Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 14 Tome 1, Chapitre 14
Aevon, Amaë et Tymen me rejoignirent au réfectoire tandis que j'attaquais la première gorgée de mon infusion. S'ils semblaient plus calmes que la veille, ils n'en demeuraient pas moins plus agités qu'à l'accoutumée. A peine assis, Tymen lança la conversation.
    
    - Vous croyez que Dinaë va faire cours aujourd'hui ?
    
    Amaë leva les yeux au ciel avec un soupir.
    
    - Elle vient tout juste de rentrer, laisse-la respirer !
    
    Le jeune homme haussa les épaules et repartit de plus belle.
    
    - Mais vous êtes toujours d'accord pour aller lui demander l'autorisation d'aller en chasse après le déjeuner ?
    
    Tymen afficha un air surpris devant les regards noirs que récolta sa question avant de prendre une expression gênée au mouvement de menton d'Amaë dans ma direction. Pour ma part, j'avais suspendu mon geste, ma tasse à quelques centimètres de mes lèvres.
    
    - Vous allez commencer les missions ?
    
    Aevon rougit et bredouilla tandis que les deux autres détournaient le regard. Je compris soudain qu'ils avaient mal interprété ma réaction. J'étais surprise, certes, mais il était évident depuis le début que ce jour viendrait tôt ou tard. Je m'empressai de les rassurer, quelque peu blessée tout de même qu'ils n'aient pas jugé bon de m'en parler autrement.
    
    - Nous nous sommes décidés hier soir. Nous voulions t'en parler là, en fait...
    
    Le regard assassin qu'Aevon lança à Tymen le fit grommeler.
    
    - C'est bon, ça va. J'avais oublié...
    
    Sa réaction me fit sourire et j'en profitai pour laisser parler ma curiosité.
    
    - Comment cela se passe ? C'est Dinaë qui doit donner son accord ? Je croyais que la décision revenait à Gær Toyën...
    
    Le trio hocha la tête et la jeune fille apporta une précision.
    
    - Gær Toyën détermine si nous sommes prêts d'un point de vue technique et Dinaë a le dernier mot.
    
    Nouveau hochement de tête général et Aevon prit le relai.
    
    - Pour le moment, Amaë et moi avons les deux accords. Mais Gær Toyën est plus indécis concernant Tymen et Dinaë a refusé son départ la dernière fois...
    
    L'intéressé grommela avant de plonger son attention dans le contenu de sa tasse. Nous le laissâmes à sa bouderie avec un rire amusé.
    
    - Dinaë donne des cours quand elle rentre ?
    
    Aevon acquiesça, des étoiles plein les yeux.
    
    - Ses cours sont les meilleurs et de loin ! Elle a tant de choses à raconter, que ce soit sur la Grande Purge ou le reste du monde !
    
    Pas de doute, mon camarade était plus qu'enthousiaste. Pour ma part, j'étais quelque peu sceptique. La Gær avait dit être la mémoire de Chäsgær mais son âge, certes avancé, ne faisait pas tout.
    
    - Comment peut-elle savoir tout ça ?
    
    L'expression amusée de mes camarades me surprit.
    
    - Parce qu'elle l'a vécu, pardi !
    
    Je jetai un regard à Amaë mais elle paraissait parfaitement sérieuse.
    
    - Vous vous moquez de moi. La Grande Purge c'était il y a... longtemps !
    
    Comme à son habitude, Amaë ne put s'empêcher de préciser.
    
    - Près de cent ans, oui. Dinaë a fait parti des premières expériences concernant la création des Gærs. C'est pour cela que c'est la seule de son espèce, son héritage ne s'est pas révélé d'une utilité première concernant notre combat. Mais il faut croire qu'il a beaucoup joué sur sa longévité.
    
    Je me pris soudain à attendre ses fameux cours avec autant d'excitation que mes camarades. La vieille femme devait effectivement en savoir beaucoup sur les Ethérés, le monde en général... et même Argöth !
    
    Nous achevâmes notre repas au son de la cloche et je m'empressai de suivre mes amis jusqu'à la porte d'une salle jouxtant la bibliothèque. Nous n'étions toutefois pas les seuls et la tension monta à chaque seconde qui s'écoulait sans voir apparaître Dinaë. Nous commencions à nous décourager lorsque des pas lents se firent entendre dans le couloir.
    
    - Me voilà, me voilà. Vous ne croyiez tout de même pas que j'allais vous priver de ce plaisir, jeunes gens !
    
    Les exclamations ravies se répandirent dans notre groupe et tous s'engouffrèrent dans la salle pour s'installer à l'un des bureaux. Je me hâtai de les imiter et retrouvai Aevon qui m'avait gardé une place. Avant même qu'elle eût rejoint le pupitre nous faisant face, la voix de Dinaë résonna dans la pièce.
    
    - Bien, de quoi voulez-vous que je vous parle aujourd'hui ?
    
    Aevon s'empressa de lui répondre.
    
    - Selën ne connait pas du tout notre histoire. Nous pourrions commencer par les origines de Chäsgær et la Grande Purge.
    
    Je me sentis rougir, et d'autant plus lorsque la Gær approuva. J'avais peut-être grandi dans un petit village, enfermée chez mes parents, mais je connaissais tout de même mes classiques ! La création de Chäsgær lorsque la grande Purge fut décidée par les gouvernements d'Avëndya, l'incompétence des Gærs de l'époque qui avaient seulement tué les créatures sans détruire leur magie, éveillant ainsi leur colère et créant, par là même, les Ethérés que nous devions affronter de nos jours... A une époque pas si lointaine, j'aurais ajouté à cela la couardise et la cupidité des Gærs modernes qui ne remplissaient leur rôle que s'ils ne risquaient rien et étaient grassement récompensés mais je savais à présent que les choses étaient plus compliquées que cela.
    
    Dès les premières minutes de mon premier véritable cours à Chäsgær, je compris pourquoi Dinaë était aussi populaire. Tout comme je découvris qu'à l'image de la réputation des Gærs, ce que je pensais connaître des Ethérés était faux. Contrairement à ce qu'on m'avait appris dans mon enfance, Chäsgær n'avait pas été créée au moment de la Grande Purge, mais bien avant. Il n'était alors pas question d'exterminer les Ethérés, seulement de former des chasseurs de créatures magiques, afin de protéger les populations d'Avëndya de certaines espèces dangereuses. Ils avaient alors pour mission de protéger les bateaux et les ports des bancs de sinëas, ces félins aquatiques dont avaient hérité mes trois amis et qui, par leur chant étrange, égaraient les navires ou poussaient les matelots à plonger pour les dévorer. Il fallait aussi limiter la croissance des Crok'mars qui, en petites meutes, se nourrissaient des cauchemars et sombres pensées des villageois mais, en groupes plus importants, s'attaquaient aux rêves et plongeaient des cités entières dans l'apathie. Mais leur rôle avait également été de protéger les espèces bénéfiques en voie de disparition, comme l'avaient été les grelottines à cause de leurs propriétés curatives. Chäsgær et ses membres avaient longtemps été les garants de la cohabitation entre Hommes et créatures magiques. Jusqu'à ce que la Grande Purge en fasse des exterminateurs, jusqu'à ce que les gouvernements d'Avëndya plongent leurs populations dans le cauchemar que nous connaissions de nos jours.
    
    La cohabitation avait été jugée trop dangereuse, trop hasardeuse pour les cités qui se développaient toujours plus. Les différents gouvernements étaient d'accord : mieux valait supprimer la menace avant qu'elle ne devînt trop grande. L'extermination ordonnée, les Gærs n'eurent d'autre choix que d'obéir, sillonnant les terres pour massacrer la moindre créature jugée dangereuse. Je tiquai lorsque Dinaë annonça que la Grande Purge prit fin avec l'exécution des deux draës éclairant notre monde, nous condamnant à l'obscurité que nous connaissions. Comment croire son discours après pareille déclaration ? J'avais pourtant bien étudié l'illustration des draës et la sphère de pouvoir gigantesque qu'abritait leur corps, mais imaginer que Dinaë ait connu un monde lumineux dépassait mon entendement. Je tâchai toutefois de mettre mon scepticisme de côté pour ne rien rater de son histoire.
    
    Les premiers temps qui avaient suivi la fin de la Grande Purge avaient laissé croire que les gouvernements avaient eu ce qu'ils voulaient, que Chäsgær n'aurait dorénavant plus d'utilité. Mais la victoire fut de courte durée. Le massacre de ses créatures mit la magie en colère et Argöth s'éveilla alors, ordonnant aux siens de se relever de leurs dépouilles, jetant toute leur haine et leur soif de vengeance à la gorge de l'humanité. Dès lors magie pure et non êtres de chairs, les Gærs devinrent les seuls protecteurs efficaces et la mission d'extermination repris, avec un aspect bien plus capital cette fois. Toute ma vie, j'en avais voulu aux Gærs d'avoir été incapables de détruire la magie, d'être incapables de nous protéger au jour le jour. En sortant de ce premier cours, j'en voulais à l'humanité, et surtout aux gouvernements, d'avoir eu peur d'une menace qu'ils avaient finalement créée eux-mêmes. Mais plus que tout, j'en voulais aux Gærs de l'époque de ne pas avoir jouer leur rôle de protecteurs au moment le plus crucial de l'histoire d'Avëndya...

Texte publié par Serenya, 17 avril 2018 à 08h57
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 14 Tome 1, Chapitre 14
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1280 histoires publiées
606 membres inscrits
Notre membre le plus récent est plumeconteur87
LeConteur.fr 2013-2019 © Tous droits réservés