Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 25 « Laissée pour compte ! » Tome 1, Chapitre 25
« S'il te plaît !
    
    Le regard argenté ne perd rien de sa patience. Un léger sourire anime le visage de l'Aïrin, mais sa gravité n'augure rien de bon.
    
    « Prismè... Les radiants ne sont pas exactement les bienvenus à la Surface. Je comprends que tu aies envie de découvrir ce qui s'y passe, mais c'est terriblement dangereux !
    
    — Et ça ne l'est pas pour toi ? Ou pour Cipher »
    
    C'est la première fois que je viens trouver l'Aïrin dans son bureau ; son aspect dépouillé et strictement utilitaire me frappe, tant il contraste avec la personnalité affable et chaleureuse d'Elwen. Aucune décoration, rien qui puisse receler la moindre valeur sentimentale... juste du strictement opérationnel.
    
    « Nous sommes habitués à veiller sur notre propre vie.
    
    — Et j'en suis incapable, c'est ça ?
    
    — Ce n'est pas ce que j'ai dit... »
    
    Je ne me serais pas crue capable de m'énerver contre Elwen. Et pourtant, j'y parviens très bien ! Mais il m'oppose toujours ce visage agaçant de sérénité.
    
    « Je suis obligé d'y aller pour des raisons diplomatiques. Je me dois de maintenir des liens cordiaux avec le clan d'Atina, autant par amitié pour elle que pour préserver notre alliance. Quant à Cipher, elle possède une longue expérience qui la rend capable de maintenir plus facilement son énergie face aux manifestations des Limbes. En dépit de ton courage et de ta bonne volonté, ce n'est pas ton cas, Prismè. »
    
    Son ton reste doux et compréhensif, et malgré tout assez ferme pour établir sa position.
    
    « Pourtant, quand nous refermons des failles, je ne suis pas tant affectée !
    
    — Parce qu'Eïdo et Atina canalisent les flux... ce qui permet de vous en épargner la pleine force. »
    
    Oh.
    
    Je n'avais pas songé à cela.
    
    Et pourtant, je ne me sens pas le cœur de renoncer.
    
    Je ne peux retenir un soupir ; j'ai l'impression de n'être qu'une enfant. Ce que je suis, en un sens, en tant que plus jeune membre de l'équipage. Je ne possède même pas le statut à part entière de conseillère de l'Agathos ; je dois me contenter de celui d'aspirante, ce qui m'interdit de déposer une réclamation officielle – si j'ai bien compris les règlements.
    
    Certes, je n'ai pas hésité à tirer sur un démon avec un foudre. J'ai appris à éliminer les semences en plein ciel. Ce qui est bien plus gratifiant que de patrouiller les alentours de Strata. Mais je garde le sentiment désagréable d'être toujours mise de côté, même si je fais de mon mieux pour me conduire de façon raisonnable.
    
    « Bien compris. Aïrin, veuillez pardonner mon impudence. Je garderai donc la forteresse pendant que vous partirez explorer ces terres hostiles. »
    
    J'ai adopté un ton humoristique, mais sans pouvoir réprimer un accent sarcastique. Je pivote sur mes talons et me dirige vers la porte, les épaules tombantes. Mon heure n'est pas encore arrivée, je dois juste m'armer de patience. Les choses changeront. Un jour.
    
    Elwen soupire derrière moi. Je me sens coupable de mon attitude enfantine ; après tout, malgré l'ambiance informelle de l'Agathos, l'Aïrin reste notre commandant. Je vais devoir lui faire de véritables excuses... dès que j'en aurai le courage.
    
    C'est-à-dire... Jamais.
    
    À contrecœur, je pivote sur moi-même pour revenir vers le bureau de l'Aïrin, les joues brûlantes de confusion.
    
    « Je... je suis désolée... »
    
    Ma voix sonne terriblement enfantine. Le jeune homme m'adresse un sourire rassurant.
    
    « Non, Prismè, c'est moi qui suis désolé. Je t'ai blessée par ma prudence excessive... »
    
    Avant que je puisse reculer, il pose les deux mains sur mes épaules et plonge son regard limpide dans le mien :
    
    « À une certaine époque... j'ai perdu trop de mes proches. Depuis, j'ai tendance à me montrer bien trop protecteur, sans me rendre compte que mon attitude peut devenir offensante. Cela fait longtemps que nous n'avons pas eu de nouveaux membres sur l'Agathos, et je conçois que j'ai pu me montrer... très maladroit. »
    
    Mes joues virent sans doute à l'écarlate – et mon teint pâle ne fait rien pour atténuer le phénomène ! Je ne sais que répondre. J'ai déjà fait assez de dégâts comme ça !
    
    « Tu vas venir avec nous, Prismè. Je te placerai sous la protection particulière d'Eïdo. Est-ce que cela te convient ? »
    
    Sous la protection... d'Eïdo ?
    
    J'acquiesce machinalement, même si je ne suis pas convaincue :
    
    « Ou... oui, je pense... Mais est-ce que ça va convenir à Eïdo ?
    
    Même si nous nous sommes rapprochés – juste un tout petit peu – , je doute que le conjureur soit ravi de se voir désigné comme baby-sitter officiel !
    
    « Eïdo n'est pas si sévère qu'il le paraît, il est juste... très réservé. Voire un peu timide. Ce qui est logique pour un Ulradiant. »
    
    Un... Ulradiant ?
    
    Encore une fois, je me sens idiote, mais je n'ose pas demander à l'Aïrin la signification de ce terme. Les paroles d'Eïdo résonnent dans mon esprit :
    
    « On vous coupe des réalités, dans vos villes blanches si parfaites... »
    
    Elwen me tient toujours par les épaules, le regard plongé dans le mien. Je remarque un cercle plus sombre autour de ses deux iris et une infime paillette verte dans le gauche, ainsi qu'une petite cicatrice au coin de son œil droit.
    
    « Tout ira bien, Prismè. Nous allons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que tu te sentes vraiment l'une des nôtres. Tu as besoin de comprendre à quoi nous devons réellement faire face – et pourquoi. »
    
    Il sourit une dernière fois – j'ai l'impression que je vais défaillir. Ce n'est que lorsqu'il me lâche enfin que je peux respirer de nouveau.
    
    « Merci, Elwen... je... »
    
    Ma voix s'étrangle. Je bats en retraite, prétextant la nécessité de faire mes bagages. C'est toujours étrange d'obtenir une victoire sans avoir rien fait pour. Juste en me laissant subjuguer par le charme de l'Aïrin. En est-il conscient ? Emploie-t-il cette capacité comme une arme ?
    
    À présent, je vais devoir me préparer pour l'expédition. Comme il était prévu que je reste sur l'Agathos avec Faïn et Tiri, je suis prise au dépourvu. Il faudra que je demande à Atina ce que je dois emporter, comme vêtement et comme équipement.
    
    e me sens à la fois terriblement impatiente de découvrir à quoi ressemble ce monde farouche et mystérieux qu'est la surface d'Almaïa – mais aussi, je l'avoue, un peu effrayée !
    
    

    
    Et voilà, Prismè va pouvoir enfin découvrir la Surface ! Quel secrets apprendra-t-elle ?
    
    

Texte publié par Beatrix, 29 octobre 2018 à 23h34
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 25 « Laissée pour compte ! » Tome 1, Chapitre 25
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1540 histoires publiées
709 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Chrissie
LeConteur.fr 2013-2020 © Tous droits réservés