Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 32 « Anahé » Tome 1, Chapitre 32
En observant la petite troupe, je constate qu’un visage manque visiblement : celui de la « mini-Atina » aux cheveux châtains. Il est impératif de la retrouver et de la mettre à l’abri, avant toute autre chose !
    
    « Izel, conduits les enfants en sécurité, ordonne la capitaine, et préviens Atina. Je vais chercher Anahé… »
    
    Elle se tourne vers moi, un peu hésitante :
    
    « Len'Kirrista, pouvez-vous m’aider ? »
    
    Je ne me le fais pas dire deux fois :
    
    « Ben sûr. Je vais prendre de l’altitude pour voir si je la trouve… »
    
    Je m’élève de nouveau, le cœur battant : où se cache la petite fille ? Je devrais aisément la repérer si je survole la zone. Je ressens déjà une certaine fatigue, mais je peux encore tenir le coup. Tandis que Varany explore le camp en cercles concentriques, j’observe plus largement le terrain à la recherche d’une silhouette menue. Rien ne bouge dans les champs… Peut-être est-elle juste entrée dans une des maisons souterraines ? Mais pourquoi aurait-elle fait cela ?
    
    La semence s'abaisse toujours, mais je ne peux me permettre d’abandonner ma tâche. J’espère qu’Izel a pu avertir Cipher. Je me demande comment j’arrive à rester aussi calme ; j’aurais dû paniquer depuis longtemps !
    
    Finalement, j’aperçois une tache rouge ; je me souviens que c’était la couleur du fichu que la fillette portait autour des épaules. Je descends lentement, pour m’arrêter à quelques mètres du sol ; seul le carré de tissu est là, accroché dans les broussailles. Après m’être posée, je le prends pour l’examiner. Nous sommes passés par cet endroit, il me semble, en visitant l’enclave – je me rappelle ces buissons avec des fleurs blanches et des baies bleues. Anahé a dû s’apercevoir qu’elle avait perdu la pièce d’étoffe et revenir sur ses pas pour la chercher.
    
    Un peu découragée, je dégage le tissu des branchages. Avec délicatesse, je l’examine ; il est bordé de broderies fines et colorées, admirablement réalisées, même si quelques fils ont été tirés par les épines…
    
    Après tout, Anahé connaît cet endroit comme sa poche. Elle est capable de retrouver le chemin que nous avons pris. Et si je l’attendais là ?
    
    À moins que…
    
    Je garde le foulard entre mes mains, décidée à rester sur place en espérant que la fillette fera son apparition très bientôt. Il est impossible qu’un enfant native de ce lieu s’y perde !
    
    Après un moment de réflexion, je m’élève de nouveau. Cette fois, quand j’invoque l’énergie dans mes alaées, ce n’est pas pour les agrandir, mais pour intensifier leur brillance, pour qu’Anahé puisse me voir, même si l'éclat du soleil me fait concurrence ! Et le plus vite sera le mieux, car je ne pourrai conserver longtemps cette position !
    
    Mes forces se drainent rapidement… Au moment où j’envisage de redescendre sur terre, une petite voix retentit :
    
    « Len'Kirrista ! C’est vous qui avez mon châle ? »
    
    Soulagée, je me pose avec précaution et tends le morceau d’étoffe à la petite fugueuse, qui le prend avec un sourire. Au même moment, Varany fait irruption en compagnie d’une Atina visiblement bouleversée. Elle se dirige droit vers Anahé, l’attrape et la soulève jusqu’à la hauteur de ses yeux :
    
    « Qu’est-ce que qui t’a pris de t’éloigner comme ça ? Tu ne peux pas savoir à quel point nous nous sommes inquiétés pour toi ! »
    
    La fillette baisse la tête avec confusion ; elle semble sur le point de pleurer. Mon cœur se serre et j’interviens malgré moi :
    
    « Atina… »
    
    La femme brune se retourne vers moi, le visage contrarié :
    
    « Prismè, Anahé sait très bien à quel point il est dangereux de s’éloigner des autres. Non seulement elle se met en danger, mais elle fait courir des risques à tout le monde !
    
    — Ce n’est qu’une petite fille. Elle a fait une erreur, je suis sûre qu’elle ne recommencera plus ! »
    
    Atina soupire et repose l’enfant au sol. Anahé s’arrache aussitôt à son contact :
    
    « Qu’est-ce que ça peut te faire ! De toute façon, tu n’es jamais là ! »
    
    Elle se dirige vers Varany et glissa sa petite main dans celle de la capitaine. Atina la regarde s’éloigner avec tristesse. Je me sens soudain un peu bête :
    
    « Je suis désolée d’être intervenue…
    
    — Ce n’est rien, répond ma collègue et amie. Je la comprends. Mon choix de rester sur l’Agathos sans la prendre avec moi doit lui sembler cruel. Mais ce n’est pas si simple… »
    
    Soudain, la réalisation me frappe :
    
    « Tu veux dire que… Anahé est…
    
    — Ma fille, oui. Et inutile de demander où est son père ! »
    
    Des dizaines de remarques et de questions me traversent l’esprit, mais je comprends que le moment n’est pas venu de les formuler ; mieux vaut rester silencieuse. J’étais loin de me douter de cette révélation. Du peu que je connais Atina, elle doit avoir une bonne raison d’avoir laissé sa propre fille à la surface de la planète – car j’imagine mal Elwen la refuser à bord du croiseur. Mais pour l’instant, ce n’est pas le plus urgent. La tache de limbe plane toujours au-dessus de nous, plus inquiétante que jamais. Je dois agir, mais je ne peux le faire à mains nues… En attendant, elle continue de croître, au point qu’il sera bientôt trop tard pour intervenir sans passer par les grands moyens. Ai-je encore le temps de prévenir Cipher ? Sans doute pas…
    
    « Atina, est-ce que tu peux me donner le code d’ouverture de la navette ? J’ai besoin de mon foudre pour éliminer cette semence avant qu’elle ne devienne trop menaçante ! Ce ne sera l’affaire que de quelques minutes ! »
    
    Les yeux d’un violet sombre de la limbiane s’écarquillent :
    
    « Prismè…
    
    — S’il te plaît, c’est la seule solution ! »
    
    Elle prend une minute de réflexion avant de plonger la main dans sa poche et d’en tirer une carte magnétique qu’elle me remet :
    
    « Fais vite et prends garde à toi. Je veux bien assumer la responsabilité. »
    
    Je lui réponds par un sourire avant d’invoquer mes alaées et de m’élever en direction de la palissade, en espérant que tout sera réglé au plus vite !
    
    

Texte publié par Beatrix, 27 mars 2019 à 00h51
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 32 « Anahé » Tome 1, Chapitre 32
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1541 histoires publiées
711 membres inscrits
Notre membre le plus récent est SaraAfonso
LeConteur.fr 2013-2020 © Tous droits réservés