Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 14 Tome 1, Chapitre 14
Jeudi matin
    
    Luna s’était levée du bon pied, elle souriait, déjà impatiente d’être à demain. Elle se prépara donc, se mettant un short en jean avec un débardeur violet et ses Vans beiges. Son bras allait de mieux en mieux, tellement mieux qu’elle n’avait plus besoin de sa mère pour se doucher ou même s’habiller. Elle prit son petit déjeuner avec ses parents. Vu que ce soir, Marie travaille, Georges et Luna allaient commander une pizza. La jeune Queen prit son sac et mit son foulard en sentant son ventre chauffer doucement, signe que son imprégné arrivait.
    - Bonne journée M’man, bonne journée P’pa !
    - Bonne journée ma fille !
    
    La jeune fille sortit de la maison et se précipita vers la voiture d’Embry. Il avait l’air fatigué, vu que la veille il avait patrouillé avec Jared, mais quand il regarda Luna, si joyeuse, c’était comme si sa fatigue s’était envolée. Encore un effet de l’imprégnation. Le loup imprégné pouvait être d’une humeur massacrante ou fatigué, dès qu’il voyait son imprégnée, surtout si elle était joyeuse, le loup changeait du tout au tout.
    
    Quelques minutes après, ils arrivèrent au lycée où leurs amis les attendaient. Luna vit que Jared était dans le même état qu’Embry, fatigué mais près de Kim, sa fatigue s’envolait presque complètement, malgré les cernes sous ses yeux. Embry, après être sorti de la voiture et avoir rejoint Luna, la prit dans ses bras et l’embrassa presque furieusement.
    - Oh ! Les langues dans les bouches s’il vous plaît, je vous ai déjà dit ! s’écria Paul.
    - Paul, on ne s’est pas vus depuis hier après-midi et on n’a pas pu se dire bonjour ce matin, lui répliqua Luna, devançant son petit ami qui lui souriait doucement.
    - Enfin bref, les filles, comment c’était la danse ? demanda Quil.
    - Bien, répondit timidement Kim.
    - On s’est fait une copine d’ailleurs, dit Luna.
    - Qui ça ? demanda Quil.
    - Mélody, elle est dans notre classe. Je lui ai proposé de manger avec nous à midi. J’espère que ça ne vous dérange pas, reprit Luna avec un sourire.
    - Bien sûr que non ma chérie, dit Embry en lui caressant les cheveux tendrement.
    
    Quelques minutes plus tard, ils entrèrent dans le lycée et allèrent vers leurs cours respectifs. Luna, Quil et Embry allèrent dans les vestiaires vu qu’ils avaient cours de sport.
    
    
    PDV Luna
    
    Je rentre dans les vestiaires pour poser mon sac et je retrouve Mélody qui se changeait, le visage un peu fatigué.
    - Coucou Mély ! je lui dis joyeusement.
    Elle sursaute et me regarde. Elle a l’air d’avoir un peu la tête dans le cul.
    - Oh ! Luna ! Bonjour, tu m’as l’air en forme dis-moi ! elle me dit avec un sourire.
    - Eh oui Mély… Je ne sais pas trop pourquoi mais je pète la forme. En plus, demain c’est vendredi et je sens que demain, je pourrais enfin me servir de mon bras.
    - Ah… C’est super… Mély ??
    - Oui. Je me suis dit que ça t’allait bien. Pourquoi ? Tu n’aimes pas ?
    - Si si. C’est juste que ça m’a surprise. Kim n’a pas de surnom…
    - J’aime bien donner des surnoms mignons aux personnes que j’apprécie. Mais Kim n’aime pas son prénom complet et si un jour tu l’appelles Kimmy, prépare-toi à te prendre un coup de pied dans le cul ! Crois-moi… J’en ai fait l’expérience cet été.
    Mélody rigola en imaginant la scène. La gentille et douce Kim qui met un coup de pied dans les fesses de quelqu’un serait vraiment une scène étonnante. Mais, je sais de quoi je parle. J’ai eu un short blanc qui a eu la trace de la chaussure de ma meilleure amie imprimée sur la fesse droite. J’ai dû mettre le short à laver deux fois pour enlever la trace de boue.
    - On va dans le gymnase… me dit Mélody.
    - OK. Au fait, tu es invitée à manger avec nous à midi.
    - D’accord. Mais…
    - Mais rien du tout. Je te dis que les gars sont d’accord. En plus, ça va pouvoir faire un peu baisser la testostérone avec une troisième fille, je réponds avec un nouveau sourire.
    - Pourquoi tu ne manges pas toute seule le gnome ? De toute façon, personne ne s’en rendra compte, réplique Mallory alors qu’elle passait à côté de moi en entrant dans le gymnase.
    
    Presque tous les élèves de la classe étaient déjà arrivés. Je vois Quil et Embry se tournèrent vers nous en entendant Mallory parler méchamment à quelqu’un. Ils se rendirent compte qu’elle parlait de moi et Quil dût retenir Embry par le bras. Celui-ci tremblait et ses yeux lançaient des éclairs à son ex qui souriait d’un air méchant. Je croise les yeux de mon imprégné.
    * Réplique bon sang Luna ! *
    * Elle n’en vaut pas la peine. *
    * Si tu ne le fais pas, elle va continuer. Tu ne veux pas revivre ce qui s’est passé avec Coralie ! *

    Notre conversation n’avait duré qu’une seconde et j’allais répliquer quand…
    - Luna est peut-être un peu plus petite que toi mais au moins elle a cœur plus grand que ta garde-robe de pétasse !
    Je sursaute et me tourne vers la personne qui a parlé. Mélody, car c’était elle, regardait Mallory le visage un peu rouge. Je vois que Mallory, ainsi que les autres élèves la regardent, le visage effaré et la bouche ouverte de surprise.
    
    - Quoi ? Mélody, tu oses me parler comme ça ? A moi ?
    - Oui pourquoi ? Il était temps non ?
    - Tu es ma cousine, tu me dois du respect.
    J’hoquète de surprise. Mallory et Mélody, cousines ??? Je suis sur le cul.
    - Je ne te dois rien du tout. Encore moins quand tu manques de respect envers mon amie.
    - Mais elle…
    - Elle… Rien du tout.
    - Tu te rends compte qu’elle ose sortir avec mon Embry ?
    - Tout d’abord, il n’est plus Ton Embry. Tu l’as trompé. Il est passé à autre chose et heureusement pour lui. Ensuite, il est heureux et amoureux. C’est le plus important. En plus, Luna est très gentille, elle aime rigoler comme être sérieuse et surtout elle va lui être fidèle le temps de leur relation.
    - Mais…
    - Arrête Mallory. C’est toi qui a tout gâché avec lui. Ne rejette pas la faute sur Luna alors que c’est fini avec Embry depuis avril dernier. Et ne viens pas pleurer ou même tenter de les séparer. De toute façon, il me semble que tu sors déjà avec un gars de Forks, Mark. Qu’est-ce qu’il dirait s’il savait que tu essaies de récupérer ton ex qui est déjà casé ?
    Le silence se fit dans le gymnase. Je regarde Mélody et lui fais un sourire de remerciement. Je jette un œil à Embry et Quil qui regardent ma nouvelle amie officielle avec un sourire. Le cours commença.
    
    Fin PDV Luna
    
    
    Vendredi 13 heures
    
    Embry et Luna venaient de quitter le secrétariat du lycée pour les informer qu’ils devaient aller à l’hôpital pour faire vérifier le bras de la jeune fille. Ils se dirigent alors vers la voiture du loup et partent dans le parking de l’hôpital de Forks. Ils vont devant le bureau de la secrétaire du docteur Cullen. La secrétaire est une femme d’environ trente ans avec une blouse blanche et ses cheveux blonds sont attachés en chignon serré.
    - Bonjour, je suis Luna Queen et j’ai rendez-vous avec le docteur Cullen.
    - Bonjour. Mais, il est 13 h 30 et vous avez rendez-vous à 14 heures. Pour l’instant, il est au service des urgences, il arrivera dans vingt minutes.
    - Pas de problème. Nous attendrons, dit Embry.
    - Euh… Vous êtes ?
    - Son petit-ami, les parents de Luna travaillent donc je l’accompagne.
    - D’accord.
    - Par contre, serait-ce possible que nous ayons un mot chacun pour le lycée puisque nous avions un cours cet après-midi ? demanda Luna poliment.
    - Bien sûr. Installez-vous. Je vous les prépare et je vous les passerais.
    
    Le couple acquiesça et partit s’assoir sur un des bancs. Embry entoura de son bras les épaules de la jeune fille et lui chuchota à l’oreille :
    - Tu as fait ton sac pour cette nuit ?
    - Je l’ai fait mais il faudra repasser chez moi pour le récupérer et j’aimerais me changer.
    - Pas de souci. Alors ta première semaine ?
    - Assez fatigante. Mais je pense que c’est à cause du bras. Sinon, ça a été dans l’ensemble.
    
    Quelques minutes plus tard, Embry se redressa en fronçant le nez. Carlisle devait sûrement arriver. En effet, quelques secondes plus tard, il entra dans la salle.
    - Bonjour Luna, Embry. Suivez-moi.
    Ils entrèrent tous les trois dans le cabinet du vampire, Luna alla s’installer sur la table d’auscultation. Le blond commença alors son examen du bras de la jeune fille.
    - Eh bien. Ton bras va beaucoup mieux. Tu vas pouvoir enfin te débarrasser de ton foulard et retrouver une vie normale.
    - Je vais pouvoir redanser ?
    - Oui, mais ne force pas encore trop. Tu pourras l’utiliser pleinement à partir de vendredi prochain.
    - D’accord. Merci docteur Cullen.
    - Appelle-moi Carlisle.
    Ils se dirigèrent vers le bureau du médecin où Embry était toujours assis.
    
    Carlisle semblait vouloir parler, mais était hésitant.
    - Hum… Luna, je voudrais te demander quelque chose…
    - Carlisle, que voulez-vous de ma petite-amie ? grogna Embry.
    - Je voudrais juste savoir quelque chose. Luna, est-ce que tu as parlé à quelqu’un de ce qui t’est arrivé à l’école ?
    - Un psy, vous voulez dire ?
    - Oui.
    - Non et je ne le veux pas. Avoir quelqu’un qui essaye de disséquer mon esprit pour qu’il me dise que je suis folle et que je dois prendre des antidépresseurs, non merci, répondit Luna sur un ton froid.
    Embry la regarda, semblant surpris par le ton qu’elle avait employé. Carlisle, lui, hocha la tête en regardant la jeune fille dans les yeux. Il semblait chercher quelque chose dans ses yeux, chercher un indice sur quelque chose en particulier.
    - Pourquoi vous me regardez comme ça Carlisle ? reprit Luna acide.
    Cette fois, Embry sursauta toujours étonné.
    - Je dois avouer que jeudi dernier, il y a quelque chose que Jared a raconté sur ton échange avec la vampire qui vous a attaqué qui me fait réfléchir.
    - Qu’est-ce qui vous a interpelé plus qu’autre chose sur ce qui s’est passé ? demanda la jeune fille sur la défensive.
    - Apparemment, tu lui aurais dit que tu avais vécu une chose bien pire que ce qui t’était arrivé à l’école. Une chose qui t’a détruite plus que tout autre. Je dois avouer que je suis curieux et je voudrais savoir ce qui t’est arrivé.
    
    Luna se redressa en inspirant fortement, essayant de se contrôler. Elle répliqua alors d’une voix en colère, mais juste assez bas pour que seules les personnes dans le cabinet puissent l’entendre.
    - Ce n’est absolument pas votre problème Carlisle. Vous n’êtes là que pour vérifier que mon bras va bien, ce qui est le cas. Même si c’est une de vos congénères qui me l’a brisé. Donc, pardonnez-moi de vous demander de vous occuper de vos oignons. Comme par exemple de vous occuper du mariage de votre fils avec une humaine idiote et égoïste qui souhaite se transformer en suceur de sang. Sur ce, merci pour mon bras. Mon passé ne regarde que moi et ceux à qui je déciderais un jour de révéler ce passé. Ce n’est pas à vous de me forcer la main comme si vous aviez votre mot à dire. Vous n’êtes vraiment pas fiable comme médecin-vampire. En tout cas, pour la psychologie, faudra repasser l’examen. Ce n’est en aucun cas une bonne façon de procéder pour avoir des informations personnelles. Je pense que nous en avons terminé. Bonne fin de journée. Embry, on y va…
    Luna se leva de la chaise, jeta son foulard au fond de son sac et sortit précipitamment du cabinet.
    
    
    PDV Embry
    
    Luna vient de sortir du cabinet de Carlisle et je reste figé sur mon siège.
    - Euh…
    - Embry, je suis désolé d’avoir été trop curieux avec ton imprégnée.
    - Carlisle, je… je ne comprends pas trop pourquoi vous avez voulu savoir quelque chose sur son passé…
    - Je pense que ce qu’elle a vécu l’a traumatisé et que c’est très grave.
    - Ca n’explique pas pourquoi vous voulez savoir ça d’elle.
    - Je sens qu’elle fait partie de quelque chose de très gros, elle a un don particulier que je ne saurais expliquer. Je sens qu’elle sait des choses que même vous vous ignorez. Mais, ce qu’elle a vécu l’empêche d’avancer complètement et l’empêche également d’être à son potentiel maximal.
    Je ne sais pas quoi répondre à ses paroles.
    - Vous savez qu’elle communique avec les esprits, Carlisle. En effet, elle a également le don de nous avoir encore plus unis entre nous. Elle fait un peu la passerelle entre nous et les filles. Elle a également aidé Leah, ce qui n’est pas une chose facile.
    - En effet. Mais, ce qu’elle a vécu dépasse complètement ses problèmes avec cette… Coralie.
    Je grogne mais le laisse continuer.
    - Ca va au-delà de ce qui lui est arrivé à l’école, les humiliations, tout ça. C’est quelque chose de traumatisant. Je sais qu’elle veut t’en parler. Peut-être pas tout de suite, mais elle va parler. Rejoins-la.
    - Au revoir Carlisle.
    Je sors du bureau et retrouve Luna qui avait déjà commencé à marcher vers l’ascenseur. Je vis alors qu’elle avait un regard absent mais noir de colère, des larmes au coin de ses jolis yeux, la respiration saccadée et le cœur qui battait assez vite. Le trajet jusqu’à chez elle se fit dans le plus grand silence.
    
    Fin PDV Embry
    
    
    Vendredi 15 heures
    PDV Luna
    
    Je n’arrive pas à me calmer. Carlisle n’a pas le droit de me poser ce genre de question. Personne de la meute ne m’a posé ce genre de question alors qu’ils sont mes amis, ma famille. Pourtant, je sais très bien qu’ils se posent tous des questions depuis l’attaque de Coralie sur ce que je lui avais dit. Mais, ils savaient que ça ne servirait à rien d’essayer de savoir. Ils avaient décidé de me laisser venir leur parler de ce que j’avais vécu. On vient juste d’arriver à la maison, mon sac étant dans ma chambre, je dis à Embry, qui n’avait toujours pas ouvert la bouche :
    - Embry, je dois aller me changer. Installe-toi devant la télévision si tu veux. Je vais aller me prendre une bonne douche, cette odeur d’hôpital mélangée à celle du vampire est très désagréable. Par contre, j’ai besoin de me calmer alors je vais me mettre de la musique dans la salle de bain. Si tu as faim, il y a quelques muffins dans la cuisine. Je reviens dans pas longtemps.
    
    Il acquiesce. Je vais prendre mes habits dans ma chambre, un pantalon cargo noir, un tee-shirt bleu ciel et mes Converses noires et vais dans la salle de bain. Je mets dans la chaine hifi de la salle d’eau l’album Comalies de Lacuna Coil. Je rentre dans la douche et commence à me doucher en entendant la musique à travers l’eau chaude qui descend le long de mon corps. Je chante à tue-tête les paroles de la chanson Swamped, à travers les larmes qui coulent sur mes joues en même temps que mes souvenirs remontent. Je sais qu’Embry m’entend sûrement chanter et peut-être pleurer, mais j’en ai besoin.
    
    When you're taught through feelings
    Quand on t'apprend à travers des sentiments
    
    Destiny flying high above
    Le destin volant haut au dessus
    All I know is that you can realize it
    Tout ce que je sais c'est que tu peux l'accomplir
    
    Destiny who cares
    Le destin qui s'inquiète
    As it turns around
    Comme il tourne autour
    And I know that it descends down on me
    Et je sais qu'il descend en moi
    
    It's just another day
    C'est juste un autre jour
    The shame is gone
    La honte est partie
    Hard to believe
    Dur à croire
    That I've let it go

    Que je l'ai laissée disparaître
    
    Destiny can't replace my life
    Le destin ne peut remplacer ma vie
    Scary shadows of my past
    Les ombres effrayantes de mon passé
    Are alive
    Sont vivantes
    
    Destiny who cares
    Le destin qui s'inquiète
    As it turns around
    Comme il tourne autour
    And I know that it descends
    Et je sais qu'il descend
    With a smile
    Avec un sourire
    
    It's just another day
    C'est juste un autre jour
    The shame is gone
    La honte est partie
    It's hard to believe
    Il est dur à croire
    That I've let it go away
    Que je l'ai laissée s'enfuir
    
    It's just a melody
    C'est juste une mélodie
    It bleeds in me
    Elle saigne en moi
    Hard to believe
    Dur à croire
    That I've let it go
    Que je l'ai laisser disparaître
    
    When you're taught through feelings
    Quand on t'apprend par des sentiments
    
    It's just another day
    C'est juste un autre jour
    The shame is gone
    La honte est partie
    It's hard to believe
    Il est dur à croire
    That I've let it go away
    Que je l'ai laissée s'enfuir
    
    It's just a melody
    C'est juste une mélodie
    It bleeds in me
    Elle saigne en moi
    Hard to believe
    Dur à croire
    That I've let it go
    Que je l'ai laissé disparaître

    
    Je me suis arrêtée de pleurer et de chanter. J’ai terminé de me doucher, je me sèche et m’habille. Je m’attache les cheveux en un chignon lâche. Je pense que je vais aider un peu Emily à préparer le repas pour le feu de camps de ce soir. Je me brosse les dents, me mets une goutte d’ambre, éteint la musique et sors de la salle de bain. Je vais dans ma chambre pour récupérer mon sac pour cette nuit et y met mon MP3 et mon parfum. Je me sens un peu mieux et je rejoins Embry dans le salon. Il est toujours sur le canapé mais est assez tendu. Je vais prendre ma veste en cuir sur le porte-manteau.
    - C’est bon, je suis prête mon cœur. Désolée. J’avais besoin de me calmer.
    - Pas de souci ma chérie.
    Il hésite un peu mais me prend quand même dans ses bras, je sens sa chaleur contre moi et j’inspire fortement. Je me sens tellement mieux. J’aurais dû aller dans ses bras avant. Je me calme presque instantanément dans ce cocon de douceur et d’amour. Il est toujours assis sur le canapé mais étant vraiment grand, sa tête m’arrive au cou. Je me détache légèrement de lui et l’embrasse fougueusement. Il semble surpris mais répond à mon baiser. Quelques minutes plus tard, le baiser s’arrête et Embry est essoufflé, il me dit d’une voix rauque :
    - Luna… Tu oublies le défi ?
    - Non, mais je voulais t’embrasser.
    - D’accord. Ma chérie, je… je sais que tu as eu des problèmes avant de me connaître mais après ta réaction face à Carlisle et la chanson que tu as chanté dans la salle de bain, je… Enfin, je sais que tu ne veux pas encore m’en parler mais, je sais que tu as beaucoup souffert… Jusqu’à quel point, je l’ignore mais sache que je suis là pour toi… Les autres aussi…
    - Je sais mon cœur. Mais, tu sais, ce n’est pas une question de confiance, c’est juste que… c’est trop… intime et personnel… Je me suis rendue compte il y a peu de la gravité de ce que j’ai…
    Je me coupais toute seule dans ma tirade et me plaquais la main sur ma bouche. J’avais trop parlé. C’est à cause de cette foutue imprégnation. L’honnêteté vient toute seule et là, j’en fais les frais.
    
    Fin PDV Luna
    
    
    PDV Embry
    
    Je reste là, figé face à Luna qui a la main sur sa bouche et je vois ses yeux s’écarquiller de stupeur. Les informations montent à mon cerveau qui tourne à plein régime. C’est trop intime et personnel et grave… Je me raclais la gorge soudainement très sèche. Elle se lève et s’éloigne de moi mais je l’attrape par le poignet pour qu’elle se tourne vers moi. Je vois qu’elle pleure, elle halète et son cœur bat trop vite.
    - Luna, ma chérie. Est-ce que tu… tu as…
    Je n’arrive pas à prononcer ces mots qui me font mal à la poitrine.
    - Pas ici Embry. Ma mère va rentrer bientôt et…
    - On y va.
    
    On récupère ses affaires et on va dans la voiture. Je conduis sans réfléchir vers la plage où à cette heure-ci, personne n’est dans les parages. On va dans notre coin et je vois Luna qui regarde les vagues se déchaîner sur les graviers. Elle reste silencieuse et je décide de parler, ma voix est chargée d’émotions.
    - Luna, ma chérie. Est-ce que tu as subi un… viol ?
    Elle ne répond pas, tourne son visage ravagé par les larmes vers moi et acquiesce doucement. Elle se racle la gorge et j’attends qu’elle parle.
    - Non… Enfin… Pour la loi, c’est considéré comme un viol. Elle a chuchoté.
    - Comment ? Qui ? Quand ? Pourquoi ?
    J’ai eu voix rauque. Quelqu’un a fait CA à mon imprégnée, mon âme-sœur. Il l’a salie.
    - L’année de mes douze ans, quelques semaines après le décès de ma grand-mère. C’était le copain d’une de mes cousines, il avait dix-huit ans.
    - Douze ans ? Mais, tu étais vraiment jeune…
    Je suis sidéré. Ma douce Luna a été violée à douze ans. Je comprends mieux pourquoi elle disait à Coralie que ce n’était pas ses problèmes à l’école qui l’avait détruite complètement.
    - Embry, je sais que c’est un choc pour toi… Mais, personne n’est au courant. Mes parents l’ignorent et je ne veux pas qu’ils sachent. Tu es la première personne à qui je le dis.
    
    Elle s’installe un peu plus confortablement contre le tronc d’arbre où nous avons l’habitude d’aller et inspire fortement. Je sens qu’elle va tout me révéler, elle tremble et je lui tiens la main pour l’encourager. Elle commence alors à parler, les larmes aux yeux.
    - Nous étions à l’anniversaire d’une de mes tantes, Isabelle. C’était quelques semaines après le décès de ma grand-mère, mais cette soirée était prévue depuis des mois et toute la famille et les amis étaient là. Isabelle et son mari avaient loué une petite salle des fêtes dans un village pas loin de Nice. Ceux qui avaient aidé à tout préparer pour la soirée avaient accès aux cuisines et aux toilettes privées et j’en faisais partie. Toutes mes cousines étaient présentes et l’une d’elles, Amélie qui avait dix-sept ans était venue avec son copain Cédric, dix-huit ans. C’était vraiment une super soirée. A un moment, je suis partie vers les cuisines pour aller aux toilettes privées mais j’ai oublié de fermer à clef.
    Je sentais que ça allait être le moment fatidique. Mais, Luna était dans son souvenir et m’envoya sans le vouloir et sûrement sans en avoir conscience les images de ce souvenir. Je voyais donc ma Luna à douze ans dans une jolie petite robe noire avec des volants roses, ses cheveux attachés en demie queue par un nœud rose entrer dans les toilettes. Je redoutais ce que j’allais voir et essayais de me concentrer sur ses paroles plutôt que sur les images qu’elle m’envoyait.
    - La pire erreur de toute ma vie. La porte s’est ouverte sur Cédric, ivre. Il m’a regardé de haut en bas et il… m’a pénétrée d’un doigt alors que j’essayais de me défendre. La douleur était horrible et je ne comprenais pas ce qui se passait. J’ai tellement eu peur… A un moment, il a été distrait par je ne sais plus quoi, j’ai réussi, je ne sais pas trop comment à lui donner un coup de pied dans l’estomac, ce qui fait qu’il s’est écarté de moi. J’ai couru comme j’ai pu jusqu’aux autres toilettes de l’autre côté de la salle de la fête. Personne n’a remarqué quoique ce soit. Mais, le pire c’est qu’il ne se souvenait de rien du tout. Il a fait un coma éthylique et quelques mois plus tard, Amélie a rompu avec lui car il la battait. Quant à moi, j’avais enfoui ce souvenir pendant un peu plus de six mois. Puis, je m’en suis souvenu par bribes et je pensais simplement qu’il avait tenté de me violer. J’ai cru cela jusqu’à mes quinze ans. Une nuit, j’ai fait un horrible cauchemar qui était en réalité un souvenir. J’ai cherché sur internet des informations sur le viol. Ce jour-là, j’ai vu que s’il y avait eu une pénétration quelle qu’elle soit, l’agression était considérée comme un viol pur et simple. J’ai cru que le ciel m’était tombé sur la tête. J’ai carrément fait une crise de panique et j’ai essayé de me… défénestrer. Une voisine qui était chez mes parents pour boire un café m’a empêché de le faire sans me poser de questions et ne l’a jamais dit à mes parents.
    
    Son récit terminé, je la regardais qui pleurait de tout son soûl et je me rends compte que je pleure aussi. J’avais essayé de me concentrer uniquement sur ses paroles mais les flots d’images m’étaient apparues, comme des lames dans mon cœur.
    - Ma chérie… Je suis tellement… Oh Luna… Je ne sais pas quoi te dire… Mais, pourquoi tes parents ne sont pas au courant ?
    - J’avais déjà des soucis à l’école et ils ne me croyaient pas à propos de ça. C’était… Ils pensaient que je racontais des histoires pour me rendre intéressantes. Comment ils auraient pu me croire sur quelque chose d’aussi intime et important ?
    Je contracte la mâchoire mais j’essayais de me retenir d’aller voir mes beaux-parents pour les insulter de tous les noms. Je repensais alors à nos moments intimes et au pari.
    - Luna, si tu veux arrêter notre pari, je comprendrais très bien…
    - Non, Embry. Pourquoi ?
    - Je ne veux pas te rappeler ce mauvais souvenir et je ne veux te forcer à rien du tout. J’attendrais le temps qu’il faut pour que…
    
    Luna pose son doigt sur mes lèvres et je me tais. Sa peau est tellement douce. Ma Luna est si douce, si innocente, la gentillesse et la pureté. Comment ce salopard a pu la souiller de la sorte ?
    - Embry. On va y aller en douceur. Pour moi, ce qui m’est arrivé ne change rien à ce que je ressens pour toi ni à mon désir pour toi. Pour moi et à tous les niveaux, tu seras toujours le premier pour tout. Tu seras le premier à me toucher. Il est vrai que par exemple dans une salle de bain, je ne pense pas que je vais arriver à faire des câlins. Mais, je sais que tu ne me feras jamais de mal, ni quelque chose que je ne voudrais pas faire. Tu es mon imprégné, je suis à toi et tu es à moi. Je sais que si un jour, tu me touches à un endroit qui me mettra mal à l’aise, je te le dirais et que tu vas tout de suite arrêter et comprendre. Tu me respectes et tu m’aimes. C’est le plus important, qu’on s’aime, qu’on se respecte l’un l’autre et qu’on se fasse confiance. Je sais qu’il va te falloir un peu de temps pour te remettre de tout ça et je comprends tout à fait. Mais, s’il te plaît restes mon Embry. Celui dont je tombe encore plus amoureuse de jour en jour. Celui qui adore ma cuisine, celui qui aime m’écouter chanter quand il pense que je le sens pas, celui qui plaisante avec Quil, celui qui soutient Jacob de toutes les façons possibles. Le Embry qui me défend, celui qui aime m’embrasser jusqu’à en perdre le contrôle lui-même, celui qui a laissé son loup me toucher de la façon la plus passionnée qui soit, celui qui m’a lancé ce défi que je vais remporter en espérant que tu te donnes à fond. Celui qui me trouve magnifique alors que je ne porte pas forcément de tenue sexy, celui qui m’a dit je t’aime alors qu’on se disputait sous la pluie, celui qui se transforme en loup pour protéger la tribu, celui qui parfois se moque de moi parce que je suis frustrée en cours de maths parce que je suis nulle, celui qui aime me montrer qu’il est mortellement sexy en courant en short. Je t’aime et je veux que tu restes toi.
    
    Je la voyais avec un nouveau regard. Comme si je la voyais pour la première fois être elle-même. Un énorme poids semblait lui être enlevé. Elle semblait plus confiante, plus légère, soulagée de s’être mise à nue et en me révélant son plus douloureux souvenir. Je vois une nouvelle force en elle, elle allait aller de l’avant pour vivre sa vie pleinement à mes côtés. Je suis tellement fier d’elle, d’avoir eu autant de courage face à son passé plus que douloureux. Elle avait vécu l’enfer et s’en relevait de jour en jour. Ce petit bout de femme qui a déjà tant vécu et qui, pourtant semble se relever et renaître de ses cendres.
    - Tu es un phénix ma Luna.
    
    Fin PDV Embry
    
    
    PDV Luna
    
    - Tu es un phénix ma Luna.
    Je regarde Embry. Son regard sur moi semble avoir changé. Mais, heureusement, ce n’est pas un regard négatif. Ce n’est pas un regard de pitié ni même un regard qui pourrait faire penser qu’il allait être différent avec moi. Non. Il me regarde avec un sentiment de fierté, son regard semblait dire « Je te connais enfin TOI. Tu es toi, mais celle que tu es depuis toujours, celle qui a confiance en elle et qui le montre. » Son regard me dit exactement ce que je ressens en cet instant. Je me sens tellement mieux de lui avoir dit la vérité. Je suis toujours Luna la timide mais qui fait des efforts, nulle en maths, mais douée en danse, chant et cuisine. L’amie du groupe de Sam, la meilleure amie de Kim, la cousine de Jared et l’imprégnée d’Embry.
    
    - Mon amour. Tu es une jeune femme extraordinaire. Je t’aime tellement fort. Je… Je vais essayer de me montrer à la hauteur. Ce que tu m’as raconté sur ton passé ne changera jamais ce que je ressens pour toi mon amour. Au contraire, je suis sûr que mon amour s’est amplifié en sachant ce que tu as traversé. Tu es encore plus courageuse que je le pensais. Tellement courageuse. Tu te relèves et tu vas aller de l’avant. Je t’assure que je vais donner mon maximum pour ce pari. Je vais le gagner, tu vas voir. Maintenant, si on allait chez Sam et Emily ? Tu vas pouvoir cuisiner un peu, je sens que tu dois évacuer la pression et quoi de mieux pour toi que la cuisine ? Par contre, pendant ce temps, je vais aller courir. J’espère trouver quelques sangsues à démolir pour évacuer la colère que j’éprouve envers ce salop qui…
    - D’accord mon cœur. Par contre, je sais que tu ne vas pas pouvoir t’empêcher d’y penser et le montrer aux autres. Seulement, je ne veux pas en parler. C’est du passé. Je ne veux en aucun cas que ce qui m’est arrivé ne sorte de la meute et aucun membre du Conseil ne doit le savoir. Edward sera au courant et il va vouloir sûrement en parler à mes parents et je ne veux en aucun cas qu’ils soient au courant. Si par malheur, quelqu’un d’autre est au courant, je promets que la personne qui l’aura dit va avoir de mes nouvelles. Toute ma cuisine lui sera interdite, mais également toutes ses chances de procréer des petits louveteaux.
    Embry rigole légèrement face à mes menaces.
    - Ce exclue d’ores et déjà Leah.
    - Pas au niveau de ma cuisine mais de toute façon, je sais qu’elle ne dira rien.
    
    Fin PDV Luna
    
    
    Vendredi 16 h 30
    
    Embry et Luna revinrent à la voiture, main dans la main pour aller chez Sam et Emily, chacun dans leurs pensées. Quand ils arrivèrent, Sam et Emily étaient sur le canapé et regardaient la télévision, enlacés. A la vue de Luna et Embry, ils se levèrent en souriant pour se dire bonjour.
    - Alors petite Luna, tu peux enfin utiliser ton bras ? demanda Sam avec un sourire.
    - Oui. Alléluia !!!
    - C’est bien. Carlisle a bien travaillé alors ? demanda Emily.
    Le silence se fit et les traits de Luna se durcirent à l’entente du vampire, tandis que les traits d’Embry montraient de la colère, de la tristesse et de la frustration.
    - Il t’a fait du mal ? demanda Sam, soudain dur.
    - Ce n’est pas ça, grogna Luna.
    Embry trembla, embrassa Luna qui acquiesça et sortit en courant dans la forêt. Sam le suivit rapidement.
    
    Les deux jeunes femmes restèrent dans le salon maintenant silencieux. Emily regardait Luna qui elle regardait vers le jardin où les garçons avaient disparu quelques secondes auparavant.
    - Hum… Désolée Emily.
    - Mais, qu’est-ce qui s’est passé ?
    - On a des trucs à préparer dans la cuisine pour ce soir ?
    - Oui. Viens, allons-y.
    - Merci. J’ai besoin de cuisiner et en même temps je t’explique.
    
    
    PDV Embry
    
    Je sors sur le perron et je n’ai même pas le temps d’arriver dans le jardin que je suis déjà transformé. Je commence à courir à travers les arbres, la vitesse me fait du bien, ma colère, quoique toujours présente semble se dissiper. Je me suis retenu pendant presque deux heures pour me transformer alors j’accélère en grognant.
    * Embry ! Bon sang, qu’est-ce qui s’est passé ? * - demande Sam qui me suit à distance.
    * Ouai, gamin, pourquoi t’es aussi en colère ? * - intervient Leah qui est côté Nord.
    * Qu’est-ce qui s’est passé entre Luna et Carlisle ? * - Sam
    * Comment ça Carlisle ? * Leah
    Je leur fais passer les images de cet après-midi. Quand Carlisle a essayé de faire dire à Luna son secret, la colère de Luna, ses pleurs et son chant dans sa salle de bain que j’ai entendu et qui m’ont fait tellement mal à la poitrine que j’avais l’impression d’exploser face à sa détresse et sa tristesse, son secret plus que douloureux et nos déclarations respectives après ses explications. Je suis sur une falaise au Sud, devant la mer et je hurle à la mort. Sam n’était pas très loin mais me laissait seul dans mon coin pendant que lui-même semblait se remettre de mes révélations, Leah venait de briser un arbre sur lequel elle avait foncé. Elle était en colère.
    
    Quelques minutes plus tard, je sens que le reste de la meute, ayant sûrement entendu mon hurlement, nous avait rejoint. Je ne pensais pas avoir hurlé si fort.
    * Qu’est-ce qui se passe ? Embry ? * - Quil
    * Désolé. Je ne pensais pas avoir hurlé si fort. *
    * Crois-moi, même au lycée, certains ont entendu. *
- Seth
    * Kim a foncé chez Emily avec ma voiture en entendant ton hurlement. Elle a tout de suite pensé à Luna quand je lui ai dit que c’était toi. * - Jared
    * Pouvez-vous nous expliquer ? * - Paul
    Sam et Leah leur firent alors passer mes images et je revoyais mon visage quand je suis parti de chez Sam et Emily.
    * C’est sérieux ? * - Seth
    * Luna a été violée à douze ans ? C’est horrible ! * - dit Paul avec colère.
    * Ma cousine ne veut rien dire à ses parents ? * - Jared
    * Je pense qu’elle a raison de ne rien leur dire. * - Leah
    * Quoi ??? * - Sam
    * Tu as entendu la même chose que moi Sam. Ils ne l’ont pas cru quand elle avait des problèmes à l’école alors si pour une chose moins difficile ils ne l’ont pas cru, ils ne l’auraient jamais cru pour un truc comme ça. * - Leah
    * Je comprends mieux ce que Luna voulait dire à cette vampire quand elle les a attaqué elle et les filles. Quand elle lui a dit qu’elle avait vécu quelque chose qui l’a vraiment détruite plus que ce que cette garce lui avait fait. * - Quil
    
    * Peut-on m’expliquer c’est quoi cette histoire ? Les filles ont été attaquées par une vampire ? * - intervint la voix de Jacob.
    * JACOB ???? *
    Nous avions tous pensé en même temps. Et là, devant Leah, qui était toujours au Nord, on voit Jacob, sous sa forme de loup arriver.
    * Ouai. J’ai entendu Embry hurler à travers les pensées de Leah et je suis venu voir s’il y avait eu un gros problème. Je constate qu’il y a eu pas mal de grabuge depuis que je suis parti. * - Jacob
    * Tu reviens, mec ? * - Quil
    * Oui. Bella a fait son choix d’être avec cette sangsue et d’en devenir une. Et j’ai l’impression que l’une des nôtres a plus besoin de soutien que moi. Je vais mieux. * - Jacob
    * Merci frère. *
    * Vous pouvez m’expliquer toute l’histoire pour que je puisse être au courant ? *
- Jacob
    Chacun lui passa quelques moments clefs de la semaine passée depuis l’attaque des filles jusqu’à aujourd’hui. Il courait avec Leah à ses côtés pour nous rejoindre non loin de chez Sam et Emily.
    * Embry, désolé. J’aurais dû être là pour toi. J’ai été égoïste. * - Jacob
    * Ne t’inquiète pas. Tu avais autre chose en tête. *
    * Maintenant, je suis là. *
- Jacob
    
    Fin PDV Embry

Texte publié par Soso-Wolves, 3 janvier 2018 à 11h20
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 14 Tome 1, Chapitre 14
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1510 histoires publiées
701 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Nisa
LeConteur.fr 2013-2020 © Tous droits réservés