Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 16 Tome 1, Chapitre 16
- Vous êtes sûrs que vous n'avez rien oublié ?
    
    Seuls les gloussements amusés de mes amis me répondirent tandis que je les accompagnais jusqu'au portail. Les voir affublés de leur armure de cuir, tenue officielle des Gærs, avait augmenté la sensation de boule dans la gorge qui me suivait depuis mon réveil. Je tentai de changer de sujet lorsque j'avisai l'arbalète qu'ils portaient tous trois à la ceinture.
    
    - Je croyais que ce genre d'arme ne vous servait à rien...
    
    - Pour notre mission, non. Mais personne n'est à l'abri d'une mauvaise rencontre en chemin !
    
    Le sourire que j'avais affiché à ma question s'effaça aussitôt malgré le ton enjoué d'Aevon.
    
    - Hey, tout va bien se passer, ne t'inquiète pas. Les premières chasses sont toujours des missions faciles. Gær Toyën a dit que nous serions rentrés dans un mois. Profites-en pour t'entraîner à fond et nous épater à notre retour, d'accord ?
    
    Je promis sans grande conviction et les saluai tandis que le Gær de garde ouvrait le portail. Finalement, je me retrouvai seule sur le chemin, de ce côté-ci de la barrière, et fis signe quelques temps à mes camarades. Je demeurais un long moment plantée là, bien après que le portail fut refermé, bien après que les silhouettes d'Amaë, Aevon et Tymen se soient dissoutes dans les ténèbres.
    
    - Tu ne devrais pas être en cours, Selën ?
    
    Je haussai vaguement les épaules à l'intention du gardien et repris mécaniquement le chemin du manoir.
    
    Je trouvai la bibliothèque vide. Mes camarades devaient être avec Dinaë mais je ne m'imaginais pas surgir dans la salle au milieu du cours, aussi décidai-je d'étudier seule. Je profitai de la désertion du lieu pour flâner entre les rayonnages. J'avais eu tout le loisir d'étudier l'encyclopédie des Ethérés depuis mon arrivée, il était temps de voir qu'elles autres connaissances renfermaient ces ouvrages. Je découvrais ainsi qu'il existait un recueil dédié à chaque espèce d'Ethérés et, lorsque mon regard croisa finalement celui concernant Argöth, je laissai parler ma curiosité.
    
    Le volume était bien moins épais que les autres mais il n'y avait là rien d'étonnant. Après tout, tout comme Argöth était le seul représentant de son espèce, j'étais la seule à m'être révélée compatible avec lui. Recueillir les données sur cet être mystérieux ne devait pas être aisé, sans compter que le Dévastateur était apparu après la Grande Purge et n'avait donc pas connu d'existence physique comme tous les autres Ethérés, ce qui limitait davantage encore les occasions d'en apprendre plus à son sujet. Comme l'avait évoqué Dinaë, Argöth était présenté dans ces pages telle l'incarnation de la haine et de la soif de vengeance de la magie même. Les occasions de l'apercevoir étaient rares, et il ne laissait derrière lui que ruines et cadavres, mais il était décrit comme un long serpent volant au corps massif et à la large tête anguleuse couverte de pointes. On lui prêtait la force et l'intelligence nécessaire pour mener ses troupes immatérielles. Il ne fallait pas s'y tromper, il n'était plus question d'une simple éradication, comme à l'époque de la Grande Purge. Depuis l'apparition des Ethérés et l'éveil du Dévastateur, nous étions bel et bien en guerre. Un affrontement sans espoir de victoire tant qu'Argöth ne serait pas défait. Etait-ce seulement possible ? Tout ce que nous savions sur lui avait un arrière-goût de rumeur, de légende. Et pour cause : aucun de ceux qui avaient tenté de l'affronter n'avait survécu. Et il me faudrait combattre une telle créature, c'était là ce qu'on attendait de moi, ce pour quoi on se donnait la peine de me former. Je tâchai de me rassurer en me disant que j'étais la première à posséder les armes pour le vaincre, il n'y avait donc rien d'étonnant à ce que les Gærs ayant tenté leur chance n'en aient pas réchappé... Je m'abîmais un long moment dans l'étude des croquis qui agrémentaient le recueil. Argöth s'y esquissait en créature gigantesque et je n'imaginais pas un instant avoir la moindre chance de le blesser à moi seule.
    
    - Je m'attendais à ce que tu arrives en retard mais pas à te voir bouder mon cours...
    
    Le gloussement amusé qui répondit à mon air alarmé me rassura. Dinaë jeta un coup d'œil par-dessus mon épaule pour voir ce que j'étudiais avant de s'installer à mes côtés.
    
    - Vaste sujet que tu attaques là. Il est peut-être un peu tôt pour t'y pencher d'ailleurs.
    
    Je ne partageais pas son avis. Je ne voyais pas l'utilité de me voiler la face en ne m'intéressant qu'à des créatures qu'on ne m'enverrait pas combattre.
    
    - C'est pourtant ce qu'on attend de moi, non ? Que je mette fin à tout ça en chassant Argöth...
    
    Contrairement à ce à quoi je m'attendais, une lueur de tristesse passa dans les pupilles miroitantes et un soupir las précéda la réponse de la vieille Gær.
    
    - Je sais ce qu'on attend de toi, ce que ton héritage est supposé signifier... Mais il n'est pas question de n'importe quel Ethéré, c'est d'Argöth dont nous parlons. Honnêtement, je doute qu'un Gær seul, aussi doué et prédestiné soit-il, ait la moindre chance contre un tel être. Il ne sera jamais question de t'envoyer dehors pour te jeter dans les crocs de ce monstre, j'y veillerai. Vois-toi plutôt comme une Gær qui aura la chance de pouvoir remplir n'importe quelle mission.
    
    Je remerciai Dinaë, bien que son discours me laissa mitigée. J'étais rassurée de savoir que quelqu'un veillerait à ce qu'on ne me force pas à combattre le Dévastateur mais... à quoi étais-je supposée servir si je ne remplissais pas le rôle qui m'était échu avec mon héritage ? Quelle sorte de Gær serais-je si j'étais la seule que l'on dispensait de remplir sa mission ? Et surtout, que penseraient mes camarades s'ils découvraient que, contrairement à eux, Dinaë me protégeait de ma destinée ? Elle en avait le pouvoir : il lui suffisait d'énoncer que je n'étais pas prête. Mais alors elle me retiendrait ici aussi longtemps qu'il lui plairait, sans tenir compte de ma volonté, de cette force en moi qui m'appelait depuis l'extérieur. Un frisson me parcourut à l'idée que la Gær pouvait m'empêcher de partir en mission avec mes amis, me condamnant à les attendre ici, à l'abri, tandis qu'eux prendraient tous les risques. Ironiquement, savoir que l'on veillait sur moi me rendait avide de ma part de danger. J'étais assez exceptionnelle à mon goût, j'aspirais seulement à être comme les autres. J'allais protester mais la Gær me devança, m'envoyant déjeuner avant que je ne rate un second cours la même journée.
    
    Bien que plus solitaire, je retrouvais finalement assez vite ma routine. Le meilleur moyen de ne pas me languir de mes amis était de me garder occupée et j'y veillais sans relâche. J'avais promis à Aevon de faire des progrès en leur absence et je comptais bien tenir parole ! Gær Toyën lui-même semblait décidé à m'aider puisqu'il accepta enfin de me laisser tourner, à l'instar de mes condisciples, sur les différents ateliers. Le tir demeurait l'exercice le plus dur à mes yeux aussi y déployais-je bien plus d'efforts que sur les autres. Et lorsque je ne m'exerçais pas, j'étudiais. Dinaë dut s'absenter trois longues semaines, ce qui nous condamna à retourner aux longues heures de lecture à la bibliothèque, mais je me lançai le défi d'étudier un à un chaque volume concernant les Ethérés. Puisque mon héritage me rendait capable de tous les affronter, je veillerais à devenir une spécialiste de chacun d'entre eux !
    

Texte publié par Serenya, 1er mai 2018 à 09h26
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 16 Tome 1, Chapitre 16
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1487 histoires publiées
688 membres inscrits
Notre membre le plus récent est chinois
LeConteur.fr 2013-2020 © Tous droits réservés