Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 81 Tome 1, Chapitre 81
Sans le vouloir, je m'avançais vers le fauteuil et, surtout, son occupante. Le chant tout autant terrible que magnifique vibrait dans l'air, imprégnait la moindre parcelle d'existence ou de matière qui composait le lieu. Celle qui n'avait été autrefois que douceur et délicatesse parut s'apaiser quelque peu à mon approche. Mon attention fut happée une éternité par les morceaux d'écorces arrachés, émiettés, aux niveaux des larges sangles de cuir ainsi que la peau ensanglantée qu'ils révélaient. Hormis ce qui demeurait de ses chairs, que restait-il de Dinaë ? Gær Toyën avait-il raison d'alimenter encore le moindre espoir ou avait-il seulement besoin de moi pour cesser de se leurrer ?
    Le visage humide creusé des étranges rides familières se tourna vers moi. Alors la douleur disparut des pupilles braquées sur les miennes, au profit de l'espoir. Un hoquet secoua le corps épuisé puis un sourire étira les lèvres pâles.
    
    – …ën…ah, te voilà enfin…
    
    Sa respiration haletante rendait sa parole laborieuse. Ce fut toutefois son regard qui me dérangea le plus. Sans pouvoir l'expliquer, j'avais la désagréable impression que ce n'était pas Dinaë qui m'observait avec ses pupilles.
    
    – Je t'en prie… libère-moi…
    
    Je te libèrerai.
    
    Le pouvoir chatoya à l'évocation de ce vœu qu'il portait tant et plus ces derniers temps. Malgré cet écho fortuit, il n'y avait nulle supplique dans l'air, seulement une simple demande dans la bouche de la vieille Gær, le rappel d'une promesse dans la magie.
    
    – Selën ?
    
    La main chaude et rassurante du colosse se posa sur mon épaule, pourtant je ne pouvais me soustraire à la peur mêlée de fascination que m'inspirait mon mentor sanglé sous mes yeux. Cependant, la présence ainsi rappelée de Gær Toyën ramenait également celle d'Elyam à mes pensées. Bientôt, les échos de leur pouvoir vinrent semer leurs dissonances désagréables dans l'allégresse de nos magies. Je lâchai une grimace, mais ne pus détacher mon regard des pupilles miroitantes qui attendaient mon aide.
    
    – Sortez.
    
    Je perçus l'hésitation du colosse, aussi devançai-je ses protestations.
    
    – Vos pouvoirs vont me distraire. J'ai besoin de me concentrer.
    
    Quelques instants plus tard, nous étions seules et le chant du saedrë célébra cette victoire. Ce n'en était toutefois pas une, le pouvoir le comprendrait vite, si tant était que je parvinsse à réaliser ce qu'on attendait de moi.
    
    – Je suis désolée…
    
    Une lueur d'incompréhension passa dans les pupilles familières tandis que j'ancrais mes doigts à l'épaule de mon mentor.
    
    Rendors-toi…
    
    La surprise s'étendit au pouvoir au contact de ma demande maladroite. Je n'avais pas la moindre idée de comment m'y prendre néanmoins endormir la magie de Dinaë n'était clairement pas la solution. Je devais envisager une autre approche. Je tâchais de me fermer au chant glorieux qui emplissait mes sens, de me concentrer pour rappeler à mes souvenirs ce qu'il devrait être. Je connaissais le pouvoir de mon mentor par cœur tant je m'étais réfugiée dans ses notes, par le passé, pour me soustraire au capharnaüm du manoir. Le tout était de convaincre la magie de retourner à son état imparfait…
    
    Oublie-toi.
    

    Les échos de saedrë tressaillirent sous ma volonté et Dinaë lâcha un hoquet de stupeur.
    
    – Pourquoi…
    
    J'ignorai le murmure de la vieille Gær pour me focaliser sur le pouvoir. Je le sentais indécis désormais, or ses hésitations étaient une aubaine qu'il me fallait saisir.
    
    Renie-toi !
    
    J'écrasai de ma volonté les échos de Dinaë, leur imposant ce qui était ma réalité. Quand les premières fêlures apparurent, je m'y engouffrai pour y contraindre les dissonances coutumières.
    
    – Trahison…
    
    Toute l'horreur de ce que j'étais en train de faire me sauta à la gorge, mais je ne pouvais me laisser manipuler par le pouvoir. Il en allait du salut de mon mentor. Et pour la sauver, j'avais abusé la confiance que plaçait la magie en moi, j'enlaidissais ce que notre monde si terne avait de plus beau. Le dégoût que je suscitais chez l'héritage de Dinaë n'était rien face à celui que je m'inspirais moi-même. Cet écho accusateur qui résonnait autour de moi était une lame plongée sans fin dans mon cœur. Je devais le faire taire. Je devais le détruire. J'imprimais les dissonances dans le chant réprobateur, les développaient pour le déformer à défaut de le faire cesser tout à fait.
    
    – Selën…
    
    Il y avait bien plus de Dinaë dans ce murmure que dans toutes les paroles qui avaient franchi les lèvres de mon mentor depuis mon intrusion dans la pièce. Ce n'était toutefois pas suffisant. Les échos de mon pêché vibraient toujours dans l'air. Il devait se taire… Il allait se taire !
    
    Avec une rage désespérée, je déchirais les notes accusatrices, les noyais dans la dissonance et le désordre.
    
    – Elyam !
    
    Je ne voulais plus l'entendre, je ne voulais aucun témoin de cette abomination à laquelle on m'avait contrainte.
    Une main réapparut sur mon épaule. La masse informe d'inquiétude et de sollicitude qu'elle déversa alors sur moi me fit perdre le fil de mon ouvrage. Je me retrouvais seule face à l'horreur : un autel à la gloire de l'abominable, façonné de mes propres mains. Je chassai d'un geste rageur l'amas réconfortant sur mon épaule puis agrippai le dossier du fauteuil juste à temps pour me plier en deux, déversant sur le sol la bile amère qui bouillonnait en moi et me brûlait de l'intérieur. Mon estomac se convulsa un long moment, toutefois cela ne m'empêcha nullement de m'écarter de quelques pas maladroits lorsque Gær Toyën revint à la charge. J'allai finalement m'effondrer contre quelque placard, roulée en boule sur mon dégoût qui m'enflammait toujours la gorge, les bras serrés autour de mon corps pour tenir à distance les accusations.
    
    Je te libèrerai.
    
    Le pouvoir vibrait toujours de la même litanie, mais elle portait désormais des accents réprobateurs, comme une promesse oubliée, reniée. Je n'aspirais plus qu'au silence cependant ce ne serait pas en ce lieu que je le trouverais. Ici, la magie était omniprésente, accablante, et les tonalités enjouées que je descellais dans le discours incompréhensible du colosse n'étaient pas pour m'aider. Comment pouvait-on se réjouir d'une telle atrocité ? Je me sentais si sale, si épuisée…
    
    Je trouvais néanmoins un peu de réconfort lorsqu'un chuchotement bien connu se glissa à mes côtés. Je relevai la tête pour découvrir le visage d'Alrüs à quelques centimètres du mien. Son expression était attentive, comme s'il attendait de connaître ma volonté pour s'y plier.
    
    – Sors-moi de là…
    
    Mon compagnon acquiesça d'un hochement bref de la tête et, d'une impulsion, il me remit sur mes deux pieds avant de m'entraîner dans le couloir sous les protestations mêlées de plusieurs voix.
    
    – Ta chambre ou la plaine ?
    
    Le silence de l'extérieur était des plus tentants, mais je ne pourrais en profiter bien longtemps. Or, c'était avant tout de solitude dont je rêvais. Pour cela, la sourdine de l'infirmerie suffirait.
    
    – Ma chambre.
    
    L'instant d'après, me sembla-t-il, nous poussions la porte de mon domaine. Je retins cependant mon camarade avec un sourire las.
    
    – J'ai faim… Tu veux bien…
    
    – J'y file.
    
    Aussitôt Alrüs dans le couloir, je m'empressai de fermer la porte et glissai contre le panneau de bois pour condamner l'accès. Le jeune homme comprendrait la supercherie à son retour, néanmoins je n'en avais que faire : il me pardonnerait cette bassesse en temps voulu. Pour le moment, je n'aspirais qu'à échapper au pouvoir, ses accusations, mon pêché jusqu’à la fin de mon existence. Seul l'isolement me laissait un maigre espoir d'y parvenir.
    

Texte publié par Serenya, 30 juillet 2019 à 09h21
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 81 Tome 1, Chapitre 81
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1307 histoires publiées
623 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Mytae
LeConteur.fr 2013-2019 © Tous droits réservés