Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 2, Chapitre 43 Tome 2, Chapitre 43
La gorge nouée dès le réveil, je demeurai les yeux clos le temps nécessaire à chasser les sentiments enracinés en moi par mes songes. Toutes mes nuits durant, je m’apitoyais sur sa présence illusoire pour réaliser dès les premiers instants de conscience que l’omniprésence du pouvoir d’Argöth dans les murs de ma chambre ne rendait que plus cruelle encore son absence. Au plus profond de moi, la cage fissurée suintait un désespoir appelant l’ultime délivrance qui me plongeait dans une transe morose à longueur de journée. Je voulais me battre pour les Éthérés, pour cet équilibre que nous n’aurions jamais dû rompre, pour ce mystère que l’on protégeait envers et contre tout, pourtant la plupart du temps, une fois la colère ou l’indignation retombées, je n’aspirais qu’à m’endormir pour ne jamais plus me réveiller.
    
    Je lâchai un soupir vibrant avant de me redresser puis m’étirer. Discrètement, je jetai un coup d’œil à l’opposé de la pièce et constatai que les deux Gærs grelottines chargés de me surveiller ne me lâchaient pas du regard. Je grommelai un salut et n’obtins guère plus qu’un grognement. Mes échanges se limitaient à cela depuis deux jours, cependant, à l’agitation soudaine de mes gardiens, je compris que cette matinée ferait exception. Après une consigne transmise à une personne dans le couloir et un peu d’attente, la porte s’ouvrit sur Alrüs et Gær Toyën qui attendirent le départ des deux autres pour refermer l’huis derrière eux. Avec un sourire timide, mon compagnon fit deux pas dans ma direction, vite interrompu par la lourde main du colosse sur son épaule. Ils se défièrent quelques secondes du regard puis le jeune homme se libéra d’un mouvement fluide pour retrouver sa place au pied de mon lit. Je notais toutefois l’absence de geste, de contact à mon égard. Gorge nouée et lèvres pincées, je me tournai vers notre mentor qui s’installait dans un fauteuil.
    
    - Dinaë n’a rien, elle est en parfaite santé. Je suis prêt à oublier l’incident si tu lèves le scellé que tu as apposé sur son pouvoir.
    
    Muette, je posai mon menton sur mes genoux, le regard fixé sur mes orteils. Il ne pouvait réellement espérer régler le problème aussi facilement, sans compter que, dans tous les cas, j’en étais incapable. Et quand bien même, je n’éprouvais nul remord qui aurait pu me convaincre de tenter l’impossible. Un soupir las me répondit.
    
    - Très bien, que veux-tu ? Je ne peux revenir seul sur les décisions de l’assemblée. Je ne peux pas annuler la conquête des Monts Sauvages, je ne peux pas te renvoyer à Blanchiles, alors quoi ? Je suis prêt à te laisser circuler librement dans le manoir, je ne peux faire plus et j’espère que tu as conscience du risque que je prends aux yeux de tous en faisant cela. Mais je t’en prie, cesse ce petit jeu avec Dinaë. J’ai besoin d’elle, nous avons tous besoin d’elle, maintenant plus que jamais !
    
    Un rictus cynique m’échappa. Me prenait-il à ce point pour une gamine capricieuse à m’imaginer rendue à pareilles extrémités pour seulement sortir de ma chambre ?
    
    - C’est justement parce que nous avons besoin d’elle qu’elle a choisi Dinaë...
    
    Comme toujours, Alrüs était le seul à me comprendre, ou du moins à essayer.
    
    - Selën, s’il te plait... Qu’est-ce qu’elle a dit, ou fait ?
    
    Gær Toyën prit une vive inspiration, toutefois je le devançai, levant les yeux vers la pupille unique de mon compagnon.
    
    - Elle a menti.
    
    L’incompréhension s’installa sur ses traits et je portai un regard accusateur sur notre mentor.
    
    - Ils mentent, depuis le début, depuis toujours, à tout le monde...
    
    La cible de mes accusations allait protester, cependant je ne lui en laissai pas le temps.
    
    - Je n’ai hérité d’Argöth qu’à sa mort. À l’origine, je suis une compatible d’Ænya. Pourquoi avoir menti sur quelque chose d’aussi insignifiant qu’un nom ? Pourquoi Dinaë a-t-elle préféré continuer à mentir alors qu’elle savait avoir toutes les chances d’être prise sur le fait ? Vous avez menti sur Argöth, vous mentez sur les Éthérés, vous mentez sur l’origine même de cette guerre. Dinaë veut retrouver ses pouvoirs ? Qu’elle commence par me dire la vérité, pour une fois...
    
    La surprise du colosse avait bien vite été chassée par un agacement manifeste.
    
    - Qu’est Ænya ?
    
    La question d’Alrüs n’obtint qu’une main levée pour palier à toute autre interruption.
    
    - Dinaë t’a dit la vérité, Selën. Et estime-toi heureuse que ce soit le cas, nous n’étions que trois à la connaître jusque là. Dinaë t’a fait confiance, et pour quel résultat ? Je ne sais pas ce qu’Osran t’a mis dans la tête, mais cesse un peu de voir des complots partout !
    
    - Il n’y a pas que ça !
    
    L’insulte à peine masquée à l’encontre de la seule personne qui marchait sur la même voie que moi m’avait fait me redresser. En réponse, Gær Toyën bondit sur ses deux pieds et sa voix résonna dans toute la pièce.
    
    - Il n’y a que ça ! Des erreurs vieilles de plusieurs siècles dont nous payons aujourd’hui encore le prix. Et toi plus que quiconque. Ta sensibilité au pouvoir a toujours rendu les choses plus personnelles et Osran en a profité pour t’entraîner dans ses utopies absurdes et ses théories complotistes sans fondement. Il vit dans une époque révolue idéalisée qui ne pourra jamais revoir le jour. Toi, tu observes nos vies à travers le voile de la magie et, plus le temps passe, plus tu oublies que c’est à notre monde que tu appartiens, pas à celui du pouvoir. Ressaisis-toi ! Lutter contre son influence est notre lot à tous, mais il est de toute évidence bien plus insidieux avec toi. Résiste-lui Selën ! Je ne veux pas être rappelé des Monts Sauvages pour mettre un terme définitif à ta folie...
    
    Les deux mains du colosse étaient désormais posées sur mes épaules et il y avait dans son regard une lueur que je n’avais encore jamais vue. Douleur ? Peine ? Peur ? Sa voix, ses pupilles, recelaient tant de sincérité que je me surpris à douter vraiment. Il y avait pourtant bien eu des mensonges autour de mon héritage, mais était-ce réellement pour quelque chose d’aussi idiot que l’amour propre de quelques puissants ? Après tout, un roi avait bien exigé de mon mentor qu’il m’éloignât parce que je l’avais contredit. Jusqu’où iraient-ils pour ne pas porter la responsabilité des Éthérés ? Sans doute jusqu’à mentir sur leur origine même avec le concours de celle que tous écouteraient à travers les âges... Pourtant, certaines choses ne changeaient pas : la cohabitation demeurait possible, elle avait fonctionné à Blanchiles bien avant mon arrivée. Et les documents que le gouverneur m’avait montrés ? Si les autres rois en possédaient également, comme le soupçonnait mon hôte, comment pouvaient-ils alors croire au bienfondé d’une nouvelle Purge ? Et pourquoi ne s’interrogeaient-ils pas sur les mentions faites d’Ænya ? Si le gouverneur était en vérité le dernier à détenir ces documents ? Une autre hypothèse, terrible, me vint soudain. Je n’avais jamais entendu parler d’ouvrages détruits lors de la Grande Purge que par sa bouche. Et s’il avait menti, lui aussi ? S’il ne m’avait présenté que de faux documents ? Non, il avait vu juste pour Ænya, il n’avait pu l’inventer. De même que je ne pouvais croire en la tromperie du seul être favorable aux Éthérés. Alors comment ? Pourquoi ? Les pièces du puzzle que j’avais soigneusement assemblé ces derniers jours s’émiettaient entre mes doigts sans que je ne pusse rien y faire. Quelqu’un mentait, ou tout du moins étouffait une partie de la vérité, mais qui ?
    
    - Selën ?
    
    La gorge serrée, je levai un regard implorant vers mon mentor. Je voulais le croire, je voulais pouvoir m’en remettre à lui. Je voulais tous les croire. Et pourtant, une petite voix en moi hurlait à la manipulation. Une large main vint se poser sur ma tête et un sourire sincère illumina le faciès du colosse.
    
    - Je préfère ça. C’est de ma faute, j’ai été trop indulgent avec toi, je n’ai pas voulu voir les signes. Tout ira bien, ne t’inquiètes pas. Tu dois juste garder à l’esprit que nous sommes ta famille, nous ne sommes pas tes ennemis. Avec un peu de temps, de patience et d’attention, tu retrouveras le chemin de la raison. Tu dois seulement apprendre à reconnaître la voix du pouvoir et à ne pas l’écouter. Je pense qu’en vérité tu la côtoies depuis ton premier Processus. C’est pour cela que nous n’y avons pas pris garde et que tu ne perçois pas son intrusion. Tu vas devoir nous faire confiance, mais tout finira par rentrer dans l’ordre et tu réaliseras alors combien tu étais sous son influence. Tu veux bien au moins essayer ?
    
    J’acquiesçai sans même y songer. Je ne voulais plus être seule, je ne voulais plus me battre contre les seules personnes qui me connaissaient vraiment. Et s’il avait raison ? Le pouvoir me parlait, c’était un fait, tout comme c’était sa soif de vengeance qui m'avait poussé à détruire le draë sans avoir projeté le moindre plan auparavant. Et pourtant, je ne pouvais nier l’attachement réciproque qui m’avait liée à Cro, Grigri ou Petit Frère, je ne pouvais renier la douleur qui avait irradié d’Argöth à ma trahison. Ma raison voulait se fier à mon mentor quand mon cœur était dévoué aux Éthérés. Sous les regards attentifs de Gær Toyën et Alrüs, je me sentais comme déchirée en lambeaux.
    
    - Maintenant que tu as compris cela, veux-tu bien rendre ses pouvoirs à Dinaë, s’il te plaît ?
    
    Un nœud terrible vrilla soudain mes entrailles. S’il avait raison, alors ce que j’avais fait... Non, je refusais de croire que je m’étais trompée à ce point. Et pourtant...
    
    - Je suis désolée...
    
    Je sentis les premières larmes rouler sur mes joues tandis qu’Alrüs se matérialisait à mes côtés, un bras passé dans mon dos. Je n’osais qu’un bref coup d’œil au masque inquiet du colosse.
    
    - Ce n’est pas un scellé. J’ai détruit le pouvoir de Dinaë...
    

Texte publié par Serenya, 27 octobre 2020 à 09h25
© tous droits réservés.
«
»
Tome 2, Chapitre 43 Tome 2, Chapitre 43
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1611 histoires publiées
738 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Sashy 123
LeConteur.fr 2013-2021 © Tous droits réservés