Pourquoi vous inscrire ?
Les Six Galaxies ~ Recueil de nouvelles
icone Fiche icone Fils de discussion icone Lecture icone 7 commentaires 7
«
»
Tome 1, Chapitre 1 « Revanche » Tome 1, Chapitre 1
Prime Monastère elfique ~ Zaldénia.
    
    
    
    – Isabelle, surveille ton maintien ! Tu cambres trop le dos, tu vas récolter des contractures.
    
    La voix de l'entraîneur claqua, sévère, et la fillette corrigea sa position dans la seconde. Hermétique au rire méprisant de Joléann, son partenaire, elle raffermit sa prise sur son bâton d'entraînement. Une arme basique, exacte réplique des célèbres sceptres des combattants elfes, la magie en moins. Un peu trop lourde pour son frêle corps. Un peu trop longue aussi, mais elle s'en accommodait. Sa vie était régie par un but bien précis. Museler son coéquipier. Le surpasser et surtout, lui faire ravaler toutes ces années de moqueries.
    
    Le destin jouait parfois de bien vilains tours. Comme le soir de leurs naissances synchronisées, cet instant qui scella leur avenir à tous deux.
    
    Lorsque deux elfes voyaient le jour en même temps, à la seconde près, la magie les liait à jamais. L'un Warriel, l'autre Priestel, duo inaltérable de combattants. L'élite des armées elfiques. Les meilleurs d'entre eux obtenaient l'immense honneur d'intégrer la garde personnelle de l'empereur Zévrin, leur souverain à tous.
    
    Au terme de l'enfance, les instructeurs étudiaient les capacités de chaque bambin, s'enquéraient de leurs aspirations et déterminaient lequel serait guerrier-mage, et lequel serait prêtre-mage. La plupart du temps, les associés s'entendaient à merveille. Complémentaires jusque dans leur ambition.
    
    Pas pour Isabelle et Joléann. Tous deux désiraient ardemment le titre de Warriel. L'échéance approchait avec leur onzième anniversaire, bientôt, tous deux seraient convoqués auprès des vénérés Prêtres Supérieurs pour deux interrogatoires successifs. Le second se révélerait décisif.
    
    L'aspirante Warrielle inspira une grande goulée d'air, attentive à la moindre instruction de son maître d'armes. Au signal, elle se rua sur le garçonnet, bondit sur la gauche et dévia le bâton de son adversaire. Déséquilibré, Joléann trébucha, mais loin de se laisser abattre, contre-attaqua avec une vivacité stupéfiante. Plusieurs secondes durant, elle ne put que parer et reculer, incapable de reprendre le dessus.
    
    Rage, désespoir, honte. Les autres élèves s'étaient figés et les observaient du coin de l'œil. Que la plupart d'entre eux assista à sa correction l'indifférait, mais pas les deux adolescents adossés à un mur, à l'écart du groupe. Alzéel et Féhnâam. Ce duo, une légende. La crème de la crème. Il venait d'obtenir la si prestigieuse affectation à Zévrinbad, la capitale Zévrine.
    
    Les dents serrées, elle opta pour une roulade au sol et balaya les jambes du garnement qui, au lieu de chuter comme une pierre comme elle s'y attendait, effectua une torsion du torse pour tomber face en avant. Ses deux mains posées bien à plat sur le sol, il se propulsa en arrière et envoya son talon dans le sternum de la fillette.
    
    La douleur la dévasta alors que ses côtes cédaient sous l'impact. Le monde vacilla, devint blanc. Isabelle refusait d'abandonner. L'espace de ce qu'elle crût n'être qu'un instant, elle ferma les yeux pour mieux reprendre son souffle. Pour oublier l'affreux élancement.
    
    Mais lorsqu'elle battit des paupières, un adolescent, presque un adulte la surplombait. Des iris verts, des cils interminables, de longs cheveux noirs retenus par une boucle d'or.
    
    Humiliation cuisante, l'observateur se trouvait être l'incomparable Alzéel. La gorge nouée et le feu aux joues, Isabelle essaya de se relever, mais d'une pression douce et ferme de la main le beau Priestel la força à rester étendue.
    
    – Calme-toi !
    
    – Je dois finir ce combat ! Je veux ratatiner cet idiot de Jo !
    
    – Ma puce il...
    
    – Je ne suis pas une puce, je suis une combattante !
    
    Furibonde, la gamine planta là le prêtre confirmé et déserta la pièce sans demander son reste.
    
    Les jours qui suivirent, Isabelle dormit à peine. La nuit la voyait se relever, gagner furtivement l'espace d'entraînement et s'acharner toujours plus sur les mannequins de paille. Plus l'entretien approchait, plus sa frustration grandissait : Joléâan semblait imbattable.
    
    À l'aube de la journée d'examen, Isabelle se sentait prête. Reposée comme jamais, elle venait de dormir douze heures d'affilée. Affublée d'une tenue souple et moulante, presque une seconde peau. Les mains protégées de bandelettes antidérapantes, les cheveux tressés avec soin puis enroulés sur eux-mêmes, pas une mèche ne s'échappait du chignon ainsi confectionné. Enfin, ses pieds menus restaient nus, afin de favoriser l'adhérence au dallage de l'aire de combat.
    
    Fière, le nez levé vers le ciel, elle traversa la cour intérieure, dévala les escaliers de grès rose, salua les instructeurs et examinateurs et se campa face à son ennemi.
    
    Le silence tomba sur la petite assemblée. Impassibles, les adultes scrutaient les deux enfants qui retenaient leur souffle. Au signal, tous deux s'élancèrent. L'arme de Joélann tournoyait au-dessus de sa tête, sa bouche s'étirait d'un rictus satisfait, déjà vainqueur. Le premier, il attaqua et abattit son bâton sur l'épaule d'Isabelle. Celle-ci esquiva d'un saut souple, se jeta à plat ventre au sol et, plutôt que de se relever et d'affronter le garçonnet, elle l'observa. Sa mine ahurie et la lueur d'incompréhension de ses prunelles la ravirent. Avant qu'il ne reprît ses esprits, ses yeux étudièrent chacun de ses gestes, le moindre frémissement de muscles, détectèrent la plus petite des gouttes de sueur.
    
    Son entraînement nocturne portait ses fruits, elle se sentait désormais capable d'anticiper les prochains mouvements de son adversaire. Mais surtout, elle décelait ses failles. Observation, analyse, ruse, voilà comment elle comptait l'emporter.
    
    Malgré sa mine hautaine et arrogante, sa position laissait à désirer. Le garçon misait sur sa puissance pour vaincre et en oubliait de protéger ses points faibles. Ses côtes s'offraient à Isabelle. Affriolantes, libres de toute armure, presque avenantes. Pour sûr, elles n'attendaient que la caresse du bâton de combat !
    
    Après quelques passes infructueuses, l'occasion d’exaucer le vœu de ces dames calcifiées se présenta. Son arme brandie à deux mains, Joléânn fondit sur elle avec un cri victorieux. Auparavant, Isabelle aurait frémi, puis se serait figée sur place, les mains vissées sur le bois noueux dans l'espoir d'amortir le choc, mais cette fois, elle se contenta d'un pas sur le côté. Emporté par son élan, son adversaire la dépassa, moment stratégique que la fillette choisi pour piquer le flanc offert. Un coup sec, précis et douloureux qui orna la peau du garçon d'une trace violacée et arrondie et marqua la fin du combat.
    
    Gagné, elle avait enfin gagné, et ce fut d'un pas fier et la tête haute qu'elle suivit les examinateurs pour le premier interrogatoire, sous l’œil furibond de son coéquipier.
    
    

Texte publié par Carazachiel, 22 juin 2017 à 16h54
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 1 « Revanche » Tome 1, Chapitre 1
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1312 histoires publiées
626 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Sfm
LeConteur.fr 2013-2019 © Tous droits réservés