Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 21 Tome 1, Chapitre 21
Dinaë avait vu juste dès le début. Ce deuxième Processus avait changé beaucoup de choses dans ma maîtrise du pouvoir. Le flux de magie était bien plus docile, son modelage plus instinctif et, surtout, ma nouvelle puissance m'avait propulsée en tête de tous les exercices. J'étais la meilleure de mes condisciples, et de loin. Pourtant, au fil des mois, notre groupe s'amoindrissait au fur et à mesure que mes camarades décrochaient leur première chasse et, moi, je demeurais l'éternelle disciple. Cela faisait longtemps que j'avais compris que les choses seraient plus compliquées dans mon cas, que Gær Toyën se montrerait plus prudent, plus exigeant aussi. Mais reconnaître ses arguments ne m'obligeait pas à les admettre ou même les accepter. Les murmures et rumeurs commençaient à aller bon train et l'attitude du colosse, aussi bien que celle de Dinaë, me mettait dans une situation délicate vis-à-vis de mes pairs. Chacun connaissait mes résultats, mes capacités et le portrait qui en découlait oscillait entre le prodige dont on passait les caprices en le laissant prendre son temps et le trésor chéri par les décisionnaires qui le gardaient bien à l'abri. Dans tous les cas, j'étais celle qui avait tout pour être un grand chasseur mais restait tapie dans la sécurité du manoir. Et cela m'isolait plus sûrement encore que ma séparation d'avec d'Aevon et Tymen.
    
    J'avais tenté de palier au problème, et de rassurer Gær Toyën sur mes capacités à survivre à l'extérieur en abordant avec Dinaë l'idée d'un troisième Processus, rapidement écartée sous prétexte que je n'étais pas prête. Il s'agissait d'un mensonge ; je maîtrisais déjà parfaitement la puissance à ma disposition et elle le savait. Mais les Processus au-delà du second étant plus rares, elle profitait de l'occasion pour ralentir ma progression. Ils allaient assurément me rendre tous deux folle s'ils s'obstinaient à m'interdire d'être ce qu'ils avaient fait de moi. Sans compter mes cauchemars qui me laissaient un sentiment toujours plus pressant de me mettre en chasse. Avec ou sans leur accord, je finirais par quitter ces murs, il s'agissait là d'une évidence. Et avant de m'attirer des problèmes, je préférais leur accorder une dernière chance de se montrer raisonnables.
    
    Ce soir-là, j'allais trouver Dinaë après le dîner, en toquant directement à la porte de sa chambre. Comme je l'espérais, elle parut surprise de me voir. Je comptais sur son trouble pour orienter notre échange dans la bonne direction.
    
    - Je suis désolée de vous déranger si tard, Dinaë, mais j'ai besoin de vous parler...
    
    Mon ton angoissé fit mouche et une lueur inquiète passa dans ses pupilles. Elle s'empressa de s'écarter pour me laisser entrer. Sa chambre n'était guère différente de la mienne, à l'exception de quelques bibelots placés çà et là en décoration. Lorsqu'elle s'enquit de ce qui m'amenait, j'hésitai un instant. J'avais prévu de jouer la fille blessée et inquiète de se voir si mauvaise quand tous ses camarades gagnaient un à un leur droit de sortie mais le mensonge était l'outil de Gær Toyën et Dinaë, non le mien. Je préférais grandement leur faire avouer leurs intentions plutôt que de vainement tenter de les tromper. Aussi retrouvai-je un air déterminé et une voix sûre quand je fis face à la vieille Gær.
    
    - Je veux partir en chasse.
    
    Comme je le craignais, mon interlocutrice laissa échapper un soupir las avant de me répondre.
    
    - Nous en avons déjà parlé, Selën.
    
    Je m'empressai d'enchaîner avant qu'il ne lui prît l'envie de me jeter dehors.
    
    - Je sais, et je comprends votre réticence. J'ai bien saisi l'importance de mon héritage et qu'il est capital de le protéger. Mais reconnaissez que vous n'avez pas d'autre argument contre moi.
    
    Elle ouvrit la bouche pour répliquer, main sur la poignée, mais je ne pouvais m'avouer vaincue si facilement.
    
    - Dinaë, pitié, écoutez-moi. Je ne vous demande pas de m'envoyer contre Argöth, je ne suis pas sotte. Juste une première chasse, même très facile. Faites-moi accompagner par un Gær plus expérimenté s'il le faut. Vos conditions seront les miennes. Vous devez bien les entendre, les rumeurs... Les autres commencent à me reprocher de rester ici, et ils ont raison. Je ne pourrais jamais être une Gær aguerrie si l'on ne me donne pas l'occasion de gagner en expérience.
    
    Je lus l'hésitation dans son regard et je crus un instant avoir emporté gain de cause. Toutefois, son mouvement de tête me fit rapidement déchanter.
    
    - Ce n'est pas à moi de prendre cette décision et tu le sais.
    
    Je ne me démontai pas et lui tendis mon bras, paume ouverte vers le plafond.
    
    - Je n'ai aucune chance de convaincre Gær Toyën sans votre accord...
    
    Ma réponse la fit sourire tandis qu'elle saisissait mon poignet.
    
    - Pour être honnête, je doute que tu y arrives, même avec cela.
    
    Elle ferma les yeux un moment et le silence tomba dans la pièce le temps que les filaments fassent leur œuvre. Un sourire se dessina sur les lèvres de Dinaë quand elle rouvrit les paupières.
    
    - Tu as tellement de potentiel...
    
    Je me retins juste à temps de lever les yeux au ciel et muselai mon agacement.
    
    - Donnez-moi une chance de l'exprimer. Je suis la meilleure dans tous les ateliers, en me dites pas que je ne suis pas prête...
    
    Son sourire s'élargit.
    
    - Bien sûr que tu es prête pour n'importe quelle chasse classique, mais tu n'es pas destinée à cela.
    
    Je risquai un sourire de défi pour accompagner le sien.
    
    - Il faut bien commencer quelque part...
    
    Cette fois, un éclat de rire me répondit et Dinaë secoua la tête un moment avant de me donner son verdict.
    
    - Hors de question que tu partes seule et, au moindre doute, tu rentres sans faire d'histoire...
    
    J'acquiesçai en silence, attendant la suite.
    
    - Et les conditions de Toyën seront à respecter, si tant est que tu parviennes à le convaincre.
    
    Nouvel hochement de tête. Intérieurement, je trépignais et devais lutter pour le cacher. Un soupir amusé ponctua le discours.
    
    - Très bien, tu as mon accord...
    
    Je me retins de lui sauter au cou et me contentai de serrer sa main dans les miennes en la remerciant.
    
    Lorsque je quittais sa chambre, l'excitation était si forte en moi que je fus tentée un instant d'aller trouver Gær Toyën sur le champ. Je doutais cependant que cela soit la meilleure approche à adopter avec le colosse. Avec lui, mieux valait le mettre au pied du mur devant des témoins. Et dans le pire des cas, même s'il me refusait le droit de passer les épreuves, au moins mes camarades pourraient-ils attester que je n'étais nullement en cause dans mon parcours particulièrement lent. Quoi qu'il advînt, je serais gagnante mais j'espérais tout de même décrocher plus qu'un peu de tranquillité. Je rongeai donc mon frein et regagnai mon lit. Je savais que deux camarades avaient l'intention de demander à passer les examens le lendemain, je les avais entendus en discuter. Je n'aurais qu'à profiter de l'occasion. Gær Toyën ne pourrait me le refuser sans faire de même avec les deux autres. Sans compter qu'à présent, j'avais l'accord de Dinaë. La moitié du chemin était déjà parcourue et je me pris à songer à la mission qui me serait confiée et les conditions que le colosse y mettrait. J'avais peut-être promis à Dinaë de les accepter mais j'avais bien l'intention de les négocier une à une !

Texte publié par Serenya, 5 juin 2018 à 10h28
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 21 Tome 1, Chapitre 21
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1280 histoires publiées
606 membres inscrits
Notre membre le plus récent est plumeconteur87
LeConteur.fr 2013-2019 © Tous droits réservés