Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Lecture
Introduction
    
    « Avancer sans jamais tressaillir, pour rester l’un de ces visages vides et anonymes dans la foule immense. J’avais trop longtemps espérer me retrouver propulsé au rang des héros, de ceux qui, au-delà de leur singulière différence avaient mis à contribution leurs capacités extraordinaires pour faire le bien.
    Mais après quelques malheureuses rencontres, les exemples de ces personnes sorties de l’ombre et dont la tête n’avait pas été mise à prix m’avaient convaincu de me fondre dans la masse.
    Aussi loin que je me souvienne et avant que la DPM (Division de Protection Mutante, ndlr) ne se voit accordée les pleins pouvoirs, le monde était gouverné par l’argent. Les puissants distribuaient à leurs sujets de quoi étancher leur soif de cash contre services rendus et une loyauté sans faille.
    Vivre, se protéger, manipuler et chasser.
    J’étais l’un d’entre eux, bien avant que la Toxine ne soit libérée dans la haute atmosphère par la Main de Dieu. Ces sales enfoirés n’avaient aucune idée de ce que cet attentat occasionnerait.
    Depuis, tout a changé. »

Confessions d’un Changé, 12 Mai 2022.

« Recueil et mémoires d’Adam Quinn », Tome 1, Chapitre Premier.


    
    
    Chapitre Premier – Notre Monde
    
    Recroquevillé dans ce recoin de Central Park depuis des heures, il avait patiemment attendu que la nuit tombe avant de quitter la pénombre protectrice et rassurante, repoussant un peu plus l’interminable calvaire qu’il devrait ensuite subir. Adam plongea son regard dans les ténèbres qui lui faisait face et prit sur lui de combattre le vacarme ardent de son cœur. Il sentait sa peau vibrer au rythme irrégulier des pulsations, provoquant une sensation de mal être que très peu d’êtres humains pouvaient connaitre. Un instant, il crut perdre conscience mais fut ramené à la réalité par le vacarme assourdissant des pneus crissant d’une voiture lancée à vive allure.
    L’homme n’avait pas plus d’une vingtaine d’années. Le duvet de barbe qui parcourait son visage lui donnait cet aspect méconnaissable qu’il adorait tant. Il ancra son regard bleu éteint dans la foule qui pressait le pas sur trottoir bordant le parc, cherchant dans cet amas de chair et de sang la main traitresse du délateur à l’affut de la récompense offerte par les autorités pour le signalement d’un « changé ».
    L’univers entier lui était apparu bien plus sombre depuis que sur lui, les regards s’étaient tournés d’une toute autre façon. Le lycée et la popularité, les amis et la famille étaient autant de souvenirs d’un passé révolu et qui lui semblait tellement loin à présent.
    
    La manifestation de ses pouvoirs avait été tellement violente et inattendue que les dégâts en avaient été décuplés. Près d’une centaine de personnes sont décédées ce soir-là, foudroyées par un éclair incontrôlé sortie de ses mains. A la différence de beaucoup de d’autres pouvoirs mutants, conduire ainsi l’électricité est une capacité des plus dévastatrices et dont la puissance dépend principalement de l’état émotionnel du porteur.
    Perdre face à une équipe adverse minable au match de qualification en vue des sélections pour les recruteurs venus des différentes universités de l’état était impardonnable et la colère qui l’avait envahi au coup de sifflet final n’avait eu d’égal que la puissance de la foudre touchant le public et ses coéquipiers.
    Assommé par la violence du choc, il avait néanmoins été le seul survivant de cette funeste rencontre au sommet. Ainsi révélés, ses pouvoirs n’avaient engendrés que malheur et souffrance.
    Tout s’était rapidement enchainé sans qu’il ne pût rien n’y faire. Tour à tour suspecté, accusé et déclaré coupable par les médias puis la justice et les citoyens, Adam n’avait eu d’autre choix que de fuir et se cacher parmi la foule anonyme et sans visage.
    En cela New-York excellait. Une ville où le nombre d’habitants au mètre carré était l’un des plus importants de tous les Etats-Unis et où sa différence était passée presque inaperçue.
    
    Il abaissa sa capuche sur ses épaules dévoilant des cheveux plus longs que ce à quoi il avait été habitué pendant sa si courte jeunesse. Le passage à l’âge adulte ne s’était pas fait sans mal, mais après tout il n’était sans doute pas le seul dans cette situation.
    « Adam ? » murmura une voix dans sa tête.
    Croyant être une fois de plus la victime de sa propre culpabilité, le jeune homme dont le visage se fermait à nouveau en une expression de colère contenue, se mêla aux individus de passage. La pluie coulait sur son visage troublant légèrement sa vision. Son pas lourd et lent se calquait sur le rythme moyen de ses congénères pour la plupart armés de parapluies tant la sensation de l’eau sur leurs vêtements distingués et leurs visages maquillés à outrance les répugnait.
    Une mèche de cheveux se colla sur son front lorsqu’il baissa la tête en entendant à nouveau cette voix inconnue s’infiltrer dans ses pensées. Le regard tourné vers le sol, il serra les poings comme s’il s’agissait d’une crise de démence qu’il se devait de réprimer avant qu’elle ne gagne du terrain.
    « Je sais que vous m’entendez Adam. » murmura la voix par-dessus le bourdonnement urbain.
    Il avait déjà entendu parler de ces gens dont les capacités extraordinaires s’étaient révélées plus discrètes que la sienne. Télékinésie, télépathie, invincibilité ou songeurs étaient autant de noms ridicules pour cacher la monstruosité qu’ils étaient.
    « De grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités. »
    C’est ce que l’on disait.
    
    Sa réalité avait été très différente. Dans les premiers jours Adam s’était senti plus fort et plus en forme qu’il ne l’avait jamais été. Rien ne s’était pourtant passé d’extraordinaire mis à part cette éclipse du soleil qui avait suscité l’évènement.
    Et les choses commencèrent à se gâter. L’électroménager réagissait à sa présence comme s’il avait été exposé à la foudre et tous les objets électroniques grillaient instantanément à son contact. Puis ce fut les lumières artificielles qui explosèrent lorsque le sentiment de colère envahissait son esprit. Sa vie n’avait été qu’une suite de malheureux concours de circonstances qui se terminèrent en un massacre involontaire.
    La culpabilité le poursuivait depuis cette nuit-là, le traquant jusque dans ses rêves.
    Interrogé par la police fédérale comme le suspect numéro un du massacre du Lincoln High, il avait vu défiler les heures d’interrogatoire et d’incarcération dans une cellule du commissariat de la ville. Bien sûr, il ne savait quoi leur répondre tant la violence qui s’était déchaîné en lui ce soir-là avait été involontaire. Jugé coupable par les preuves accablantes simulées par son principal détracteur, il fut décidé qu’il serait incarcéré de manière plus prolongée dans un hôpital psychiatrique de la région spécialement conçu pour les personnes comme lui, situé à quelques kilomètres seulement de Dallas. Mais sur le chemin, alors que ses poignets et ses jambes étaient entravés par les lourdes chaines du fourgon blindé, il revit la déception qu’il avait aperçue dans les yeux larmoyant de sa famille avant son départ.
    Accusé à tort pour quelque chose qu’il n’aurait jamais pu commettre de son plein gré, il senti en lui revenir ce sentiment, cette étrange sensation de picotement dans sa nuque et tout le mal qu’il pouvait en fait en faire. Adam respira profondément et concentra son attention sur ses entraves sans en connaître réellement la raison.
    Au bout de quelques secondes qui lui parurent interminables, un léger cliquetis résonna dans ses poignets libérés, tandis que les chaines accrochées à ses chevilles retombaient lourdement sur le sol couvert d’un revêtement plastifié. Son regard se durcit alors et ses yeux devinrent d’un bleu intense, clair et lumineux qu’il n’échappa pas au garde somnolant en face de lui que quelque chose d’étrange se tramait.
    « David ! » hurla-t-il en braquant son arme sur le prisonnier.
    L’autre garde affairé à lire un journal dont la date indiquait « Vendredi 6 Octobre 2006 », se réveilla soudainement et saisit également le tazer jusqu’alors accroché à sa ceinture.
    Ne sachant aucunement ce dont le gamin était capable, ils restaient confiants et malgré la tragédie qu’il avait conduite ici, tous deux se sentaient assez expérimentés pour ne pas à avoir peur d’un quelconque revirement de situation. Mais cette étrange lueur dans le regard avait de quoi glacer le sang et son silence n’arrangeait rien.
    « Calme-toi petit, je ne voudrais pas avoir à me servir de ça contre toi, intima le garde au journal en pointant l’arme électrique sur lui, tandis qu’Adam s’était levé et reculait lentement vers la porte arrière du fourgon de transfert.
    — Tu vas t’asseoir bien gentiment, compris ? fit le second plus anxieux.
    — Je ne sais même pas ce qu’il s’est passé là-bas et… »
    Alors qu’il avait déjà posé une main sur la poignée de la porte, le jeune homme fut frappé par cette douloureuse sensation qu’avait provoquée la fléchette électrique du tazer en passant sous la barrière de sa peau. Mais le choc électrique se dissipait en lui comme le feu se rependait sur une flaque d’essence et bientôt ce fut toute la cabine qui fut parcourue du champ électrique. Une intense douleur le parcourait sans vraiment que cela n’eut d’impact sur sa santé ou son état conscient.
    Les deux gardes s’écroulèrent et le conducteur de la camionnette assit à l’avant sombra lui aussi dans un sommeil lourd et proche du coma.
    
    Ce dernier accident et la mort de ces trois hommes fut la dernière chose qu’il se promit d’arriver autour de lui par la faute de ses capacités et de ses sentiments. Lorsqu’il s’éveilla ce soir-là, la vision des corps calcinés le décida que rien ne serait jamais plus pareil pour lui …
    Fuir plus loin, et plus vite encore.
    Se fondre dans la masse, devenir l’inconnu, le visage sans nom.
    « Je crois que vous et moi, nous avons quelques amis en commun » persista la voix dans sa tête.
    Il remarqua alors au loin, cette femme encapuchonnée dans une veste grise et dont le visage resta caché dans l’ombre du morceau de tissu imperméable. Quelques mèches blondes s’échappaient du carcan grisâtre et se mouvaient au gré des courants d’air.
    « Rendez-vous ce soir, au cœur de Central Park. Tu ne seras plus jamais seul Adam. »
    
    Le soir venu, alors que toute pluie avait cessé de s’abattre sur Manhattan, une étrange mélodie résonnait dans ses oreilles. Cette voix à la fois étrangère et familière avait apaisé son esprit comme jamais auparavant et les notes qui s’échappaient de la Fête foraine des Frères Sullivan(1) l’attirait irrémédiablement vers lui …
    Plein d’une sérénité qu’il pouvait ressentir tout autour de lui, Adam assista au combat livré par trois hommes qui comme lui possédaient des pouvoirs, des capacités que l’humanité ne connaissait pas. Les choses s’accélérèrent quand plusieurs autres disparurent en un instant tandis qu’il restait dans l’ombre au milieu des badauds s’enfuyant.
     Puis il vit cette fille au regard bleu et à la chevelure dorée s’élancer dans le vide devant les caméras du monde entier, se relever et guérir d’une chute qu’aucun être humain n’aurait su encaisser.
    « L’avènement d’une nouvelle ère. » lui susurra la douce voix de l’inconnue postée à côté de lui avant qu’elle ne pose sa main sur son bras et que tous deux ne s’évaporent.
    
    
    Notes –
    
    Ce texte écrit dans le cadre de la soirée 3 de la saison 2 des Histoires de la Pleine Lune s’insère dans le registre des fanfictions de la série télévisée « Heroes ». L’histoire relatée ici prend place avant et pendant les évènements du final de la saison 4.
    
    1. La Fête Foraine des Frères Sullivan est un élément-clé tiré de la saison 4 de « Heroes », un groupe forain itinérant où sont rassemblées de nombreuses personnes aux capacités extraordinaires. La conclusion de la saison 4 a lieu alors que Samuel Sullivan – cadet des deux frères en vie, dont le pouvoir dépend du nombre de ces personnes dotées de dons rassemblées autour de lui, tente d’asseoir sa suprématie de meneur en attirant tous les « Heroes » à lui.
    

Texte publié par Théâs, 2 juillet 2017 à 10h48
© tous droits réservés.
«
»
Lecture
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1512 histoires publiées
701 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Nisa
LeConteur.fr 2013-2020 © Tous droits réservés