Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 2, Chapitre 32 Tome 2, Chapitre 32
- Tout est réglé, j’ai donné mes directives : seul Gær Alrüs pourra traverser. Les autres membres de Chäsgær comme les envoyés du continent seront priés de transmettre leur message depuis Port Chantant.
    
    J’acquiesçai en silence, le regard perdu dans le feu crépitant de l’âtre, caressant distraitement Cro, allongé contre moi dans le canapé que nous occupions tous deux. J’étais encore trop épuisée pour répondre davantage ou même m’inquiéter. Je n’avais guère de souvenirs de notre voyage de retour, ayant passé la plupart de la traversée à dormir. Je ne conservais que le tableau à la fois fascinant et glaçant des eaux obscures du lac et du puits de ténèbres qu’était désormais la grève au draë. Un frisson me parcourut à ce rappel de ce que j’avais fait. Avec un soupir las, je m’enfonçai plus profondément dans les coussins. J’avais beau avoir conscience des conséquences qu’un tel acte aurait sur nous tous, je ne pouvais m’empêcher de n’éprouver aucun remord.
    
    - Et maintenant ?
    
    Je redoutais cette question depuis notre arrivée à Blanchiles, la veille. Ne sachant que répondre, je haussai les épaules.
    
    - J’apprécie l’initiative, mais cela sera-t-il suffisant pour faire entendre raison à Chandeaux ?
    
    - J’en doute.
    
    Le gouverneur avait bien plus pensé à voix haute que réellement posé la question, toutefois, au regard qu’il m’adressa à ma réponse, je compris qu’il partageait les mêmes craintes. Je n’avais cependant aucune envie d’y songer davantage. Un silence méditatif s’installa un long moment avant que mon hôte ne le brisât de nouveau.
    
    - Et concernant Chäsgær... Quelles sanctions risquez-vous ?
    
    Un rictus amer m’échappa. Cela non plus, je ne voulais pas y penser. Pourtant, je ne pus m’interdire de formuler tout haut la peur sourde qui me dévorait les entrailles depuis que j’avais suffisamment reprit connaissance pour saisir la portée de mes actes.
    
    - Dinaë craint depuis des mois, si ce n’est des années, l’emprise du pouvoir qu’elle imagine déceler en moi. Dans le meilleur des cas, elle exigera de contrôler ce qu’il en est. Dans le pire... Quoi qu’il en soit, elle se méfie tant de moi depuis que je porte ces écailles noires que je crains que l’issue finale ne diffère guère d’une situation à l’autre...
    
    Elle qui cherchait déjà à m’écarter du manoir alors que je n’avais rien fait ne devait pas avoir de projets bien sympathiques à mon égard.
    
    - Elle a de quoi s’inquiéter, cela ne m’étonne guère.
    
    Mon regard choqué ne rencontra que le soupir bienveillant de messire Osran.
    
    - Je doute que Chäsgær vous ait expliqué quoi que ce soit, mais vous êtes loin d’être idiote. Je gage que vous avez compris certaines choses, malgré le flot de mensonges dont on vous abreuve depuis vos débuts.
    
    Interdite, je tâchai de mettre en mouvement mon esprit pour en extraire les conclusions que j’avais tirées des derniers évènements. La différence que je faisais entre pouvoir sombre et magie de lumière était à l’image de mes deux jeux d’écailles, néanmoins les raisons de leur coexistence demeuraient de vagues hypothèses. Les questions se bousculaient sur mes lèvres maladroites, mais déjà le gouverneur quittait son fauteuil.
    
    - Reposez-vous. Quand vous serez prête, j’aurai quelque chose à vous montrer.
    
    
    Je le fus quatre jours plus tard, quand je fus capable de m’activer toute une journée sans m’effondrer dans un recoin pour une sieste inopinée. Après un déjeuner durant lequel j’avais questionné mon hôte sans obtenir plus qu’un sourire énigmatique, il m’invita à le suivre et m’entraîna vers l’aile privée du manoir. Nous remontions les longs couloirs, Cro et Grigri s’égayant tandis qu’ils nous précédaient.
    
    - Je ne sais pas si vous le savez, mais la Grande Purge n’a pas seulement concerné les créatures magiques...
    
    Toute ouïe, je l’écoutais sans oser l’interrompre ou l’interroger.
    
    - Beaucoup d’ouvrage de cette époque ont également été détruits. Rapports de recherche sur la conception des Gærs, essais sur les mœurs et pouvoirs des créatures magiques, journaux historiques... Tout ce qui aurait pu compromettre à terme la version officielle enseignée depuis.
    
    Sur ces mots, nous franchîmes la porte des appartements privés de mon hôte. Il poursuivit en se dirigeant vers l’imposante bibliothèque qui habillait tout le mur de droite.
    
    - J’aurais aimé vous montrer ceci plus tôt, mais je devais m’assurer que vous demeureriez du côté des Éthérés avant tout, qu’il ne s’agissait pas juste d’une rébellion passagère vis-à-vis de vos mentors... Il a été bien trop ardu de sauvegarder ces trésors jusqu’à nos jours pour risquer si facilement de les perdre. Je vous prie de bien vouloir m’en excuser...
    
    J’acquiesçai, circonspecte. Le mystère qui nimbait son discours m’intriguait d’autant plus que les mots eux-mêmes. Curieuse, je l’observai extraire une dizaine d’ouvrages provenant tous de la même étagère puis les poser sans grande attention sur la banquette tout près.
    
    Le rayonnage ainsi débarrassé d’une partie de son contenu, le gouverneur glissa son bras jusqu’au fond du meuble et un cliquetis se fit entendre. Il me fit signe d’approcher et, m’exécutant, je vis le panneau de fond coulisser pour révéler une alcôve secrète dans laquelle une masse de documents se disputaient le moindre espace.
    
    - Voilà tout ce qui a survécu à la Grande Purge, du moins officiellement. En vérité, je soupçonne chaque membre de l’assemblée d’avoir sa réserve personnelle...
    
    J’avançai davantage encore tout autant fascinée qu’effrayée par ce que je pourrais découvrir à travers ces feuillets.
    
    - Je les ai tous lus... plus d’une fois d’ailleurs. Bien entendu, je ne maîtrise pas suffisamment le pouvoir ou les secrets des Gærs pour en saisir pleinement le sens, mais vous...
    
    Suspendue à ses lèvres, je n’osais tendre la main vers les ouvrages de peur de ne briser ce charme étrange qui plaçait sur ma route ces informations tant recherchées.
    
    - Vous êtes arrivée ici en proie au doute et à tant d’interrogations... Vos réponses se trouvent peut-être ici.
    
    Je n’osais y croire. Le propriétaire des lieux extirpa tout d’abord un volume imposant relié de cuir.
    
    - Celui-ci ne présente aucun intérêt pour vous, il n’est pas même vraiment interdit, mais je préfère le cacher. Au cas où... Ce sont les comptes et les différents rapports concernant l’élevage et le commerce des räverns. Si je ne craignais pas qu’il finisse dans un âtre, je l’aurais agité sous le nez de ces imbéciles durant l’assemblée. Je doute que cela aurait changé quoi que ce soit, cela dit...
    
    Le sourire en coin qu’il m’adressa étira mes lèvres et il abandonna le recueil sur l’étagère vide pour replonger dans l’alcôve. Il lutta quelques minutes avant d’en sortir un rouleau et un carnet. Messire Osran se tourna alors vers moi, agitant le premier document.
    
    - C’est un traité sur le... réactif du Processus. Comme vous vous en doutez, ma compréhension s’arrête à son importance dans la création des Gærs. Je pense que vous le trouverez fort intéressant. Quant à celui-ci...
    
    Il fourra dans mes mains le rouleau pour feuilleter rapidement le carnet, révélant de nombreuses pages manuscrites enrichies de croquis.
    
    - Il s’agit sans aucun doute du moins obscurs de ces documents et le mieux conservé, ce qui en fait l’ouvrage tout indiqué pour commencer. C’est une sorte de répertoire des créatures magiques rédigé par l’un de mes ancêtres. À l’époque, nous étions capitaine de père en fils, mandaté pour le transport des räverns. Quoi qu’il en soit, son point de vue devrait vous intéresser.
    
    Le gouverneur me confia l’ouvrage en question avant de ranger le livre de comptes à sa place et remettre en ordre l’étagère.
    
    - Commencez avec ceci et quand vous aurez besoin d’autres documents, il vous suffira de les demander.
    
    Je remerciai distraitement mon hôte, déjà toute tournée vers les mystères renfermés entre mes mains, et me hâtai vers mes appartements pour en débuter l’étude.
    

Texte publié par Serenya, 11 août 2020 à 09h55
© tous droits réservés.
«
»
Tome 2, Chapitre 32 Tome 2, Chapitre 32
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1611 histoires publiées
738 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Sashy 123
LeConteur.fr 2013-2021 © Tous droits réservés