Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 5 Tome 1, Chapitre 5
Il écarta les bras, tandis que la jeune femme avançait de quelques pas, un sourire de triomphe mesquin aux lèvres.
    
     « Tu sais bien que je n’arrive jamais les mains vides », répondit-elle
    
     L’horreur saisit Nicholas à retardement. Il s’était fait avoir comme un novice. Il s’était enjoint à ne pas faire confiance à cette femme et Dieu seul savait comment, elle avait réussi à lui faire croire qu’elle n’était pas une menace pour lui. Il aurait dû le voir venir.
    
     Sa sœur. Comment ? Pourquoi ? Le précédent baron Thornton n’avait eu qu’un fils, c’était de notoriété publique. S’il avait eu une fille, tout le monde l’aurait su. A moins qu’il ne s’agisse d’une enfant illégitime.
    
     L’esprit empli d’une épouvante sans nom, le commissaire recula et buta contre une silhouette massive. Il se retourna. Deux valets plus grands que lui, le regard brumeux, l’attrapèrent par les bras et l’immobilisèrent. Il tourna la tête vers Veia. La sorcière lui adressa un sourire moqueur et il lui renvoya un regard noir, les dents serrées pour contenir le tremblement de sa mâchoire.
    
     « La trahison est affaire de famille, à ce que je vois », siffla-t-il entre ses dents.
    
     Se donner un air bravache réclamait de la concentration et lui évitait de penser à ce qui l’attendait.
    
     « Vous auriez dû être plus attentif, répondit Veia. Je suis sûre que depuis votre arrivée, tout le monde vous a dit qu’on ne pouvait pas me faire confiance. Je tiens cela de ma mère. Et de toute façon… »
    
     Elle échangea un regard complice avec le baron.
    
     « C’est beaucoup plus amusant ainsi.
    
     — Les frère et sœur maléfiques, enchaîna Thornton. Ça sonne bien, non ? Il y a de quoi faire trembler tout le royaume. »
    
     Nicholas sentit son cœur sombrer dans sa poitrine. Mais il ne voulut pas leur faire le plaisir de s’effondrer sous leurs yeux. Il releva fièrement le menton.
    
     « Vous ne savez pas à qui vous avez affaire.
    
     — Bien sûr que si. »
    
     Veia tira de son corsage un morceau de parchemin soigneusement roulé. Nicholas reconnut le sceau brisé. C’était son ordre de mission.
    
     « Comment…
    
     — Vous vous croyez observateur, mais vous ne regardez pas. Je vous ai fait les poches en arrivant au château. Sachez que c’est un plaisir de vous avoir avec nous pour la petite expérience que nous projetons, M. le Commissaire du roi. »
    
     Thornton fronça brièvement les sourcils, mais il semblait trop fasciné par la jeune femme pour faire autre chose qu’approuver ses propos. Nicholas se demanda si lui aussi n’était pas, au fond, qu’un pantin dont elle tirait les ficelles. Tous les soupçons s’étaient naturellement portés sur le baron, mais à aucun moment l’on avait pensé à elle. Jusqu’au bout, elle avait fait en sorte de détourner l’attention en se faisant passer pour ce qu’elle n’était pas.
    
     Après cela, les frère et sœur maudits estimèrent que la discussion s’était assez éternisée. Les deux brutes qui retenaient Nicholas l’entraînèrent à l’extérieur, sous le regard étonné de Gyrin que tout le monde semblait avoir oublié. A l’extérieur, la nuit était tombée. Mais deux lanternes brillaient de chaque côté d’une chapelle dont l’entrée en arc brisé était surmonté d’une croix scarifiée.
    
     Le jeune homme se débattit, tenta de raisonner ses geôliers, hurla et se débattit encore. En pure perte. Une fois dans la chapelle, on lui arracha ses vêtements et il fut étendu sur l’autel, étroitement ligoté. Depuis leurs alcôves de pierre, les têtes tranchées des statues semblaient le dévisager avec pitié. Des chandelles brillaient partout, sans parvenir à rendre l’endroit plus chaleureux ou moins glauque. L’odeur de pierre humide, de sang et de sueur le suffoqua. Il se débattit encore.
    
     En vain.
    
     Sur le sol, juste à côté de l’autel, il aperçut une étoile à cinq branches, tracée à la suie. Des taches sombres maculaient les dalles alentours.
    
     Nicholas ne sut combien de temps il passa là, seul, le froid mordant de la chapelle et de la pierre brûlant contre sa peau nue, à se demander dans l’effroi de son esprit halluciné ce que l’on comptait faire de lui. Une éternité, peut-être plus. Il ne voyait pas comment il pourrait s’en sortir. Ses poignets et ses chevilles étaient trop bien entravés. Les desserrer relevait de la gageure. Il pouvait à peine bouger et la peur qui grandissait à chaque instant le rendait frénétique et inefficace.
    
     Ils allaient le tuer. Il allait mourir. Et l’idée qu’il s’était jeté tout seul dans la gueule du loup faisait monter à ses yeux des larmes brûlantes de rage qu’il refusa de laisser couler.
    
     Enfin, Thornton et Veia entrèrent. Un symbole noir et indéchiffrable luisait sur leur front. Le jeune homme plongea alors encore plus profondément dans le cauchemar.
    
     Il y eut d’abord l’odeur entêtante des herbes brûlées qui dégageaient une fumée grise et épaisse. Elles se consumaient dans des pots de grès, placés en cercle tout autour de l’autel. Veia et Thornton entrèrent dans l’anneau de brume odorante. Le baron se plaça au centre de l’étoile à un pied à peine de l’autel. La sorcière se plaça derrière lui.
    
     Puis, il y eut l’invocation. Une longue litanie dans une langue d’outre-tombe aux accents rudes qui semblait appeler une force issue d’un âge révolu et justement oublié. La voix grave et séductrice de Veia était indéfiniment déformée dans les échos sépulcraux de la chapelle. Sur les murs, les ombres dansaient. Des démons cornus et griffus semblaient vouloir échapper aux flammes des bougies.
    
     Le sang de Nicholas se glaçait lentement dans ses veines. La gorge nouée, il vit Thornton s’ouvrir la paume de la main sur une dague noire. Des perles de sang roulèrent sur le fil de la lame et s’écrasèrent sur les lignes noires du pentacle noir. Une lumière étrange irradiait derrière lui. Le jeune homme se rendit compte qu’elle provenait de Veia. Une lueur phosphorescente, malsaine, qui détachait les ombres avec une férocité implacable, émanait de ses mains La soudaine sensation qu’ils n’étaient plus seuls dans la chapelle le prit à la gorge.
    
     Il était perdu.
    
     La mélopée se fit plus rapide, plus rythmée. A la voix de la sorcière se mêlaient des sifflements et des grondements furieux venus de nulle part. Thornton éleva sa dague, prêt à frapper. Nicholas vit ses yeux rougeoyer de folie fanatique dans la lumière des chandelles.
    
     Eperdu, le jeune homme ferma les yeux.
    

Texte publié par Pixie, 2 août 2017 à 18h44
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 5 Tome 1, Chapitre 5
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1297 histoires publiées
612 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Delenn Harper
LeConteur.fr 2013-2019 © Tous droits réservés