rien dire. Se laissant petit à petit envahir par le remord et la culpabilité. Les yeux du serpentard la regardait froidement. Elle récupéra alors ses affaires sur le bureau et commença à partir. Mais une petite voix dans sa tête lui rapela que les gryffondor n'abandonnait jamais et encore moins quand la gryffondor se trouvait être une iss-je-sais-tout insupportable. Elle prit alors une grande inspiration et se retourna dignement et la tête haute vers Malfoy. Celui ci retrouva dans les yeux de la jeune femme cette pointe d'orgueil, de défi qui le faisait vibrer. Il fit son célèbre sourire en coin et la défia du regard.
    
    - Malfoy j'en ai marre! Oui j'ai fait une stupide erreur, il y a 17 ans. Mais aujourd'hui je suis la pour prendre soin de MES filles. Harmonie l'es tout autant que Rose. Alors tu va ravaler ta stupide fièrté et tu va m'écouter attentivement. Harmonie et Rose sont lié par une très ancienne prophétie. Qu'on le veuille ou non leur destin est lié. Comme Harry l'était à Voldemort. Je ne sais pas se qui se prépare mais il est hors de question que je te retrouve mort tuer par la reine des ténèbres qui m'en veux tellement qu'elle risque d'asservir le monde.
    
    Plus elle parlait, plus la gryffondor se rapprochait du serpentard comme si un aimant invisible les attirait l'un vers l'autre. Lorsque celle ci s'en apperçut, le trouble repris le dessus et Drago en profita pour attaquer.
    
    - Et bien quoi Granger? Tu es troublé? Demanda t il se rapprochant encore de son visage. Je pensais pas te faire un tel effet dix sept ans après.
    
    Il finit de combler les quelques centimètres qui éloignait leurs deux bouches. Sans demander son avis à la gryffondor, il l'embrassa avec vigueur. Hermione n'y répondit pas de suite mais très vite, la jeune fille fut envahis par le désirs d'approfondir se baiser. Drago qui ne voulait pas la satisfaire se recula laissant un manque perceptible chez la femme qui se trouvait en face de lui. Malheureusement, le serpentard n'avait pas prévu l'effet que lui procurerait se baiser. Il en voulait plus, il en avait besoin comme si pendant dix sept ans, il n'avait attendu que ce moment. Hermione lâcha alors ses affaires sur le sol et l'approcha doucement de peur qu'il la repousse. Lorsqu'elle s'approcha de ses lèvres dont elle rêvait depuis si longtemps et qu'elle y déposa un léger baiser, Drago ne a repoussa pas. Elle recommença alors une deuxième fois puis voulu se reculer mais le blond l'en empêcha en entourant ses bras autours de sa taille. Ils approfondirent se baiser, laissant leur mains explorer une nouvelle fois le corps de l'autre. Drago la dirigea, sans pour autant se lâcher vers son lit. Hermione eut l'impression de se réveiller enfin. Elle ne voulait que lui. Retrouver cette sensation qui l'avait envahis cette fameuse nuit d'hivers. Drago ne l'avouerait jamais mais il avait rêvé de cette instant de nombreuse fois. Ils ne comprenaient pas cette attirance qui les rendait tellement malheureux depuis de si nombreuses années. Ils se retrouvaient enfin et la nuit ne faisait que commencer.
    

Texte publié par lulushka, 18 mars 2016 à 21h05
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 8 « Le trésors de Dumbledore » Tome 1, Chapitre 8
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
878 histoires publiées
426 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Elia
LeConteur.fr 2013-2017 © Tous droits réservés