Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 6 Tome 1, Chapitre 6
Valéria tournait en rond depuis plus d’une demi-heure, en traînant des pieds et en criant sur quiconque osait se mettre en travers de sa route. Elle était au summum de l’inquiétude : Drake était porté disparu et l’une des humaines manquait à l’appel, celle qui s'était trouvé assise face à elle, celle qui avait un étrange effet sur Drake.
    Ils avaient disparu après avoir quitté leur véhicule. Elle voulait les suivre mais n’avait pu le faire à cause de Vitus qui exigeait son aide. Ne pouvant refuser, elle dut la laisser s’éloigner et s’enfoncer profondément dans la forêt. Cela pouvait être dangereux, mais elle n’en avait finalement cure : elle n’était qu’une parmi une marré d’autres. Il n’y avait que peu de chance qu’elle devienne le calice du Comte.
    Althéa ne l’intéressait guère, contrairement à Drake qui était à présent le principal sujet de ses pensées.
    Où est-il ?
    Que diable fait-il ?
    Est-il avec elle ?
    « VITUS ! » hurla-t-elle.
    L’homme, petit en taille, trottina jusqu’à elle.
    « Oui, Madame ?
    - Sont-ils revenus ? questionna-t-elle avec agressivité.
    - Non. Et je pense que vous seriez la première au courant si c’était le cas. » la renseigna-t-il.
    Valeria fit un geste ample de la main, synonyme qu’elle n’avait que faire de ce qu’il pouvait lui dire, tant qu’il ne s’agissait pas d’un ‘Oui, Drake est revenu’.
    Elle s’interrogea ensuite sur la nature de la relation qu’il semblait partager avec Althéa.
    Il n’a cessé de la regarder dans la calèche… la connaissait-il déjà ?
    D’ordinaire, les vampires comme elle, les sangs-impurs, n’étaient pas intéressés par cette espèce. Ils les méprisaient pour leur faiblesse et leur stupidité. Ils les haïssaient, ils n’étaient rien de plus que des friandises, ou des jouets pour certains.
    Pourquoi semblait-il intéressé par elle ?!
    La jalousie lui laissait un goût amer en bouche et la colère la faisait trembler. Cette inconfortable situation lui donnait de vifs excès de violence. Elle s’approcha d’un arbre et, sans plus de cérémonie, porta un brutal coup de poing contre l’écorce épaisse. Les filles, les autres prétendantes, celles susceptibles de devenir le calice du prince des ténèbres, se tournèrent vers elle. Elle sentait leur regard dans son dos et cela lui donnait envie de les mordre, toutes, une par une. Elle voulait les dominer, exiger qu’elles baissent gentiment leur tête à son passage.
    Elle se retourna et vit qu’une jolie blonde aux yeux bleus s’approchait d’elle sans crainte aucune. Elle haussa l’un de ses longs sourcils roux, tout en posant ses mains sur ses hanches. Cette posture faisait qu’elle semblait plus impressionnante encore qu’elle ne l’était déjà.
    Angelina -car c'était elle- s’immobilisa face à elle.
    Valéria sentit le sang pulser contre ses tempes en apercevant l’air suffisant qu’elle arborait.
    « Quand partons-nous ? » la questionna-t-elle.
    Elle était hautaine, ce qui ne plut pas à l’amazone. Elle ne pouvait se permettre un tel manque de respect. Un sourire mauvais étira ses lèvres pulpeuses. Aussi, elle prit son menton dans sa main, après s’être approchée d’elle. Elle était à présent séparée d’elle de quelques millimètres. Elle la regardait dans le blanc des yeux et faisait usage de son aura de vampire.
    Ce geste pourtant parfaitement exécuté, n’avait eu l’effet escompté puisque la blonde se mit à rire d’une voix fluette qui fit sortir Valéria de ses gonds.
    Elle attrapa le col de la robe d’Angelina puis elle la souleva de quelques centimètres du sol. L’autre agrippa ses poignets tout en lui donnant une avalanche de coups de pieds, vainement.
    « Et maintenant, qu’allez-vous faire ? Petite impertinente ! Quand repartons-nous ? Cela ne vous regarde pas. » la renseigna-t-elle avec une certaine agressivité.
    Elle la jeta violemment et Angelina, perdant l’équilibre lorsque ses pieds touchèrent le sol, se retrouva assise sur le parterre boueux avec ses vêtements tâchés.
    « Vous êtes un monstre ! » hurla-t-elle en se relevant promptement, juste avant de lui cracher dessus.
    La rousse essuya son visage en grimaçant.
    « Vermine ! s’exclama-t-elle. Je vais vous tuer ! »
    Angelina se sentit partir vers l’arrière.
    En effet, Valéria venait de lui attraper de nouveau le col, mais, cette fois-ci, ce fut pour la plaquer contre la calèche. Son dos percuta violemment la paroi en bois et la douleur fut telle qu’elle ne put retenir un gémissement pour l’exprimer. Ses prunelles océan rencontrèrent celles de feu du vampire et la peur lui tordait maintenant les tripes. Ses yeux s’embuèrent de plus bel mais elle ne fléchit pas. Elle était courageuse et savait passer outre son angoisse pour tenir tête au démon qui menaçait d’en finir avec sa vie.
    L’adrénaline coulait à flot dans son sang et elle se surprit à apprécier cette sensation. Valéria put voir les pupilles de sa victime se dilater, ce qui lui fit se poser des questions. Elle ricana méchamment et lui demanda :
    « T’aimes ça ? »
    Angelina, semblant reprendre conscience, se débattit soudainement. Elle tenta de la repousser de toutes ses forces, en vain : Valéria s’avérait être bien plus forte qu’elle. De plus, elle la voyait prendre plaisir à la voir tenter de s’échapper, ce qui l’énervait d’avantage.
    Valéria se pencha et s’approcha dangereusement du cou de la petite blonde qui agrippa sa natte pour tenter de l’en empêcher. Elle ouvrit la bouche, mettant des crocs en évidence, lorsque la voix de Drake tonna à quelques mètres de sa position.
    « Ça suffit ! »
    Il s’interposa puis il prit le bras de sa compère pour l’éloigner.
    Quelques pas plus loin, il se pencha près d’elle pour lui murmurer à l’oreille.
    « On part maintenant. Je dois être de retour avant le lever du soleil.
    - Pourquoi ? » lui demanda-t-elle en le regardant avec perplexité.
    A présent qu’il se trouvait près d’elle, elle se permit de se détendre, de taire ses angoisses pour, enfin, oser un timide sourire.
    Sourire qu’elle perdit en constatant que Drake ne la regardait pas elle, mais Althéa qui arrivait. Elle ne reçut aucune réponse à sa question.
    
    
    Althéa sentait le regard perçant de Drake mais elle l’ignorait délibérément.
    Suite à l’incident de la forêt, elle se sentait honteuse. Elle se réprimandait mentalement pour avoir fait preuve de tant de faiblesse, elle ne devait pas perdre son objectif de vu. Elle se devait de devenir le calice du Comte Black, elle n’avait nul autre choix, nul autre but. Mais ce qu’elle avait ressenti avec Drake était… unique.
    Le mélange de sensations et de sentiments qu’il lui avait inspirés l’avait comme transportée dans un autre monde. Un monde de plaisir et de désir, un monde fait de feu et de lave. Et, diable, qu’elle avait aimé ça.
    Ce fut une expérience si intense…
    Elle ferma les yeux et se laissa, l’espace d’un instant, revivre les quelques minutes passées dans la forêt avec le mystérieux vampire. Puis elle imagina sa bouche se poser sur la sienne et ses mains rugueuses et puissantes lui agripper les cuisses. Elle pensa aux crocs se plantant dans sa chaire et un violent frisson la traversa.
    Elle s’empressa d’ouvrir les yeux et de cacher son visage dans ses mains.
    Que m’a-t-il fait ?
    Elle poussa un faible soupire résigné.
    Nous devons cesser cela…
    Elle osa regarder dans la direction de Drake et leurs regards se croisèrent. Ses yeux s’humidifièrent et elle se hâta de rejoindre la calèche pour se cacher à l’intérieur. Elle s’installa puis elle posa ses mains sur sa poitrine.
    Pourquoi mon cœur s’emballe-t-il de cette façon ?
    
    

Texte publié par Fiorthnir, 19 avril 2018 à 19h40
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 6 Tome 1, Chapitre 6
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1297 histoires publiées
612 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Delenn Harper
LeConteur.fr 2013-2019 © Tous droits réservés