Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 9 Tome 1, Chapitre 9
PDV Embry
    
    Cela faisait deux heures que nous avions récupéré les filles suite à leur « accident ». Kim avait un bras cassé et quelques contusions. Claire, n’avait rien eu. Kim l’avait bien protégée et Quil lui en était vraiment reconnaissant. Rachel n’avait eu que quelques hématomes mais rien d’inquiétant. L’état d’Emily et Luna nous inquiétait. Emily avait reçu un énorme coup dans le dos, elle s’était apparemment pris une portière dans celui-ci. Ce qui avait valu un grognement de la part de Sam. Cependant, celle qui avait eu le plus de blessures était sans nul doute ma Luna. Elle avait son épaule droite de déboîtée, son poignet gauche cassé, ses lèvres étaient fendues, un hématome à l’arcade sourcilière et un gros hématome autour de la gorge, là où cette garce de Coralie la tenait pendant qu’elle la torturait. En plus, elle avait eu un léger traumatisme crânien. Nous étions tous à l’hôpital, dans une grande salle, chaque loup imprégné était près de son imprégnée, pendant que ceux qui ne l’étaient pas erraient de groupe en groupe. Luna ne s’était pas encore réveillée. Sam avait appelé les parents de Luna pour leur expliquer que les filles avaient eu un accident de voiture. Le père de Luna était à Seattle et Marie était partie de le chercher. Je n’avais pas prononcé une parole depuis que j’avais vu Luna s’effondrer suite à la mort de Coralie. Mon imprégnée respirait faiblement. Je lui tenais la main, lui caressais ses longs cheveux châtains. Je sentis une odeur âcre qui arrivait vers notre salle. Je me tendis à l’extrême, rapidement suivi par les autres loups. Je vis Carlisle Cullen entrer dans la salle.
    
    - Bonjour à tous, nous dit-il calmement.
    - Qu’est-ce que vous foutez là ? Je ne veux pas qu’il touche Luna, je grognais.
    - Embry, calme, intervint Sam avec autorité.
    - Je suis désolé Embry. Je sais que vous ne m’appréciez pas, mais je suis là car je suppose que cet accident n’était pas naturel. Je me trompe ?
    - Trois vampires les ont attaquées et ont provoqué leur accident, lui répondit Sam calmement.
    - Pourquoi provoquer un accident ? Ils devaient être affamés ou alors ils savaient qu’elles étaient vos imprégnées ?
    Seth et les autres me regardèrent d’un même mouvement. Sam répondit à Carlisle.
    - D’après ce qu’on a compris, une des vampires connaissait Luna, l’imprégnée d’Embry.
    - Je comprends pourquoi elle a été plus touchée que les autres. Elle côtoyait des vampires avant de venir à la Push ?
    - Non, elle l’a connue alors qu’elle était encore humaine.
    
    Sam avait répondu à Carlisle assez gêné. Toute la meute l’était également. Je me tournais vers eux et dit d’une voix pleine de colère et plutôt rauque.
    - Elle torturait ma Luna quand elles étaient à l’école en France. C’est à cause d’elle que ma Luna est devenue le bouc émissaire des élèves pendant presque cinq ans.
    Le silence se fit dans la salle, seule la respiration faible de Luna s’entendait. Carlisle me regarda et regarda mon imprégnée, un sourire compatissant se dessina sur son visage de marbre.
    - Je dois avouer que c’est… triste pour elle. Ton imprégnée est très courageuse, elle semble avoir besoin de soutien.
    - On la soutient tous, intervint Paul.
    - Elle est notre sœur, renchérit Quil.
    - Ma chère cousine, intervint Jared avec un sourire franc et doux.
    - On l’aime tous, reprit Leah.
    
    Cela me donna du baume au cœur de voir que Luna avait autant de soutien. Je me tournais alors vers Leah et Kim. Je voulais des explications.
    - Que s’est-il passé exactement ? Leah, Kim. Expliquez-nous. Je veux savoir.
    Les deux jeunes filles se regardèrent et Leah commença son récit.
    - Quand on allait partir de Port Angeles, j’ai senti un vampire. J’ai dit aux filles de monter dans la voiture et je suis allée voir d’où venait l’odeur. Mais, il n’y avait déjà plus rien. Donc, nous sommes parties, c’est Emily qui conduisait. Un peu avant d’arriver à la réserve, j’ai encore senti cette odeur. J’ai dit à Em’ de me laisser descendre et de foncer vers la réserve. Je savais que vous pouviez les protéger plus facilement. Mais, quand je suis descendue, un des vampires m’a attrapée alors que je n’étais pas encore transformée. Il m’a entraînée vers la forêt et m’avait mis un coup dans le ventre. J’ai pu me transformer mais, il me tenait déjà la taille et commençait à la serrer. A ce moment-là, j’ai entendu une des filles crier, un coup sur la voiture et la voiture freiner fortement. J’ai voulu me précipiter vers les filles, mais le vampire me tenait trop fort et un deuxième vampire est arrivé. J’ai réussi à m’extirper, je ne sais comment, des bras du premier vampire et j’en ai détruit un. J’étais en train de me battre avec le deuxième vampire quand Seth, Collin et Brady sont arrivés. Je suis désolée, j’aurais dû vous avertir, mais j’étais tellement…
    - Leah, tu n’y es pour rien. Tu as fait de ton mieux, la rassura Paul d’une main sur l’épaule. Leah avait les larmes aux yeux et de la colère. Je lui fis un signe de tête, ainsi que Sam.
    Kim se redressa dans les bras de Jared en grimaçant et continua le récit.
    - Quand Leah est partie, Emily a accéléré mais quelque chose a heurté la voiture. Emily a freiné d’un coup, mais n’avait pas vu le bas-côté qui était plus bas que prévu. J’ai retenu Claire et là, une femme vampire a surgi face à la voiture. Luna a alors hurlé. Cela nous a vraiment surprises, elle semblait la connaître. Luna nous a dit de vite redémarrer la voiture en la laissant là. Mais, Emily n’arrivait pas à redémarrer pendant que Rachel essayait de dissuader Luna de descendre de la voiture. A ce moment-là, la vampire a attrapé la voiture et Luna a crié à la vampire « Non Coralie ! ». Nous étions tellement surprises qu’elle l’appelle par son prénom qu’on n’a pas pu se tenir à quelque chose. La vampire avait envoyé valser la voiture et on a fait deux tonneaux. Rachel et moi, on s’est jetées sur Claire pour lui épargner un maximum les coups, c’est là que j’ai mon bras qui a tapé sur quelque chose de dur. On s’est extirpées comme on a pu de la voiture. Rachel a récupéré une batte de baseball qui était dans la voiture d’Emily. Pendant ce temps, j’ai pris Claire avec moi et je suis restée dans un coin. Je regardais alors Rachel avec la batte, Emily et Luna face à la vampire qui était apparue devant les filles, elle regardait seulement Luna avec un sourire aux lèvres.
    Rachel continua de raconter l’attaque.
    - Emily a foncé devant Luna pour essayer de la protéger mais la sangsue l’a projetée d’une main vers la voiture. Emily s’est retrouvée propulsée sur le bord de la portière de la voiture qui était ouverte à ce moment-là. Elle s’est évanouie directe. J’ai vu Luna qui regardait cette Coralie avec haine. Je n’avais jamais vu ce regard dans ses yeux, elle qui est toujours joyeuse. Elle a couru vers elle, mais Coralie lui a donné un coup de poing sur le visage, elle s’est effondrée. Mais, elle s’est relevée et continuait de regarder Coralie avec encore plus de haine. Là, Coralie lui a dit méchamment qu’elle n’avait jamais pensé trouver sa « petite pouilleuse bizarroïde » dans ce coin du globe.
    
    Je m’étais tendu à l’extrême en entendant le surnom que cette garce avait donné à mon imprégnée. Je voyais que tout le monde était tendu, les loups comme les imprégnées, même Carlisle avait un regard dur. Rachel continua son récit.
    - Luna a essayé de répliquer mais cette sangsue lui a tiré le bras droit tellement fort qu’un craquement a résonné en même temps que le hurlement de Luna. Je me suis avancée pour lui porter secours, je ne voulais pas la laisser se faire tuer. Mais, Luna m’a crié que je devais rester à l’écart. Je voyais dans ses yeux qu’elle avait un plan. Elle a tourné sa tête vers moi, ses yeux étaient pleins de larmes et elle a chuchoté « les loups arrivent ». Sur le coup, je me suis dit qu’elle t’avait prévenu Embry. Seulement, Coralie l’a entendu et c’est là qu’elle a ramené Luna entre ses bras dos à elle et la tenait à la gorge. Elle a commencé à lui dire qu’elle allait nous tuer une par une juste pour voir Luna devenir cinglée et la supplier de l’achever, elle lui disait que ce n’était pas parce qu’elle était protégée par des loups qu’elle n’allait pas souffrir encore à cause d’elle vu qu’elle avait été son objet de torture pendant près de cinq ans. Luna nous regardait toutes, elle avait les larmes dans les yeux et lui disait de nous laisser tranquilles et c’est là que vous êtes arrivés.
    Carlisle demanda à Sam ce qui s’était passé après, mais je répondis à la place de mon alpha.
    - En fait, je dormais chez moi quand j’ai entendu Luna hurler mon prénom. Ça m’a effrayé, elle m’a expliqué que des vampires les avaient attaquées les filles et elle. J’ai accouru avec les gars. Quand on est arrivés, Luna était dans les bras de cette garce. Et là, j’ai entendu que la vampire lui parlait comme si elles se connaissaient. Luna lui a dit qu’elle n’aurait pas eu besoin de s’attaquer à ses amies pour lui faire du mal, que cette Coralie était encore plus sadique depuis sa transformation et qu’elle ne savait pas si elle la préférait en vampire ou en humaine. Là, la sangsue lui a dit qu’elle faisait enfin preuve de courage, qu’elle ne le faisait que parce que nous étions là et qu’elle se souvenait que Luna allait se réfugier dans la chapelle de leur école sûrement pour pleurer comme une gamine. Luna lui a dit, pleine de courage qu’elle allait dans cette chapelle pour prier afin que cette cinglée paye pour le mal qu’elle lui avait fait.
    Je ne pouvais pas continuer. Me souvenir de ses paroles me fendaient le cœur. Elle avait subi des choses vraiment pas faciles mais la suite de sa phrase me confortait dans l’idée qu’elle avait subi quelque chose d’encore plus grave. Jared continua à ma place.
    - Luna lui a dit qu’elle l’avait détruite. Apparemment, cette Coralie n’est restée qu’une année dans l’école mais lui avait tout pris, ses amis, sa réputation. Elle la haïssait. Malheureusement pour Luna, le reste des élèves a continué de la maltraiter, que Coralie n’était qu’une lâche, comme ces élèves. Mais, Luna a dit qu’elle se relevait chaque jour. Elle a alors dit qu’elle avait subi quelque chose de bien pire qui l’a complètement détruite, encore plus que ce que cette Coralie lui avait fait. Elle lui a dit aussi que sa vie devenait meilleure grâce à nous. Et là, elle lui a dit, je cite ma cousine chérie « Ta vie par contre est déjà terminée et dans quelques minutes, tu seras déchiquetée par mon âme-sœur et par mes amis et je serais satisfaite. Je prendrais plaisir à te voir brûler en enfer. ». La vampire était vraiment très énervée et a pris la main gauche de Luna et l’a tordu avec un sourire sadique. Luna a hurlé de douleur et là Embry a sauté sur la vampire. Luna avait plongé sur le sol pour nous laisser le temps d’achever la sangsue. Embry lui a arraché la tête, c’est trop bon, mec.
    
    Jared ayant terminé le récit, je regardais ma Luna. Elle avait été tellement courageuse. Je sentais mon amour s’amplifier encore plus pour elle. Je me sentais tellement lessivé, j’avais failli la perdre ce soir. Je vis Carlisle regarder Luna et me regarder ensuite.
    - Eh bien ! Je dois dire que ta compagne est vraiment très courageuse, Embry. Même si elle n’a pas été très prudente. Est-ce que vous les avez tous eux au moins ?
    - Oui. La dernière était cette pétasse de Coralie, intervint Quil.
    - Embry l’a achevée en deux coups de dents… renchérit Jared avec un sourire.
    - Hum…
    
    Je me tournais brusquement vers Luna, tout le monde s’était rapproché à part Emily, qui était allongée. Luna ouvrit les yeux difficilement, je lui pris la main immédiatement pendant que Carlisle était passé de l’autre côté du lit pour vérifier son état.
    - Luna mon amour…
    - Embry…
    Elle avait une voix très faible et rauque.
    - Qu’est-ce qui s’est passé ?
    - Tu ne te souviens pas de ce qui s’est passé avec Coralie ?
    Je la vis les yeux dans le vague quelques secondes puis je vis son visage se durcir et de la haine dans ses yeux. J’étais vraiment étonné de voir cette expression sur son magnifique visage et ses yeux habituellement doux.
    - J’espère que tu l’as envoyée en enfer au moins cette sale grosse vache…
    Son ton était dur, froid et plein de colère. Tout le monde rigola pendant que je soufflais de soulagement. Son cœur battait légèrement plus normalement que quelques minutes auparavant. Elle essaya de se redresser mais Carlisle la poussait légèrement dans son lit. Je grognais. Cela faisait deux fois en une journée que je voyais une sangsue poser ses mains sur mon imprégnée.
    - Embry, calme-toi. C’est Carlisle. Il ne lui fera rien, c’est pour voir si elle va bien.
    Sam avait posé une main sur mon épaule. J’essayais de me détendre. Luna regarda Carlisle, intriguée.
    - Vous êtes le docteur Cullen ?
    - Oui Luna. Vous avez été très courageuse d’après ce que j’ai entendu de vos amis.
    - Mes amies étaient en danger à cause de moi. Coralie en avait après moi.
    - Je comprends mais ce n’était pas prudent. Vous auriez pu vous faire tuer.
    Je grognais encore plus fort. Je ne voulais surtout pas imaginer cette situation. Luna posa sa main sur mon bras et je me détendais presque aussitôt. C’est dingue l’effet qu’elle a sur moi. Je n’étais pas quelqu’un de très nerveux comme Paul mais je pouvais craquer selon la situation et elle, en un seul geste, elle me calmait.
    - Coralie voulait me faire souffrir comme elle l’a déjà fait autrefois.
    - C’est elle qui te maltraitait à l’école ?
    
    Le silence se fit encore dans la salle. Seth et son tact légendaire, cela lui valut d’ailleurs une claque derrière la tête de la part de Quil. Luna nous regarda gênée.
    - Oui. Enfin, c’était la première à commencer et quand elle est partie, ça a continué. Mais, le surnom qu’elle m’avait donné m’a suivi pendant presque cinq ans.
    Je serrais la mâchoire.
    - Je n’étais que son souffre douleur, que la « petite pouilleuse bizarroïde », une petite merde qu’il fallait écraser.
    Elle avait parlé avec contrition et avec ironie. Cela me brisa le cœur. Je lui pris la main en me redressant et la regardais dans les yeux. Ses magnifiques yeux bleus ciel que j’aimais tant et qui étaient remplies de larmes contenues.
    - Ma chérie. Tu ne dois jamais redire ce genre de choses. Tu n’es et n’as jamais été « ça ». tu es Luna Sophie Queen, la fille de Marie et Georges Queen, une fille courageuse, battante, jolie, intelligente, bienveillante, gentille, forte. Tu es danseuse, chanteuse, écrivaine, fan de cinéma, tu le don de parler et d’aider les fantômes, tu es une merveilleuse cuisinière. Tu es la meilleure amie de Kim Conweller, la cousine de Jared Cameron, l’amie de toute la meute de Sam Uley, membre de cette même meute et petite-amie et imprégnée d’Embry Call. Tu es parfaite et tu es toi. Je t’aime très fort. Tu ne sais pas à quel point j’ai eu peur de te perdre à tout jamais. Quand je t’ai entendu hurler, j’ai senti mon cœur se briser. Quand tu as perdu connaissance, j’ai eu tellement peur. J’ai cru qu’elle t’avait mordu. Je n’aurais pas supporté que tu meures, tu m’entends ma chérie. Tu es mon âme-sœur, je t’aime et tu fais partie de moi. Si tu meures, je meurs aussi. Tu es mon tout, tu es mon univers. Alors, ne redis jamais que tu n’es rien ou ce surnom horrible que cette cinglée t’a donné. Tu… Je t’aime tellement fort.
    Je l’avais regardé dans les yeux pendant mon monologue. Le silence s’était fait dans la pièce. Elle me sourit doucement et je l’embrassai doucement, essayant de lui faire passer tout l’amour que je ressentais pour elle. Ma Luna. On entendait le bip bip du l’électrocardiogramme qui s’accélérait au fil de notre baiser. Cela déclencha le rire des autres. Luna était devenue rouge de gêne.
    
    - Au fait, mes parents ?
    - Sam les a appelés, je ne voulais pas te quitter.
    - Dis plutôt que tu étais amorphe, mec, intervint Paul.
    - Luna, ta mère est partie chercher ton père à Seattle, ils ne devraient plus tarder maintenant, lui dit Sam.
    Carlisle expliqua à Luna qu’elle devait rester en observation cette nuit et qu’elle allait pouvoir enlever le plâtre de sa main gauche dans moins de deux jours et que son épaule démise allait mettre au moins deux semaines pour redevenir normale.
    - Sam, qu’est-ce que tu as raconté à mes parents ?
    - Qu’en revenant de Port Angeles, vous avez eu un accident les filles et toi. Ils étaient inquiets.
    
    Fin PDV Embry
    
    
    Samedi 9 heures
    PDV Luna
    
    Luna se réveilla dans son lit, en sueur. Depuis l’attaque de Coralie, elle faisait des cauchemars dès qu’elle essayait de dormir. Elle se sentait tellement coupable que la vampire ait attaqué ses amies pour l’atteindre elle. Mais, les filles lui avaient assurée qu’elles ne lui en voulaient pas et qu’elle les avait toutes sauvées. Ses parents avaient été choqués de la voir si mal en point par rapport aux autres filles à part Emily qui était alitée pendant encore une semaine. Ils ne voulaient pas qu’elle manque la fête pour son anniversaire chez Sam et Emily. Tout le monde semblait se remettre à part Embry. Elle sentait que son imprégné était encore choqué, elle n’osait imaginer comment elle serait si elle avait cru le perdre à jamais. Quand elle est sortie de l’hôpital, la veille, il était là, quand elle est rentrée chez elle, il était là. Vers 18 heures, la veille, il était parti chez Sam et Emily pour prendre des nouvelles mais était revenu quand Luna s’endormit. Il était resté devant la fenêtre de sa chambre pour vérifier comment elle allait. Les parents de Luna ne comprenaient pas trop pourquoi le petit-ami de leur fille semblait aussi choqué et semblait ne plus vouloir la lâcher d’une semelle. Ils savaient qu’il aimait sincèrement Luna mais était surpris de voir à quel point. Bien sûr, ils ne savaient pas que c’était à cause de l’imprégnation.
    
    La jeune fille se réveilla donc et appela sa mère. La porte de la chambre s’ouvrit sur une Marie fatiguée et inquiète.
    - Bonjour ma chérie. Tu aurais dû dormir encore un peu. Tu dois te reposer, ce soir, tu as la fête chez Sam.
    - Je sais mamounette, mais il faut absolument que j’aille aux toilettes et j’ai besoin d’un peu d’aide. Je voudrais prendre une douche aussi. Embry va bientôt arriver et…
    - Oh… Je comprends ma chérie. Je viens t’aider.
    Une demie heure plus tard, Luna était de retour dans son lit, un nouveau pyjama sur elle et les cheveux légèrement mouillés. Elle sentit alors son estomac chauffer puis entendit la sonnette. Marie alla ouvrir à Embry.
    - Bonjour Embry. Entre.
    - Bonjour Marie. Comment va Luna ?
    - Elle vient de se prendre une douche. Elle dort très mal.
    - Oh… Je vais essayer de la faire dormir un peu.
    - Mais, tu devrais aussi dormir tu sais.
    Le silence lui répondit.
    - Va la voir. Je vous apporte le petit-déjeuner.
    - Merci Marie.
    
    Embry ouvrit la porte, la mine sombre et fatiguée. Luna lui sourit en essayant de se redresser mais grimaça légèrement. Le plâtre de son poignet gauche lui avait été retiré la veille mais était encore sensible. Le loup se précipita vers son imprégnée pour l’aider à se redresser.
    - Bonjour mon cœur.
    - Bonjour ma chérie. Tu aurais dû te reposer et dormir un peu plus.
    - Je sais, mais, je m’ennuie tellement. J’aurais voulu aller voir les autres, je me sens seule sauf quand tu es là. Mais, j’ai l’impression de faire une cure de sommeil.
    - Tu as vécu quelque chose d’éprouvant. C’est normal. C’est le choc.
    - Non, ce sont les médocs de Carlisle.
    - C’est pour que tu guérisses.
    - Je sais. Et toi comment tu vas ?
    - Moi, je n’ai pas survécu à un accident « mortel », dit-il en insistant sur le dernier mot.
    
    La jeune Queen caressa la joue brûlante du Quileute. Il frissonna sous le contact.
    - Peut-être bien mais toi, tu as cru me perdre pour toujours. Je ne sais pas comment j’aurais été si tu…
    Les mots se perdirent dans sa gorge.
    - Oh… Embry. Je t’aime tellement…
    Le Quileute se blottit tendrement dans ses bras, son visage enfoui dans le cou de la jeune fille. Il tremblait et sanglotait. Elle lui caressa les cheveux. Il commença alors à parler, des sanglots dans la voix.
    - Luna. J’ai failli te perdre ma chérie. Elle voulait t’arracher à moi… J’aurais été tellement perdu sans toi. Je… Je t’aime tellement fort. Tu es tout pour moi. Et elle qui… j’ai eu tellement peur… Et…
    - Chut… Embry chéri… Calme-toi. Je suis là, vivante. Je vais reprendre des forces et dans deux semaines, je serais toute neuve. Je pourrais retourner à mon entraînement avec Kim, je danserais, je vais apprendre à conduire, jouer au ballon et perdre contre les gars, aider Emily à la cuisine pour vous faire tous manger et surtout je vais pouvoir faire pleins de câlins et de bisous avec mon âme-sœur.
    Il se redressa, ses joues étaient striées de larmes. Elle lui souriait encourageante.
    - Embrasse-moi Embry.
    - Je ne veux pas te faire de mal.
    - Tu ne m’en feras pas.
    - Je…
    Elle essaya de croiser les bras, d’un air boudeur.
    - Je ne croyais pas qu’un jour je puisse m’énerver pour te demander un baiser Embry Call et si tu ne m’embrasses pas immédiatement, je te jure que tu vas le payer mon loup.
    Il rigola, visiblement étonné.
    - A vos ordres mademoiselle Queen. Comment vous résister ?
    Il l’embrassa doucement. Il avait la main dans ses cheveux, pendant qu’elle essuyait les larmes du jeune homme avec ses pouces.
    
    Toc, toc, toc.
    
    Embry se précipita pour ouvrir la porte à Marie qui portait un plateau visiblement lourd pour elle. Le jeune homme le lui prit et le posa sur le lit. Il y avait du thé, du chocolat chaud, quelques cookies, des muffins, du quinoa avec du chocolat, des tartines et de la confiture.
    - Merci Embry.
    - De rien. Vous auriez dû m’appeler. Je vous aurais aidé Marie. En tout cas, merci pour ça.
    - C’est gentil mon grand.
    - Merci maman pour le petit déj’.
    - De rien. Marie caressait doucement les cheveux de sa fille. Bon, je dois aller travailler, je serais de retour pour 17 heures au plus tard. Je veux que vous mangiez et après Luna, je veux que tu te reposes pour ce soir. Comme ça, quand je rentre, je t’aide à te préparer. Embry, je compte sur toi pour la faire dormir et manger un peu.
    - Je suis assez grande et Embry est mon petit-ami, pas mon baby-sitter.
    Luna avait dit sa phrase en bougonnant. Cela fit rigoler les deux autres. Marie les regarda et leur dit d’un air taquin :
    - Je sais très bien qu’Embry n’est pas ton baby-sitter. Je suis persuadée qu’il préfèrerait faire d’autres choses avec toi que de vérifier si tu dors ou non. Nous serions d’accord avec ton père pour que vous fassiez un autre genre d’activités mais quand tu seras complètement rétablie et le plus lentement possible. Nous aimons beaucoup Embry mais, protégez-vous. Nous ne voulons pas devenir grands-parents trop vite. Vous êtes encore jeunes et avez tout votre temps. Mais, en tout cas, nous sentons que vous êtes faits pour vivre une très longue histoire ensemble.
    
    Embry et Luna piquèrent un fard monumental suite à ce qu’avait dit la mère de la jeune fille. Luna regardait sa mère avec effarement.
    - Maman…
    - Bref, je dois y aller. Reposez-vous tous les deux. Je sais que tu ne dors pas non plus Embry.
    Elle fit un baiser sur le front de sa fille et un hochement de tête en direction du jeune homme. Elle sortit de la chambre, laissant un silence gêné dans la pièce.
    
    Fin PDV Luna
    
    
    PDV Embry
    
    Je restais encore figé suite aux propos de Marie. Elle avait accepté notre relation et nous donnait l’accord d’aller plus loin avec ma Luna. Je souriais légèrement dans le vague.
    - Bon, j’ai faim moi.
    Luna avait brisé le silence.
    - Hum… Ma chérie, tu veux manger quoi ?
    Je la voyais hésiter en regardant le plateau et je dis alors :
    - Thé et quinoa au chocolat dans du fromage blanc ?
    - Comment tu le sais ?
    - J’ai entendu tes pensées ma chérie.
    - Chut… Ma mère…
    - Elle est déjà dans le salon, elle prend ses clefs.
    - A plus tard les jeunes !
    - A plus !
    Tout en mangeant, je regardais ma Luna. Elle mangeait doucement son quinoa. Je savais que mon imprégnée faisait des cauchemars. J’avoue que depuis qu’elle a été attaquée, je n’avais pas réussi à dormir ou alors les seules fois où j’ai réussi, je revoyais les images de l’attaque de mon imprégnée. Les gars voulaient que je me repose car elle était bien vivante et en sécurité. Sam m’avait pris à part hier soir.
    
    
    Flashback
    
    Aujourd’hui, Luna était retournée chez elle et dormait. Enfin, elle arrivait à dormir grâce aux médicaments de Carlisle. J’étais parti voir ma mère pour lui dire que Luna dormait et qu’elle allait un peu mieux mais, je ne m’étais pas couché. Ma mère était inquiète. J’étais allé chez Sam pour voir comment allait les filles, enfin, surtout Emily. Celle-ci était toujours dans son lit et avait encore mal au dos. Le reste des imprégnées étaient avec nous au salon. Tout le monde essayait de plaisanter mais, je n’y arrivais pas. Je broyais du noir.
    - Embry, Luna va de mieux en mieux. Elle va s’en remettre. Elle est forte.
    Leah avait parlé avec douceur.
    - J’ai cru qu’elle allait mourir sous mes yeux. Je sais qu’elle va mieux, mais je me sens tellement mal. Elle a failli mourir parce que je suis un loup. Je l’ai mise en danger.
    - Non Embry. Cette Coralie détestait déjà Luna quand elle était humaine. Elle la connaissait et lui avait déjà fait du mal… intervint Jared.
    - Elle voulait torturer Luna pour qu’elle le supplie de l’achever, dit Kim.
    - NON !!! C’est ma faute !
    
    Je me levais en tremblant et me transformais dans le jardin. Ils ne comprennent pas. Cette sangsue a voulu tuer ma Luna parce qu’elle était chez les loups. Bon sang !
    * Embry calme toi * - Sam m’avait rejoint mais je ne sentais que lui dans ma tête.
    * Sam. Je ne veux plus être un loup si la femme que j’aime est en danger *
    * Ecoute Embry. Je sais ce que tu ressens… *
    * Comment tu peux… *

    Il me fit passer la scène où il avait blessé Emily par accident et les sentiments qui l’avaient traversé. Je me calmais aussitôt, ressentant sa douleur.
    * Désolé Sam *
    * Tu es triste, confus, en colère, inquiet pour elle, tu te sens coupable et par-dessus tout épuisé. Cela fait plus de trente heures que tu ne dors plus *
    * A chaque fois que je m’endors, je la revois dans les bras de cette garce, je l’entends hurler de douleur *

    En y repensant, je gémis. Je sens que je vais craquer et pleurer.
    * Pleure Embry. Laisse-toi aller. Tu as le droit. Elle est ton imprégnée. Certes, elle a besoin de toi. Mais, toi aussi. Rappelle-toi quand tu l’as imprégnée, que tu es parti dans la forêt et que tu t’es senti vide. *
    * J’irai la voir cette nuit. J’ai besoin de la voir respirer, la regarder dormir. *
    * Essaie de dormir aussi *
    * NON… Elle doit dormir. Moi, je peux rester comme ça. Je ne veux pas voir… *

    Ma voix se brisa et je me mis à pleurer. Sam était face à moi et me regardait pleurer. Et là, il me fit passer le jour de notre imprégnation. Quand nous étions sur la plage et que je l’ai vu, les cheveux au vent et parler avec Seth. Puis, lorsqu’elle me regarda dans les yeux, je me figeais. Je voyais ses magnifiques yeux bleus ciel qui étaient plantés dans les miens et semblaient sonder mon âme et je fis pareil. Je me sentis attiré par elle. J’avais envie de la prendre dans mes bras, de la sentir contre moi, de la protéger, l’embrasser l’aimer tout simplement. Il n’y avait plus qu’elle, Elle était devenue mon monde. Je sentais mon cœur battre plus vite et plus fort et entendis le sien battre à l’unisson du mien. Je respirais un peu plus doucement et mes larmes se tarirent.
    * Merci beaucoup Sam. *
    
    Fin du flashback

    
    
    Samedi 11 heures
    
    Luna et moi avions terminé de manger et j’avais débarrassé le plateau et rangé la cuisine. Quand je revins dans la chambre, Luna me regardait.
    - Ma chérie, tu devrais dormir un peu.
    - Monsieur Call, figurez-vous que j’ai reçu un appel très intéressant hier soir avant que tu viennes veiller sur moi.
    Elle me regardait durement et je sentais que j’allais sûrement passer un sale quart d’heure.
    - J’ai appris que tu t’en voulais et que tu ne dormais pas depuis mon attaque.
    - Je… préfère que tu te reposes ma chérie. Ça va aller.
    - Non. Embry. Je veux que tu dormes avec moi.
    - Je ne veux pas te faire mal.
    - Embry, mon cœur. J’ai discuté avec Sam. Il m’a dit que l’imprégnation était dans les deux sens. Je suis certaine que si tu dors avec moi, tu ne feras pas de cauchemars. Moi non plus, je ne ferais pas de cauchemars si tu dors avec moi. S’il te plaît mon cœur. Mes parents ne sont pas là. J’ai besoin de toi mon cœur.
    
    Elle était devenue plus douce au fil de ses paroles. C’est un ange. Je m’enlevais mon tee-shirt et m’allongeais à ses côtés, elle soupira de soulagement et me caressa le torse avec sa main gauche. Le bras qui avait été déboîté était dans un foulard. Je me mettais sur le dos, son visage se posa sur ma poitrine. Je sentais son petit corps contre le mien. Je respirais fortement et sentis son odeur de noix de coco mais également une odeur de médicaments. Je me concentrais seulement sur l’odeur de coco. J’espérais ne faire aucun mouvement brusque.
    - Ma chérie, je vais te faire mal.
    - Non Embry. Je suis bien dans tes bras. Dors mon cœur. Je veux que tu sois en forme aussi pour ce soir.
    Au bout de quelques minutes dans le calme, elle me faisait de légers baisers sur le torse. Cela me détendit avec son odeur et son cœur qui battait doucement et régulièrement. Je m’endormis et je l’entendais sombrer également dans le sommeil.
    
    Ce fût un bruit de porte qui s’ouvre et se referme doucement qui me fit émerger de mon sommeil sans rêve. J’ouvris lentement les yeux. Luna était toujours dans mes bras, mais nous avions bougé pendant notre sommeil. Je la tenais par la taille, j’avais mon visage juste au-dessus de ses cheveux, sentant ceux-ci, ils sentaient le camélia. Son doux visage était enfoui dans mon cou. Elle dormait encore. J’entendis du bruit dans la maison et regardais le réveil. Il était 17 heures. Nous avions dormi presque six heures. Marie était au téléphone avec quelqu’un, je me concentrais, mon ouïe surdéveloppée aidant.
    - Oui, Georges. Ils se sont endormis.
    - Ils n’ont rien fait au moins ?
    Marie rit doucement.
    - Ne t’inquiète pas chéri. De toute façon, je leur ai donné notre accord s’ils veulent aller plus loin. Mais, de toute façon, j’ai eu Tiffany et Sam, ils m’ont dit que depuis l’accident, Embry n’avait pas dormi. Je dois avouer que ce matin, il m’a inquiété. Il avait des cernes pleins les yeux. Il m’a semblé anéanti et épuisé. Je pense qu’il a eu très peur de la perdre.
    - Je suis rassuré qu’ils aient pu dormir tous les deux. J’espère que Luna n’a pas fait d’autres cauchemars.
    - Je ne pense pas. J’ai l’impression que quand ils dorment ensemble, aucun ne fait de cauchemars. Ils s’apaisent mutuellement.
    - Marie chérie. J’ai peur que tu dises quelque chose qui…
    - Je ne dis pas qu’ils doivent dormir ensemble toutes les nuits, c’est trop tôt. Mais, je pense que ce soir, après la fête Embry devrait dormir ici. Demain, c’est dimanche et lundi c’est la rentrée.
    Je piquais un fard et sentais Luna remuer dans son sommeil. J’entendais soupirer dans le téléphone.
    - Bon, d’accord pour cette nuit.
    - Très bien. Je vais les réveiller. Embry doit se préparer chez lui et venir chercher Luna. Je dois également aider Luna pour sa douche et pour s’habiller.
    J’essayais de ne pas imaginer ma Luna nue et sous une douche chaude. Mais, sentir son petit corps contre moi ne m’aida pas vraiment à me calmer. J’entendis Marie qui venait vers la chambre et je me concentrais pour me calmer.
    
    Fin PDV Embry

Texte publié par Soso-Wolves, 19 décembre 2017 à 19h04
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 9 Tome 1, Chapitre 9
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1510 histoires publiées
701 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Nisa
LeConteur.fr 2013-2020 © Tous droits réservés