Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 19 « Un œil ouvert sur le chaos » Tome 1, Chapitre 19
Le vent pénètre par la baie, faisant voler les longues chevelures sombres des deux membres du Conseil. Atina s'est légèrement écartée d'Eïdo, comme pour lui laisser de l'espace. Lentement, il s'agenouille, posant les deux mains sur le sol, les yeux clos et le visage concentré.
    
    Ses traits se crispent tandis que tout autour de lui, irradie une aura rougeâtre qui tourne au noir sur ses bords. Je sens quelque chose de sombre et d'effrayant émaner de lui... Pourtant, je reste plus curieuse qu'apeurée.
    
    Cette frange d'ombre se détache de lui, en écharpes obscures qui se réunissent progressivement et grandissent pour définir une forme. Il ne s'agit pas de la phalène qu'il chevauchait quand il m'a sauvé la vie, mais d'un vaste disque sous lequel pendent de longs tentacules. Sur ses bords, à intervalles réguliers, se trouvent des yeux – ou du moins ce qui y ressemble : des cercles rouges et lumineux qui semblent nous toiser avec malveillance.
    
    La créature demeure aussi floue et indéfinie que la phalène géante que j'ai pu voir la première fois. Elle s'éloigne peu à peu d'Eïdo pour aller flotter juste à la limite de la baie, sans cesser d'augmenter de taille. Elle fait bien plusieurs mètres de diamètre quand Eïdo se relève enfin. Il titube légèrement, mais reprend rapidement assez de contrôle pour se tourner vers Atina. Saisissant sa main tendue, il l'entraîne avec lui vers la créature. Ils bondissent ensemble sur le grand disque sombre, s'enfonçant légèrement dans cette étrange vapeur solide.
    
    La conjuration s'élève en les emportant vers le ciel ; je demeure bouche bée face à cette démonstration. Comment est-ce possible ? Cela ne ressemble à rien de ce que je connais, même pas à ce que j'ai pu entendre sur la magie des Abscura. Quelle sorte de pouvoir peut bien posséder Eïdo ? Je ressens un certain malaise en les regardant s'éloigner.
    
    Cipher s'approche de moi et me tend mon arme. Elle est plus grande que les foudres standard et pèse lourdement entre mes bras. Je me demande comment je vais pouvoir voler avec ça ! On croirait presque un mini-canon à iridescence !
    
    « En aucun cas, tu ne dois laisser les semences te toucher. Si ça devait arriver, ta combinaison te protégera, mais seulement jusqu'à un certain point.
    
    — Est-ce que cela... perturbe la matière, comme le contact des Sembres ?
    
    — Non, pas vraiment, mais elles peuvent drainer toutes tes forces et faire disparaître tes alaées. »
    
    Effectivement, ce serait gênant.
    
    Cipher m'entraîne au bord de la baie ; ses grandes alaées vert pâle apparaissent, juste deux lames de chaque côté, mais larges et intenses. À mon tour, je laisse surgir mon énergie sous la forme de mes alaées de lumière blanche ; comme mon nouveau mentor me l'a enseigné, je les crée longues et puissantes : il est toujours plus simple de les maintenir que de les renforcer en cas de soucis.
    
    Je goûte tout particulièrement cette envolée, mais je ne dois surtout pas oublier que je suis en mission et que la situation reste dangereuse. L'arme volumineuse entre mes mains me le rappelle douloureusement.
    
    La voix de Cipher retentit dans mon casque :
    
    « Tu dois rester à distance de la conjuration d'Eïdo ! Elle n'est pas dangereuse en soi, mais elle n'est pas vraiment compatible avec les capacités radiantes !
    
    — C'est un être Abscura ? »
    
    Les mots ont quitté ma bouche avant même que je me sois donné le temps de réfléchir. Ce genre de chose m'arrive trop souvent. Seul le silence me répond... Quel impair ai-je encore commis. ?
    
    Mais finalement, Cipher prend la parole :
    
    « Eïdo n'est pas un abscura. »
    
    Son ton reste neutre et laisse la porte ouverte à l'imagination. Il n'est pas un abscura, mais ses pouvoirs sont incompatibles avec l'énergie des Radiants ? Mais il peut malgré tout créer des alaées ?
    
    Hélas, le moment n'est pas venu de se poser des questions. Après tout, nous sommes tous dans le même camp et je dois encore apprendre pas mal de choses. Je ressens un petit pincement en songeant à tout ce qu'on persiste à me cacher...
    
    Cipher de peu, étendant les quatre lames vertes de ses alaées, à la fois si simples et si puissantes. Le poids de l'arme tire sur mes bras – même si elle possède une bandoulière, il n'y a aucun moyen de la porter à la ceinture comme un foudre.
    
    Nous nous élançons depuis la baie. J'éprouve une nouvelle fois ce merveilleux sentiment de liberté tandis que je m'envole vers cette immensité bleue, à peine brouillée par quelques nuages qui flottent dans les airs. J'ai beau me dire que cela n'a rien d'une patrouille ni d'un entraînement, que c'est potentiellement dangereux, je ne ressens aucune peur.
    
    Du moins, pas encore.
    
    J'essaye d'imaginer à quoi peut ressembler cette déchirure. Je n'en ai qu'une très vague idée, sans doute inexacte. Mais pour le moment, je ne peux m'empêcher d'observer Eïdo et Atina, sur leur étrange monture. Les paroles de Cipher résonnent toujours à mes oreilles.
    
    « Eïdo n'est pas un abscura ».
    
    Je grogne en silence. Comment puis-je m'intéresser autant à cet homme ? Il n'a vraiment rien de bien attirant, à part ce mystère qu'il couve soigneusement...
    
    La voix de Cipher retentit dans mon casque :
    
    « Prismè ! Nous sommes en approche, reste concentrée! »
    
    Enfin, la déchirure apparaît... On croirait un immense œil brumeux qui s'est ouvert dans le ciel. Un œil qui flotte au milieu de nulle part, avec pour pupille un tourbillon où crépitent des éclairs de couleur maladive. Plus nous approchons, plus je ressens cette énergie maléfique... ou plutôt, étrange, qui cherche à l'absorber tout ce qui l'entoure pour le recracher avec violence... Mais comment puis-je savoir cela ?
    
    Peut-être que le sens, tout simplement. Dans tout ce que cette image a de terrifiant...
    
    Cet œil semble... pleurer. Des particules s'en échappent, pour aller essaimer à divers endroits. On dirait des gouttes de brouillard informes. Il doit s'agir des semences ; certaines ont déjà dérivé à une bonne cinquantaine de mètres de l'ouverture principale, qui doit bien en mesurer vingt de large...
    
    « Tout va bien, elle est encore petite !
    
    — Petite ? »
    
    Ma voix s'étrangle à moitié dans le communicateur.
    
    « Certaines font plus d'une centaine de mètres de large quand nous devons intervenir.
    
    — Et... l'Agathos est le seul à pouvoir s'en occuper ?
    
    — Oui... Aussi paradoxal que cela puisse paraître. C'est ce qui nous permet de rester un territoire hors droit où peuvent survivre des individus qui seraient exilés à la surface, comme Eïdo ou Atina. Mais assez bavardé... Nous allons commencer par le côté droit ! Je vais te montrer comment faire, tu poursuivras seule sur la gauche... »
    
    ... Seule ?
    
    La panique me rattrape enfin ; le cœur battant, je suis Cipher, espérant que cet apprentissage improvisé suffira...
    
    

    
    J'espère que tout le monde peut bien visualiser la déchirure ! Ça doit être impressionnant quand on y pense... Comment notre petite amie va-t-elle se débrouiller pour sa première mission ? Suspens ! ^^
    
    

Texte publié par Beatrix, 18 avril 2018 à 15h27
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 19 « Un œil ouvert sur le chaos » Tome 1, Chapitre 19
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1540 histoires publiées
709 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Chrissie
LeConteur.fr 2013-2020 © Tous droits réservés