Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 77 Tome 1, Chapitre 77
– Selën, c'est l'heure. Ce serait bien si tu venais…
    
    Je m'enfonçai davantage sous mes couvertures et laissai Elyam se lasser sans émettre le moindre son. Je distinguai son soupir résigné puis ses pas le long du couloir. Ils pouvaient dire ce qu'ils voulaient, jamais je ne ferais acte de présence à leur cérémonie. La plupart du temps, on me traitait en paria, quand ce n'était pas en folle, mais là je devais appartenir au groupe le temps de quelques heures… Et mes morts à moi, qui d'autre les pleurait ? Je reconnus le pas nerveux qui remontait le corridor dès ses premiers échos. Ma porte s'ouvrit à la volée, je n'avais nul besoin de glisser ma tête hors des couvertures pour reconnaître Alrüs.
    
    – Allez Selën, debout.
    
    Je demeurais immobile, mimant le sommeil en espérant esquiver ainsi mon compagnon.
    
    – Je t'y traînerai par les pieds s'il le faut. Tu sais que j'en suis capable.
    
    Cela lui ressemblait bien, en effet, cependant j'avais aussi les moyens de lui faire oublier cette idée. Le jeune homme grommela.
    
    – J'espère pour toi que tu es habillée…
    
    Ma couverture disparut dans un mouvement vif et l'instant d'après, je décollai de mon lit. Je me débattis avec vigueur pour me retrouver sur mes pieds, face à l'impertinent.
    
    – C'est une cérémonie importante, Selën. Que vont penser les autres si tu n'y es pas ?
    
    Je haussai les épaules et croisais les bras.
    
    – Comme s'ils avaient besoin de ça…
    
    Mon camarade soupira, résigné.
    
    – Je sais, mais tu ne fais que leur donner des raisons supplémentaires de médire dans ton dos. Il y a deux membres de la meute dans la liste, tu ne peux pas bouder la cérémonie.
    
    J'attrapai ma couverture pour la remettre sur le lit, toutefois mon partenaire m'arrêta avant que je ne pusse la rejoindre.
    
    – Les deux crok'mars sont morts pendant notre chasse, je ne te laisserai pas les insulter en ne venant pas leur rendre hommage.
    
    Je me dégageai d'un geste ferme et campai sur mes positions, ulcérée par la situation.
    
    – Et les miens de crok'mars, qui les a pleurés ? Une flèche dans la tête, c'est ça votre dernier hommage ? Et… et lui…
    
    Ma gorge se noua comme à chaque fois que j'essayais de parler du saedrë. Les échos de douleur traversèrent ma chair aussi serrai-je mes bras autour de mon corps dans un vain espoir de les chasser. L'agonie de la créature m'avait suivie durant des jours et elle me hanterait probablement le reste de ma vie tant ces sensations s'étaient ancrées en moi.
    
    – Je sais que je ne pourrai jamais comprendre ce que tu vis, ce que tu ressens. Aucun de nous ne le peut, mais par pitié Selën, tu ne peux pas comparer ! Ce sont des Éthérés, c'est notre rôle de les chasser. C'est eux ou nous, je te rappelle… Tu préfèrerais peut-être que ce soit nous ?
    
    Je haussai les épaules. Je n'étais plus certaine de savoir ce que je voulais en vérité.
    
    – Tu nous sacrifierais tous pour quelques Éthérés ? Toyën, Dinaë, Elyam…
    
    Il y avait matière à discuter de ce que je pensais de ces trois-là, surtout ces derniers temps…
    
    – … Aevon, Tymen…
    
    Je lâchai une grimace. Mes anciens amis avaient déjà perdu Asaë, je ne me voyais pas apprendre que l'un ou l'autre l'avait rejointe, encore moins les deux.
    
    – … Aën, moi…
    
    Des larmes de frustration me montèrent aux yeux et je luttais pour ne pas les laisser paraître.
    
    – Ce n'est pas juste…
    
    – Je n'ai jamais prétendu que ça l'était.
    
    Le silence plana quelques secondes puis la voix d'Alrüs résonna à nouveau, à peine plus qu'un murmure.
    
    – Allez, viens.
    
    Alors je me laissais entraîner sans plus protester. Cette guerre, notre monde dans son ensemble, n'avait rien d'équitable, néanmoins j'étais née dans un camp et j'avais hérité du pouvoir de le protéger, de mettre même un point final à cet affrontement. Pour moi plus que quiconque, remettre en question notre rôle relevait de la trahison, voire la condamnation. Je pouvais comprendre leurs réactions, leurs peurs vis-à-vis de mon comportement.
    
    Pour autant, les comprendre n'en rendait pas moins mon existence amère. Afin de protéger mon monde, on m'avait condamnée à éprouver celui de notre ennemi. Perdue à la frontière entre nos deux univers, comment pouvait-on me reprocher quelques égarements ? Je savais pertinemment à qui allait mon allégeance, cela n'avait jamais fait aucun doute. En revanche, je ne pouvais le faire avec l'entrain que l'on attendait de moi alors que je percevais comme mien le mal que nous semions sur notre passage. Je rendrais hommage aux protecteurs de l'humanité tombés pour leur devoir si cela pouvait leur faire plaisir. Néanmoins, je me recueillerais avant tout sur les Éthérés ravis de me prêter main forte, pour finir exécutés froidement en remerciement. Surtout, je pleurerais ce qui devait être le dernier enfant du pouvoir et la longue agonie que ce statut lui avait valu.
    
    Tout Chäsgær s'était rassemblé devant le mémorial cependant, entre les Gærs domiciliés, ceux déployés en soutien au cas où l'accalmie de ces derniers jours prît fin subitement et ceux à qui nous rendions justement hommage, cela ne représentait qu'une quarantaine de personnes. Quelques regards se tournèrent vers nous à notre arrivée tardive, seule Elyam s'attarda sur nous avec un sourire bienveillant.
    
    – E-ën !
    
    Je me raidis à l'appel. Je m'étais appliquée à éviter Aën depuis mon dernier Processus, préférant m'épargner la peur que je ne manquerais pas de voir dans son regard. Cependant, aux trois secousses données sur ma manche, je compris que je n'y échapperais pas. Je plaquais un sourire sur mon visage avant de porter mon attention sur le petit, dents serrées pour encaisser sa réaction. S'il eut bien une expression surprise, ce fut tout. Son sourire innocent répondit au mien et il cala sa tête contre ma hanche, enlaçant ma cuisse de ses petits bras. Réconfortée par sa réaction, je caressais distraitement ses cheveux en écoutant la liste des noms qu'égrainait la voix forte de Toyën.
    
    Lorsque le nom de Siam résonna, je jurai intérieurement. Il avait fallu que dans les pertes qu'accusait la meute se trouvât l'une des rares Gærs que je pouvais nommer. L'appréhension s'insinua alors en moi à l'idée que d'autres noms plus connus pussent être énoncés. Avec un soupir de soulagement, je vis la cérémonie se clore sans que ce fût le cas. J'observais d'un œil absent mes confrères allumer une bougie pour chaque Gær perdu et songeai avec amertume que les pertes de ces dernières batailles avaient été lourdes des deux côtés. Sans doute était-ce pour cela que nous n'avions plus de nouvelles des Éthérés depuis l'extermination de la meute de crok'mars. Les deux camps étaient en piteux état, attendant de savoir quand l'autre frapperait pour un assaut final.
    
    J'espérais que la situation pousserait chacun à songer à une autre issue que le massacre qui s'annonçait, mais je savais mes espoirs vains : Argöth était l'incarnation de la vengeance tandis que l'humanité m'avait, moi. Il y avait pourtant bien là une autre solution, qui ne plairait certainement pas à mes camarades, mais qui sauverait les deux camps : un duel entre Argöth et moi, une ultime chasse. Encore faudrait-il qu'à l'issue d'un tel affrontement, les gouvernements d'Avëndya acceptassent de suivre l'exemple de Blanchiles. Or de cela, j'en doutais de plus en plus. Comme s'il lisait dans mes pensées, Aën s'écarta pour enchaîner signes et sons basiques dans l’idée me faire comprendre la pensée qui hantait son regard inquiet. Alors je m'accroupis pour le serrer dans mes bras, espérant l'apaiser.
    
    – Ne t'inquiète pas, personne n'allumera de bougie pour moi…
    

Texte publié par Serenya, 2 juillet 2019 à 09h29
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 77 Tome 1, Chapitre 77
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1306 histoires publiées
622 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Mytae
LeConteur.fr 2013-2019 © Tous droits réservés