Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 12 Tome 1, Chapitre 12
Le regard fixé sur la cible, l'attention rivée au trait lumineux juché sur mon arme, j'expirai lentement avant d'actionner la gâchette de l'arbalète. Le déclic propulsa le carreau de pouvoir et je crus un instant avoir enfin réussi l'exercice. Cependant, avant qu'il n'ait atteint son objectif, je sentis le pouvoir ruer sous mon contrôle et mon projectile se désagrégea en une myriade d'éclats dorés qui mouchetèrent la cible d'autant de petites brûlures. Je lâchai un soupir las et allais confier l'arme au tireur suivant lorsque Gær Toyën surgit dans mon dos.
    
    - Encore une fois. Tu y es presque.
    
    Je détestais cette manie qu'il avait à constamment observer le moindre de mes faits et gestes, me condamnant à me ridiculiser toujours plus à chaque nouvel échec.
    
    La fatigue commençait à se manifester et cela faisait plusieurs semaines déjà que j'échouais lamentablement à cet exercice, mais je repris tout de même l'arbalète et me remis en place. Corde tirée, je domptai à nouveau le pouvoir pour le façonner en carreau avant de tirer. Cette fois, la pluie d'étincelles dorées caressa la cible sans l'inquiéter. Un juron m'échappa et je posai un regard assassin sur la cible qui me narguait. L'éclair doré qui surgit soudain m'éblouit et récolta les protestations de mes condisciples. Lorsque l'obscurité revint, je jetai un regard à la cible avec une grimace. Seuls quelques éclats calcinés témoignaient de son existence. Une main massive se posa sur mon épaule et l'arme me fut gentiment retirée des mains.
    
    - Ça ira pour aujourd'hui. Je n'aurais pas dû insister.
    
    Une fois encore, je le décevais. Avec un soupir résigné, je soufflai une excuse et allai m'asseoir dans la mousse, à l'écart des groupes d'étudiants s'exerçant.
    
    Mon héritage devait faire de moi la plus puissante des Gærs mais, par une ironie du sort, il avait fallut que cet honneur échoue à la moins douée de tous. Maîtriser les premières techniques de couteau ne m'avait demandé que quelques jours et j'avais alors fait la fierté de Gær Toyën mais cela n'avait pas duré. L'arbalète était l'arme principale des Gærs, celle qui permettait de chasser en demeurant hors de portée de sa proie, celle qui vous garantissait une meilleure chance de survie. Et malgré toute la puissance dont j'étais capable, cette discipline demandait un contrôle et une rigueur que je n'avais clairement pas.
    
    Je laissai mon regard vagabonder un moment sur les différents Gærs à l'œuvre jusqu'à ce qu'Aevon, avisant que notre mentor avait le dos tourné, se laissât choir à côté de moi.
    
    - Ne fais pas cette tête, tu ne peux pas être douée partout...
    
    Mon silence ne le décontenança pas.
    
    - Viens nous donner un coup de main : Tymen est une catastrophe pour ce qui est de modeler une lame. Tu pourrais lui donner des conseils.
    
    Je jetai un regard à l'intéressé avant de reporter mon attention sur le champ de tir.
    
    - Pourquoi Gær Toyën s'acharne-t-il à me mettre au tir au lieu de me laisser au corps-à-corps ? Vous n'y êtes jamais vous !
    
    Un gloussement me répondit.
    
    - Amaë, Tymen et moi, nous sommes fait pour les combats aquatiques... Que veux-tu que nous fassions avec des arbalètes ?
    
    Je souris à mon tour de la bêtise de ma remarque. Aevon parut satisfait de ma réaction et il se releva, me proposant une main charitable pour l'imiter. J'acceptai finalement son offre et me joignis au trio pour leur venir en aide, bien que Tymen grommela de recevoir des conseils d'une "novice". Si la puissance de mon héritage me permettait de progresser rapidement, mes camarades conservaient beaucoup d'avance sur moi, malgré nos âges proches. . J'avais même fini par comprendre qu'ils avaient tous les trois déjà passé leur second Processus. En réalité, Amaë et Aevon avaient tout pour partir faire leur première mission mais la maîtrise de Tymen était trop hasardeuse pour qu'il puisse se joindre à eux, aussi le trio demeurait-il à Chäsgær. Du moins tant que Gær Toyën ne jugeait pas utile de séparer le groupe... Voilà pourquoi les deux premiers s'évertuaient à faire progresser le troisième. Egoïstement, je me réjouissais de cette situation : il ne me tardait pas d'arriver au moment où il me faudrait les regarder partir en chasse tandis que je resterais enfermée ici.
    
    Je n'avais rien de particulier à reprocher à Chäsgær, la vie y était plutôt facile, exception faite du Processus et des mutilations, et la compagnie agréable, pourtant je me sentais prisonnière de ses grilles. Je me trouvais dans le lieu le plus sécurisé de notre monde mais je n'aspirais qu'à partir. Sans véritable raison à donner, je mettais cette impression sur le compte des cauchemars qui peuplaient mon sommeil. On m'avait assuré qu'ils disparaîtraient avec la fièvre du Processus, pourtant ils ne m'avaient pas quitté depuis mon arrivée au manoir. Je n'en conservais jamais d'images précises, seulement un horrible sentiment d'être entravée ici, que quelque chose, à l'extérieur, m'appelait. Je gardais toutefois ces songes pour moi. J'attirais déjà bien trop à mon goût l'attention de Gær Toyën et des autres sans les inquiéter davantage ou les conforter dans l'idée de me retenir.
    
    J'accueillis avec soulagement le chant de la cloche nous invitant à rentrer dîner. Je pouvais enfin retourner à mon quotidien sans avoir à combler les attentes de qui que ce fût. Comme à son habitude, Tymen nous devançait sur le chemin nous menant au réfectoire, faisant mine de bouder aux remarques que lui adressaient ses comparses. Toutefois, à peine eut-il disparu à l'intérieur de la grande salle que nous le vîmes réapparaître et se précipiter vers nous avec une expression enchantée.
    
    - Vous n'allez pas me croire ! Dinaë est rentrée !
    
    Je n'eus pas le temps de demander quoi que ce fût : la simple évocation de ce nom avait illuminé le regard d'Amaë et Aevon qui s'étaient élancés sur les traces de Tymen. Pour ma part, je demeurais perplexe. Mes camarades étaient de bon vivants mais c'était la première fois que je les voyais si excités. Je reconnus sans mal le rire chaleureux qui éclata dans mon dos et risquai un regard interrogateur vers Gær Toyën.
    
    - Qui est rentré ?
    
    Le colosse eut un sourire amusé et me poussa gentiment en direction du réfectoire.
    
    - Dinaë. C'est la plus vieille d'entre nous, et la plus sage, la plus douce, la plus attentionnée... C'est un peu la grand-mère de tout le monde ici, et d'autant plus pour ceux qui sont arrivés jeunes. Viens, allons la saluer.
    
    J'accompagnai donc le Gær jusqu'à la grande salle à manger. Elle qui d'ordinaire était plus ou moins animée en fonction des allées et venues de chacun résonnait ce soir-là d'une effervescence que je ne lui connaissais pas. Tout Chäsgær semblait en fête pour une seule Gær. J'étais autant curieuse qu'impressionnée tout à coup.
    
    Tous les occupants de la pièce étaient rassemblés dans un coin, autour d'une table, formant une masse compacte et agitée. Notre professeur m'entraîna dans son sillage et la foule s'ouvrit à notre approche. Avant de parvenir au centre des attentions, les noms de mes amis me parvinrent, portés par un ton doux et ravi. Enfin, mon guide s'écarta et je croisai les pupilles miroitantes d'un visage qui me laissa interdite. Dans son attitude, son dos voûté, ses membres anguleux, Dinaë avait bien tout d'une vieille dame. Pourtant les rides étranges sur sa peau grise et terne faisaient davantage penser à de l'écorce d'arbre qu'à de la peau tannée par les années. D'ailleurs, ses cheveux ras me rappelaient étrangement de la mousse. Je n'eus toutefois pas l'occasion de m'interroger davantage. Déjà, elle me tendait les bras avec un air enchanté.
    
    - Et voici donc la fameuse Selën !
    
    Je grimaçai malgré moi à la célébrité qu'elle me prêtait mais avant que je pusse protester, elle me serra contre elle puis me détailla de la tête aux pieds en passant un doigt léger sur une plaque d'écailles.
    
    - Tu es magnifique.
    
    Je me sentis rougir et ne sus quoi répondre.
    
    - Tu permets que je regarde ce que ça donne ?
    
    Ne comprenant pas ce qu'elle voulait dire, je jetai un regard perdu à Gær Toyën qui se contenta de hocher la tête avec un sourire amusé. Sans attendre de réponse, l'étrange femme referma doucement ses doigts sur mon poignet droit et le fit pivoter, paume vers le haut. Je crus d'abord que c'était tout puis je remarquai les fins filaments qui s'échappaient des étranges rides de ses doigts pour venir se glisser sous ma peau. J'eus un geste de recul mais la poigne de la Gær était ferme. Cependant, l'attitude mi-attentive mi-amusée des spectateurs et l'aspect indolore de l'expérience me convainquirent de laisser faire. Une personne si appréciée ne pouvait pas me vouloir de mal après tout. Dinaë demeura silencieuse un long moment puis les filaments se retirèrent et elle me lâcha enfin.
    
    - Alors ?
    
    Gær Toyën semblait inquiet tout à coup. Que venait-il de se passer ? La vieille femme sourit en replaçant une mèche de cheveux derrière mon oreille.
    
    - Beaucoup de puissance et très peu de maîtrise. Rien de bien surprenant avec un tel héritage mais un second Processus devrait régler le problème.
    
    Elle se détourna et fit mine de se diriger vers le fond du réfectoire avant de lancer un regard amusé à notre professeur.
    
    - Oh, et n'espère pas la retenir ici bien longtemps, mon petit Toyën. La chasse l'appelle déjà.
    
    Le colosse eut une moue pensive mais la voix de Dinaë résonnait à nouveau.
    
    - Bien, je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, jeunes gens, mais moi, je suis affamée !
    

Texte publié par Serenya, 3 avril 2018 à 10h26
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 12 Tome 1, Chapitre 12
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1307 histoires publiées
623 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Mytae
LeConteur.fr 2013-2019 © Tous droits réservés