Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 3 « Le Croco-Deal » Tome 1, Chapitre 3
J’ai prié pour qu’on m’aide. Personne n’est jamais venu. Alors j’ai prié pour mourir. La Mort, elle aussi a décidé de m’ignorer. Et me laisser pourrir ici-bas.
    

    Le Croco-Deal faisait partie de décor à Paradise. Ce n’était pourtant pas un endroit prestigieux, le style était plutôt old school et familial, sans pour autant être un repère de hipsters. Plutôt un snack qu’un vrai restaurant, on y servait une cuisine savoureuse, qui devait son succès aux talents de la cuisinière embauchée par Jethro lorsqu’il avait succédé à son père. Elle régnait sur la cuisine de main de maître et gare à qui viendrait l’ennuyer en son royaume. Jethro en personne pouvait en témoigner, ses blagues parfois douteuses lui avaient valu plus d’une fois de se prendre un torchon (usagé le torchon) dans la figure. Le Croco était donc un savant mélange entre un diner et un café-théâtre tout ce qu’il y avait de plus banal, du moins pour la salle principale. Il y avait une seconde salle, plus petite. Un salon « privatisable » qui n’était accessible qu’à peu de monde, il fallait montrer patte blanche. Quant à la clientèle, tout le monde pouvait profiter des lieux du moment qu’on ne causait pas d’ennuis. Jethro n’hésitait pas à mettre dehors séance tenante les importuns. Ceux qui se faisaient virer une fois n’étaient plus vraiment les bienvenus dans ce lieu. Très peu d’entre eux s’étaient risqués à la manœuvre.
    Comme à chaque fois qu’il y allait, Tiago se laissa happer par l’ambiance du café-théâtre dès qu’il en franchit la porte. Le Croco était un lieu vivant, avec plus d’âme que certains des congénères du flic. Il aimait passer du temps ici, malgré l’animation, ça restait un endroit reposant. Il s’assit sur un tabouret au comptoir, trente secondes plus tard, Jethro était face à lui, avec une dégaine de pirate plutôt réussie.
    – Tiens, la souris est sortie de son trou ?
    – Et le capitaine Désastre est arrivé à bon port, on dirait.
    Les deux hommes se jaugèrent un instant avant d’échanger un léger sourire. Un point partout. Le flic ne s’était pas laisser démonter. Leur rivalité tenait plus d’un jeu de mômes que d’un vrai duel, mais ils étaient incapables de ne pas s’envoyer de piques dès qu’ils se voyaient, sans pour autant être des ennemis. Ça aurait probablement écorché Jethro de l’avouer, mais Jethro respectait Santiago.
    Tiago passa commande, optant pour le burger du jour, des frites et une bière. Sans y réfléchir vraiment, son regard finit par se fixer sur le tatouage qui ornait la main droite du patron du Croco-Deal. Une tête de Chimère, barrée d’un C. On ne pouvait pas la rater. Jethro ne s’en était jamais caché, contrairement à d’autres qui avaient tendance à essayer de dissimuler le leur. Ce n’était pas tant le tatouage qui gênait le jeune policier mais plutôt la symbolique derrière. Ça aurait dû faire réagir d’avantage les gens, mais non. Pour un peu plus de sentiment de sécurité, ils avaient dit adieu à une partie de leur liberté. Et ça, ça dérangeait Tiago. Cela lui rappelait certains cours qui remontaient à l’époque du lycée. Des cours d’histoire où il était question d’étoiles jaunes ou de triangles de couleur… Du passé pour beaucoup. Mais pas si éloigné que ça en vérité.
    Le jeune homme mangea seul et plutôt en silence, observant du coin de l’œil un petit jeune qui occupait la scène. Le gamin transpirait le trac à plein nez, mais il s’en sortait honorablement. En fait, il n’écoutait pas vraiment, plutôt perdu dans ses pensées, si bien qu’il sursauta presque violemment quand quelqu’un s’installa à côté de lui sans prévenir. Ce n’était que Harley, l’air plus fatiguée que quand ils s’étaient vus en début d’après-midi, mais avec un léger sourire. D’ordinaire quand la rouquine souriait, ses yeux gris pétillaient de malice, ce jour-là pourtant, ils étaient ternes, sombres avec une lueur d’orage qui couvait au loin. Tiago oublia immédiatement toute idée de soirée tranquille. Du moins, l’immédiat serait calme. Elle commanda une bière et la vida presque entièrement d’une traite.
    – Rude journée ?
    – T’as pas idée.
    Visiblement, elle n’avait pas envie de causer des masses. Tiago laissa couler, habitué aux réactions de la jeune femme. Elle parlerait quand elle en aurait envie. Sur scène le petit jeune avait laissé la place à Jethro, sous des applaudissements plus polis que conquis. Il ferait mieux la prochaine fois s’il avait le cran de revenir. Tiago était toujours fasciné par la façon dont opérait le don de Jethro : toutes ces illusions paraissaient vraiment réelles, même s’il savait pertinemment que c’était juste un « truc ». Un jeu de l’esprit. Pourtant, Jethro savait persuader vos sens que vous vous trouviez par exemple, sur un navire en pleine mer. Cela pouvait paraître anodin et inoffensif comme don, vu la façon dont il l’utilisait. Mais cela pouvait aussi vite devenir redoutable, car il était impossible de savoir quelles étaient ses limites. Bien qu’à la connaissance du policier, la Chimère n’avait jamais fait un mauvais usage de son pouvoir. Ni en sa présence, ni avec quelqu’un d’autre. Tiago en était plus ou moins certain. Il n’avait pas pu s’empêcher d’aller vérifier, de manière non autorisée et totalement officieuse. Jethro était clean. Cela lui suffisait pour le moment. Même si le maître des illusions était probablement trop malin pour risquer de se faire prendre sur le fait. Il l’observait se jouer du rationnel tout en pensant que parfois, un « don » pouvait en dire beaucoup sur une personne. Même s’il n’était pas irréprochable pour autant. Il n’était pas mieux placé pour parler, lui, la « Fouine » qui traquait la moindre erreur, la moindre infraction commise dans le monde dématérialisé. Il n’était pas vraiment un chevalier blanc, malgré son métier au service de la justice.
    L’atmosphère était joyeuse et détendue, le spectacle tirait parfois des exclamations de surprise au public, mais pour une fois, c’était vraiment bon enfant. Ceux qui étaient facilement impressionnables évitaient les lieux surtout en période d’Halloween, car en général, le patron n’y allait pas de main morte à cette époque de l’année. Jethro était connu pour son imagination débordante.
    
    Le show touchait à sa fin, la soirée aussi. Jethro n’était pas une bête de scène, il faisait ça pour s’amuser essentiellement. Parce que sur le moment il trouvait ça cool. L’heure du couvre-feu approchait de toute façon. Si lui s’en moquait de ce genre de bagatelles, ce n’était pas le cas de tout le monde dans le public. Tout le monde n’avait pas la chance d’habiter au-dessus du Croco-Deal. Les clients commençaient à partir, mais Tiago lui n’était pas pressé, sa carte de police et surtout son statut d’humain lui conféraient quelques avantages non négligeables. Harley n’en faisait qu’à sa tête. Cette fille était un feu follet, il était impossible de la contenir. Jethro comme Santiago lui enviaient souvent sa nonchalance. Imperturbable, elle s’obstinait à vivre comme elle l’entendait et c’était aux autres de s’accrocher pour la suivre. Les clients partaient donc, à regret. La salle se vidait au compte-gouttes et le silence investit la place, sans déranger personne.
    La porte s’ouvrit soudain avec fracas et un jeune homme à bout de souffle fit irruption dans le café. Il fallut quelques instants à l’homme des forces de l’ordre pour le reconnaître. Il s’agissait de Kieran, un des étudiants qui finançait partiellement ses études en bossant deux soirs par semaine et les weekends au Croco. Il avait vraiment l’air dans tous ses états.
    – Est-ce que l’un d’entre vous a vu Riagan ?
    Une chappe de plomb sembla tomber sur l’assemblée désormais restreinte. Kieran était l’étudiant lambda par excellence, mais aussi et indéniablement totalement humain. Son petit frère, lui, était une chimère, un gamin qui aimait bien venir au Croco-Deal avec son frangin. Même Jethro appréciait ce gosse. Tiago fit asseoir le jeune homme éprouvé sur un tabouret pendant que Harley allait lui chercher un verre d’eau. Le patron alla verrouiller la porte une fois que les derniers clients furent sortis, il était passé à deux doigts de devoir les faire partir de force : l’arrivée fracassante de l’étudiant avait attiré tous les regards. Ils n’étaient désormais plus que quatre dans la salle désertée, un verre de whisky avait remplacé le verre d’eau entre les mains du plus jeune. Les trois adultes savaient à quel point le jeune homme – à peine sorti de l’adolescence – était proche de son petit frère : il n’y avait qu’à voir sa manière de le couver. Ce fut finalement Jethro qui rompit le silence.
    – Qu’est-ce qu’il s’est passé ?
    Il ne lui demanda pas si Riagan avait pu fuguer. Ce n’était pas du tout le genre du gamin. Bordel, Jethro n’avait jamais vu une famille aussi soudée que celle des Foley !
    – Il avait un match de basket après les cours. Il devait rentrer juste après avec un de ses copains ou m’appeler pour que j’aille le chercher, avec la voiture de maman.
    Il se tordait les mains un air coupable sur le visage. D’ordinaire, il guettait les messages de son cadet., mais ce soir-là, égoïstement, il avait pensé qu’il se ferait ramener. Il avait fallu qu’il se passe quelque chose le soir ou il avait décidé de prendre un peu de temps pour lui, entre deux services et deux séances de révisions. Si Riagan n’était pas venu au Croco, alors la vérité s’imposait d’elle-même : le nom du garçon venait allonger une liste déjà bien trop fournie de disparitions suspects, sans parler du fait qu’il s’agissait d’un gamin de même pas quinze ans.
    

Texte publié par Capitaine Désastre, 9 avril 2018 à 19h38
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 3 « Le Croco-Deal » Tome 1, Chapitre 3
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1540 histoires publiées
709 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Chrissie
LeConteur.fr 2013-2020 © Tous droits réservés