Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 7 Tome 1, Chapitre 7
PDV Embry
    
    Nous courrions en direction de la clairière où nous voulions exécuter notre plan pour vaincre ces vampires « nouveaux-nés ». J’essayais de ne pas penser à Luna pour me concentrer sur la bataille et la rejoindre le plus rapidement possible. Seth avait dû rejoindre le campement de Bella et Edward râlait toujours.
    
    * C’est vraiment pas juste Sam… * - Seth
    * Seth, c’est un ordre. * - lui répondit Sam avec sa voix d’alpha.
    
    Nous arrivâmes enfin sur le lieu décidé par les Cullen. Ceux-ci étaient là, prêts à détruire leurs congénères aux yeux rouges. Quelques minutes plus tard, je sentis une odeur encore plus nauséabonde que les Cullen, car cette odeur avait également celle du sang humain et je me redressais tout comme le reste de la meute. Les Cullen s’étaient redressés également et nous regardions tous dans la même direction, soit droit devant nous. Ils arrivaient.
    
    La bataille commença alors. Je tuais un vampire brun avec l’aide de Jacob. Quelques minutes avant, ce dernier avait enfin obtenu un baiser de Bella qui avait enfin pris conscience de l’amour qu’elle portait au jeune Black, même si elle venait de se fiancer avec Cullen. Ce qui fait que Jacob était encore plus énervé et combatif que jamais. Quelques minutes plus tard, une vampire sauta sur mon dos mais je me redressais vivement, l’envoyant valser contre un rocher, j’entendis quelque chose craquer derrière moi, ce qui me fit me retourner. Je montrais alors mes crocs acérés à la vampire qui avait une jambe tordue en angle droit. Je souris dans ma tête, me disant que j’allais pouvoir avoir le temps de me jeter sur elle pour la démembrer. Mais, je n’avais pas vu un vampire qui arrivait sur ma droite et je n’eus pas le temps de me décaler. Je fus alors projeté vers la gauche contre un arbre, ce qui fait que ma patte avant gauche, soit mon bras gauche, craqua sourdement, me faisant hurler. Je me relevais tant bien que mal pour sauter sur celui qui m’avait poussé. Il me regardait avec un léger sourire en coin, satisfait.
    
    * Merde ! Je crois qu’elle est cassée *
    * J’arrive Em ! *
– me lança Paul
    * Merci *
    
    Sur ces mots, je me relançais tout de même dans la bataille, aidé de Paul et un des Cullen, Emmett.
    
    Fin PDV Embry
    
    PDV Luna
    
    Depuis que la meute était partie à la bataille, chez Emily et Sam, les filles essayèrent de faire passer le temps. Claire avait voulu voir ce que Luna avait pris comme films. Elle choisit de regarder Tarzan en rigolant sur le canapé. Les deux nouveaux loups étaient respectivement devant et derrière la maison, pendant que Quil prenait des nouvelles de la meute qui était à la bataille et patrouillait dans la réserve en même temps. Les quatre jeunes filles discutaient devant une tasse de thé.
    
    - Au fait Luna, pourquoi Embry t’a fait une déclaration d’amour dimanche ? demanda Rachel curieuse et avec un sourire aux lèvres.
    - Parce qu’il avait trouvé que ma tenue de dimanche n’était pas très jolie et ça m’a énervée.
    - Non, sérieux ? s’étonna Kim.
    - En fait, samedi soir, j’ai vraiment mis le paquet. Robe, chaussures à talons, maquillage, cheveux bouclés, bref la totale. Il a adoré, moi aussi. Mais, ce n’est pas un côté de ma personnalité que je veux montrer tout le temps. Et le truc, c’est que dimanche, je suis redevenue celle que je suis habituellement, celle dont il s’était imprégnée à la plage. Mais, il a été très surpris de ce contraste en une nuit. Il me l’a dit et ça m’a énervée.
    - On a remarqué, intervint Emily.
    - Ca m’a énervée parce que je lui avais déjà dit que moi, je ne voulais en aucun cas qu’il change quoi que ce soit en lui pour moi. Pour moi, dans un couple, chacun doit accepter l’autre comme il est, les compromis c’est des deux côtés. Donc, ça m’a mis hors de moi qu’il ait voulu que je change celle que j’étais pour lui faire plaisir.
    - Tu as eu raison ma belle ! Girl Power ! s’exclama Kim, le poing en l’air.
    - Kim, je veux entendre Tarzan parler à Jane… intervint Claire depuis le canapé.
    - Désolée, petite Claire.
    Cela donna le sourire aux filles.
    - Sinon, votre rendez-vous ? s’enquit Rachel.
    - Magique… répondit Luna rêveusement. Mais, vous trouvez qu’on s’est dit « je t’aime » un peu trop tôt ? On ne se connaît que depuis trois semaines.
    - C’est l’imprégnation, ma chérie, intervint Emily.
    - C’est vrai. Regarde. Moi, avec Jared. J’avais un gros béguin pour lui depuis plus d’un an. Un jour, il a raté deux semaines de cours, il venait de subir sa première transformation. Puis, il est revenu, totalement différent, beaucoup plus grand, musclé et encore plus beau. Ce jour-là, il m’a regardé dans les yeux et là, j’étais devenue son univers. Il me suivait partout en me demandant de sortir avec lui. Au début, je croyais qu’il avait fait un pari. Il ne m’avait jamais parlé avant ce jour-là. Deux semaines plus tard, on a commencé à sortir réellement ensemble et il m’a dit « je t’aime » deux jours après.
    - Avec Paul, c’était très bizarre aussi. Je venais juste de revenir de New-York, où j’étais restée deux ans pour mes cours. J’étais allée sur la plage pour me replonger un peu dans mes souvenirs. D’un coup, j’ai entendu quelqu’un crier de colère, je me suis tournée pour engueuler la personne et je l’ai vu. Il était en train de venir me voir pour me demander de dégager sûrement, mais, quand il m’a regardé dans les yeux, il s’est figé brusquement. C’était incroyable. Il m’a regardé avec un air béat quelques secondes, moi aussi d’ailleurs. Et là, il s’est jeté sur moi pour m’embrasser en me disant qu’il m’aimait. Sur le coup, je n’avais rien compris. Tout ce que je savais, c’était que je ressentais la même chose et qu’il était sincère. Bien sûr, le lendemain, il m’avait expliqué le pourquoi du comment. Les loups, l’imprégnation, tout ça. Tout ça avait un sens.
    - En revanche, moi, c’était plus compliqué avec Sam. En réalité, Luna, je ne sais pas si t’es au courant, mais au départ, Sam et Leah sortaient ensemble depuis presque deux ans. En plus, Leah est ma cousine, tout comme Claire d’ailleurs.
    Luna secoua la tête, étonnée.
    - Bref, j’étais venue passer quelques jours ici pour voir ma tante, mon cousin et ma cousine. Leah avait absolument tenu à me présenter Sam, son petit-ami. Et là, on s’est regardé et… le coup de foudre de malade. J’ai voulu tout de suite rejeter ce sentiment parce qu’il était déjà casé et de surcroît avec ma cousine, ma presque sœur. Mais, on ne peut pas rejeter l’imprégnation. Sam s’est séparé de Leah et on s’est mis ensemble quelques jours après. Il m’a dit « je t’aime » au bout d’une semaine. Quelques jours après, il m’a parlé du fait qu’il était un loup et qu’il s’était imprégné de moi. Mais, ça s’est compliqué quand Leah s’est transformée en loup et a compris la raison de la fin de son couple avec Sam et le début du mien avec lui. Elle était toujours en colère contre nous. Elle a fait vivre un enfer aux gars et encore plus à Sam. Ça se passe un peu mieux maintenant, mais c’est pas encore l’euphorie.
    - D’accord, je dois en déduire que ma situation est aussi normale que la vôtre quoi…
    - C’est ça. Mais, je te rassure ma chérie, l’imprégnation n’est qu’un coup de pouce pour les loups. Quand tu es arrivée sur la plage, Embry t’as senti bien avant que tu te retournes. Il nous a tous interrompu en se retournant brusquement. Même les loups ont été surpris de son comportement. Personne ne l’avait vu réagir comme ça.
    
    Quil arriva alors en courant dans la cuisine où les filles discutaient. Il avait le visage fermé. Elles se levèrent alors, paniquées également.
    - Ce n’est pas encore fini. Mais, il y a un des Cullen qui s’est fait mordre et Embry s’est cassé le bras gauche. Un vampire l’a projeté contre un arbre, mais il va bien.
    Luna hoqueta et mit sa main devant la bouche, elle avait les larmes aux yeux.
    - Mon dieu ! Il ne peut pas aller bien, Quil. Il a le bras cassé.
    - Ne t’inquiète pas Choupette. On guérit vite, nous les loups, lui rétorqua Quil, un gentil sourire aux lèvres. Demain matin, il sera guéri. Bon je retourne aux nouvelles.
    
    Les filles se rassirent, Luna était au bord des larmes. Embry. SON Embry venait d’être blessé au combat. Elle ressentit comme un coup de marteau sur la tête. Emily lui caressa le dos gentiment et se redressa.
    - Tu veux faire des gâteaux ?
    - Je veux bien. Mais, je préfèrerais les faire seule si ça ne dérange personne. Cuisiner ça me calme quand je suis sur les nerfs. Je vais prendre mon MP3.
    - Pas de souci ma puce. Tu connais la cuisine de toute façon.
    - Oui. Merci Emily.
    
    Sur ce, elle se dirigea vers la cuisine, son MP3 dans la poche et les écouteurs dans les oreilles. Elle se mit l’album « Comalies » de Lacuna Coil à fond et commença à préparer l’appareil à muffins. Pendant ce temps, les trois autres filles rejoignirent Claire dans le canapé qui voulait regarder Anastasia, ayant terminé de regarder Tarzan.
    
    Fin PDV Luna
    
    
    PDV Embry
    
    La bataille était quasiment terminée et j’avais encore mal à ma patte gauche. Je boitillais légèrement. Nous savions que Victoria avait été enfin détruite par Edward ainsi que Riley, son soi-disant compagnon par Seth. Il restait une vampire que les Cullen voulaient épargner car elle s’était rendue en constatant que son compagnon avait été détruit. En plus, Leah était encore occupée avec un autre vampire. Elle était épuisée, Jacob vint l’aider mais cette sangsue eût le temps de l’entourer de ses bras, une technique qui pouvait nous détruire, comme Jasper nous l’avait expliqué encore et encore. Jacob hurla de douleur. Il lui avait cassé plusieurs côtes l’ordure.
    * Jacob !!!!! * On avait tous hurlé en même temps.
    On se transformait tous pour aider Jacob et le ramener à la Push. Pendant que Jasper avait détruit le vampire avec l’aide d’Alice. Le docteur Cullen nous apprit que les Volturi, genre la famille royale des vampires approchaient et qu’il allait venir pour soigner Jacob. Il me demanda également si j’avais besoin qu’il jette un coup d’œil à mon bras. Mais, sentant que ça commençait déjà à guérir, je refusais gentiment la proposition. D’ici ce soir, ce serait guéri.
    
    Nous arrivâmes enfin à la réserve et allâmes directement chez Jacob où Billy était en train de regarder un match de baseball en attendant l’issue de la bataille. Quand il vit que son fils était blessé et hurlait de douleur, il pâlit presque instantanément. Pendant ce temps, Paul avait foncé chez Emily pour aller chercher les filles. Quelques minutes après, elles arrivaient vers nous, leurs visages fermés. Rachel était blottie contre Paul et avait des larmes qui coulaient sur les joues. Kim fonça dans les bras de Jared, Emily tenait la main de Billy qui nous avait rejoint dehors. Carlisle étant arrivé entre temps. Je l’entendis dire à Sam qu’il fallait qu’il recasse tous les os de Jacob pour que sa guérison soit meilleure et on entendit Jake hurler encore plus fort. Quant à Luna, elle fonça dans mes bras, les larmes aux yeux. Je la serrais contre moi, malgré mon bras gauche cassé.
    
    - Je t’aime ma chérie. Je vais bien.
    - Je t’aime Embry. Mais, comment va ton bras ? Quil nous a dit que tu avais été projeté contre un arbre et qu’il était cassé. J’étais tellement inquiète pour toi.
    - Ne t’inquiète pas ma chérie. Je sens qu’il guérit. Je serais tout neuf dans quelques heures.
    - D’accord. Comment va Jacob ?
    Seth répondit à ma place.
    - Il a quelques côtes cassées ainsi que son bras droit. Le docteur Cullen est avec lui, mais il est obligé de lui casser les os pour qu’ils se réparent plus vite.
    On entendit un hurlement encore plus fort et je sentis Luna se tendre dans mes bras. Je vis Billy serrer la main d’Emily et Rachel trembler dans les bras de Paul qui la serrait un peu plus fort. Un bruit de moteur arrivait dans notre direction. Le vieux tacot de Bella se gara, la jeune fille à son bord. Elle sortit de l’habitacle, le visage choqué et pâle. A ce moment-là, Sam et Carlisle sortirent de la maison. Celui-ci dit à Bella que Jacob voulait la voir et elle se précipita dans la maison, non sans avoir vu Billy serrer la main de Carlisle pour le remercier.
    
    Le calme était revenu et j’entendis Jacob dire à Bella qu’il continuerait à lui parler malgré sa transformation en vampire. Elle partit de la réserve quelques minutes plus tard.
    - Quand Quil m’a dit que tu avais été blessé, je me suis sentie en colère et frustrée. Je crois d’ailleurs que si Emily n’avait pas trouvé le moyen de me faire faire quelque chose, je t’aurais rejoint pour te venger.
    - Ca n’aurait vraiment pas été une bonne idée ma chérie. Je ne veux pas qu’il t’arrive quelque chose. Et du coup, elle t’a fait faire quoi ?
    - La cuisine. J’ai dû faire au moins une trentaine de muffins aux pépites de chocolat. La cuisine d’Em est presque remplie.
    Je souris. La femme parfaite. Belle, gentille, courageuse, intelligente et fervente de cuisine.
    - Je ne savais pas que ça te calmait autant. En tout cas, merci Emily et merci à toi ma Luna. On va pouvoir avoir des bons gâteaux après cette bataille contre ces sangsues.
    - Ouais. C’est cool quand t’es énervée Luna. On a à manger, intervint Paul, me faisant grogner.
    - En plus, comme ça, Emily se repose un peu, dit Sam avec un sourire, enlaçant cette dernière.
    Billy rentra chez lui pour veiller sur Jacob et nous dit qu’il nous préviendrait de la situation de Jacob ce soir. Ce fût le signal pour tout le monde de retourner chez Emily et Sam. Je pris la main de ma Luna et sentais que ma main faisait de moins en moins mal.
    
    
    Quand nous sommes arrivés chez Sam, une excellente odeur de gâteaux avait envahi mes narines. Je rentrais, ma Luna contre moi et je vis deux énormes saladiers pleins à craquer de muffins aux pépites de chocolat. Elle en avait fait plus de trente à mon avis. Elle devait vraiment être en colère. Mais, cette odeur me mit l’eau à la bouche, surtout sachant que c’était mon imprégnée qui les avait faits pour toute la meute. J’en pris un comme tout le monde, les imprégnées y compris, à part Luna et je mordis dans la pâtisserie. Mmm… Délicieux.
    
    - C’est délicieux ma chérie.
    - Ca c’est vrai, renchérit Jared.
    - J’approuve. Tu devrais te lancer dans l’ouverture d’une pâtisserie. Je suis sûr que ça marcherait et en plus, il n’y en a pas à la Push, intervint Sam.
    Luna rougit d’une façon que je trouvais adorable mais ne se servit pas un seul de ses gâteaux.
    - Luna, pourquoi tu n’en prends pas ? demanda Collin, me devançant.
    - Oh… Je n’aime pas les muffins.
    Nous la regardions tous étonnés. C’est vrai qu’en y réfléchissant bien, à chaque fois qu’il y avait des muffins chez Emily, ma Luna n’en mangeait aucun. Mais, je n’y avais jamais fait attention jusqu’à maintenant.
    - En tout cas, je pense répondre au nom de tous, c’est très bon. Bravo Choupette, s’exclama Quil.
    J’avalais de travers. Choupette ? Qu’est-ce que c’est que ce surnom ?
    - Choupette ? Depuis quand MA Luna avait comme surnom Choupette, Quil ? C’est complètement débile.
    - Et quel surnom tu voudrais que je lui donne, Embry ?
    - Tout simplement la Luna d’Embry, répondis-je le plus sérieusement du monde.
    Tout le monde éclata de rire. Je me tournais vers Luna qui était rouge et qui souriait. Elle mit sa main sur mon bras.
    - Ne t’inquiète pas Quil. Ça ne me dérange pas. Je trouve ça mignon, merci. Et Embry chéri, certes, je suis ta Luna mais n’oblige pas les autres à m’appeler comme ça. Seul toi peut le faire.
    Je lui souris, fier de moi en frottant mon nez contre le sien. Elle rigola doucement.
    
    Brusquement, elle s’éloigna de moi et partit dans la cuisine et revint quelques minutes plus tard avec une boîte.
    - Qu’est-ce que c’est ? lui demanda Emily.
    - Je viens de faire une boîte pour Jacob, il la mérite amplement. Bien sûr Billy en prendra. Je suis sûre qu’il aime bien aussi, s’il est comme ses enfants, répondit mon imprégnée en tendant la boîte à Rachel, qui avait un deuxième muffin dans la main et qui avait commencé à le manger.
    Parfaite. Moi, je vous le dis.
    
    
    Il était environ 19 heures quand nous étions installés autour de la table pour manger, à part Claire qui regardait un dessin animé sous les yeux protecteurs de Quil. Son imprégnée avait déjà mangé. Luna était assise juste en face de moi et nous racontâmes la bataille aux filles et aux deux nouveaux loups qui n’y avaient pas participé. Ensuite, ayant terminé de manger, tout le monde discutait de choses et d’autres quand je regardais Luna qui me regarda avec le plus beau sourire jamais vu sur son visage. Elle me regardait intensément, un sourire en coin et mordilla sa lèvre inférieure. Je sentais mes nerfs lâcher. Elle me chauffait grave là et je ne pouvais y résister. Je me sentais trembler comme si j’allais me transformer tellement je la désirais. Apparemment, personne n’avait vu notre échange. Je me levais soudainement et fonçais dans le jardin. Je me transformais dès mon entrée dans la forêt en quelques secondes. Je n’avais même pas eu le temps de m’enlever mes vêtements. Je fonçais vers les falaises. Le vent frais me fit un bien fou et me calma presque aussitôt. Je repensais alors au regard qu’elle m’avait lancé quelques minutes plus tôt. Son regard était plein d’envie, de désir, d’amour et de provocation. Sans compter ses dents qui meurtrissaient lentement sa lèvre charnue et rose. Je grognais en me repassant la scène dans ma tête.
    
    * Embry ? Qu’est-ce qui s’est passé ? * - Quil m’avait rejoint dans ma course.
    * Rien. Il faut juste que je me calme c’est tout. *
    * Mais pourquoi ? *

    Il insistait alors je lui fis passer la scène où mon imprégnée m’avait fait chavirer rien qu’avec son regard. Le rire de Quil résonna dans ma tête. Il se fout de ma gueule en plus le con.
    * Hey ! Je ne te permets pas. Désolé, mec. Mais, qu’est-ce que tu veux que je fasse ? *
    * Je n’en sais rien. Ça ne fait que trois semaines qu’on se connaît et qu’on est ensemble. Si tu savais comme j’ai envie d’elle. En plus, avec le regard qu’elle m’a lancé, je… merde… je perds mes moyens. Aucune fille ne m’a jamais fait autant d’effet. *
    * Ca c’est l’imprégnation. *
    * Non, c’est juste Luna. Même avant l’imprégnation, je la désirais. Juste à son odeur. C’est comme ça que je l’ai remarqué sur la plage. Elle dégageait une odeur qui m’avait tout de suite émoustillé. *
    * Mmm… Laisse-moi réfléchir… Je crois que j’ai compris son comportement. Enfin, je me trompe peut-être, mais… *
    * Dis-moi. *
    * Je pense qu’elle veut voir si tu la désire. *
    * Comment ça ? Bien sûr que je la désire. *

    * Oui, tu le sais. Je le sais. Toute la meute le sait. Mais, elle a toujours été rejetée par les autres. Aucun ne l’estimait réellement alors, la confiance en elle. Elle n’en a pas. Elle est un peu comme tu étais avant ta transformation. Timide. *
    * Donc ? *
    * Donc. Tu es, il semblerait, le premier garçon qui s’intéresse à elle, qui l’a embrassée. Donc, je pense juste qu’elle veut voir si elle arrive à te donner envie d’elle. *
    * Mais, je la désire. Je la veux tout le temps contre moi, je veux l’embrasser, la prendre… *
    * J’ai compris, t’inquiète. *
    * Elle me rend fou *
    * Ca, on avait remarqué mais elle, pas forcément. *

    Je commençais à comprendre un peu plus la personne complexe qu’était ma Luna.
    * Tu ferais un bon psychanalyste tu sais Quil. *
    
    Fin PDV Embry
    
    
    PDV Luna
    
    Embry était parti comme un fou dans la forêt. Elle l’a mis en colère. Luna se renfrogna dans sa chaise, rougissante et avec des larmes dans les yeux. Il ne la désirait pas comme elle le désirait. Quil était parti rejoindre le jeune homme. La jeune Queen désirait tellement le Quileute. Il était son rayon de soleil, son loup, son protecteur, son amoureux. Elle voulait tellement sentir ses mains, ses baisers, sa langue sur sa peau. Elle voulait qu’il la connaisse sur le bout des doigts tant mentalement que physiquement.
    
    - Qu’est-ce qui lui arrive à lui ?
    
    Leah avait posé cette question, tous les regards se tournèrent automatiquement vers la française, qui secoua la tête, toujours confuse, triste et en colère contre elle-même.
    
    La jeune fille sortit de table pour débarrasser et alla dans la cuisine pour faire la vaisselle. Elle était en train de mettre à sécher la dernière assiette lavée et rincée quand elle sentit son ventre chauffer doucement. Il arrivait. Elle sentit alors deux mains brûlantes qui la prenaient par la taille et un torse nu tout aussi brûlant dans son dos. Embry posa son menton sur son épaule et lui chuchota alors d’une voix rauque :
    - Désolé, ma chérie. Je voulais juste me calmer un peu. Ton regard me… Il… J’avais trop envie de toi et je voulais te sauter dessus.
    Le jeune homme la retourna, se faisant, elle se retrouva donc entre l’évier et le corps brûlant d’Embry. Elle leva les yeux, le regardant dans les yeux. Les yeux d’Embry faisaient la navette entre les yeux et les lèvres de Luna. Il se jeta alors sur ses lèvres pour un baiser des plus enflammés. Elle s’accrocha brusquement à son cou, lui mettant de la mousse partout sur sa peau. Pendant que lui, l’empoigna par la taille pour les faire reculer vers le mur le plus proche. Elle se retrouva alors plaquée contre un mur, Embry toujours collé à ses lèvres et contre son petit corps. Le loup descendit ses mains vers les fesses de la jeune fille, les effleurant, ce qui la fit gémir doucement. Il répondit par un grognement. Il lui empoigna soudainement l’arrière des cuisses pour la soulever, comprenant le geste, elle entoura les hanches de son compagnon avec ses jambes. Ils étaient toujours contre le mur à s’embrasser fougueusement quand ils entendirent un :
    - On entend tout alors si vous pouviez vous calmer, surtout que vous êtes dans ma cuisine !
    
    Cela les fit sursauter et arrêter leur étreinte plus que chaude. Embry grogna de colère mais souriait à son imprégnée. Pendant que la jeune fille riait doucement, toute rouge de gêne et de baisers fiévreux. Ils ne bougèrent pas, cependant. Luna lança à Embry le même regard que celui qui avait poussé le jeune homme à quitter le salon quelques minutes plus tôt. Celui-ci grogna et l’embrassa de nouveau mais, la voix d’Emily retentit près de la cuisine avec un sourire dans la voix.
    - Désolée les amoureux mais je dois venir prendre le dessert.
    
    
    La soirée était déjà bien avancée quand presque tout le monde avait quitté la maison de Sam et Emily. En fin de compte, seuls Jared et Kim ainsi que Luna et Embry, ainsi que Claire qui dormait déjà, non sans faire un câlin à Quil, étaient restés chez l’alpha pour dormir. Il devait être sûrement 23 heures quand Luna partit se changer dans la salle de bain. Il y avait deux chambres d’amis en plus de la chambre de Claire chez Emily. Ce qui fait que chaque couple avait droit à son intimité.
    
    Embry avait attendu Luna dans la chambre. Quand elle revint, vêtue d’un petit short noir qui lui arrivait juste en-dessous des fesses, ainsi qu’un petit débardeur simple blanc montrant son piercing au nombril, le jeune homme se figea sur le lit sur lequel il était assis.
    
    Fin PDV Luna
    
    PDV Embry
    
    J’étais assis sur le grand lit de la chambre d’amis de Sam et Emily, en caleçon et un peu stressé tout de même. Luna et moi avions dormis ensemble la nuit dernière mais c’était pour une autre raison. J’avais une bataille le lendemain et nous voulions seulement se sentir proches l’un de l’autre. Mais, je sentais que cela allait être une nuit complètement différente. Même si nous n’allions certainement pas coucher ensemble, je le voulais mais c’était vraiment trop tôt. L’imprégnation ne comptait pas à ce niveau-là. Nous nous étions mis ensemble très vite, surtout par rapport à l’imprégnation et n’étions pas prêts pour franchir le point de non-retour. Même si le fabuleux baiser de ce soir dans la cuisine avait été beaucoup plus poussé que les précédents. Je m’arrêtais dans mes réflexions car j’entendais les pas légers et feutrés de mon imprégnée qui sortait de la salle de bain et venait vers la chambre. Elle ouvrit la porte et je restais figé. Elle voulait vraiment me mettre les nerfs à vif aujourd’hui ou quoi ? Elle portait un mini-short qui me montrait presque le début de ses jolies petites fesses, ainsi qu’un petit haut qui dévoilait son petit piercing au nombril. J’avoue qu’à la base, je n’aime pas trop les filles qui en ont un car je trouve qu’elles font vulgaires avec leurs bijoux qui pendent. Mais, Luna ne portait qu’une petite pierre toute simple de couleur violette. Cela la rendait innocente mais sexy. Cela me donna une bouffée de chaleur et mon regard remonta encore pour atterrir sur sa poitrine. Celle-ci était assez… généreuse. Je dois avouer qu’elle avait été très gâtée de ce côté-là. J’essayais de ne pas trop m’attarder sur sa poitrine pour remonter mon regard vers son cou, enfin son visage. J’inspirais fortement pour me redonner contenance. Elle me regarda alors, surprise. Elle ferma la porte et se tenait dos à elle, contre elle. Elle tortillait ses mains et me regardait timidement. Adorable. Je me repris en inspirant une nouvelle fois, sentant en même temps son odeur de rose, noix de coco et camélia, pour reprendre contenance et me dirigeais vers mon aimée.
    
    - Tu es sublime, soufflai-je, ma voix était devenue légèrement rauque.
    - Merci. Tu n’es pas mal non plus, chuchota-t-elle sur le même ton.
    Je la pris par la main pour aller dans le lit.
    - Je me demandais…
    - Quoi ?
    - Ton piercing, tu es jeune pour en avoir un. Tu n’as même pas encore 16 ans. Comment ça se fait ?
    - En fait, je me le suis fait faire pour mes treize ans. Un cadeau de ma tante et de ma mère. C’est elles qui m’ont accompagnée.
    - Comment ça se fait que tu en as voulu un aussi tôt ? Enfin, ce ne sont pas mes affaires. Excuse-moi.
    - Mais, bien sûr que si Embry. C’est normal de vouloir connaître un maximum de choses de la personne qu’on aime. En fait, je ne sais pas si tu sais mais ma grand-mère maternelle est morte quand j’ai eu douze ans.
    - Oh… Désolé ma chérie. Je ne savais pas.
    - Ce n’est rien. En fait, elle était mon univers. J’étais plus proche d’elle que de ma mère. Elle savait tout de moi. J’ai beaucoup voyagé avec elle surtout. Elle m’emmenait avec elle quand elle partait en Italie. Et quand elle est morte, j’ai tout cassé dans ma chambre et j’ai arrêté de parler pendant deux semaines. Jusqu’à son enterrement en fait.
    - Je ne sais pas quoi te dire ma chérie.
    - Il n’y a rien à dire… Mais, depuis son enterrement j’ai soulé mes parents pour me faire faire un piercing soit à l’oreille soit au nombril. J’avais besoin de me sentir vivante et voir si je pouvais faire quelque chose d’extrême. Enfin, à treize ans, on considère ça comme extrême. Quelques jours avant mon anniversaire, ma tante et ma mère m’ont fait la surprise et m’ont dit que j’allais me faire percer le nombril.
    - D’accord. Tu as eu mal ?
    - En fait, non. Mais, j’ai eu super peur. Au dernier moment, j’ai failli partir.
    - Ah bon ?
    - Oui, parce que le perceur parlait avec ma tante et ma mère. Il installait tout le matériel devant moi comme s’il préparait les ingrédients d’un gâteau. J’ai vu une aiguille super longue, celle qui allait me faire le trou dans la peau. Mais, j’ai vaincu ma peur et je l’ai laissé faire.
    - En tout cas, il te va très bien. Mais pourquoi violette ?
    - Ma couleur préférée dans le monde entier.
    - OK. La mienne c’est le vert.
    
    Le silence se fit, mais pas un silence gêné, plutôt un silence apaisant. Avec mon ouïe surdéveloppée, j’entendis alors de légers gémissements venant de la chambre d’en face. Je rigolais légèrement mais cela surprit Luna.
    - Qu’est-ce qui se passe ?
    - Rien. Désolé. C’est juste qu’avec ce truc de loup, j’entends tout ce qui se passe dans la chambre de Jared et Kim.
    - Tu entends quoi qui te fait rire ?
    - Bin, disons que Jared fait beaucoup de bien à Kim si j’en crois les nombreux… gémissements qu’elle pousse.
    
    Je me sentis piquer un fard et jetais un regard vers la jeune fille assise à mes côtés. Elle avait un sourire aux lèvres et les joues rosies. Elle tourna son beau visage vers moi et mordillait sa lèvre. Cela me redonna aussi chaud que quand je l’ai vu entrer dans la chambre. D’un coup, Luna se jeta sur mes lèvres en se plaquant contre moi. Je répondis presque immédiatement à son baiser qui était tout sauf chaste et timide. Je la plaquais encore plus contre moi et nous fis nous retourner. Elle se retrouva donc sur le matelas sur le dos alors que je m’installais entre les jambes. Sa langue me demanda l’accès dans un élan de passion, ce que je lui accordais volontiers. Elle posait ses mains sur mon torse, mes bras, ma nuque, mes joues, mes hanches, tout cela me fit grogner de désir non contenu. C’était la première fois qu’elle initiait elle-même un baiser. Et quel baiser ! Je sentais son bassin contre le mien et petit Embry commençait à se manifester. Elle gémit contre ma bouche sous la sensation de proximité que nous avions. Je me sentais dur contre elle et me frottais encore plus contre son bassin pour lui montrer mon désir d’elle. Elle gémit encore plus fort. Je grognais en retour. J’adorais l’entendre gémir quand je la touchais. Nous stoppions le baiser quelques secondes pour reprendre notre souffle.
    - Wouah !
    Je ne pouvais pas faire mieux dans mes paroles. Je me jetais de nouveau sur ses lèvres, elle s’accrocha à mon cou pour approfondir le baiser. Je la sentis qui essayait de nous faire nous retourner mais, j’étais trop lourd et trop fort pour qu’elle y arrive. Je nous retournais tout de même, elle sourit contre ma bouche et se retrouva sur moi à califourchon. Elle arrêta le baiser et se redressa quelque peu. Je la regardais plein de désir pour son petit corps absolument magnifique. Elle me regarda, tout à coup timide, toujours la respiration haletante et les joues roses. Elle est la tentation. Ma tentation.
    
    - Excuse-moi Embry. Je ne sais pas ce qui m’a pris.
    - Mais, enfin ma chérie. Pourquoi tu t’excuses ?
    - Je… C’était… Je n’ai pas pu me contrôler. Tu étais si beau… et sexy… Grrr… Foutues hormones à la con…
    Je riais doucement devant ce langage qui ne lui ressemblait absolument pas et son hésitation dans son explication.
    - Alors, comme ça, je suis tellement beau et sexy que tu n’arrives plus à te contrôler ?
    J’étais taquin et très excité de ses réactions. Elle semblait ressentir la même chose que moi. Elle croisa alors ses bras sur sa jolie poitrine, boudeuse.
    - Tu te moque de moi. C’est pas juste.
    - Mais non ma chérie. C’est juste que j’ai du mal à me contrôler également. Est-ce que tu sens ?
    Je lui prenais les hanches et la collais contre mon érection qui n’était pas partie d’ailleurs. Luna était encore sur moi et son bassin toujours collé contre le mien. Mon imprégnée ferma imperceptiblement les yeux, son cœur battait un peu plus vite. Elle semblait aimer ce contact plus qu’intime et je grognais à cette constatation.
    - Embry, souffla-t-elle sa voix devenue rauque de désir.
    Je me redressais pour être à sa hauteur et l’embrasser encore plus fort. Je voulais lui montrer combien je la désirais en cet instant.
    
    La chanson de Star Wars retentit alors, nous faisant sursauter et nous éloigner brusquement. Elle se précipita sur son téléphone.
    - Merde, mon père.
    Elle décrocha.
    - Allo, papou. Désolée.
    - Luna, tu vas bien ?
    - Oui papou. Désolée. J’ai oublié de téléphoner. On allait se coucher avec les filles et on s’amusait tellement que j’ai oublié de vous appeler.
    
    Elle tournait en rond, discutant avec son paternel. J’essayais de me calmer et soupirais. Cela nous avait refroidi mais, en fin de compte, c’était peut-être mieux. Comme c’était parti, on aurait franchi le point de non-retour si son père n’avait pas appelé. J’entendis alors Jared qui chuchotait en grognant, sachant que je l’entendais.
    
    - Putain, Embry ! Tu pourras dire merci à ta femme. Son téléphone nous a coupé littéralement.
    - Désolé. Mais, je te signale que nous aussi.
    - Peut-être mec. Mais c’est ton imprégnée donc c’est normal mais que Ma Kim veuille qu’on dorme car elle a été coupée dans son élan, ça me concerne.
    - N’en veux pas à Ma Luna.
    - Ouai. Bon. Désolé, mec. Bonne nuit.
    - Bonne nuit Jared.
    
    Pendant ce temps, ma Luna avait dit bonne nuit à ses parents et me rejoignit sur le lit. Elle s’excusa et je sentais qu’il était temps de dormir. Elle se blottit dans mes bras tendrement, nous nous faisions un petit bisou de bonne nuit. Je dormis comme un bienheureux cette nuit-là, ma Luna dans mes bras qui ronflait légèrement.
    
    Fin PDV Embry
    

Texte publié par Soso-Wolves, 16 décembre 2017 à 16h22
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 7 Tome 1, Chapitre 7
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1510 histoires publiées
701 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Nisa
LeConteur.fr 2013-2020 © Tous droits réservés