Pourquoi vous inscrire ?
Les voleurs d'âme, Tome 1 : Les Profondeurs
icone Fiche icone Fils de discussion icone Lecture icone 0 commentaire 0
«
»
Tome 1, Chapitre 7 « La Grande ville : Révolution (Partie I) » Tome 1, Chapitre 7

Les révolutions sont faites pour le renversement du pouvoir et sans révolution, il y a soumission.

Dans la Grande Ville, les tensions politiques grimpaient de plus en plus. La question sur la sécurité militaire et la surveillance des citoyens était remise en cause. Le peuple plaidait pour un changement radical. L’Assemblée des Architectes remédiait actuellement par de nouvelles lois.

A l’intérieur d’un amphithéâtre avec plusieurs sièges bleus, les Architectes se consultaient. Le président de l’Assemblée était présent pour l’occasion. Il était debout derrière un pupitre et observait les hommes de lois. Il entama un discours pour la séance de vote :

- Chers Architectes, comme vous le savez, nous remettons en cause la sécurité de cette ville. Personne n’est plus à l’abri et malgré les lourds moyens employés par nos institutions, des failles se sont accumulées. Nous procédons aujourd’hui à un vote de deux nouvelles lois.

Premièrement, la loi pour plus de contrôle des citoyens et si nécessaire, des fouilles dans les habitations.

Deuxièmement, le déploiement de plus d’unités dans chaque recoin de rue.

C’est à vous seul maintenant d’en décider et de réfléchir avec la plus grande conscience.

Des mains se levèrent en faveur pour l’entrée en vigueur alors que d’autres ne réagissaient pas et contestaient fortement ces mesures.

Après deux heures de vote et de contre-arguments, les deux lois furent votées à l’unanimité et le lendemain, elles entraient en vigueur.

*

Gérard se cramponnait à son fauteuil et resté sans communication, il s’inquiétait pour son ami et les choses ne s’arrangeaient pas avec la politique. Il avait une idée toute placée que en politique, il y avait trois sortes d’hommes, les comploteurs, les utopistes et enfin les tyrans. Il se détendit en prenant du repos pour une fois. Pourtant un bruit le tira de sa torpeur.

Il traversa le salon jusqu’à son balcon. Il s’appuya sur la rambarde et il guetta la foule qui se rassemblait et levait les bras tout en criant.

Dans l’agitation, des protestations fusèrent :

- Mensonges ! Le Magistrat nous cache des choses !

- Nous ne sommes pas des moins que rien !

- Ne laissons pas des lois injustes nous dicter nos droits !

Des gardes étaient postés pour éviter tout débordement et calmer la colère des citoyens. Un officier vînt à leur rencontre et s’exclama :

- Du calme ! N’en venons pas aux armes chers citoyens et discutons des divergences qui rongent votre cœur.

Un gros homme chauve s’emporta :

- On n’en a plus assez que vos paroles ! Votre Magistrat se terre actuellement dans sa tour et se contrefiche de nos problèmes !

Les autres hommes et femmes derrière lui acquiescèrent ensemble. Chacun tenait une arme et n’attendrait pas pour s’en servir.

L’officier continua :

- Arrêtez immédia….

La foule couru et saccagea tout sur son passage. Les gardes tentèrent en vain de bloquer l’immense masse oppressante.

Gérard fût stupéfait par la scène et devait agir dans l’urgence. Il songea « Que faisait le Magistrat actuellement ? «.

Il sortit de sa demeure et contourna les maisons en prenant une ruelle plus sécurisée. Les débordements s’étaient pour l’instant concentrés dans le centre de la ville.

*

Dans la salle du trône, le Magistrat se tenait inquiet et attendait un répit pour agir. Lorsqu’un garde accouru dans le palais et s’agenouilla. Il avertit :

- Grand Magistrat ! La situation est catastrophique dehors ! Nos hommes sont débordés et les citoyens tentent de détruire les fondations importantes.

Le Magistrat soupira et leva la main droite :

- Prévoyez plus d’homme du côté nord de la ville et contactez immédiatement le conseiller pour une réunion d’urgence !

Le garde répondit :

- Entendu Magistrat !

Il s’inclina et se retira rapidement.

*

Le feu se propageait rapidement et brûlait les habitations alentours. Des maisons tombèrent en lambeaux à cause de l’incendie. Les gardes se servaient de leur bouclier pour parer les assauts des habitants, disposant d’un arsenal complet et d’une armure forgé solidement. Leurs ordres étaient de ne tuer personne.

D’autres gardes accoururent de tous les côtés en renforts. Certains blessés étaient à déplorer alors que la foule continua à lancer des projectiles ou faucher les gardes avec leurs armes. Malgré la solidité de leurs armures, ils prirent quelques dégâts et parfois s’étourdirent à cause d’un choc.

Heureusement que la ville technologique disposa d’un système de sécurité hors pair pour l’occasion. Des barrières invisibles bloquèrent certains accès de la ville alors que en même temps des caméras pivotèrent en quadrillant la zone et observer ou apporter de l’aide. Il fallait remercier les ingénieurs qui avaient élaboré ces systèmes. Cette ville pouvait se munir d’un bouclier qui la recouvrait entièrement en cas de guerre.

*

Gérard se pressa de rejoindre le palais à pied tout en évitant les moindres embuches. Il grimpa un escalier circulaire et entra à travers une double porte en acier.

Le Magistrat vît le conseiller et s’exclama :

- Gérard ! Cela fait longtemps que nous vous attendons.

Gérard s’inclina et se justifia :

- Pardonnez-moi pour ce retard impromptu Magistrat. Tout ce vacarme à l’extérieur ne m’est pas familier.

Un autre homme entra et s’exprima :

- Je vois que tout le monde est présent. Nous pouvons évoquer à présent les problèmes actuels.

Gérard dubitatif, s’interrogea :

- Je me demande quand préparaient-ils cette révolution et qui a bien pu les encourager ?

Le Magistrat croisait les bras et réfléchit :

- Réflexion intéressante cher conseiller. Un homme extérieur peut être voir un traître parmi nos rangs s’est immiscé et à tout organiser.

Gérard continua :

- Le point positif est pour l’instant que, nous n’avons plus revu l’un de ces assassins et Edward mène actuellement mène son enquête dans l’autre monde.

Le Magistrat conclut :

- Trouvons une solution dans les meilleurs délais avant que cela ne dégénère encore plus.

Gérard exposa une alternative :

- J’ai une merveilleuse idée mais j’ai bien peur qu’elle ne vous déplaise Magistrat.

L’homme inconnu qui était resté silencieux, s’immisça dans la réunion :

- Vous n’envisagez pas tout de même convaincre toute une foule incontrôlée ?

Gérard opina :

- Hélas je m’en vois dans l’obligation de le faire. A moins que vous avez une meilleure proposition ?

L’homme regarda dans le vide et ne dit pas un mot.

Le Magistrat se tourna vers Gérard et l’avertit :

- Je ne doute pas de vos compétences conseiller mais êtes-vous sûr que cela aboutira à un arrangement ?

Gérard le rassura :

- Je ne suis pas en meilleure position pour vous le dire mais il y a bien un essai à chaque grande épreuve.

Le Magistrat soupira et acquiesça :

- Je prévoirais des gardes pour vous escorter. Prenez garde à vous et je souhaite la réussite de cette issue.


Texte publié par Clyx, 25 mars 2018 à 14h17
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 7 « La Grande ville : Révolution (Partie I) » Tome 1, Chapitre 7
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
2173 histoires publiées
959 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Wtra
LeConteur.fr 2013-2022 © Tous droits réservés