Pourquoi vous inscrire ?
30 ans, célibataire... et entremetteuse !
icone Fiche icone Fils de discussion icone Lecture icone 0 commentaire 0
«
»
tome 1, Chapitre 1 « UN AN DE PLUS ! » tome 1, Chapitre 1

30 ans, ça se fête. Sans sa mère qui nous bassine en nous disant que l'on doit se bouger les fesses pour fonder une famille. C'est pourquoi aujourd'hui, tout le gratin de mes relations est invité à mon anniversaire. Je me présente à ceux qui ne me connaissent pas encore : moi, c'est Yola - j'habite à Paris et je travaille dans l'événementiel. Et je suis célibataire depuis ma rupture avec X. il y a maintenant près de dix ans.

Aussi je pense à remercier chacun de mes hôtes personnellement quand l'odeur des grillades me chatouille les narines. Je lève donc mon verre pour me faufiler hors de ma maison sur la terrasse ensoleillée par ce bel été. Apparemment je ne suis pas la seule à avoir faim et c'est tant mieux ! Mais qu'est-ce que je vois là sur la table réservée aux cadeaux ? Je m'avance, prenant à manger au passage et je découvre une monticule d'emballages de toutes tailles ici et là, mais surtout, un énorme paquet qui en impose... « Il prend quasiment toute la place, n'est-ce pas ? » me lance un invité. J'acquiesce avant de chercher une étiquette ou un nom allant avec cet énorme colis.

« Mister Jo. Je ne suis pas là mais appelez-moi », suivi d'un numéro de téléphone. Super : mais pour qui il se prend celui-là ? S'il est absent, je me demande bien comment cette chose est arrivée là. Ou alors Mister Jo a un complice ? Qu'importe, après tout ! Moi, des cadeaux j'en ai toute l'année. En effet, les nombreuses personnes que je croise dans mon métier m'en offrent toujours pour me récompenser de mon travail, certes, mais aussi pour quelque chose d'un peu plus spécial...

Devinez quoi, depuis que je ne vis plus avec X. (Xavier) j'ai un don pour trouver la perle rare. Non pas pour moi : le comble c'est que je la trouve pour les autres ! Les gens séparés, en mal d'amour, divorcés, veufs, désabusés, tout le monde quoi... je leur apporte l'amour sur un plateau d'argent. Malgré tout quelque chose me turlupine : moi-même j'ai beau essayer depuis des années, je me prends rateau sur rateau, ou alors c'est que quelque chose ne va pas ; enfin il y a TOUJOURS quelque chose... Ce n'est pas que je me trouve très jolie, mais je pense ne pas être trop moche non plus.

Le problème je pense, c'est ma TROP GRANDE GUEULE. Comment dire... et voilà, encore quelqu'un qui m'aborde, et lui, il a dû s'appeler super-glue dans une autre vie, pas possible autrement !

Je l'ai reconnu direct : chauve, avec ses petites lunettes rondes et sa bouche en cul-de-poule, il me parle. Mais voilà qu'il me lâche pour une autre fille, qui s'approche de la piscine. Il était temps : franchement, sa voix monotone me flanquait le cafard et il commençait à me taper sur les nerfs.

C'est là enfin que ma petite taille fait toute la différence : je réussis à me faufiler, du haut de mes 1m50 (avec talons), en direction de la maison pour me refaire une beauté et coiffer ce qu'il reste des boucles de mes cheveux auburns (faut pas se moquer, je suis petite mais j'ai la classe, moi, surtout avec mes yeux verts !). Cette maison, j'ai bataillé dur pour l'avoir, car avant de pouvoir faire de mon plaisir un métier, j'étais serveuse et barmaid à mi-temps, dans les bars de nuit et discothèques. Rester un tant soit peu sérieuse quand les autres s'amusent et rient. Soit. Autant dire que ça m'a forgée le caractère.

Le lendemain, en ce dimanche 29 juillet, la fête est finie. Je traînasse un peu au réveil. Mes cadeaux peuvent attendre, après tout. Mais une fois debout je me surprend à penser tout haut, devant ces présents entassés sur le sol.

Je vais enfin déballer celui qui « prend toute la place ». J'avale un café et trépigne d'impatience, en essayant de deviner ce qui se cache là-dedans. Au secours ! Il y a déjà trois couches de papier cadeau... c'est une mauvaise blague ; et si, il n'y avait rien, que des cartons : car ça m'a l'air léger tout de même... et là, grosse surprise, oh non ma parole. C'est pas possible. Un ours en peluche. Pour mes 30 ans, une PELUCHE !!! C'est censé me faire rire ? Régresser ? Que je retourne en enfance ou quoi ??! En fait, c'est limite la dernière chose à laquelle je m'attendais, et surtout, que je désire ; car oui, j'ai fait assez de cauchemars dans ma jeunesse avec ma PROPRE peluche ! Mais ça seuls mes parents le savent...: enfin je m'en fiche, je compte bien engueuler celui qui m'a fait ce coup tordu.

Ni une, ni deux je vais pour m'installer dans mon bureau, et appelle ensuite le fameux « Mister Jo ». Il va voir de quel bois je me chauffe, celui-là !

- Bonjour ! C'est vous, Mister Jo ? Et bien, je m'attendais à autre chose qu'une vulgaire peluche comme cadeau d'anniversaire !

- Bonjour Yola ! Dites-donc, vous êtes plutôt gonflée vous ! Savez-vous combien ça m'a coûté en pièces de fête foraine ? Non mais franchement, c'est pas grave. Maintenant que je vous ai au téléphone, j'en profite pour vous faire une proposition.

- Ah oui, et quel genre de proposition ?

- Pour me faire pardonner, accepteriez-vous de vous joindre à mon équipe et moi-même, pour organiser un festival ?

- Ben tiens vous ne manquez pas de culot ! Vous parlez du festival Machin Chose ?

- Oui, mais comment le savez-vous ?

- J'ai mes sources, tout comme vous j'espère... Bon, je vous propose d'en discuter demain soir au bar de la Capitale. Et je veux une réponse tout de suite !

- Et bien ça ne rigole pas avec vous ! C'est noté, demain à 19 heures. Merci et au revoir, Yola !

- Au revoir Mister Jo... sinon ton vrai nom c'est comment ?

- Ah moi aussi je préfère le tutoiement, tu peux m'appeler Jon ou Jonathan : alors à demain Yola !

- Ah demain sans faute, Jon !.

Comme si je n'avais pas assez de travail. Mais ce contrat me permettra de renouveler mon carnet d'adresses, donc je n'ai pas à me plaindre. Aussi je n'oublie pas que je dois préparer l'anniversaire de l'ex à super-glue (ce que je viens d'apprendre à l'instant sur le net). Oui, celle qui se dirigeait, seule, vers la piscine à MON anniversaire... son nom, Mirtha. La pauvre. Elle qui est si belle avec sa taille mannequin et sa belle chevelure brune. Bref, quoi qu'il en soit je dois consacrer les deux jours suivant à la préparation de ce projet, car il ne me reste plus que quelques semaines pour le mener à bien.

Comme à mon habitude, je pense faire le maximum : aujourd'hui, je vais me mettre en quête de lieux pour la réception, m'occuper des boissons et choisir un échantillon de menus que Mirtha étudiera. En parlant de menus, je commence à avoir faim, moi ! Je m'installe sur ma terrasse pour prendre un déjeuner copieux en contemplant les palmiers que j'ai planté ce week-end avant mon anniversaire. De quoi bien démarrer la journée !

Lundi soir au bar de la Capitale...

Mais pourquoi moi ? J'apprends lors de ce rendez-vous que Jonathan avait entendu parler de mes prouesses professionnelles lors d'un salon des services aux entreprises. Avec sa manie de ramener sans cesse la frange de ses cheveux noirs sur le côté, j'en oublierais presque de me concentrer. Et bien entendu, il a eu raison de faire appel à moi pour le festival.

De mon côté, j'aurais en charge de m'occuper de la programmation, avec son équipe, à l'aide des tourneurs (ceux qui ont un catalogue des artistes en tournée). Deuxième étape, j'accepte avec joie quand il me propose de découvrir avec lui de jeunes talents en... Espagne ! Je pars dans une semaine : à moi les soirées endiablées et piquantes JUSQU'AU BOUT DE LA NUIT ! Mais avant tout, il veut me présenter dès demain mardi sa petite tribu, en commençant par son assistante et fidèle secrétaire.

Après plusieurs changements dans le métro le lendemain, j'y suis enfin. Le bureau post-moderne de Jonathan me plaît. Malheureusement après m'être présentée à l'accueil, j'apprend qu'il est pour l'instant tout absorbé par une réunion qui vient de commencer, ce qui me fait patienter un bon moment dans la salle d'attente. Manquait plus que ça. Et pour couronner le tout mon téléphone sonne... ma mère : elle qui est tout le contraire de moi avec ses cheveux blonds cendrés et ses yeux bleus. Et parce que je veux en finir au plus tôt avec elle je lui répond in extremis sachant que je suis la seule dans la pièce.

- Coucou ma fille, alors tu as réfléchi à ma proposition ?

- Oh non maman tu ne vas pas recommencer...

- Yola c'est pour ton bien, voyons ! Puisque tu es toujours célibataire je peux contacter pour toi de jeunes hommes issus de haute famille.

- Ecoutes maman, tu sais bien que ça ne pourra jamais fonctionner...

- Mais si j'insiste ! Qu'as-tu fais jusqu'ici pour te trouver quelqu'un ?

Je pousse un gros soupir avant de lui répondre :

- Enfin maman tu m'exaspères...

Elle va voir ce qu'elle va voir, je vais enfin lui clouer le bec !

- Maman, figures-toi que j'ai pris la décision de consulter un voyant. Tu n'en connaîtrais pas un de valable par hasard ?

- Ah ça non ma fille ! Mais il était temps ! Par contre je veux une preuve de ce que tu avances ; je peux savoir quand tu le verras, ce voyant ? Ça fait des années que ça dure, que tu es seule !

- Euh... je le vois la semaine prochaine, je crois...

- Bon, et bien, je veux que tu me scannes ta facture accompagnée de son tampon pour que je vérifie, et ce dès que possible ! Et pas d'entourloupe, compris ? Décidément j'ai du mal à y croire...

- Compris, maman...

- Allez, et n'oublie pas que je pourrais le cas échéant te présenter par exemple à Charles-Edouard...

- ...au revoir, maman !

- Au revoir, ma chérie.

Mais qu'est-ce qui m'a pris de lui raconter ça ?? J'ai tout inventé et maintenant je me retrouve coincée ! Dans une semaine je pars à l'étranger... Sur ces entrefaites la secrétaire, du nom de Betty vient me voir et m'adresse la parole. Bien sûr elle, dont la grande silhouette est à envier, cheveux blonds longs et dorés, n'a pas perdu une miette de la conversation vu que la salle d'attente résonne.

Et à voir ma tête, elle a compris. A ma grande surprise, avec sa tête d'ange elle me sourit et me tend une carte de visite ; apparemment ce serait Jon qui la lui aurait donnée peu de temps après son divorce. Il s'agit des coordonnées d'un voyant renommé situé en Bourgogne à 150 kilomètres d'ici. Autant dire que ce n'est pas la porte à côté, mais Betty m'annonce que ça vaut vraiment le détour (tu parles d'un détour), car cet homme pratique principalement la cartomancie.

Soudain, à la pensée de cartes et boules magiques je vois Jonathan ouvrir une porte et s'avancer vers moi. Lui-même m'accueille chaleureusement avant de m'inviter à rentrer dans la salle de réunion où je ne connais personne.

- Yola je suppose que tu as déjà fait la connaissance de Betty mon assistante ; aussi je te présente le reste de mon équipe de travail : chers collègues, voici Yola avec qui nous travaillerons sans relâche sur l'organisation, comme je vous l'ai annoncé précédemment - du festival Machin Chose.


Texte publié par Lean Mildon, 30 mai 2017 à 13h12
© tous droits réservés.
«
»
tome 1, Chapitre 1 « UN AN DE PLUS ! » tome 1, Chapitre 1
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
2599 histoires publiées
1158 membres inscrits
Notre membre le plus récent est GMB32250@
LeConteur.fr 2013-2024 © Tous droits réservés