Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 75 Tome 1, Chapitre 75
La meneuse ne s'était pas montrée des plus enthousiastes à l'idée de devoir faire de nouveau équipe avec nous. J'avais toutefois rapidement compris que ma supposée désobéissance de la chasse précédente n'était pas en cause. Elle semblait plutôt adhérer à la rumeur qui disait qu'Argöth m'attendait à l'extérieur, or elle n'avait aucune intention de se trouver une fois encore entre lui et moi. J'avais menti en assurant pouvoir la prévenir de l'approche du Dévastateur le cas échéant, personne dans la pièce n'avait rétabli la vérité. Aëlya devait accepter alors tous les arguments étaient valables.
    
    Nous avancions d'un pas vif sur la route qui menait au palais royal de Beaubreuil, cependant les dernières informations parvenues à Chäsgær laissaient entendre que la meute que nous chassions contournerait la citadelle plus au sud pour éviter le Gær domicilié à la cour. Je doutais fortement qu'une trentaine de crok'mars tremblassent réellement devant un seul Gær, mais la raison de leur détour importait peu tant que nous parvenions à les localiser.
    Aëlya en était à la troisième récurrence de ses directives lorsque, à son signal, le groupe bifurqua à un carrefour. La grimace qui m'échappa ne passa pas inaperçue.
    
    – Quoi ?
    
    Je levai les yeux au ciel au ton hargneux, m'appliquant toutefois à conserver une voix neutre.
    
    – Mon village natal est le prochain sur cette route…
    
    Aëlya eut un moment d'hésitation cependant elle n'ajoute rien et repartit dans son discours pour la quatrième fois.
    L'appréhension montait en moi à mesure que nous approchions du hameau de mes parents car les échos crok'mars que je percevais au loin me faisaient craindre que la meute se trouvât dans leur parage. Je poussai un soupir de soulagement en constatant, au sommet de la colline qui dominait les habitations, que nos proies évoluaient un peu plus au sud. J'indiquai leur direction à Aëlya qui transmit. Je la retins tandis qu'elle se remettait en mouvement. La meute était loin, mais pas assez toutefois pour assurer la sécurité du village sans prendre de précaution.
    
    – Je vais juste prévenir le village, nous vous rattraperons.
    
    Alrüs acquiesça comme si l'idée venait de lui. La meneuse allait protester quand mon compagnon la fit taire d'un regard.
    
    – Nous n'en avons pas pour longtemps. Nous serons en position, ne t'inquiètes pas.
    
    Avant qu'elle n'eût pu donner son accord, nous dévalions la voie pavée qui menait aux premières bâtisses.
    Je courus finalement jusqu'à la place centrale, donnant l'alerte à quiconque croisait mon chemin. J'avais en vérité une toute autre idée en tête. Parvenue au pied de l'arbre protecteur qui cachait le saedrë, je posai ma main sur son écorce, tout près de ce qui devait être son œil.
    
    Réveille-toi.
    
    Son pouvoir répondit aussitôt en bondissant de joie alors écorce et branches s'ébrouèrent bientôt pour révéler la créature.
    
    Protège le village !
    
    Son rugissement tint lieu d'acquiescement. Je terminais ma traversée du hameau en sommant les habitants de rentrer chez eux le temps de notre chasse. Puis nous nous enfonçâmes, Alrüs et moi, dans la forêt pour rejoindre notre position d'attaque. Notre aide étant bien moins indispensable que lors de notre chasse du troupeau de cigoïs, Aëlya nous avait placé en arrière de la meute avec pour mission d'abattre les Éthérés qui parviendraient à leur échapper, s'il y en avait. Quand un hurlement d'alerte se répercuta entre les troncs, Alrüs jura.
    
    – Ils sont déjà sur eux. Ils sont plus proches que prévu, mieux vaut rester ici.
    
    Appliquant les directives d'Aëlya, nous décrochâmes nos arbalètes, aux aguets. Si notre meute s'imaginait avoir le dessus sur celle d'Éthérés, elle se trompait lourdement. Je ne doutais toutefois pas qu'Aëlya sût ce qu'elle faisait et j'usais au maximum de mon pouvoir pour contraindre les crok'mars les plus menaçants à se révéler ou se jeter dans le piège. La chasse tournait à notre avantage quand le pouvoir s'agita soudain de toute part. Concentrée sur les quelques individus que je détournais de leur objectif, je n'avais pas remarqué les renforts qui s'étaient jeté sur le flanc de la meute, prenant en tenaille pas loin de la moitié des Gærs qui accompagnaient Aëlya. Des ordres filèrent de toutes parts, cependant Alrüs se contenta d'une traduction condensée.
    
    – Ils se rabattent par ici, les habitations feront une bonne protection, nous pourrons plus facilement nous défendre s'ils ne peuvent surgir de toutes parts.
    
    J'acquiesçai à contre cœur. Je n'aimais pas l'idée d'apporter le danger sur le seuil de mes parents. En revanche, je me félicitais d'avoir réveillé le saedrë. Il ferait un allié précieux.
    
    Lorsque nos premiers camarades arrivèrent à notre niveau, je m'arrachai à mes réflexions et abattis l'Éthéré qui les poursuivait. Un vague grognement me remercia puis ils disparurent dans notre dos, filant vers le village.
    
    – Restons ici pour les couvrir, nous partirons avec Aëlya.
    
    Je hochai de nouveau la tête, toute à ma concentration. Je n'aimais pas cela. Les crok'mars, Gærs ou Éthérés, étaient si nombreux que leur pouvoir, dissonant ou non, se mêlaient en une masse informe qui m'empêchait d'avoir une vue précise de la situation. En vérité, je compris rapidement que ce chaos magique était à l'image du repli de nos confrères. Chasseurs et chassés, tantôt d'un camp tantôt de l'autre, se succédaient à notre niveau sans ordre apparent. Je compris pourquoi lorsque Aëlya fut en vue : à quelques mètres de là, une vague de pouvoir hurlait. Une nouvelle meute arrivait en renfort sur notre droite. Combien étaient-ils ? Comment nos informations pouvaient-elles être aussi fausses ?
    
    Très vite, notre position devint une scène de débandade chaotique où chacun tentait seulement de survivre en reculant en direction du village. Dans cette apocalypse, un détail me marqua presque aussitôt. Si je retenais mes tirs, si je n'allais pas de moi-même chercher l'affrontement, les Éthérés me passaient de part et d'autre sans même me remarquer. Que leur arrivait-il ? Pourquoi ne m'attaquaient-ils pas ? Argöth n'avait-il pas ordonné ma mort ? Ces interrogations devaient attendre, l'heure n'était pas à la réflexion. En revanche, le calme relatif dont je jouissais me permettait de prendre le temps de m'essayer à mon pouvoir. Je focalisai mon attention sur un Éthéré menaçant un Gær déjà en mauvaise posture. Le simple contact de ma magie avec la sienne suffit à stopper son mouvement et il leva vers moi un air interrogateur que portaient les échos de sa puissance. Je ne lui avais encore rien ordonné, pourtant il se désintéressa de sa cible pour venir vers moi d'une foulée souple, comme le ferait n'importe quel animal domestique reconnaissant un maître potentiel. Aussi surprise que lui était curieux, je le laissais approcher en l'observant. Son comportement était des plus étranges pourtant je ne percevais chez lui aucune tromperie. Il ne tentait pas de me piéger, il venait simplement à ma rencontre. Parvenu à un mètre de moi, il s'immobilisa et je tendis une main timide vers sa truffe vaporeuse, hypnotisée par cet instant étrange perdu au cœur d'une bataille. Avant que ma main n'entrât en contact avec le corps d'ombres, un cri retentit soudain tout près de moi alors qu’une main ferme me tirait de côté. J'eus tout juste le temps de discerner les traits d'Alrüs puis un ordre fusa dans le pouvoir, lancé par l'Éthéré à mes côtés. J'étais attaquée, il fallait me protéger. Avant que je ne pusse comprendre ce qui se passait, le crok'mar sauta à la gorge de mon compagnon et deux autres, qui passaient tout près, se détournèrent de leur objectif pour répondre à l'assaut.
    

Texte publié par Serenya, 18 juin 2019 à 07h55
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 75 Tome 1, Chapitre 75
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1307 histoires publiées
623 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Mytae
LeConteur.fr 2013-2019 © Tous droits réservés