Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 29 Tome 1, Chapitre 29
- Ces deux là... Et celui là-bas aussi.
    
    Docilement, Alrüs marqua les trois arbres désignés d'un trait de bouillie de champignons luminescents. Nous avions passé la journée de la veille à courir dans tout le verger, Aëlya ayant assuré que mes indications seules suffiraient. Il avait fallu que la meute s'effondre d'épuisement pour qu'elle reconnût que cette chasse nécessitait un peu plus de subtilité et consentît à suivre le plan d'Alrüs. Ironiquement, la jeune femme semblait aussi mal à l'aise en présence de mon compagnon que pouvait l'être ce-dernier envers elle. Chacun le montrait seulement d'une manière différente. Là où Aëlya redoublait d'extravagance et d'assurance affichée, Alrüs s'enfermait dans un mutisme morose. Mais ils n'avaient d'autre choix que de s'accommoder de la situation. Avec un peu de chance, notre projet du jour mettrait un terme à cette chasse et chacun pourrait rentrer de son côté. La meute se chargeait de poursuivre l'Ethéré comme ils l'avaient fait jusque là, avec un peu moins d'entrain toutefois pour nous permettre de suivre. De notre côté, je m'occupais d'identifier les arbres qu'empruntait la créature pour les désigner à mon compagnon qui se chargeait de les marquer. Quand il fut évident que nous avions repéré le réseau à la disposition du saedrë, il s'avéra certes étendu à travers toute la plantation mais guère important.
    
    - Bon, au moins nous n'aurons pas à brûler tout le verger... Il n'y a plus qu'à abattre ces arbres et il sera coincé.
    
    Alrüs s'éloignait déjà pour annoncer le verdict aux villageois quand je le rappelai. A suivre l'Ethéré dans sa course folle durant des heures, il me semblait avoir mis le doigt sur un détail que je ne pouvais ignorer.
    
    - Gær Toyën a demandé de ne sacrifier qu'un seul arbre si cela était possible. J'aimerais tenter quelque chose... Tu peux demander aux autres de rabattre l'Ethéré vers cet arbre ?
    
    Alrüs acquiesça et leva le nez au ciel avant de lancer un long hurlement grave et modulé. Au loin, un autre cri lui répondit, suivi d'autres en échos à travers la plantation. Je fis signe à mon compagnon et nous nous écartâmes. Je profitai de l'attente pour décrocher l'arbalète à ma ceinture et tirer la corde. L'arbre indiqué était le plus isolé de la trame dans laquelle notre cible évoluait. S'il était possible de lui couper toute retraite, ce serait là.
    
    - Les voilà.
    
    Je grommelai distraitement pour toute réponse. Plus que les bruits de cavalcade, l'aura de pouvoir qui filait à toute allure dans notre direction parlait de lui-même. Je n'aurais que quelques secondes pour agir aussi demeurais-je concentrée sur le chant qui courrait à travers le sol. Comme à son habitude, à peine l'Ethéré eût-il atteint l'arbre qu'il filait déjà vers le suivant. Et c'était bien là ce que j'attendais de lui. Je rivais mon attention au chemin souterrain qu'il emprunta pour fuir et attendis qu'il se fût éloigné avant de décocher le trait le plus puissant dont j'étais capable. L'éclat fila à travers le sol, droit vers son objectif mais récolta un cri indigné sur son chemin. Mon pouvoir dissout, je relevai le regard pour croiser celui, noir, d'un des Gærs Crok'mars.
    
    - C'est quoi ton problème ? Ce n'est pas moi qu'il faut viser !
    
    Je levai les yeux au ciel, fatiguée de cette manie qu'avaient les membres de la meute à tout prendre pour eux.
    
    - Ce n'est pas toi que je visais, et tu n'étais pas dans la ligne de mire.
    
    L'intéressé retroussa le coin des lèvres dans un simulacre de grognement mais celui d'Alrüs, bien plus imposant, l'interrompit aussitôt et il déguerpit pour retrouver sa place. Presque aussitôt, ce fut Aëlya qui le remplaça.
    
    - Hey, Princesse, tu n'es pas dans ton palais ici. On ne tire pas à tout va sur un terrain de chasse.
    
    J'allais protester mais mon compagnon me devança.
    
    - Il ne risquait rien, il a été surpris c'est tout.
    
    Puis il se tourna vers moi, ignorant son ancienne camarade.
    
    - Et ensuite ?
    
    - Promenez un peu l'Ethéré pour qu'il ne se doute de rien, puis rabattez-le à nouveau par ici. Il sera coincé.
    
    Mes mots étaient pour Aëlya et elle eut un rictus sceptique avant de partir rejoindre les siens. Enfin seuls, je quittai mon poste de tir.
    
    - Et nous, nous allons attendre là-bas.
    
    Alrüs suivit avec un sourire amusé.
    
    - Tu as coupé le pont entre les racines, c'est ça ?
    
    Je hochai la tête et me hâtai de trouver un autre point de tir avant le retour de notre proie.
    
    - Si j'ai bien visé, il ne pourra pas repartir par là. Et si je peux lui couper la seule issue, il sera coincé dans cet arbre.
    
    La moue qu'Alrüs laissa échapper me fit songer qu'il ne me croyait pas vraiment mais il en aurait rapidement la preuve : le chant était déjà de retour. Je réarmai mon arbalète, tenant mon pouvoir prêt sans l'invoquer pour autant pour ne pas éveiller les soupçons de notre proie. J'attendis qu'il soit passé devant nous pour commencer à former mon trait et qu'il bute contre l'impasse créée pour tirer. Quand l'aura de l'Ethéré tenta un retour sur ses pas pour constater qu'il avait été piégé, toute sa puissance se déversa dans l'arbre qui demeurait à sa portée et le chant devint soudain assourdissant. La surface du tronc ondula, se souleva et une gueule rageuse s'y modela. Les branches les plus proches s'abattirent sur ceux de la meute qui avaient été les plus rapides mais d'un bond agile chacun se trouva hors de portée. Une main se posa sur mon épaule.
    
    - Bien joué. Tu es peut-être un peu utile finalement...
    
    Mon sourire répondit à l'air moqueur d'Alrüs et nous observâmes, silencieux, la meute armer ses arbalètes et abattre le saedrë. Je ne l'avais pas remarqué avec le cigoï, probablement parce que la peur m'avait fermé à beaucoup de sensations, mais le tressaillement ultime de la magie, et le silence terrible qu'il abandonna derrière lui, me laissèrent la gorge nouée, suffocante dans la lourdeur soudaine de cette disparition.
    
    - Selën ?
    
    J'adressai un geste rassurant à mon compagnon et tâchai de me dépêtrer de ces sentiments étranges.
    
    - Viens, il ne reste plus qu'à annoncer la nouvelle au village et nous pourrons rentrer.
    
    Je suivis sans un mot et nous rejoignîmes le cœur du hameau en compagnie de la meute. Les habitants furent tant soulagés de savoir leur verger sauf qu'ils insistèrent pour nous offrir le repas avant de nous laisser partir. Puis il fut enfin temps de suivre la route de Chäsgær. L'idée de devoir faire le voyage avec Aëlya et ses comparses ne m'enthousiasmait pas le moins du monde et je n'étais certainement pas la seule. Aussi fus-je soulagée quand Alrüs s'immobilisa sur le bord de la route, à la sortie du village.
    
    - Partez devant, nous avons un candidat à récupérer.
    
    Je déchantai rapidement en reconnaissant la ferme à mousse mais Aëlya, quant à elle, ne cacha pas sa satisfaction de se voir débarrassée de nous. La meute poursuivit sans se faire prier et nous nous retrouvâmes enfin seuls.
    
    - Quoi qu'ils disent, ne les écoute pas. On prend le petit et on repart.
    
    Alrüs avait à nouveau ce ton lourd et son expression grave. Je déglutis avec difficultés, l'appréhension tendant soudain tout mon corps, et je le suivis sur le sentier. Il me fallut un long moment pour comprendre que quelque chose n'allait pas. En vérité, nous étions presque parvenus à la bâtisse quand je remarquai l'absence de cette étrangeté qui avait d'abord attiré mon attention. Alors, je compris.
    
    - Ils ne sont plus là...

Texte publié par Serenya, 31 juillet 2018 à 09h38
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 29 Tome 1, Chapitre 29
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1411 histoires publiées
649 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Lily Kells
LeConteur.fr 2013-2020 © Tous droits réservés