Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 17 Tome 1, Chapitre 17
- A ton tour, Selën.
    
    Je sursautai à l'appel de mon nom, perdue jusque là dans mes réflexions. Je me hâtai de me saisir du long couteau que mon camarade essoufflé me tendait puis rejoignis Gær Toyën au centre du cercle que formaient les élèves attentifs. Je lâchai un soupir de soulagement au son de cloche salvateur, bien contente de ne pas avoir à affronter le colosse pour cette fois. Lorsque le Gær se décidait à nous faire travailler le corps-à-corps, il ne nous épargnait aucun effort et encore moins lorsqu'il s'agissait de moi. Toutefois, je déchantai rapidement quand je vis qu'il demeurait en position d'attaque.
    
    - Vous pouvez y aller. Selën, tu finis l'exercice.
    
    Je camouflai juste à temps ma grimace et fis danser la garde du couteau dans ma main en attendant que mes camarades s'éloignent. Une fois seuls, j'expirai pour me détendre, me mis en position et concentrai mon pouvoir autour de ma lame, attendant le signal du Gær. L'exercice était simple, il s'agissait seulement de parvenir à désarmer notre professeur. Mais en réalité, je doutais que quiconque y fût jamais parvenu. L'objectif réel était de faire en sorte de ne pas paraître trop ridicule.
    
    Je parai les deux premières attaques de mon adversaire et bondis sur le côté pour lui décocher un coup. Comme prévu, il l'esquiva sans soucis mais le but de la manœuvre était bien plus de le déséquilibrer que de réellement le toucher. Sa garde ouverte, je me jetai sur lui pour profiter de la faille. Dans mon mouvement, je crus percevoir de l'agitation du côté du portail et mon regard se porta irrésistiblement dans cette direction le temps d'un instant. Une pointe de déception m'envahit lorsque je constatais que tout était calme du côté de l'entrée et la magie profita de cette distraction pour échapper à mon contrôle. Le grand éclat lumineux qui précéda de peu l'exclamation surprise de Gær Toyën me ramena à la réalité mais il était trop tard. D'un coup de ses étranges bois, le colosse écarta mon bras et ma lame vola au loin. L'instant d'après, le choc du sol dans mon dos vida mes poumons et je me retrouvais avec un genou sur le sternum et une lame contre la gorge.
    
    - C'est ici que ça se passe...
    
    Je bredouillai une excuse et me redressai aussitôt libérée pour partir à la recherche de mon couteau. Je m'attendais à ce que mon professeur insistât pour poursuivre l'exercice mais il se contenta de m'entraîner en direction du manoir, comme s'il était satisfait. Ce qui n'était pas le cas, je le savais pertinemment.
    
    - Qu'est-ce qui te préoccupe tant ?
    
    Surprise qu'il brisât ainsi le silence qui s'était installé, je ne sus quoi répondre.
    
    - Tu avais fait de tels progrès... Mais ces derniers jours, on dirait que tu as tout oublié.
    
    Il avait parfaitement raison, je n'avais plus la tête aux exercices ces derniers temps et je devais reconnaître que mes résultats étaient catastrophiques. Je restai un moment muette, cherchant comment formuler ce qui me tracassait sans vraiment y parvenir.
    
    - Cela fait bien plus d'un mois...
    
    Le froncement de sourcils interrogateur du colosse me contraignit à plus de détails.
    
    - Aevon, Tymen et Amaë... vous aviez dit que leur mission durerait un mois. Cela fait déjà deux semaines qu'ils auraient dû rentrer...
    
    Gær Toyën eut d'abord une expression surprise avant de partir dans un grand éclat de rire. Devant mon air renfrogné, il me tapota l'épaule.
    
    - J'avais compté un mois à condition qu'ils fassent le voyage sans encombre, trouvent du premier coup un bateau pour les transporter et dénichent rapidement les quelques sinëas qu'ils sont partis chasser. Il n'y a rien d'étonnant à ce que cela leur demande plus de temps que prévu.
    
    Ou bien ils avaient besoin d'aide et personne ne s'en souciait... Comment pouvait-il se montrer si détaché alors que c'était lui qui les avait envoyés en mission ?
    
    - Et cela ne vous inquiète pas du tout de ne pas les voir rentrer ?
    
    Son sourire se teinta d'une certaine amertume et, pourtant, il me parut bien plus sincère.
    
    - Les Gærs que je n'ai pas formés moi-même, je les ai eus comme compagnons durant mon propre apprentissage. Si je devais m'inquiéter chaque jour pour ceux que je connais qui sont en mission, je ne ferais plus rien d'autre de mes journées. C'est le lot de ceux qui restent ici. Tu finiras par t'y faire.
    
    Non seulement je n'avais aucune envie de m'y habituer, mais je comprenais d'autant plus les Gærs qui, à l'image d'Alrüs, enchaînaient les chasses sans réellement prendre le temps de profiter de Chäsgær. Ce que j'avais d'abord pris pour un comportement presque suicidaire relevait bien plus, en vérité, d'une réaction de défense. Nous en avions tous conscience : les Gærs ne vivaient pas vieux. Entretenir un minimum de contact et se garder toujours loin et occupé devait grandement aider. Du moins bien plus que la simple acceptation prônée par Gær Toyën.
    
    Lorsque mon professeur m'abandonna pour rejoindre d'autres Gærs plus âgés pour diner, j'hésitais. Depuis le départ de mes amis, j'avais commencé à me rapprocher d'autres groupes de camarades mais était-ce vraiment une bonne idée ? J'étais la dernière à avoir rejoint l'institution, quoi qu'il advînt il me faudrait tôt ou tard regarder mes compagnons franchir les grilles un à un. Je m'inquiétais déjà suffisamment pour mes trois amis. Si je devais en faire de même pour chacun de mes condisciples, mon apprentissage allait rapidement devenir un enfer. J'optai finalement pour un coin de table isolé et me hâtai d'avaler mon repas pour regagner ma chambre. J'appliquais mes nouvelles résolutions les jours suivants et, si Gær Toyën et Dinaë ne semblaient pas apprécier mon nouvel isolement, ils ne me firent pour autant aucune remarque. Personne ne semblait s'inquiéter pour mes camarades en mission et je m'évertuais à faire de même. Je retrouvai rapidement les progrès fait durant le mois écoulé et il me tardait de pouvoir montrer cela au trio. Aux vus de mes résultats, mes camarades commençaient même à évoquer l'idée qu'il était temps pour moi de songer à mon second Processus. Cependant, nos professeurs s'arrangeaient toujours pour faire dévier nos échanges sans que je pusse vraiment aborder le sujet. Pour ma part, je ne savais qu'en penser. L'idée de m'infliger à nouveau cette épreuve, et ce volontairement, me donnait des sueurs froides. Cependant, je savais cette étape inévitable si je voulais pouvoir un jour, moi aussi, franchir les grilles de Chäsgær. J'avais la sensation d'être parvenue au meilleur de ma maîtrise en l'état actuel, pourtant le comportement de Gær Toyën et Dinaë me poussait à croire le contraire.
    
    Ces questionnements, mêlés aux sentiments partagés que me laissaient chaque jour mes cauchemars, me rendaient particulièrement soucieuse et j'avais perdu le compte des jours d'absence de mes amis lorsque je me glissai, ce matin-là, dans le réfectoire. Le petit-déjeuner n'était jamais le repas le plus animé de la journée mais l'ambiance semblait particulièrement lourde. A l'exception de quelques chuchotements discrets, un silence pesant régnait sur la pièce. Je ne le réalisai pleinement que lorsque tout bruit cessa et quelques regards de condisciples se portèrent sur moi. Je suspendis ma progression jusqu'au buffet, attendant de savoir ce qui me valait un tel accueil. Finalement, l'un deux se leva pour venir me rejoindre, s'approchant suffisamment pour pouvoir me parler à voix basse.
    
    - Tes amis sont rentrés cette nuit.
    
    Un large sourire fleurit sur mon visage mais il se gela aussitôt à la grimace que fit mon camarade.
    
    - Cela ne s'est pas très bien passé... Ils sont à l'infirmerie.
    
    Un instant, il me sembla que mon cœur s'arrêta et que le sol s'ouvrait sous mes pieds. Mais je me ressaisis aussitôt et, sans laisser le temps au jeune homme de finir son discourt, je quittai le réfectoire au pas de course.
    

Texte publié par Serenya, 8 mai 2018 à 08h47
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 17 Tome 1, Chapitre 17
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1280 histoires publiées
607 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Marmotte76
LeConteur.fr 2013-2019 © Tous droits réservés