Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 45 « Le destin de Lerno » Tome 1, Chapitre 45
La jeune femme soupire avant de reprendre son récit :
    
    « Après avoir été séparée d’Adera, je me suis sentie très triste. Mais Hederu et Jalavian sont vite devenus ma nouvelle famille, même si d’autres personnes ici me faisaient peur…
    
    — Comme Teheros ? »
    
    Son visage se ferme, mais elle ignore ma remarque.
    
    « Ils m’ont montré leur monde… Ils m’ont appris à apprécier les profondeurs, autant la forêt que les cavernes qui s’étendent au-delà ! Par contre, c’était différent pour Lerno. Il était… plus renfermé, plus sentimental. Il restait froid envers Hederu et détestait Jalavian. Quand il a commencé à nous parler de son art, il ne voulait pas écouter. Il ne s’intéressait pas aux conjurations. Il voulait retrouver Adera… et, surtout, il refusait de renoncer à ses alaées ! »
    
    Je sens mon cœur se serrer, en imaginant ce petit garçon perdu, qui a dû penser que sa sœur le trahissait ! Je comprends un peu mieux le caractère singulier d’Eïdo.
    
    « Au départ, il restait très rebelle. Seule Hederu est parvenue à l’apprivoiser un peu. Puis, alors qu’il avait huit ans, il s’est soudain montré beaucoup plus soumis. J’aurais dû être attentive… parce qu’en fait, il attendait son heure. »
    
    Je n’en suis pas vraiment surprise non plus, connaissant l’adulte intelligent et attentif qu’il est à présent.
    
    « Il a appris avec application les leçons de Jalavian, sur tout ce qui concernait son art. J’ai reçu la première les sceaux. Mon mentor les a apposés un par un sur mon dos, en les dessinant avec une encre spéciale conçue par les Limbians pour contrôler l’énergie de la conjuration. À partir de ce moment, j’ai commencé à… changer. Mes cheveux ont perdu leur couleur rouge et bleue… ils sont devenus intégralement noirs. J’ai senti ce nouveau pouvoir en moi, et une joie profonde m’a envahie : j’allais pouvoir enfin appeler à moi ces merveilleuses créatures ! La puissance de la conjuration circulait dans mon corps pendant que je les maîtrisais. J’étais impatiente de les chevaucher, de voler sur leurs dos… mes alaées ne me manqueraient pas du tout ! »
    
    Elle laissa un moment de silence s’écouler, sans doute pour réunir ses souvenirs, avant de poursuivre :
    
    « Il m’a fallu plusieurs jours pour me remettre. Au départ… je n’avais pas vraiment mal, mais les énergies bataillaient à l’intérieur de mon corps. C’était nécessaire pour que les sceaux puissent les contrôler. Je me sentais affaiblie et j’endurais vertige sur vertige. Je devais rester allongée dans l’aile médicale, et… Lerno est demeuré avec moi tout du long. La plupart du temps, je dormais à moitié, mais quand ma lucidité revenait, je pouvais voir mon frère pleurer en silence. »
    
    Un frisson parcourt mon corps. Qu’a-t-on fait à ces deux enfants ? Partout où ils passaient, on ne cherchait qu’à les utiliser ! À part sur Agathos, bien sûr. Je comprends d’autant mieux la loyauté d’Eïdo pour le conseil du croiseur Mecamens !
    
    Je regarde sans le voir le plateau posé devant moi. Je sens mon repas peser dans mon estomac. Lirka est-elle naïve, pour avoir accueilli cette terrible opération avec une telle avidité ? La pauvre petite n’avait pas d’autres perspectives, après tout…
    
    « Une fois que j’ai été remise, Jalavian a constaté que j'avais été parfaitement scellée ; il a commencé à me former. Je n’avais jamais vu mon frère aussi triste et silencieux… C’est à ce moment-là qu’il a tenté de se sauver pour la première fois. Il s’est élancé seul dans la forêt, malgré les dangers qu’elle recelait. Il les avait longuement étudiées, à notre insu à tous, tous les périls qui y résidaient. Mais il n’est pas allé très loin. Teheros… est parti lui-même à la poursuite. »
    
    Enfin, je vais en apprendre plus sur le mystérieux Teheros… A priori, tout le monde semble le craindre dans l’Anthracité. Il ne paraît pas du genre indulgent !
    
    « Lerno pensait parvenir à s’enfuir grâce à ses alaée, mais il savait qu’il était dangereux de les employer tant qu’il se trouverait sous le couvert de la canopée. Certaines des plantes volantes sont très toxiques, de même qu’une grande partie de végétations parasites. Emprunter la voie du sol restait le plus sage. Teheros a utilisé un capteur d’énergies qui lui a permis très rapidement de repérer celle de mon frère et envoyer ses troupes mettre la main sur lui, avant qu’il ne sorte de la forêt. Quand on lui a ramené Lerno, il l’a condamné à passer une semaine isolé dans les cavernes inférieures, puis à recevoir tout de suite après les sceaux. Même Jalavian s’y est opposé. Mon frère ne voulait pas qu’on lui impose… Notre maître avait l’intention de le persuader progressivement que cela n’était pas si terrible de renoncer à sa condition d’Ulradiant, ainsi qu’à ses alaées. Car si les sceaux n’étaient pas librement consentis, il pourrait en mourir. Hederu a également plaidé pour lui… Mais rien n’y a fait. Peut-être Teheros jugeait-il qu’une fois scellé, il se montrerait plus docile… »
    
    Elle serre ses mains fines, au point que je vois ses jointures blanchir.
    
    « Contre son propre gré et contre celui de Lerno, Jalavian lui a apposé les sceaux. C'était horrible. Mon frère les rejetait, aussi bien de corps que d’esprit. Ses énergies ont bataillé férocement, au point de presque le tuer. Hederu a été obligée de le plonger dans un coma artificiel pour lui sauver la vie, et encore, elle doutait qu’il puisse survivre à de telles circonstances. Pendant quinze jours entiers, nous n’avons pas su s’il allait vivre ou mourir. Enfin, son état s’est amélioré, mais de toute évidence, il n’avait été qu'imparfaitement scellé… Une partie de ses énergies d’Ulradiant pouvait toujours se manifester. Quand il s’est finalement éveillé, Teheros a exigé que Jalavian le forme comme il l’avait fait pour moi. Lerno a d’abord refusé d’utiliser ses sceaux. Il a fini par céder, mais uniquement parce qu’il prévoyait d’employer la conjuration pour fuir une nouvelle fois. Pendant l’année qui a suivi, nous avons remarqué que des blessures apparaissaient sur son dos. Jalavian s'est aperçu que Lerno avait trouvé moyen de se recréer des alaées, mais les énergies discordantes endommageaient son corps. Jalavian était bouleversé… Il a supplié mon frère de cesser, pour ne pas affaiblir sa santé…, et je pense que Lerno a enfin compris que notre maître éprouvait une réelle affection pour nous. Il a mis de côté ses projets de fuite et de rébellion… seulement par respect envers lui et Hederu… Pendant quatre ans, il s’est conduit de manière exemplaire… Jusqu’à la mort de Jalavian. »
    
    Une nouvelle fois, mon cœur se serra pour les jumeaux, qui avaient perdu de nouveau un parent de substitution dans un milieu fondamentalement hostile, où ils n’étaient que des outils.
    
    « Je suppose qu’encore une fois, il avait soigneusement prévu sa fuite. Je ne peux pas vraiment le blâmer compte tenu des circonstances. Désormais, il savait employer les conjurations… mais aussi ses alaées. Cette fois, Teheros n’a pas réussi à le rattraper… C’est sans doute à cette époque que le Clan Darken l’a recueilli, puis le conseil du croiseur mecamens Agathos. »
    
    Elle baissa la tête, de nouveau pensive :
    
    « Je dois avouer que d’un côté, je suis triste qu’il ait choisi de se ranger parmi nos ennemis. Mais de l’autre côté, je sais qu’il est entouré de personnes qui tiennent à lui…
    
    — C’est pour cela que vous l’avez arraché à ces personnes ? »
    
    Son regard flamboie :
    
    « Vous ne comprenez pas ! Je n’ai pour ma part aucun grief contre l’Agathos, je comprends ses actions, mais d’un autre côté… il sert indirectement Ether ! »
    
    J’ouvre la bouche pour protester, mais son récit me revient à l’esprit. Son enfance en tant que future source d’énergie pour une cité aérienne… Une part de moi-même a envie de refuser cette histoire, mais une autre part comprend qu’elle n’a pas menti. Il faut à tout prix que j’en sache plus… Mais c’est impossible tant que je demeure prisonnière en ce lieu. Et pour l’instant, le plus important reste la santé d’Eïdo.
    
    D’un geste fluide, Lirka se lève :
    
    « Si vous avez terminé, nous pouvons aller voir mon frère… »
    
    
    
    

Texte publié par Beatrix, 2 février 2020 à 19h50
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 45 « Le destin de Lerno » Tome 1, Chapitre 45
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1540 histoires publiées
710 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Livia
LeConteur.fr 2013-2020 © Tous droits réservés