Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 35 Tome 1, Chapitre 35
La colonie de mogwïns trahit l'emplacement du marais bien avant que celui-ci ne fût en vue. Le chant presque mécanique de ces petits Ethérés se répondant à travers le cloaque qui leur tenait lieu de domaine et les lueurs fugaces de leur poche à acide se gonflant et dégonflant au rythme de leurs échanges ne pouvaient échapper à personne. Bien plus discrets étaient les échos de leur magie, oscillant entre une goutte d'eau chutant dans un étendue calme et la rupture brutale d'une bulle de savon, et je me demandai soudain si je parviendrais à quoi que ce fût avec un pouvoir si discret au milieu de ceux de mes camarades. Gær Toyën me tira de mes réflexions en faisant ralentir notre groupe d'un geste de la main.
    
    - Naë, contente-toi d'éclaircir les abords du marais, qu'Alrüs et Selën aient de quoi s'entraîner sans risque. Pour le reste, fais à ton habitude. S'il y a le moindre souci, appelle.
    
    La Gær approuva d'un hochement de tête et rejeta en arrière les pans de sa cape de voyage pour dévoiler ses bras laissés nus par une chemise et une armure de cuir sans manche. Ses avant-bras couverts de piquants se nimbèrent bientôt de la lueur du pouvoir et d'un revers vif du bras droit, Gær Naë décocha trois longues épines qui filèrent trouver leurs cibles, diminuant de moitié les quelques mogwïns qui avaient remarqué notre arrivée. Et, tandis que la chasseresse s'enfonçait parmi les joncs et les roseaux, le colosse revint à nous.
    
    - Bien. Alrüs, tu t'occupes de la gauche. Ne t'éloigne pas. Selën...
    
    Mon mentor eut un haussement d'épaule avant de m'indiquer la droite.
    
    - Vois ce que tu peux faire...
    
    Alrüs ne cacha pas son agacement mais il s'avança vers les berges marécageuses avec la même assurance qu'il avait toujours montrée jusque là. Pour ma part, je m'engageai sur les berges instables avec bien plus d'hésitations et de précautions. Ne sachant trop comment procéder, je tâchais de repérer l'Ethéré le plus proche et de me concentrer sur les échos de sa magie. Il y en avait tant, partout, omniprésentes mais insaisissables. Je compris seulement alors que l'exercice aurait sans aucun doute était plus aisé avec un Ethéré seul et bien plus puissant. Face à la nuée fugace des mogwïns, je me sentais dépassée, ne sachant trop comment aborder la puissance d'un seul individu ou même parvenir à distinguer quel écho provenait de quelle créature. Je pouvais tenter d'opposer mon pouvoir à la mogwïn que j'observais de loin mais comment être certaine que ses pauses ou changements de direction étaient bien de mon fait et non un simple hasard ?
    
    Lorsque je compris que mes efforts seraient vains et qu'il me faudrait aborder l'expérience d'une autre manière, je lâchai un soupir, repris en écho par un juron étouffé d'Alrüs. J'abandonnai alors mon observation pour porter mon attention sur le Gær crok'mar. Il leva son arbalète avec son habilité habituelle pourtant le trait manqua de peu sa cible qui fila se réfugier dans les eaux troubles. Alrüs jura de nouveau et il se retint juste à temps de balancer rageusement son arme.
    
    - Tu savais qu'il te faudrait un temps d'adaptation, sois patient. Tu ne t'en sors déjà pas trop mal.
    
    Gær Toyën se voulait encourageant pourtant je voyais l'agacement bouillir chez le jeune homme. Alrüs avait été le meneur des plus redoutables chasseurs de Chäsgær et il se retrouvait désormais seul et infirme, incapable d'abattre une proie facile. C'en était certainement trop pour sa fierté toutefois, à sa manière de rabrouer sans vergogne notre professeur, je devinais qu'il y avait autre chose.
    
    - Celle sur ta gauche. Prends ton temps cette fois...
    
    Alrüs parut hésiter un moment mais il leva finalement l'œil au ciel avec un air résigné. Je le regardais armer puis mettre en joue la mogwïn que Gær Toyën lui avait désigné. Toutefois, le bruit de la gâchette, ou la menace de la magie se jetant sur elle, alerta la créature qui esquissa un saut. Le tireur n'avait pas pris en compte cette réaction, ou mal, et il était évident que son trait ne ferait pas mouche. C'était l'occasion rêvée. Je jetai mon pouvoir à l'assaut de l'Ethéré avec pour seule idée de la clouer sur place. La mogwïn chuta sur elle-même dans un simulacre de saut avorté, comme si la maladresse l'avait poussée à s'emmêler les pattes, et le carreau lumineux d'Alrüs put remplir son rôle à la perfection. La surprise s'afficha ouvertement sur le visage du Gær crok'mar.
    
    - C'était quoi ça ?
    
    Gær Toyën n'hésita guère avant de se tourner vers moi. Je réalisai seulement alors qu'un large sourire me barrait le visage.
    
    - Je crois bien que c'était moi...
    
    Le colosse parut quelque peu sceptique mais il ne serait pas difficile de le convaincre. Je m'employais donc, pour le reste de l'exercice, à remettre dans la ligne de mire les cibles d'Alrüs.
    
    Lorsqu'il n'y eut plus d'Ethérés à portée de vue et que Gær Naë revint vers nous, Gær Toyën décréta qu'il était temps de rentrer. Alrüs affichant un air maussade et traînant à l'arrière de notre groupe, je ralentis également le pas pour me mettre à son niveau et laisser nos compagnons prendre une avance raisonnable. Devant l'absence de réaction du jeune homme, je confirmai l'impression que j'avais eue plus tôt.
    
    - Il y a un problème ?
    
    Un regard noir me répondit.
    
    - En dehors du fait que je ne sois plus capable de faire mon travail sans ton aide, tu veux dire ?
    
    Je souris malgré moi.
    
    - Oui.
    
    Le silence s'installant de nouveau, je poursuivis.
    
    - Tu es de mauvais poil aujourd'hui... Enfin, plus que d'habitude...
    
    Une lueur amusée passa dans la pupille miroitante du Gær et j'obtins un sourire en coin.
    
    - Et toi, tu ne sais toujours pas quand te taire...
    
    Il se mura un instant dans son mutisme avant de finalement capituler dans un soupir.
    
    - Gær Toyën m'a proposé un poste d'émissaire. Il préfèrerait que je ne retourne pas sur le terrain et il va tout faire pour que j'abonde dans son sens.
    
    Je hochai la tête d'un air entendu, ne craignant qu'une seconde de le vexer davantage encore.
    
    - Ce serait peut-être mieux ainsi, non ? Je croyais que tu étais téméraire mais pas suicidaire...
    
    Le jeune homme haussa les épaules avant de reprendre, une pointe d'amertume dans la voix.
    
    - Je suis un chasseur, pas un bureaucrate.
    
    - Dans ce cas, prouve-le-lui !
    
    J'avais pris un ton enjoué qui surprit Alrüs mais finit toutefois par chasser les ombres de son expression.
    
    - Sinon, tu seras obligé de faire équipe avec moi pour chacune de tes chasses...
    
    Un rire moqueur échappa à Alrüs.
    
    - J'aimerai autant garder le dernier œil qui me reste...
    
    Un frisson me parcourut et je demeurais interdite jusqu'à ce que ma réaction récoltât l'hilarité de mon interlocuteur. Quand il retrouva son calme, il reprit, d'un air plus sombre.
    
    - Confier la protection de la fameuse Selën à un incapable ? Ça ne risque pas d'arriver.
    
    Je grimaçai à sa remarque et cherchai à l'entraîner sur un sujet moins maussade.
    
    - C'est bien toi qui m'a dit que la confrontation ne servait à rien avec Gær Toyën, que seuls les résultats pouvaient le faire flancher. Tu sais ce qui te reste à faire...
    
    Je retrouvai la lueur malicieuse dans l'œillade que me lança le jeune homme.
    
    - Ne fais pas la maline. Je te parie que je serai de retour sur le terrain avant que tu ne décroches ta première chasse !

Texte publié par Serenya, 11 septembre 2018 à 08h53
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 35 Tome 1, Chapitre 35
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1280 histoires publiées
607 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Marmotte76
LeConteur.fr 2013-2019 © Tous droits réservés